Citrus ×paradisi


Citrus ×paradisi
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paradisi.
Aide à la lecture d'une taxobox Citrus ×paradisi
 Fruits du Citrus ×paradisi
Fruits du Citrus ×paradisi
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Rosidae
Ordre Sapindales
Famille Rutaceae
Genre Citrus
Hybride
Citrus ×paradisi
Macfad., 1830

Parent A de l'hybridation
Citrus maxima
×
Parent B de l'hybridation
Citrus sinensis

Classification phylogénétique
Ordre Sapindales
Famille Rutaceae
D'autres documents multimédia
sont disponibles sur Commons

Citrus ×paradisi est un arbre fruitier de la famille des Rutaceae. Il s'agit d'un hybride naturel de Citrus maxima et de Citrus sinensis. Pomelo pour les botanistes[1], son fruit est diversement nommé dans le langage vernaculaire francophone car c'est un agrume largement commercialisé, entier ou en jus, qui est souvent confondu avec celui du pamplemoussier dont il a hérité la taille importante et un peu d'amertume.

Sommaire

Appellation

Article détaillé : Pamplemousse et pomélo.

Le fruit de Citrus ×paradisi est un agrume nommé « pomélo », tant en Europe qu'en Amérique du Nord[1],[2].

Les termes « pamplemousse » et « grape-fruit », largement utilisés comme noms vernaculaires ou commerciaux au sein de la francophonie, apparaissent comme étant des synonymes de « pomélo » selon certaines sources[2]. D'autres sources indiquent néanmoins que l'utilisation du terme « pamplemousse » pour désigner cet hybride est un abus de langage, par confusion avec le nom de l'une des deux espèces souches[1],[3],[4] et que le terme « grape-fruit » est un anglicisme[5].

Origine

C'est en 1693 que des semences de l'énorme citrus vert Citrus maxima furent introduites à la Barbade par le capitaine anglais Shaddock, mieux dit Shattuck[6], qui y fit escale sur son retour en Angleterre du port de Batavia (capitale de l'Indonésie durant l'occupation néerlandaise, aujourd'hui Jakarta). Le nom que connaissait les marins en Asie était Batavi Nibu[7] (Batavia lime). C'est ainsi que le fruit fut connu dans le nouveau monde sous le nom de Shaddock. Certains marins néerlandais ont utilisé le terme pompelmoes mais ce mot est presque inexistant de la littérature des XVIIIe, XIXe et XXe siècles puisqu'il est utilisé presque exclusivement par ces marins néerlandais. Le terme pommelo (notez deux m) était aussi d'usage rare et seulement par les visiteurs.

Dès 1750, la version moderne Citrus ×paradisi s'était répandue au-delà de la Barbade et se retrouvait, en format plus petit que le Shaddock, dans une grande part des Caraïbes et des Bahamas, où on l'appelait « Smaller Shaddock » ou «Forbidden Fruit» [8]. À cette époque, en Jamaïque, un autre hybride du fruit, le «Ugli», était plus populaire parce qu'il était plus sucré.

En 1823 ou 1824, le comte Odet Philippi, qui le découvrit aux Bahamas où il était emprisonné par les Anglais après la bataille de Trafalgar, l'introduit à Safety Harbor près de Tampa en Floride. En Floride, le fruit se répandit naturellement. C'est à cette époque qu'il prit le nom de « grapefruit » dû à l'apparence de ces grosses grappes dorées.

En 1837, le botaniste James Macfadyen, écrivit dans «Flora of Jamaica» que Citrus paradisi Macf. provenait d'une mutation de Citrus maxima. Ce n'est qu'en 1948 que les spécialistes en agrumes ont conclu qu'il s'agissait en fait d'un hybride spontané Citrus ×paradisi (Citrus maxima × Citrus sinensis).

En 1870, John A. MacDonald, de Orange County, FL, vit chez des voisins cet arbre éblouissant aux fruits dorés se présentant en grappes et en fit l'achat. Il fut le premier à en faire la culture. La première cargaison fut envoyée à New York en 1885 : ce fut un succès et marqua le début de son commerce. Durant la première moitié du XIXe siècle, on trouvait surtout le cultivar 'Duncan' (beaucoup de pépins). C'est en 1860 que Marsh développa son propre cultivar aux pépins plus petits. À la fin du XIXe siècle, le fruit s'était répandu vers l'ouest américain ou d'autres mutations lui ont permis d'endurer le froid. C'est ainsi qu'au Texas est apparu le 'Red Ruby', et autres variétés de rosés.

Au XXe siècle, certains horticulteurs ont clamé à plusieurs reprises qu'une amélioration du nom était de mise et ont suggéré le nom « Pomelo » (notez le m seul), mais le consensus était que cela créerait confusion avec le Pommelo (notez deux m) alors le nom est demeuré inchangé « grapefruit » ou « fruit en grappe ».

En 1940, Citrus ×paradisi était un des fruits les plus populaires et communs aux États-Unis et l'export a commencé.

Description

Le fruit fait entre 8 et 15 cm de diamètre et pèse entre 300 et 600 grammes. Son écorce, plutôt mince, est jaune ou rose. Sa chair, très juteuse, est jaune et amère pour la variété Duncan, ou rose, plus sucrée et sans amertume pour les variétés Ruby ou Sunrise. Comme le pamplemousse, le pomélo doit son amertume au naringoside (hétéroside flavonique).

Valeur nutritive cru
(pour 100g)

eau: 90,89 g cendres totales: 0,31 g fibres: 1,1 g valeur énergétique: 32 kcal
protéines: 0,63 g lipides: 0,10 g glucides: 9,50 g sucres simples: 6,98 g
oligo-éléments
calcium: 12 mg fer: 0,09 mg magnésium: 8 mg phosphore: 8 mg
potassium: 139 mg cuivre: 0,047 mg sodium: 0 mg zinc: 0,07 mg
vitamines
vitamine C: 34,4 mg vitamine B1: 0,036 mg vitamine B2: 0,020 mg vitamine B3: 0,250 mg
vitamine B5: 0,283 mg vitamine B6: 0,042 mg vitamine B9: 0 µg vitamine B12: 0,00 µg
vitamine A: 927 UI rétinol: 0 µg vitamine E: 0,13 µg vitamine K: 0,0 µg
acides gras
saturés: 0,014 g mono-insaturés: 0,013 g poly-insaturés: 0,024 g cholestérol: 0 mg

Cultivars

Les cultivars à chair acide sont utilisés pour faire des jus, tandis que les cultivars à chair douce sont principalement consommés nature, à la cuillère, après avoir été coupés en deux. Il peuvent également être utilisés en cuisine, ou comme condiment en remplacement du citron.

Production

Aujourd'hui, il est principalement cultivé aux États-Unis, en Israël, en Afrique du Sud et en Argentine. La production annuelle se situe dans les quelque cinq millions de tonnes, le premier producteur mondial étant la Floride.

L'arbre peut supporter les températures faiblement négatives (-7 °C) mais la saveur du fruit est plus acide lorsque l'ensoleillement est faible. En France, on peut le cultiver dans les régions littorales ; le fruit se récolte alors entre novembre et mars.

Usage médical et risques

Citrus ×paradisi peut provoquer des interactions médicamenteuses. En effet, le fruit et son jus peuvent diminuer ou, à l'inverse, augmenter la libération de certains médicaments dans le sang, ce qui peut causer des réactions indésirables et parfois graves[9].

Selon les recommandations du Fonds mondial de recherche contre le cancer[10] pour réduire le risque de cancer, le lycopène contenu dans Citrus ×paradisi (mais aussi dans d'autres fruits, dont la tomate) aurait un effet protecteur contre le cancer de la prostate.

Mais les furanocoumarines qu'il contient perturbent l'assimilation de nombreuses molécules de médicaments avec risque de surdosage. Citrus ×paradisi est un inhibiteur des cytochromes 3A4 (enzyme). Ainsi, toute molécule (médicament) substrat de l'isoenzyme 3A4 verra sa concentration dans le sang augmenter à divers degrés, pouvant provoquer un surdosage potentiellement dangereux, selon le médicament impliqué[11]. De très nombreux médicaments sont concernés[12], [13].

L'extrait de pépin de pamplemousse est commercialisé, principalement aux USA, comme un puissant antibiotique naturel. Toutefois, aucune étude ne confirme ses propriétés.

Culture

Les pamplemousses et les pomélos sont susceptibles de produire une fleur dès leur première ou deuxième année après semis. Il s'agit d'un bourgeon terminal simple, et il peut produire un fruit (il faut alors placer un tuteur pour éviter que le plant ne s'effondre sous le poids du fruit). Après cette première fleur simple, les plants reviennent à leur état juvénile et prendront les années habituelles avant de refleurir.[réf. nécessaire]

Notes et références

  1. a, b et c Voir les entrées pamplemousse et pomélo du TLFi, et les entrées pamplemousse et pomélo du Grand dictionnaire terminologique
  2. a et b Larousse, « pomelo ». Consulté le 7 mars 2011
  3. Encyclopedia Universalis (édition de 1995 (ISBN 2852292904) ).
  4. Le Robert quotidien – Dictionnaire pratique de la langue française, 1996.
  5. Le Petit Robert, 2008
  6. Memorials Of The Descendants Of William Shattuck, Lemuel Shattuck Dutton & Wentworth, Boston, 1855. pp 8 - 14
  7. A Glossary of Colloquial Anglo-Indian Words and Phrases: Hobson-Jobson By C. Burnell a., Henry Yule
  8. botaniste français, Chevalier de Tussac, 1820
  9. Fiche sur hc-sc.gc.ca
  10. recommandations du Fonds mondial de recherche contre le cancer émises en 2007 à partir du second rapport « Food, Nutrition, Physical Activity, and the Prevention of Cancer: a Global Perspective » (2007) réalisé durant 5 ans par un panel de 21 experts scientifiques qui ont évalué les résultats d’environ 7 000 études mondiales publiées depuis 50 ans, choisies comme plus pertinentes, parmi 22 000 préalablement retenues sur 500 000
  11. Bailey DG, Malcolm J, Arnold O, Spence JD, Grapefruit juice-drug interactions, Br J Clin Pharmacol, 1998;46:101–110
  12. Tableau P-450, voir section CYP3A4 du tableau (archive Wikiwix).
  13. Jus de pamplemousse et médicaments

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Citrus ×paradisi de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Citrus paradisi — Citrus ×paradisi Citrus ×paradisi …   Wikipédia en Français

  • Citrus × paradisi — Citrus ×paradisi Citrus ×paradisi …   Wikipédia en Français

  • Citrus × paradisi — «Pomelo» redirige aquí. Para otras acepciones, véase Pomelo (desambiguación). «Toronja» redirige aquí. Para otras acepciones, véase Toronja (desambiguación).   Pomelo …   Wikipedia Español

  • Citrus paradisi — Grapefruit, hier mit rotem Fruchtfleisch Die Grapefruit (Citrus × aurantium, Syn. C. paradisi)[1], zu deutsch auch Paradiesapfel genannt, ist die Frucht des Grapefruitbaumes, einer Zitruspflanze, die ein subtropischer Baum aus der Familie der… …   Deutsch Wikipedia

  • Citrus paradisi — grapefruit grape fruit (gr[=a]p fr[=oo]t ), n. 1. A citrus tree ({Citrus paradisi}) bearing large round edible fruit having a thick yellow rind and juicy somewhat acid pulp. [WordNet sense 1] Syn: {Citrus paradisi}. [WordNet 1.5] 2. The large… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Citrus paradisi — grapefruit grape fruit (gr[=a]p fr[=oo]t ), n. 1. A citrus tree ({Citrus paradisi}) bearing large round edible fruit having a thick yellow rind and juicy somewhat acid pulp. [WordNet sense 1] Syn: {Citrus paradisi}. [WordNet 1.5] 2. The large… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Citrus paradisi — grapefruit grape fruit (gr[=a]p fr[=oo]t ), n. 1. A citrus tree ({Citrus paradisi}) bearing large round edible fruit having a thick yellow rind and juicy somewhat acid pulp. [WordNet sense 1] Syn: {Citrus paradisi}. [WordNet 1.5] 2. The large… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Citrus ×paradisi — greipfrutinis citrinmedis statusas T sritis vardynas apibrėžtis Rūtinių šeimos maistinis, vaistinis kultūrinis nuodingas augalas (Citrus ×paradisi), auginamas atogrąžose ir paatogrąžiuose, jo vaisiai valgomi, iš jų gaminami gėrimai; kvapiosios… …   Lithuanian dictionary (lietuvių žodynas)

  • Citrus paradisi — ID 19383 Symbol Key CIPA3 Common Name grapefruit Family Rutaceae Category Dicot Division Magnoliophyta US Nativity Introduced to U.S. US/NA Plant Yes State Distribution FL, PR Growth Habit Tree, Shrub Duration …   USDA Plant Characteristics

  • Citrus paradisi — noun citrus tree bearing large round edible fruit having a thick yellow rind and juicy somewhat acid pulp • Syn: ↑grapefruit • Hypernyms: ↑citrus, ↑citrus tree • Member Holonyms: ↑genus Citrus • Part Meronyms: ↑ …   Useful english dictionary