Classe Préparatoire Aux Grandes Écoles


Classe Préparatoire Aux Grandes Écoles

Classe préparatoire aux grandes écoles

Les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) sont des filières d'enseignement supérieur situées généralement dans les lycées. Communément appelées classes prépas ou prépas et pour la plupart publiques, elles sélectionnent sur dossier et recommandations après le baccalauréat et préparent en 2 ans[1] les étudiants aux concours d'admission de certaines écoles de commerce, de certaines écoles d'ingénieurs, des écoles normales supérieures, de l'École nationale des chartes et des écoles d'Actuariat. 79 000 étudiants étaient inscrits en classes préparatoires aux grandes écoles durant l'année universitaire 2008-2009[2].

Sommaire

Historique

Les classes préparatoires apparaissent dès le XVIIIe siècle[réf. nécessaire]. Initialement, elles sont exclusivement scientifiques. Il faut attendre le XXe siècle pour voir apparaître les classes préparatoires littéraires, puis enfin les classes préparatoires économiques.

L'apparition des premières classes préparatoires s'explique par la mise en place des premiers concours, destinés au recrutement dans les armes nécessitant des connaissances scientifiques (l'artillerie, par exemple). Le premier concours est instauré par Vauban en 1692 (admission dans le Génie). C'est dans le but de préparer les candidats à ces concours militaires que les premières institutions, en grande majorité privées, font leur apparition.

Après la Révolution française, les carrières d'officiers supérieurs ne sont plus réservées aux membres de la noblesse. L'ambition de la République d'ouvrir tous les postes à tous les citoyens avec pour seul critère de sélection leurs capacités et leurs talents, trouve son aboutissement dans la création de l'École des Travaux publics (école polytechnique) qui devait être le socle de base de tous les autres enseignements supérieurs techniques (Architecture, etc.). Les anciennes institutions de préparation aux concours de l'Ancien Régime ne survivent pas à la Révolution. En 1802, Napoléon Bonaparte crée les lycées, dotés chacun d'une "classe de mathématiques transcendantes". En 1809, la 6e année de lycée devient la classe de « mathématiques spéciales ». En 1814 c'est la classe terminale de philosophie qui contient l'enseignement des mathématiques, puis apparait en 1821 une deuxième année de philosophie qui contient des enseignements plus poussés de mathématiques qui s'intitulent à nouveau « mathématiques spéciales » en 1840. Le baccalauréat ès lettres étant passé au terme de la première année de philosophie, celui-ci, et encore moins le baccalauréat ès sciences d'un niveau plus élevé, n'étant pas obligatoire pour l'admission au concours des écoles spéciales, les élèves suivent donc les cours de mathématiques spéciales essentiellement pour préparer le concours d'entrée à l'École polytechnique en négligeant les études classiques.

C'est en 1852 qu'est créée officiellement une classe de mathématiques spéciales postérieure au cursus secondaire, et dans seulement quinze lycées, dédiée à la préparation des concours d'entrée à l'École polytechnique et à la section des sciences de l'École normale. Le programme de cette classe devient en même temps le programme officiel de ces concours et le baccalauréat ès-sciences devient un pré-requis pour l'admission. La classe de logique (terminale) prépare également au concours d'entrée à l'école militaire, l'école forestière et l'école navale.

Les prémices des classes préparatoires littéraires se font à la fin du XIXe siècle afin de préparer les élèves au concours de l'École Normale Supérieure. Dans un premier temps, la préparation de ces concours s'est faite dans les classes de rhétorique des lycées, après le baccalauréat de philosophie. En 1880, quelques lycées ouvrent des classes de rhétorique supérieure préparant exclusivement au concours de l'École Normale Supérieure. La plupart de ces classes sont des subdivisions de la classe de rhétorique du lycée et sont rarement autonomes. Dès le début du XXe Louis-le-Grand et Henri-IV remplacent leur classe de rhétorique supérieure par l'année d'« hypokhâgne » et de « khâgne ». Dès lors, les classes préparatoires littéraires jouissent d'une grande réputation mais ne commencent à peser d'un point de vue numérique qu'à partir des années 1960. [3]

Les CPGE de nos jours

Les concours ont beaucoup évolué, ne serait-ce que parce que le nombre d'écoles d'ingénieurs ou de commerce a considérablement augmenté.

En 2006, on comptait plus de 180 écoles à caractère scientifique. Les Écoles supérieures de commerce sont elles au nombre de 56.

L'enseignement a lieu dans les lycées et les enseignants sont des professeurs de chaire supérieure ou des professeurs agrégés[4]. Les études s'inscrivent dans le système européen d'enseignement supérieur et les deux années de prépa sont équivalents à 120 crédits compatibles ECTS[5].

38 000 étudiants entrent en classe préparatoire par an, 28 000 sont admis dans une école, 2 000 rejoignent une école post-bac, 7 200 rejoignent l'université dont 5 600 en licence et 1 600 en DUT (IUT). L'origine socioprofessionnelle des étudiants de classe préparatoire est assez marquée. Alors que 31% des étudiants en université ont des parents cadres supérieurs ou exerçant une profession libérale, (43% pour les étudiants dans les filières de santé), ce taux s'élève à 51% pour les étudiants en classe préparatoire. 24% des étudiants d'université ont des parents ouvriers ou employés (13% dans les filières de santé), alors qu'ils sont 15% en CPGE[6]. Le taux d'étudiants boursiers en CPGE oscille entre 20 et 25%.

En 2006, le Ministère de l'Éducation nationale a dépensé 14 250 euros par étudiant en classes préparatoires aux grandes écoles, la moyenne étant de 9 280 euros par étudiant du supérieur en France, et 10 655 pour les pays de l'OCDE[7]. Ces dépenses correspondent surtout à des dépenses de personnel. Les écarts résultent des différences de taux d'encadrement, celui-ci étant plus important en CPGE.

Si les concours des écoles les plus prestigieuses restent très sélectifs, peu de candidats n'obtiennent pas de place à un concours au moins. En ce qui concerne les concours scientifiques en 2006, 18 552 candidats ont été classés sur 23 282. 17 460 ont été appelés, ce qui signifie qu'on leur a offert une place dans une école à l'issue du concours. 13 906 l'ont acceptée, les autres préférant le plus souvent refaire une année de prépa (cuber) pour tenter d'obtenir une école leur convenant mieux ou poursuivre leurs études à l'université. Enfin, 1 433 places n'ont pas trouvé preneur. [8]

Préparation aux concours

Quelle que soit la filière, ces classes préparatoires, comme leur nom l'indique, préparent les étudiants au passage des concours d'entrée des grandes écoles de commerce, d'ingénieurs, écoles normales supérieures, écoles militaires... (voir les articles détaillés)

Les élèves suivent donc un enseignement intensif (le surnom de la prépa scientifique résume bien ce fait) et assez théorique (surtout en filière scientifique comparé à d'autres filières non-prépa). Outre les travaux dirigés (TD) et les devoirs à la maison (DM), ils se préparent à la partie écrite des concours en subissant de nombreux devoirs surveillés (DS) qui peuvent être des énoncés de concours, entiers ou non (dans ce cas il peut s'agir d'un panel d'exercices ou de problèmes de différents concours). Les élèves se préparent également à la partie orale des concours, grâce à des interrogations orales (« colles » ou « khôlles » en argot scolaire) dont les examinateurs sont des « colleurs », qui peuvent être recrutés parmi les professeurs de classes préparatoires ou de secondaire de l'établissement (y compris ceux-là même des élèves) ou d'établissement voisin, parmi les anciens élèves de l'établissement ayant intégré, ou peuvent encore être des universitaires ou bien des étudiants de l'université.

Les filières en 2008

Il existe actuellement trois filières de classes préparatoires aux grandes écoles:[9].

Les classes préparatoires scientifiques

Cette filière scientifique se distingue en deux principaux pôles d'enseignement.

D'une part, celui nommé en argot scolaire « taupe ». Ce pôle d'enseignement a pour rôle de former les futurs mathématiciens, physiciens et chimistes qui intégreront les écoles d'ingénieurs, les écoles normales supérieures ou encore les écoles d'Actuariat. L'utilisation du terme "taupe" viendrait de l'animal car comme la taupe particulièrement myope, les élèves, les « taupins », ne sont pas censés voir souvent la lumière du jour. Une autre explication de l'origine du mot "taupe" est que bon nombre d'élèves espèrent intégrer une "école des mines". Les filières du pôle « taupe » sont MP, PC, PSI, PT, TSI, TPC et ATS.

D'autre part, celui nommé en argot scolaire « agro » ou « bio ». Ce pôle d'enseignement a pour rôle de former les futurs biologistes et vétérinaires qui intégreront respectivement les écoles d'ingénieurs et les écoles nationales vétérinaires. Les filières du pôle « agro » sont BCPST et TB.

Les classes préparatoires littéraires

Elles ont pour caractéristique commune les appellations des années d'études :

  • hypokhâgne ou Lettres Supérieures pour la 1re année ;
  • khâgne ou Première Supérieure pour la 2e année.

Il existe deux filières, dont la première se divise en deux sous-genres.

La première année se nomme officiellement « Lettres Supérieures » (hypokhâgne A/L en argot scolaire), elle est indifférenciée et donne accès aux deux types de khâgne (A/L Ulm ou LSH) ; la seconde année « Première Supérieure » (khâgne en argot scolaire). En outre, une distinction peut être faite entre les Première Supérieure ENS Ulm ou khâgnes A/L ou Ulm (dites classiques) et les Premières Supérieures ENS LSH ou khâgnes LSH (dites modernes) :

  • les khâgnes A/L, préparant au concours A/L de l'École normale supérieure, rue d'Ulm à Paris, disposent d'un enseignement de langue ancienne (latin ou grec ancien),
  • les khâgnes LSH, préparant au concours de l'ENS de Fontenay-Saint-Cloud, à Lyon, disposent, de leur côté, d'un enseignement de géographie.
  • D'autre part, la filière "Lettres et Sciences Sociales", dite B/L. La première année se nomme hypokhâgne B/L ou Lettres Supérieures ; la deuxième année se nomme khâgne B/L ou Première Supérieure. Cette filière littéraire propose en plus un enseignement en mathématiques et en sciences économiques et sociales. Néanmoins, les mêmes matières littéraires y sont enseignées (philosophie, lettres, histoire, géographie, deux langues vivantes) à l'exception des langues anciennes (latin ou grec). Les élèves de la filière B/L peuvent prétendre à la réussite de concours de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, ainsi que des ENS de Lyon (Fontenay-Saint-Cloud) et de Cachan. En outre, les concours de l'ENSAE et de l'ENSAI leur sont également accessibles.

Les classes préparatoires économiques et commerciales

De création beaucoup plus récentes, la CPGE économique et commerciale — appelée « prépa HEC » ou « épice » en argot scolaire (parce qu'elle était censée former des « épiciers », terme péjoratif pour désigner des vendeurs) — prépare aux concours des Écoles supérieures de management, de commerce et de gestion. Elle se décline en voie scientifique (anciennement « voie générale »), voie économique et voie technologique. Il n'existe pas de préparation spécifique pour les littéraires, mais les concours des écoles leur sont ouverts au travers des épreuves qu'ils passent dans leur propre filière.

Voici quelques précisions sur les quatre voies en prépa économique et commerciale [10] :

  • la voie scientifique, majoritaire, destinée aux élèves issus de baccalauréats scientifiques, dont la dénomination officielle est ECS.
  • la voie économique, destinée aux élèves issus principalement de baccalauréats économiques, dont la dénomination officielle est ECE.
  • la voie technologique, destinée aux élèves issus des baccalauréats technologiques, dont la dénomination officielle est ECT.
  • la voie ENS Cachan, avec les CPGE D1 -droit/éco- et D2 -éco/gestion-, destinée aux élèves issus de baccalauréats généraux.

Pour la voie scientifique, les matières enseignées et présentes aux épreuves écrites sont les mathématiques, l'histoire-géographie et la géopolitique du monde contemporain, la culture générale (au travers de la philosophie et du français), les langues vivantes (au nombre de deux, dont l'anglais) et le résumé de texte. L'économie est une option, et ne peut être passée aux concours. Dans la voie économique, l'analyse économique et historique des sociétés contemporaines (AEHSC) remplace l'histoire-géographie et la géopolitique. Dans la voie technologique, il s'agit d'une épreuve d'économie et de droit, d'une épreuve de management et gestion, d'une épreuve de culture générale (philosophie et culture générale),de mathématiques,de langue vivantes (au nombre de deux, avec anglais obligatoire).

Classement des classes préparatoires

Il n'existe pas de classement officiel des classes préparatoires. Certains journaux publient chaque année un classement fondé sur certaines statistiques, mais on reproche parfois à ces journaux de ne pas prendre en compte la totalité des données (omission de certaines écoles, par exemple) ou de pondérer les statistiques de manière à avantager une classe préparatoire plutôt qu'une autre.

Deux types de classements peuvent être publiés: des classements sur la base des résultats aux concours préparés par ces classes et des classements évaluant la sélectivité à l'entrée de ces classes. Sinon sur certains sites internet dédiés à l'étudiant des forums d'anciens élèves et des classements assurent un classement personnel des classes préparatoires présentes en France.

Homonymie

  • Lorsque les écoles de commerce ou les écoles d'ingénieurs ont des cursus de 5 ans, on parle, parfois de façon abusive, de « classe préparatoire intégrée ».
  • Il existe aussi dans des lycées des classes de préparation au diplôme de comptabilité et de gestion.


Notes et références

  1. Article 3 du décret n°94-1015 du 23 novembre 1994 relatif à l'organisation et au fonctionnement des classes préparatoires aux grandes écoles organisées dans les lycées relevant des ministres chargés de l'éducation, de l'agriculture et des armées
  2. Classes préparatoires aux grandes écoles, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
  3. Historique des classes préparatoires, CEFI
  4. Article 5 du décret n°94-1015 du 23 novembre 1994 relatif à l'organisation et au fonctionnement des classes préparatoires aux grandes écoles organisées dans les lycées relevant des ministres chargés de l'éducation, de l'agriculture et des armées
  5. Article 8 du décret n°94-1015 du 23 novembre 1994 relatif à l'organisation et au fonctionnement des classes préparatoires aux grandes écoles organisées dans les lycées relevant des ministres chargés de l'éducation, de l'agriculture et des armées
  6. cf.Origine socio-professionnelle des étudiants français dans les principales filières de l'enseignement supérieur en 2006-2007 dans "Repères et références statistiques - édition 2007" p199.
  7. Site du ministère de l'Éducation nationale, Le coût d'une scolarité
  8. Source: http://scei-concours.org/cadre_statistique.htm
  9. Article 2 du décret n°94-1015 du 23 novembre 1994 relatif à l'organisation et au fonctionnement des classes préparatoires aux grandes écoles organisées dans les lycées relevant des ministres chargés de l'éducation, de l'agriculture et des armées
  10. http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/22/8/5228.pdf

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail des Grandes écoles Portail des Grandes écoles
  • Portail de l’éducation Portail de l’éducation
Ce document provient de « Classe pr%C3%A9paratoire aux grandes %C3%A9coles ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Classe Préparatoire Aux Grandes Écoles de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Classe preparatoire aux grandes ecoles — Classe préparatoire aux grandes écoles Les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) sont des filières d enseignement supérieur situées généralement dans les lycées. Communément appelées classes prépas ou prépas et pour la plupart publiques …   Wikipédia en Français

  • Classe préparatoire aux grandes écoles — Les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) sont des filières d enseignement supérieur situées généralement dans les lycées. Communément appelées classes prépas ou prépas et pour la plupart publiques, elles sélectionnent sur dossier et… …   Wikipédia en Français

  • Classe préparatoire aux grandes écoles — Front entrance of the Lycée Louis le Grand, in Paris, one of the most famous Lycées providing CPGE for Grandes écoles. The classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE), commonly called classes prépas or prépas, are part of the French post… …   Wikipedia

  • Classe Préparatoire aux Grandes Écoles — The classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE), commonly called classes prépas or prépas, are a two year cursus extensible to three years, acting as a prep course with the main goal of training undergraduate students for enrollment in a… …   Wikipedia

  • Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles post-BTS/BTSA/DUT — La CPGE post BTS/BTSA/DUT est une CPGE qui dépend du ministère de l agriculture, et qui prépare en un an aux concours agronomiques et vétérinaires. Comme son nom l indique, elle est accessible aux étudiants ayant obtenus l un de ces… …   Wikipédia en Français

  • Classe préparatoire aux grandes écoles en France — Les classes préparatoires aux grandes écoles (désignées par l acronyme CPGE) sont en France des filières d enseignement supérieur hébergées généralement dans les lycées. Communément appelées classes prépas ou prépas et pour la plupart publiques,… …   Wikipédia en Français

  • Physique Chimie (Classe préparatoire aux grandes écoles) — Physique, chimie Pour les articles homonymes, voir PC.  Ne doit pas être confondu avec Physique chimie, Chimie physique ou Physique ou Chimie. En France, Physique, Chimie ou plus couramment PC est l une des voies d orientation de… …   Wikipédia en Français

  • Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles — Classe préparatoire aux grandes écoles Les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) sont des filières d enseignement supérieur situées généralement dans les lycées. Communément appelées classes prépas ou prépas et pour la plupart publiques …   Wikipédia en Français

  • Classes préparatoires aux grandes écoles — Classe préparatoire aux grandes écoles Les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) sont des filières d enseignement supérieur situées généralement dans les lycées. Communément appelées classes prépas ou prépas et pour la plupart publiques …   Wikipédia en Français

  • Liste des classes préparatoires aux grandes écoles en France — Cette liste présente la répartition des classes préparatoires aux grandes écoles au sein du territoire français, et pour l année scolaire 2010 2011. Il y a sur le territoire français quelque 2 000 classes préparatoires en première et seconde …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.