Chute du bloc communiste en Europe


Chute du bloc communiste en Europe

Chute du bloc communiste en Europe

La chute du bloc communiste en Europe commence à partir de 1985 et se déroule jusqu'en 1991 avec l'abandon du système de parti unique dans les pays du pacte de Varsovie.

Sommaire

Contexte

En 1985, Mikhaïl Gorbatchev est nommé au poste de Secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique (PCUS). Gorbatchev promeut deux réformes politique et économiques sous les mots de glasnost (transparence) et perestroïka (réconstruction).

Les peuples de ces derniers poussés par les changements à Moscou, vont dans les rues, réclament du changement, plus de liberté, des réformes. Du jamais vu en Europe de l'Est et en URSS. De plus le gouvernement de Gorbatchev laisse faire et n'intervient plus comme auparavant.

Les changements

L'année 1989 sera riche en promesse, en espoir et en changements pour les pays d'Europe de l'Est. Les gouvernements communistes ont compris qu'il allaient devoir lâcher du lest. Les premières élections libres ont lieu dans de nombreux pays de l'Est, URSS comprise. Malgré l'ampleur de la contestation, des manifestations, des grèves, Gorbatchev dit non à l'emploi des tanks, laissant ainsi les gouvernements communistes face à leur destin. Des accords de démilitarisation de l'Europe de l'Est sont signés, les troupes soviétiques se retirent.

En Hongrie, le parti au pouvoir accepte le principe du multipartisme dès février 1989. En juin, Imre Nagy et les protagonistes de l'insurrection de Budapest sont réhabilités.

En République populaire de Pologne, Solidarnosc est à nouveau autorisé en avril 1989. En juin, le mouvement remporte la victoire aux élections législatives, et refuse tout accord de gouvernement avec le Parti ouvrier unifié polonais. Wojciech Jaruzelski demeure président, mais doit accepter Tadeusz Mazowiecki comme premier ministre.

La Chute du Mur de Berlin

Manifestations le 4 novembre 1989 à Berlin-Est.

Le 7 octobre, les manifestations populaires commencent en République démocratique allemande, alors que le régime fête son 40ème anniversaire. Le gouvernement est dépassé : le 19 octobre, Erich Honecker est contraint à la démission par le bureau politique du Parti socialiste unifié d'Allemagne. Egon Krenz lui succède.

Le 9 novembre 1989 au soir, l'ouverture des frontières de la RDA est annoncée. Plusieurs milliers de personnes se dirigent vers le Mur de Berlin. Les policiers est-allemands chargés de garder la frontière n'ont pas été avertis et contactent Moscou qui leur demande de ne pas réagir. La foule en liesse monte sur le Mur et commence à le détruire. Le plus grand symbole de la séparation de l'Europe et de la Guerre Froide est détruit. La chute du Mur est un symbole d'autant plus fort qu'il permet la réunification d'un peuple séparé.

Le 1er décembre, la Chambre du peuple abolit la constitution de la RDA qui garantissait le contrôle sur le pays du Parti socialiste unifié d'Allemagne. Le 3 décembre, Egon Krenz démissionne avec la totalité de la direction du parti. Le 16 décembre, le parti, réuni en congrès, s'auto-dissout et devient le Parti du socialisme démocratique.

Effondrement général des régimes à la fin 1989

Article détaillé : Révolution de velours.

En République populaire de Hongrie, le Parti socialiste ouvrier hongrois se déclare dissout le 7 octobre 1989, son aile modérée fondant le Parti socialiste hongrois. Le 23 octobre, Brúnó Straub est remplacé comme président par Mátyás Szűrös, tandis que la République populaire de Hongrie devient la République de Hongrie.

Après la chute du mur de Berlin, les gouvernements communistes comprennent que Moscou ne réagira pas en cas de soulèvement des masses.

En Bulgarie, Todor Jivkov démissionne le 10 novembre, sous la pression des communistes réformateurs comme Andréi Lukanov.

En Tchécoslovaquie, la Révolution de Velours provoque l'effondrement du régime politique communiste sans une goutte de sang versé. Des manifestations ont alors lieu dans tous le pays, pour réclamer des changements, le gouvernement cède. Le 10 décembre, le premier gouvernement non-communiste et formé, puis Václav Havel est élu président de la Tchécoslovaquie le 28 décembre et Alexander Dubček est élu chef du parlement le 29 décembre.

La chute de Ceausescu

Article détaillé : Révolution roumaine de 1989.

La chute des régimes communistes est essentiellement pacifique, mais pas en Roumanie. À cette époque la situation économique est des plus mauvaises et la Securitate, la police d'état, fait régner la terreur. Une partie des cadres du Parti communiste roumain décide, face à l'effondrement des autres régimes communistes européens, de renverser Nicolae Ceaucescu.

Le 21 décembre 1989 a lieu un rassemblement populaire, censé soutenir le régime, l'événement était filmé. Mais soudain en plein discours, le dictateur est hué par des protestataires, son désarroi apparaissant en direct. Le lendemain, le bâtiment du Comité Central est attaqué : Ceausescu, lâché par la direction du parti, prend la fuite.

Des manifestants réussissent à prendre le bâtiment des télévisions à 13h puis, contre tout attente, les militaires fraternisent. Dans les jours qui suivent, Ceausescu et sa femme sont capturés. Le 25 décembre au cours d'un procès expéditif mené par un tribunal auto-proclamé, les époux sont condamnés à être fusillés. Le soir des images de leur corps sont diffusés à la télévision. Pourtant encore après, des combats violents ont lieu à Bucarest, opposant les forces de la Securitate et forces armées. Les premières élections libres seront remportés par Ion Iliescu, ancien communiste et acteur du renversement de Ceaucescu. La révolution en Roumanie est la plus violente, avec 104 morts et 1 761 blessés, bien que les médias aient diffusé durant les évènements des rumeurs bien plus alarmistes sur le nombre de victimes, avec notamment l'affaire des charniers de Timişoara.

Après 1989

En mars 1990, la CDU est-allemande remporte une victoire écrasante aux premières élections législatives libres de la RDA. Le processus de réunification allemande est lancé.

En Bulgarie, Todor Jivkov est arrêté en janvier 1990. Le Parti communiste bulgare s'auto-dissout, devenant le Parti socialiste bulgare et abandonnant toute référence au marxisme-léninisme. Des élections pluralistes ont lieu en juin 1990, et sont remportées par les socialistes. Andréi Lukanov, ancien communiste réformateur, devient premier ministre, mais doit démissionner dès décembre 1990 sous la pression des manifestations et des accusations de corruption. De nouvelles élections ont lieu en avril 1991, et sont remportées par l'opposition.

En Pologne, Wojciech Jaruzelski démissionne : Lech Walesa, élu président, lui succède le 21 décembre 1990.

En 1990, la République fédérale socialiste de Yougoslavie tient ses première élections libres et pluralistes. En 1991 commencent les guerres de Yougoslavie qui aboutissent à la dislocation progressive du pays. La Yougoslavie, rebaptisée en 1992 République fédérale de Yougoslavie, disparaît définitivement en 2003.

En 1991, l'Albanie s'ouvre à son tour à la démocratie : le Parti communiste remporte les premières élections pluralistes en mars 1991, mais une grève générale provoque la chute du nouveau gouvernement. Le parti s'auto-dissout en juin pour devenir le Parti socialiste d'Albanie. De nouvelles élections législatives, en mars 1992, sont remportées par le Parti démocrate d'Albanie. Le Président de la République Ramiz Alia démissionne le 3 avril. Le 9 avril, Sali Berisha est élu par le parlement, devenant le premier président albanais démocratiquement élu.

En août 1991, en Union soviétique, le putsch mené par des conservateurs contre Mikhaïl Gorbatchev est un échec. Boris Eltsine, président de la Russie, est en position de force, décrète la dissolution et l'interdiction du Parti communiste de l'Union soviétique. Les républiques de l'URSS déclarent l'une après l'autre leur indépendance à l'automne. Le 26 décembre 1991, l'Union soviétique est officiellement dissoute.

Voir aussi

  • Portail de l’URSS Portail de l’URSS
  • Portail de l’Europe Portail de l’Europe
  • Portail du marxisme Portail du marxisme
  • Portail de l’Allemagne Portail de l’Allemagne
  • Portail de la Bulgarie Portail de la Bulgarie
  • Portail de la Hongrie Portail de la Hongrie
  • Portail de la Roumanie Portail de la Roumanie
Ce document provient de « Chute du bloc communiste en Europe ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Chute du bloc communiste en Europe de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Chute du bloc communisme en Europe — Chute du bloc communiste en Europe La chute du bloc communiste en Europe commence à partir de 1985 et se déroule jusqu en 1991 avec l abandon du système de parti unique dans les pays du pacte de Varsovie. Sommaire 1 Contexte 2 Les changements 3… …   Wikipédia en Français

  • Bloc communiste — Bloc de l Est      Bloc de l Ouest, pays de l OTAN      Bloc de l Est, pays du …   Wikipédia en Français

  • Chute du bloc de l'Est — Photographies de manifestations dans le bloc de l Est en 1989. La chute du bloc de l Est désigne l effondrement des régimes du bloc de l Est qui commence en 1985 et se déroule jusqu en 1991 avec la dissolution du pacte de Varsovie. On parle… …   Wikipédia en Français

  • Chute du communisme en Europe — Chute du bloc communiste en Europe La chute du bloc communiste en Europe commence à partir de 1985 et se déroule jusqu en 1991 avec l abandon du système de parti unique dans les pays du pacte de Varsovie. Sommaire 1 Contexte 2 Les changements 3… …   Wikipédia en Français

  • Bloc De L'Est —      Bloc de l Ouest, pays de l OTAN      Bloc de l Est, pays du …   Wikipédia en Français

  • Bloc de l'est —      Bloc de l Ouest, pays de l OTAN      Bloc de l Est, pays du …   Wikipédia en Français

  • Bloc oriental — Bloc de l Est      Bloc de l Ouest, pays de l OTAN      Bloc de l Est, pays du …   Wikipédia en Français

  • Bloc socialiste — Bloc de l Est      Bloc de l Ouest, pays de l OTAN      Bloc de l Est, pays du …   Wikipédia en Français

  • Bloc soviétique — Bloc de l Est      Bloc de l Ouest, pays de l OTAN      Bloc de l Est, pays du …   Wikipédia en Français

  • Chute du Mur de Berlin — Mur de Berlin Pour les articles homonymes, voir Mur (homonymie). Le Mur de Berlin (en allemand Berliner Mauer), également appelé le « Mur »[1] ou le « Mur de la honte », a été érigé en plein Berlin pendant la nuit du 12 au… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.