Château-d'Oléron


Château-d'Oléron

Le Château-d'Oléron

Le Château-d'Oléron

Le port de pêche du Château-d'Oléron
Le port de pêche du Château-d'Oléron

Administration
Pays France
Région Poitou-Charentes
Département Charente-Maritime
Arrondissement Rochefort
Canton Le Château-d'Oléron
(chef-lieu)
Code Insee abr. 17093
Code postal 17480
Maire
Mandat en cours
Michel Parent
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes de l'Île-d'Oléron
Démographie
Population 3 884 hab. (2006)
Densité 248 hab./km²
Gentilé Casteloleronais, Chapelains
Géographie
Coordonnées 45° 53′ 09″ Nord
       1° 11′ 41″ Ouest
/ 45.8858333333333, -1.19472222222
Altitudes mini. 0 m — maxi. 10 m
Superficie 15,67 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Le Château-d'Oléron est une commune française, située sur l'Île d'Oléron dans le département de la Charente-Maritime et la région Poitou-Charentes.

Les habitants du Château-d'Oléron sont appelés les Casteloleronais et les Casteloleronnaises.

Cette ville, dominée par la silhouette de sa citadelle, œuvre de Vauban, est une des principales agglomérations de l'île d'Oléron. Elle s'articule autour de la place d'armes et d'un secteur piétonnier couvrant une partie du centre-ville.

Aujourd'hui supplantée par Saint-Pierre-d'Oléron, elle fut autrefois la capitale de l'île.

Sommaire

Géographie

La commune est située sur la côte sud-est de l'île d'Oléron, seconde plus grande île de France métropolitaine, dans le département de la Charente-Maritime et la province historique de la Saintonge.

Les côtes de l'Île d'Oléron

D'une superficie de 1567 hectares, elle occupe un site essentiellement marécageux et parcouru de nombreux chenaux, en particulier dans sa partie orientale. Autrefois dédiés à la production de sel, les marais servent aujourd'hui de lieu d'affinage pour les huîtres du bassin ostréicole de Marennes-Oléron. La partie occidentale de la commune est constituée de zones horticoles s'étendant autour de deux hameaux, La Gaconnière et Fief-Naton. On y produit notamment des mojhettes, une sorte de haricot blanc qui est l'une spécialité de l'ouest de la France, ainsi que de la vigne ( vins produits sous le label " Vin de Pays Charentais de l' Ile d'Oléron " ). A l'ouest de La Gaconnière s'étend un petit massif forestier. Au nord de la commune s'étendent trois plages de sable fin, lesquelles sont bordées par des marais. Un promontoire calcaire de faible altitude, dominant les environs, accueille la citadelle, laquelle a succédé à un château-fort au XVIIe siècle. A ses pieds s'étend le port de pêche

Lieux-dits et hameaux

Les principaux hameaux présents sur le territoire communal sont au nombre de huit : il s'agit de Gibou, La Gaconnière, La Renisière, Fief-Naton, Ors, La Bordelinière, Grésillon et La Chevalerie.[1]

Communes limitrophes

La ville est entourée au sud par la commune de Saint-Trojan-les-Bains, au nord par Dolus-d'Oléron, et à l'ouest par Le Grand-Village-Plage.

Axes de communication

La ville, qui se situe à proximité du pont de l'île d'Oléron, est accessible via l'autoroute A10 ( sortie à Saintes ) puis par la D728, reliant Saintes à Marennes et au pont, dont l'accès est gratuit. La D733 permet d'accéder à l'île depuis les villes de Royan, de Rochefort et de La Rochelle. Les compagnies de bus régionales Aunis et Saintonge, Metereau et Kéolis littoral desservent la gare routière, tandis que l'accès par avion est possible depuis les aéroports de Rochefort-Saint Agnant, distant de 25 kilomètres et La Rochelle-Laleu, à 60 kilomètres. L'île d'Oléron n'ayant pas de réseau ferroviaire, les stations SNCF les plus proches sont celles de Rochefort, Saintes et Royan.

Hydrographie

La commune, située en bord de mer et entourée de marais dédiés à l'ostréiculture, est traversée par plusieurs chenaux et ruisseaux, de taille et de débit très variables.

Climat

Le climat est de type océanique : la pluviométrie est relativement élevée en automne et en hiver et les hivers sont doux. L'été reste tempéré grâce à la brise marine. Deux vents venant de l'océan, le noroît et le suroît , soufflent sur les côtes du département. L'ensoleillement de la côte charentaise est très important : avec 2250 heures par an, il est comparable à celui que connaît une partie de la côte méditerranéenne.[2]

Données générales

Ville Weather-clear.svg Ensoleillement (h/an) Weather-overcast-rare-showers.svg Pluie (mm/an) Weather-snow.svg Neige (j/an) Weather-violent-storm.svg Orage (j/an) Weather-day-more-fog.svg Brouillard (j/an)
Paris 1 797 642 15 19 13
Nice 2 694 767 1 31 1
Strasbourg 1 637 610 30 29 65
Brest 1 749 1 114 9 11 74
Le Château-d'Oléron[3] 2250 755 4 13 26
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40


Données météorologiques de La Rochelle de 1961 à 1990[4]
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc Année
Températures minimales (°C) 3,4 4,0 5,4 7,4 10,7 13,7 15,8 15,7 13,7 10,5 6,3 3,9 9,2
Températures maximales (°C) 8,5 9,9 12,1 14,7 17,9 21,3 23,8 23,5 21,8 18,0 12,6 9,2 16,1
Températures moyennes (°C) 5,9 6,9 8,7 11,1 14,3 17,5 19,8 19,6 17,8 14,2 9,4 6,6 12,7
Ensoleillement (h) 84 111 174 212 239 272 305 277 218 167 107 85 2250
Pluviométrie (mm) 82,5 66,1 57,0 52,7 61,1 42,9 35,1 46,4 56,5 81,6 91,8 81,8 755,3

Ouragan de décembre 1999

La Charente-Maritime est le département français qui a été le plus durement touché par l'ouragan Martin du 27 décembre 1999. C'est sur l'île d'Oléron que les records nationaux de vents enregistrés ont été atteints avec 198 km/h.

Géologie

Le 7 septembre 1972, un séisme se produisit sur l'île : d'une magnitude de 5.7 sur l'échelle de Richter, il a causé quelques dégâts dans la région et a pu être ressenti jusqu'en région parisienne. Le dernier séisme ressenti en date, toujours sur cette faille, d'une magnitude de 4.7, a eu lieu le 18 avril 2005.[5]

Toponymie

La ville tire son nom de l'ancien château-fort des ducs d'Aquitaine, démoli au XVIIe siècle, et de Ularius, nom de l'île à l'époque romaine.

Pendant la révolution, la commune portera brièvement le nom de Cité-de-l'Égalité, puis Égalité. Devenue Le Château en 1793, la ville sera officiellement renommée Le Château-d'Oléron en 1962.[6]

Histoire

Une occupation humaine précoce

La commune conserve quelques traces d'occupation humaine remontant à l'époque néolithique, dont un dolmen, aujourd'hui brisé, qui se dresse toujours à proximité du village d'Ors, non loin du pont reliant l'île au continent. Ce dolmen, qui semble avoir été érigé il y a trois millénaires[7], a fait l'objet de fouilles archéologiques au XIXe siècle, lesquelles ont révélé la présence de sépultures à cet endroit. De même, le site du Château-d'Oléron fut occupé à l'époque gallo-romaine, ce que révèlent des fragments de poteries retrouvés au nord de la ville. Néanmoins, c'est à partir du Moyen Âge que la cité va réellement se développer.

Une place forte des ducs d'Aquitaine

Un château-fort est édifié dès le XIe siècle, rapidement complété par une série de fortifications entourant la ville médiévale. En 1199, Aliénor d'Aquitaine, séjournant sur l'île, confirme les prérogatives communales[8]. La ville, abritant le château des ducs d'Aquitaine, est alors une ville forte, comptant plusieurs paroisses, et est sans doute la capitale de l'île.

Au moment des guerres de religion, les combats sont particulièrement violents, culminant avec la bataille dite du château, opposant les troupes d'Agrippa d'Aubigné à celles de Saint-Luc. La ville en sort presque totalement ruinée. Quelques années plus tard, Richelieu ordonne l'édification d'une citadelle. Les travaux de celle-ci sont confiés à l'ingénieur Pierre D'Argencourt, et débutent en 1630. Ils sont ultérieurement pris en main par Vauban. Pour se faire, les principaux monuments de la ville encore debout sont abattus. De même des deux églises paroissiales, remplacées par un nouveau sanctuaire en 1700.

La citadelle, ou le renouveau de la ville

La citadelle, une fois construite, abrite une garnison, avant de servir de prison durant les moments sombres de l'histoire. Au début du XVIIIe siècle, elle est également l'une des étapes pour les militaires partis de Rochefort et en route vers la nouvelle-France : Acadie, Québec, Louisiane.

Le port est créé vers 1740, dans un des fossés de la citadelle. Il reste actif de nombreuses années, notamment grâce à la mise en place d'un bac en 1949, qui était la principale voie d'accès vers l'île jusqu'en 1966, date de la mise en service du pont. C'est actuellement un port mixte (port de pêche et de plaisance), largement orienté vers les activités ostréicoles, que fréquentent de nombreuses petites embarcations dédiées à cette activité, les « plates » ou les « pontons ». L'ostréiculture est un secteur qui s'est développé à partir du XIXe siècle et qui est toujours très vivace actuellement.

La garnison militaire évacue la citadelle peu avant le second conflit mondial et est remplacée peu après par les soldats de la Wehrmacht. De ce fait, en 1945 a lieu un intense bombardement allié qui endommage en partie la ville, et plus encore, la citadelle. Les années d'après guerre voient le développement du tourisme, et également, le développement de l'urbanisation.

La ville aujourd'hui

Ex-cabanes ostréicoles rénovées

La ville est actuellement un centre touristique tourné vers son patrimoine historique et profitant de sa situation, non loin du pont la reliant au continent, mais à courte distance également de la capitale de l'île, Saint-Pierre-d'Oléron, ou de la station balnéaire de Saint-Trojan.

Depuis 1996, la municipalité cherche également à attirer des artistes et des artisans d'art, qui y installent leurs ateliers dans d'anciennes cabanes d'ostréiculteurs rénovées. Une politique de mise en valeur du centre-ville, avec création de nouveaux secteurs piétonniers ainsi que d'un nouveau port de plaisance, est en cours depuis l'année 2005.

Administration

Municipalité

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
1995 1997 Faosto De Olivera
depuis 1997 Michel Parent
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Canton

La ville est le chef-lieu d'un des deux cantons de l'île d'Oléron.
Le canton du Château d'Oléron regroupe quatre communes.

Démographie

Évolution démographique
(Source : Cassini[9], Insee[10])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2251 2558 2735 2632 2527 2644 2485 2542 2632
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3003 2920 3211 3328 2850 3132 3007 3458 3573
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3803 3334 3734 3142 3018 3061 3281 2864 2870
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 - -
3171 3254 3324 3411 3544 3552 3884 - -

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Pyramide des âges au Château-d'Oléron en 1999[11] en pourcentage.
Hommes Classe d'âge Femmes
0,1  Avant 1904  0,6
10,3  1905-1924  14,9
20,6  1925–1939  20,9
19,5  1940-1954  19,4
20,4  1955-1969  19,5
14,8  1970-1984  11,9
14,3  1985-1999  12,8

Économie

Trois activités principales dominent l'économie de la ville : en premier lieu, l'ostréiculture, qui est presque l'un des symboles de l'île : ce sont presque 250 entreprises qui la pratiquent actuellement[12]. Le tourisme tend de plus en plus à prendre le pas sur cette dernière activité, suivi par le commerce ( boutiques du centre-ville, mais aussi centre commercial situé en périphérie ).

Culture

Monuments et lieux touristiques

L'église Notre-Dame-de-l'Assomption

L'église Notre-Dame-de-l'Assomption

L'édification de la citadelle en 1630 obligea les autorités militaires à détruire une partie de l'ancienne ville médiévale, et avec elle, les principales églises qu'elle comptait jusqu'alors. Lorsque l'église Saint-James fut elle aussi rasée à la fin du XVIIe siècle, on décida de faire appel à l'ingénieur Ferry pour édifier un nouveau sanctuaire, dédié à Notre-Dame-de-l'Assomption.
La première pierre de cette église fut posée en 1700 : en seulement trois ans, la nef et le transept étaient achevés. Il fallut néanmoins attendre 1764 pour que les travaux reprennent et que le chœur soit enfin terminé.

En 1883, un clocher néo-roman, surmontant un porche de même style, compléta l'édifice, dont la flèche, haute de 40 mètres, domine l'ensemble de la ville. A chaque angle du clocher se trouve une sculpture représentant le symbole d'un évangéliste.

L'intérieur de l'édifice surprend par ses proportions. Bâtie sur un plan en croix latine, l'église est voûtée en anse de panier.

Le chœur se distingue par des boiseries de style Louis XV et est dominé par un retable du XVIIIe siècle représentant l'assomption de Marie : l'inscription latine « Assumpta est Maria » surmonte le tableau. Plusieurs vitraux et statues datant des XVIIIe et XIXe siècle ornent également le sanctuaire.

La citadelle

La porte Royale, un des accès à la citadelle du Château-d'Oléron

La citadelle de Château-d'Oléron défendait l'embouchure de la Charente. Sa situation géographique, lui permettait de protéger Brouage, et surtout Rochefort, arsenal de la marine française.

Des fortifications existaient au Château-d'Oléron dès la fin du XIe siècle, la ville médiévale étant alors le principal port permettant de relier le continent, et également la capitale historique de l'île d'Oléron. Par ailleurs, c'est dans cette ville qu'était situé le château des ducs d'Aquitaine, construit au XIIe siècle et démoli en 1625. La construction de la citadelle a débuté sous le règne de Louis XIII, lequel confia à l'architecte Pierre d'Argencourt le soin des travaux de fortification. Néanmoins, à partir de 1685, c'est Vauban qui se consacra à ce chantier, et qui le poursuivit jusqu'à son terme.

Pendant la Révolution française les fortifications servirent de prison et en 1939 la citadelle fut désertée par les militaires, ce qui n'empêcha pas un bombardement massif par les alliés le 17 avril 1945, qui n'eût pour seul effet que détruire partiellement le monument. Depuis la fin du conflit, la citadelle, classée monument historique en 1929, est le monument le plus visité de la ville.

La citadelle se compose principalement d'un réseau de fortifications, entourant une cour centrale où se dresse un long bâtiment comportant deux niveaux, et qui abritait autrefois, outre le magasin aux vivres, le logis du gouverneur de la place, qui était aussi celui de toute l'île d'Oléron sous l'ancien régime. On peut voir à l'intérieur une exposition permanente consacrée à l'histoire des soldats de la nouvelle-France : en effet, nombre d'entre eux, partis de Rochefort, ont séjourné dans la citadelle avant de s'embarquer vers les côtes du nouveau-monde. L'accès à la cour centrale se fait par une porte datant du XVIIe siècle, la Porte Royale, sur le fronton de laquelle sont visibles des armes comportant une ancre marine, le cordon de l'ordre du Saint-Esprit et un chapeau de cardinal.

Ambox notice.png Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les Halles

Elles furent bâties en 1891, sur les plans de l'architecte Emerit, afin de remplacer les anciennes halles, devenues inadaptées. Elles se composent d'un vaisseau central doublé de deux vaisseaux latéraux. La façade, mêlant calcaire et briques, est surmontée d'un fronton.

La Fontaine Renaissance

La fontaine renaissance, classée monument historique depuis 1937

Cette fontaine publique est l'œuvre du sculpteur Jean Paillé, qui l'édifia en 1851. Elle s'inspire librement de l'architecture baroque et classique, et présente des thèmes marins, représentés par deux dauphins et le trident de Neptune. Elle est classée monument historique depuis 1937.

Le Pont Napoléon

Cet ouvrage, formé d'une seule arche traversant le chenal de la Brande, fut édifié en 1767. Il est classé monument historique depuis 1979.

Aux alentours

Aux alentours de la commune, il est possible de visiter la capitale de l'île, Saint-Pierre-d'Oléron, qui abrite, outre un centre-ville ancien et pittoresque, le port de La Cotinière, l'un des principaux ports de pêche du littoral Atlantique. De même, l'île d'Oléron compte de nombreuses plages et infrastructures touristiques. Sur le continent, il est possible de visiter les villes de Rochefort, Saintes et Royan, ainsi que les sites ostréicoles de l'estuaire de la Seudre. De même, le zoo de la Palmyre, situé sur la commune de Mathes, est l'un des plus renommés d'Europe. Enfin, le viaduc de l'île d'Oléron, bâti en 1966, se trouve aux portes de la ville.

Équipements et services

Transports urbains

La commune est desservie par les réseaux de car Aunis et Saintonge, Metereau et Keolis Littoral. Des correspondances existent entre les gares de Surgères, Saintes, Rochefort en direction du Château d'Oléron.

Éducation

La commune compte une école maternelle et une école primaire publique, baptisée du nom d'un des architectes ayant contribué à l'édification de la citadelle : Pierre d'Argencourt. De même, comme tout chef-lieu de canton, la ville possède un collège d'enseignement général public, le collège Aliénor d'Aquitaine, lequel est situé boulevard Victor Hugo.
Une ligne de bus permet de rejoindre les principaux lycées, qui sont tous situés sur le continent : le lycée de la mer et du littoral, situé à Bourcefranc-le-Chapus, de l'autre côté du pont, est le plus proche.

Sports

Le complexe sportif David Douillet

La ville, qui abrite un stade municipal et un complexe sportif portant le nom du judoka français David Douillet, compte par ailleurs plusieurs associations sportives, parmi lesquelles une association de judo, de tennis, de rugby, et de pétanque. Une association perpétue également un sport pratiqué localement depuis des générations : la boule oleronnaise. Enfin, il existe plusieurs associations dédiées aux sports nautiques, tel que le char à voile et le surf.[13]

Santé

Six médecins généralistes exercent actuellement au château-d'oléron ( en 2008 ) : la plupart sont regroupés au sein d'un cabinet médical situé rue La Fayette. La commune compte également deux dentistes et quatre infirmiers. Parmi les autres infrastructures médicales, on trouve également trois pharmacies, une compagnie d'ambulances et une caserne des pompiers. L'hôpital local le plus proche se trouve à Saint-Pierre-d'Oléron. Un centre hospitalier plus important est situé sur le continent, à Rochefort.

Vie locale

Cultes

Marchés

Le marché a lieu tous les jours en dehors du lundi, tant sous les halles qu'à ses abords immédiats. En saison, un marché nocturne se tient tous les mercredis, de 20 heures à 1 heures du matin, aux abords de la place d'armes, et tous les vendredis, aux mêmes horaires, sur le port.[14]

Personnages célèbres

  • Geoffroy-Martel : il possède l'île après les victoires remportées en 1033 et 1036 contre le duc d'Aquitaine. Il séjourne plusieurs fois au Château-d'Oléron. Après sa mort, l'île revient au duc d'Aquitaine.
  • Aliénor d'Aquitaine : parfois appelée Eléonore de Guyenne, elle séjourna au Château-d'Oléron en 1199, avant de se retirer à l'abbaye de Fontevraud. Son nom fut d'ailleurs donné au collège, où un buste d'elle est présenté. Le collège comporte aujourd'hui, et en moyenne, 300 élèves chaque année.
  • Le seigneur Larchère y meurt en 1581, lors de son pèlerinage sur l'île. Il est enterré sur la commune de Saint Georges.

Voir aussi

Articles de Wikipédia

Notes

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail de la Charente-Maritime Portail de la Charente-Maritime
  • Portail des communes de France Portail des communes de France
Ce document provient de « Le Ch%C3%A2teau-d%27Ol%C3%A9ron ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Château-d'Oléron de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Château d'Oléron — (Ch. du Bourg), Stadt im Arrondissement Marennes des französischen Departements Charente inférieure, auf der Insel Oléron; Hafen, Salzhandel, Schiffsbau; 3200 Ew …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Château-d'Oleron — (spr. schatō dolĕróng), s. Oleron …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Le Château-d'Oléron — Pour les articles homonymes, voir Château (homonymie). 45° 53′ 09″ N 1° 11′ 41″ W …   Wikipédia en Français

  • Le Chateau-d'Oleron — Le Château d Oléron Le Château d Oléron Le port de pêche du Château d Oléron Administration Pays France Région Poitou Charentes Département …   Wikipédia en Français

  • Le Château-D'Oléron — Le port de pêche du Château d Oléron Administration Pays France Région Poitou Charentes Département …   Wikipédia en Français

  • Le Château d'Oléron — Le port de pêche du Château d Oléron Administration Pays France Région Poitou Charentes Département …   Wikipédia en Français

  • Le château-d'oléron — Le port de pêche du Château d Oléron Administration Pays France Région Poitou Charentes Département …   Wikipédia en Français

  • Citadelle du Château-d'Oléron — La Porte Royale Type Citadelle Architecte Pierre d Argencourt Louis Nicolas de Clerville François Ferry, sous la supervision de …   Wikipédia en Français

  • Canton Du Château-d'Oléron — Situation du canton du Château d Oléron dans le département Charente Maritime Administration …   Wikipédia en Français

  • Canton du Chateau-d'Oleron — Canton du Château d Oléron Canton du Château d Oléron Situation du canton du Château d Oléron dans le département Charente Maritime Administration …   Wikipédia en Français