Cipolin


Cipolin

Marbre cipolin

Fût d’une colonne en marbre cipolin, conservé à la Basilique de Massenzio au Forum Romain, à Rome.
colonnes du portique du Temple d'Antonin et Faustine au Forum romain à Rome

Le marbre cipolin est une variété de marbre utilisée par les Romains. Le nom moderne correspond en latin à marmor carystium (c.à.d. "marbre de Karystos ").

Il était extrait de nombreuses carrières situées sur la côte sud-occidentale de l'île d’Eubée, en Grèce, entre l’actuelle cité de Styra et Karystos. Certaines de ces carrières antiques conservent des cavités d’extraction longues de plus de 100 m.

Il s'agit d'un marbre avec un fond blanc-vert, parcouru par d’épaisses nervures ondulées vert, tendant au bleuté et traversé par d'épaisses couches de mica. La couleur de fond des veines ont tendance à s'assombrir en fonction de la situation géographique de la carrière d'origine du sud au nord.

Du point de vue pétographique c’est une roche métamorphique, marbre saccharoïde cristalline (cristaux entre 0,2 et 0,6 mm), avec des stries colorées par l’épidote et la chlorite.

Déjà utilisé par les Grecs, fut importé à Rome à partire du Ie siècle av.J.-C. Pline l’Ancien, dans sa Naturalis Historia[1], raconte que les colonnes de ce marbre ornaient à Rome la maison de Claudio Mamurra, qui était un ingénieur de Jules César en Gaule. Les carrières devinrent propriété impériale et le marbre cipolin se diffusa dans tout l’Empire. L'extraction et l’utilisation continuèrent amplement au Ve siècle, sous Empire byzantin.

Il a été principalement utilisé pour des fûts de colonnes, même de grandes dimensions et majoritairement lisses (exemple des colonnes du portique du Temple d'Antonin et Faustine au Forum romain à Rome). Se révèlent aussi des sculptures, comme la figure du crocodile qui ornent le plan d'eau la canope de la Villa d'Hadrien à Tivoli et a été fait de ce matériau afin d'imiter la couleur naturelle des écailles de l'animal.

Des carrières de cette variété de marbre existent aussi sur la péninsule ibérique (carrière de Anasol[2]), sur les Alpes apuanes, en Grèce nord-orientale et en Serbie[3]

Sommaire

Exemple de matériaux

Revêtement mural avec Cipolin sur Looshaus à Vienne
Cipolin Rouge Luana'
  • Cipolin vert (Stouraitikon, vert de Styra), marbre extrait près de la ville de Styra en Eubée, dont un exemple est présenté par le parement de « Looshaus », 3 place Michaeler à Vienne en Autriche.
  • Cipolin Versilia, marbre vert pâle, avec une structure de fines rayures sombres. Le site d’extraction est un marbre vert pâle, avec une structure fine rayures sombres. Le site d'extraction est Stazzema dans les Alpes apuanes.


  • Cipolin Apuane, marbre présentant de fines bandelettes vert foncé avec une structure de grandes traces blanche de Calcite (en partie nodulaire) qui donne une image attrayante. Le site d’extraction est Stazzema dans les Alpes Apuanes.
Colonnes intérieures du Palais Garnier
  • Grand Cipolin Antique (Grand Antique de Saillon). C’est un marbre de la Confédération Suisse du Canton du Valais. L’ancien site minier se trouve au dessus de la ville de Saillon. Bien que le nom suggère un marbre très ancien par comparaison visuelle au Cipolin antique de Karystos, pour des raisons commerciales et suite à l’appauvrissement de l’exploitation depuis le 19e siècle ; ce matériau est considéré comme la pierre naturelle la plus coûteuse. Quelques exemples :
  • Cipolin vert mandolato ou marbre Campan en France. Exploité dans les Pyrénées près de Bagnères-de-Bigorre, c’est un des plus connus. Son fond est blanc et rouge foncé ou isabelle ; mais il est rempli de veines vertes extrêmement embrouillées entre lesquelles ressort la couleur du fond.
    • Campan vert, couleur vert d’eau, avec filet vert foncé, disposés en forme de réseau, à mailles allongées.
    • Campan isabelle, celui dont le fond est d’un rose tendre.
    • Campan rouge, celui qui est d’un rouge sombre, veiné d’un rouge encore plus foncé.
  • Vert Luana ou Vert de Luni, (marmaor Lunae), marbre bigarré des Alpes Apuanes (Apennins), en Toscane, des carrières du hameau de Vagli di Sopra, qui sont épuisées. C’est un silicate, à fond d’un blanc vif à structure serrée et grains très fins ; il prend un très beau poli et se prête facilement aux ouvrages les plus délicats.
  • Cipolin doré, c’est une pierre naturelle du même type que le Cipolin Apuane, mais dont les veines, au lieu de vert, sont jaune doré très prononcé. L’exploitation se trouve dans le région de Cuneo (Italie).
  • Cipolin zébré, pierre naturelle de la République tchèque, dont le nom commercial a été maintenu jusqu’en 1945. L’exploitation a été faite aux le montagne Jeseniky dans le village de Lipová-lázně.
  • Cipolin rouge, Roche décorative exploitée dans d’anciennes carrières de la région de Muğla en Turquie,
  • Cipolin noir, sa structure est identique à celle du Cipolin vert. L’exploitation, depuis l’époque romaine se faisait dans l’île d’Eubée en Grèce et on en trouve des traces isolées sur les bâtiments de la Rome antique.

Note

  • Extraits du Wikipédia italien le 13/09/09
  • Extraits du Wikipédia allemand le 13/09/09
  1. Plin., Nat.Hist., XXXVI, 48
  2. Une étudegéochimique isotopique ciblée pour distinguer les variétés de marbres anasol et tipo-anasol Espagnol et Portugais de la variété oignons verts grec et italien, est dans Roman Quarries of Iberian Peninsula: Anasol and Anasol-Type.
  3. Une étude est en cours de la part d’un groupe de recherche de l’Université de Rome « La Sapienza » sous le GABEC (Groupe géoressources, environnement et patrimoine culturel).

Liens internes

Liens externes

  • Portail des minéraux et roches Portail des minéraux et roches
Ce document provient de « Marbre cipolin ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Cipolin de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • cipolin — [ sipɔlɛ̃ ] n. m. • 1693; it. cipollino, de cipolla « oignon » ♦ Géol. Calcaire métamorphique à veines serpentines. Par ext., cour. Marbre de teinte claire, formé de cristaux de calcite enchevêtrés, homogène ou à veines ondulées. « Une table de… …   Encyclopédie Universelle

  • cipolin — CIPOLÍN s.n. 1. Marmură albă care conţine mică sau alte minerale colorate în straturi ce traversează roca. 2. Motiv decorativ oriental pentru porţelanuri, compus din frunze, fructe şi flori. – Din it. cipollino. Trimis de hai, 17.05.2004. Sursa:… …   Dicționar Român

  • Cipolin — Cip o*lin, n. [It. cippollino, prop., a little onion, fr. cipolla onion (cf. E. cibol). So called because its veins consist, like onions, of different strata, one lying upon another.] (Min.) A whitish marble, from Rome, containiing pale greenish… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Cipolin — s. Marmor …   Herders Conversations-Lexikon

  • cipolin — or cipollino [chē΄pə lē′nōsip′ə lin΄] n. [Fr < It cipollino, lit., little onion (ult. < L cepa, onion): from its structure] a variety of Italian marble with alternating layers or streaks of color, esp. of white and green …   English World dictionary

  • cipolin — (si po lin) adj. m. Marbre cipolin, espèce de marbre de structure foliacée auquel on a cru reconnaître de la ressemblance avec les tuniques des plantes bulbeuses. •   Le portique [du temple d Antonin et de Faustine] est formé par dix grosses… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • cipolin — n. an Italian white and green marble. Etymology: F cipolin or It. cipollino f. cipolla onion …   Useful english dictionary

  • CIPOLIN — n. m. Sorte de marbre de structure foliacée qui rappelle celle de l’oignon …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • cipolin — /sip euh lin/, n. an impure variety of marble with alternate white and greenish zones and a layered structure. [1790 1800; < F < It cipollino, equiv. to cipoll(a) onion ( < LL cepulla, equiv. to L cep(a) onion + ulla dim. suffix) + ino INE1] * *… …   Universalium

  • cipolin — [ sɪpəlɪn] noun an Italian marble with veins of talc, mica, or quartz, showing white and green streaks. Origin C18: from Fr., from Ital. cipollino, from cipolla onion (because the veins of other minerals resemble those of onion skin) …   English new terms dictionary