Chronologie des alternatives (1941 à 1960)


Chronologie des alternatives (1941 à 1960)

Sommaire

On trouvera ci-après la chronologie des alternatives, entre 1941 et 1960, des matadors ayant laissé quelque trace dans l’histoire de la corrida, avec, dans la mesure du possible, les noms du parrain et du témoin de la cérémonie ainsi que celui de la ganadería (élevage)[1].

1941

  • 7 décembre : Manuel Gutiérrez Sánchez « El Espartero » (Mexicain). Mexico, Plaza « el Toreo ». Parrain, Lorenzo Garza ; témoin, Carlos Arruza ; taureaux de la ganadería de San Mateo.

1942

  • 16 avril : Edmundo Zepeda (Mexicain). Mexico. Parrain, David Liceaga ; témoin, Andrés Blando ; taureaux de la ganadería de San Mateo.

1943

  • 17 mars : José Roger Martín « Valencia III » (Espagnol). Valence (Espagne). Parrain, Juan Belmonte Campoy ; témoin, Pepe Luis Vázquez ; taureaux de la ganadería de Carmen de Federico.
  • 17 octobre : Ignacio Rafael García Escudero « Albaicín » (Espagnol). Madrid. Parrain, « Cagancho » ; témoin, « Gitanillo de Triana » ; taureaux de la ganadería de Ignacio Sánchez.
  • 26 octobre : Luis Procuna (Mexicain). Mexico, plaza « El Toreo ». Parrain, « El Soldado » ; témoin, Luis Briones ; taureaux de la ganadería de San Mateo.
  • 5 décembre : Gregorio García (Mexicain). Mexico, plaza « El Toreo ». Parrain, Jesús Solórzano ; témoin, « El Soldado » ; taureaux de la ganadería de Santín.

1944

  • 15 mai : José González Lucas « José Dominguín » (également dit « Pepe Dominguín ») (Espagnol). Madrid. Parrain, Antonio Bienvenida ; témoin, « Morenito de Talavera » ; taureaux de la ganadería de Joaquín Buendía.
  • 8 octobre : Amador Ruiz (Espagnol). Cuenca (Espagne). Parrain, Pepe Bienvenida (pas de témoin, la corrida ayant été un mano a mano) ; taureaux des ganaderías de Garrudo et de Tassara. Il avait pris une première alternative le 30 juillet 1934 à Valence (Espagne), à laquelle il avait par la suite renoncé.

1945

  • 15 mai : Aníbal Vallejo « Maera de Quito » (Équateurien). Quito (Équateur, province de Pichincha). Parrain, Ricardo Torres ; témoin, « El Espartero » ; taureaux de la ganadería de El Pedregal.
  • 8 septembre : Cayetano Ordóñez Araujo « El Niño de la Palma » (Espagnol). Ronda (Espagne, province de Málaga). Parrain, « Morenito de Talavera » (pas de témoin, la corrida ayant été un mano a mano) ; taureaux de la ganadería de Tulio et Isaías Vázquez.
  • 29 septembre : Jesús Guerra (Mexicain). Corella (Espagne, Navarre). Parrain, Julián Marín (pas de témoin, la corrida ayant été un mano a mano) ; quatre taureaux de la ganadería de Amador Santos.
  • 18 novembre : Rafael Perea Cano « Boni » (Espagnol). Orizaba (Mexique, État de Veracruz). Parrain, Luis Briones (pas de témoin, la corrida ayant été un mano a mano) ; taureaux de la ganadería de Lorenzo Garza. Alternative non valide en Espagne ; il en prendra une valide le 26 février 1946 à Mexico, plaza « México ».

1946

  • 21 avril : Bonifacio García Torres « Yoni » (Espagnol). Séville (Espagne). Parrain, « Calesero » ; témoin, « Gallito » ; taureaux de la ganadería de Juan Belmonte.
  • 19 mai : Miguel López (Colombien). Mexico, « plaza Monumental ». Parrain, Edmundo Zepeda ; témoin, Andrés Blando ; taureaux de la ganadería de San Diego de los Padres.
  • 20 juin : Paco Lara (Espagnol). Cadix (Espagne). Parrain, Fermín Rivera ; témoin, Juan Belmonte Campoy ; taureaux de la ganadería de Julia Cossío.
  • 24 juin : Raúl Acha Sanz « Rovira » (Péruvien). Barcelone (Espagne). Parrain, Manolo Escudero ; témoins, Julián Marín et Luis Briones ; deux taureaux de la ganadería de Manuel González et six de Antonio Sánchez y Sánchez. Il avait pris une première alternative, non valide en Espagne, le 28 novembre 1945 à Mérida (Mexique, État de Yucatán).
  • 24 novembre 1946 : Félix Briones (Mexicain). Monterrey (Mexique, État de Nuevo León. Parrain, Lorenzo Garza (pas de témoin, la corrida ayant été un mano a mano) ; taureaux de la ganadería de La Punta. Alternative non valide en Espagne ; il en prendra une valide le 28 décembre suivant à Mexico, plaza « México ».
  • 11 décembre : Leopoldo Ramos « Ahijado del Matadero » (Mexicain). Mexico. Parrain, Lorenzo Garza ; témoin, « Manolete » ; taureaux de la ganadería de Eduardo Iturbide.
  • 28 décembre 1946 : Félix Briones (Mexicain). Mexico, plaza « México ». Parrain, Lorenzo Garza ; témoin, « El Choni » ; taureaux de la ganadería de Zotoluca. Il avait auparavant pris une alternative, non valide en Espagne, le 24 novembre précédent à Monterrey (Mexique, État de Nuevo León).

1947

  • 23 mars : Diamantino Vizeu (Portugais). Barcelone (Espagne). Parrain, « Gitanillo de Triana » ; témoins, Pepe Bienvenida et « Parrita » ; six taureaux de la ganadería de Antonio Escudero et deux de celle de Benítez Cubero.
  • 25 mai : Eduardo Poggio (Uruguayen). Barcelone (Espagne). Parrain, Juan Belmonte Campoy ; témoin, « Rovira » ; taureaux de la ganadería de Marcelino Rodríguez. Il avait pris auparavant une alternative, non valide en Espagne, en octobre 1946 à Guayaquil (Équateur, province du Guayas).
  • 1er juin :
    • Luciano Cobaleda (Espagnol). Barcelone (Espagne). Parrain, Curro Caro ; témoin, « Cañita » ; un taureau de la ganadería de Muriel et cinq de celle de Pablo Romero.
    • Pablo Sabio González « Parrao » (Espagnol). Madrid. Parrain, « El Estudiante » ; témoin, José Dominguín ; taureaux de la ganadería de Antonio Pérez.
  • 23 juillet : Paquito Muñoz (Espagnol). Valence (Espagne). Parrain, « Andaluz » ; témoin, « Rovira » ; taureaux de la ganadería de Sánchez Fabrés.
  • 3 novembre : Ricardo Balderas (Mexicain). Mexico. Parrain, Luis Briones ; témoin, Luis Procuna ; taureaux de la ganadería de Torrecilla.
  • 23 novembre : José Francisco Vargas Castillo « Pepe Luis Vázquez de Méjico » (Mexicain). Mexico, plaza « México ». Parrain, « El Espartero » ; témoin, Ricardo Balderas ; taureaux de la ganadería de Jesús Cabrera.
  • 28 novembre : Jorge Medina (Mexicain). Mexico, plaza « El Toreo ». Parrain, Lorenzo Garza ; témoin, « El Soldado » ; taureaux de la ganadería de San Mateo.
  • 21 décembre : Edgar Puente (Équateurien). Mexico. Parrain, Andrés Blando ; témoin, Antonio Velázquez.

1948

  • 18 janvier : Francisco Rodríguez (Mexicain). Mexico, plaza « El Toreo ». Parrain, Lorenzo Garza ; témoin, Diamantino Vizeu ; taureaux de la ganadería de Pastejé.
  • 19 décembre : Rafael Rodríguez (Mexicain). Mexico. Parrain, Silverio Pérez ; témoin, Gregorio García ; taureaux de la ganadería de Coaxamalucan.

1949

  • 30 janvier : Nito Ortega (Colombien). Bogotá (Colombie). Parrain, « El Choni » ; témoin, « Rovira » ; taureaux de la ganadería de Vistahermosa.
  • 20 février : Alí Gómez (Venezuelien). Mexico, « Plaza Monumental ». Parrain, Lorenzo Garza ; témoin, Antonio Velázquez ; taureaux de la ganadería de Tlaxcala.
  • 5 juin : Gabriel Pericás (Espagnol). Palma de Majorque (Îles Baléares). Parrain, son frère Jaime Pericás ; témoin, Antonio Caro ; taureaux de la ganadería de la Viuda e Hijos de Félix Gómez.
  • 28 novembre : Eduardo Solís (Nationalité inconnue). (Bolivie, ville non connue). Parrain, « El Espartero ». Alternative non valide en Espagne.

1950

  • 26 mai : Manuel Calero Cantero « Calerito » (Espagnol). Cordoue (Espagne). Parrain, « Parrita » ; témoin, José María Martorell ; taureaux de la ganadería de Galache.

1951

  • 26 janvier : Jorge Aguilar González « El Ranchero » (Mexicain). Mexico. Parrain, Manuel Dos Santos ; témoin, Jesús Córdoba ; taureaux de la ganadería de La Laguna.
  • 24 juin : Paco Céspedes (Nationalité inconnue). La Paz (Bolivie). Parrain, « Rovira ». Alternative non valide en Espagne.
  • 11 juillet : Isidro Marín (Espagnol). Pampelune (Espagne, Navarre). Parrain, son frère Julián Marín ; témoins, Rafael Llorente et Diamantino Vizeu ; taureaux de la ganadería de Amador Santos Sánchez.
  • 7 octobre : Rafael Soria Molina « Lagartijo » (Espagnol). Montoro (Espagne, province de Cordoue). Parrain, José María Martorell ; témoin, « Calerito » ; taureaux de la ganadería du duc de Pinohermoso.
  • 12 octobre :
    • Abelardo Iniesta (Espagnol). Madrid, plaza de Vista Alegre. Parrain, « Yoni » (pas de témoin, la corrida ayant été un mano a mano avec seulement quatre taureaux) ; taureaux de la ganadería de Muriel.
    • Eduardo Vargas Barrenechea (Mexicain). Barcelone (Espagne). Parrain, Luis Miguel Dominguín ; témoin, José María Martorell ; taureaux de la ganadería de Montalvo.
  • 11 novembre : José Efraín Pulido Rey (Colombien). Gérone (Espagne). Parrain, Isidro Marín ; témoin, « Morenito de Talavera Chico » ; taureaux de la ganadería de Abdón Alonso. Il avait auparavant pris une alternative, non valide en Espagne, le 15 mars 1936 à Bogotá (Colombie).

1952

  • 9 mars : Daniel Navas Castro « Fortuna » (Colombien). Santa Cruz de Tenerife (Îles Canaries). Parrain, « Gitanillo de Triana » ; témoin, Mario Cabré ; taureaux de la ganadería de Concha y Sierra.
  • 27 avril : Mario Sevilla (Mexicain). Mexico. Parrain, Francisco Ortiz ; témoin, « Morenito de Talavera Chico » ; taureaux de la ganadería de Piedras Negras. Il avait auparavant pris une alternative, non valide en Espagne, le 21 septembre 1947 à Arles (France, département des Bouches-du-Rhône).
  • 8 mai : Octavio Martínez Fernández « Nacional » (Espagnol). Madrid, plaza de Vista Alegre. Parrain, « Cañita » ; témoin, « El Niño de la Palma » (Cayetano Ordóñez Araujo) ; taureaux de la ganadería de Vicente Muriel.
  • 10 août :
    • Vicente Vega Humanes « Gitanillo Chico » (Espagnol). Madrid plaza de Vista Alegre. Parrain, Jerónimo Pimentel ; témoin, « Nacional » ; taureaux de la ganadería de Miura.
    • Emilio Ortuño Duplaix « Jumillano » (Espagnol). Barcelone (Espagne), plaza « Las Arenas ». Parrain, « Parrita » ; témoin, Rafael Ortega ; taureaux de la ganadería de Sánchez Cobaleda.
  • 1er novembre : Agustín García Muñoz « Agustinillo » (Espagnol). Barcelone (Espagne). Parrain, Rafael Llorente ; témoin, Manuel Navarro ; taureaux de la ganadería de Cembrano.

1953

  • 5 avril : Ignacio Treviño Garza « Nacho Treviño » (Mexicain). Madrid. Parrain, Antonio Chaves ; témoin, Jerónimo Pimentel ; taureaux de la ganadería de Lisardo Sánchez.
  • 3 mai : Avelino Rivero « Pedrucho de Canarias » (Espagnol). Santa Cruz de Tenerife (Îles Canaries). Parrain, Jerónimo Pimentel ; témoin, Juan Posada ; taureaux de la ganadería de Zumel.
  • 10 août : Jesús Gracia Pina (Espagnol). Huesca (Espagne). Parrain, Antonio Chaves ; témoin, Joselito Torres ; taureaux de la ganadería de Ángel Pérez.
  • 20 septembre :
    • Luis Solano (Mexicain). Barcelone (Espagne). Parrain, « El Niño de la Palma » (Cayetano Ordóñez Araujo) ; témoin, Anselmo Liceaga ; taureaux de la ganadería de José María Bernardos.
    • José Edgar Zúñiga Villaquirán « Joselillo de Colombia » (Colombien). Lorca (Espagne, province de Murcie). Parrain, Antonio Bienvenida ; témoin, Jaime Malaver ; taureaux de la ganadería du comte de Ruiseñada.
  • 13 décembre : Pepe Luis Méndez (Mexicain). Mexico, plaza « El Toreo ». Parrain, Luis Procuna ; témoin, Manolo Vázquez ; taureaux de la ganadería de El Rocío.

1954

  • 20 janvier : Guillermo Carvajal (Mexicain). Mexico, plaza « México ». Parrain, « Calesero » ; témoin, « Jumillano » ; taureaux de la ganadería de Cabrera.
  • 18 avril :
    • Alfredo Leal (Mexicain). Séville (Espagne). Parrain, « El Niño de la Palma » (Cayetano Ordóñez Araujo) ; témoin, Manuel Carmona ; taureaux de la ganadería de Prieto de la Cal. Il avait pris une première alternative le 16 novembre 1952 à Mexico, à laquelle il avait par la suite renoncé.
    • Carlos Corpas (Espagnol). Murcie (Espagne). Parrain, « Pedrés » ; témoin, Juan Montero ; taureaux de la ganadería de Francisco Chica.
  • 11 juillet : Raúl Iglesias (Espagnol). Madrid, plaza de Vista Alegre. Parrain, Jaime Malaver ; témoin, Enrique Vera ; taureaux de la ganadería de José Carvajal.
  • 12 octobre : Humberto Valle Parodi (Péruvien). Madrid. Parrain, « Calerito » ; témoin, Juan Montero ; taureaux de la ganadería de Antonio Pérez.

1955

  • 16 janvier : Eliseo Gomez « El Charro » (Mexicain). Lieu non connu. Parrain, Guillermo Carvajal ; témoin, Jesús Peralta ; taureaux de la ganadería de Xajay.
  • 6 février : Amado Ramírez (Mexicain). Mexico, plaza « México ». Parrain, Rafael Rodríguez ; témoin, José María Martorell ; taureaux de la ganadería de La Laguna.
  • 21 avril : César García (Équateurien). Riobamba (Équateur, province du Chimborazo). Parrain, « Valencia III » (pas de témoin, la corrida ayant été un mano a mano ; le parrain ayant été blessé par son premier taureau, César García dut combattre seul les six taureaux) ; taureaux de la ganadería de Santa Mónica.
  • 2 octobre : Harold Zúñiga Villaquirán « Manolo Zúñiga » (Colombien). Logroño (Espagne, La Rioja). Parrain, son frère José Edgar Zúñiga « Joselillo de Colombia » ; témoin, José Ordóñez ; taureaux de la ganadería de Guardiola.
  • 12 octobre : Antonio Oliver López « Antonio del Olivar » (Mexicain). Madrid. Parrain, « Parrita » ; témoin, Alfonso Merino ; taureaux de la ganadería de Prieto de la Cal.

1956

  • 1er avril :
    • Joaquín Casimiro (Portugais). Madrid. Parrain, Victoriano Posada ; témoin, Manolo Chacarte ; taureaux de la ganadería de Pérez Alonso.
    • Gregorio Sánchez (Espagnol). Séville (Espagne). Parrain, Antonio Bienvenida ; témoin, Joselito Huerta ; taureaux de la ganadería de Joaquín Buendía.
  • 7 juillet : Paco Corpas (Espagnol). Pampelune (Espagne, Navarre). Parrain, Joselito Huerta ; témoin, Gregorio Sánchez ; taureaux de la ganadería de Sepúlveda de Yeltes.
  • 15 août : Luis Francisco Peláez (Espagnol). Palma de Majorque (Îles Baléares). Parrain, José María Martorell ; témoin, Joselito Huerta ; taureaux de la ganadería de Leopoldo Lamamié de Clairac.
  • 8 décembre : Fernando de los Reyes Pichardo « El Callao » (Mexicain). Mexico, plaza « El Toreo ». Parrain, Fermín Rivera ; témoin, « Chamaco » ; taureaux de la ganadería de Jesús Cabrera. Il avait pris une première alternative à Madrid le 7 septembre 1953 et y avait renoncé quelques mois plus tard.

1957

  • 6 janvier : Luciano Contreras (Mexicain). Mexico. Parrain, Manuel Capetillo.
  • 27 janvier : Rafael Mariscal (Espagnol). Almería (Espagne). Parrain, Enrique Vera ; témoin, « El Ciclón de Jerez » ; taureaux de la ganadería de Ramos Dávila.
  • 21 avril :
    • Mariano Martín Aguilar « Carriles » (Espagnol). Séville (Espagne). Parrain, « Nacional » ; témoin, Joselito Huerta ; taureaux de la ganadería de Tassara.
    • Fermín Murillo (Espagnol). Saragosse (Espagne). Parrain, « Chicuelo II » ; témoin, Jaime Ostos ; taureaux de la ganadería de Miura.
    • Miguel Martín de Los Ríos « Miguel Montenegro » (Espagnol). Grenade (Espagne). Parrain, Rafael Ortega ; témoin, « Litri » ; taureaux de la ganadería de Marceliano Rodríguez.
  • 18 août : Alfredo Uribe Acevedo « Antioqueñito » (Colombien). Medellín (Colombie, département d’Antioquia). Parrain, Carmelo Torres ; témoin, Edgar Puente ; taureaux de la ganadería de El Socorro. Alternative non valide en Espagne.
  • 27 octobre : Carlos Saldaña (Venezuelien). Barcelone (Espagne). Parrain, Joaquín Bernadó ; témoin, Fermín Murillo ; taureaux de la ganadería de Juan José Ramos Matías.

1958

  • 16 février : Heriberto García Medina (Mexicain). Mexico, Plaza « El Toreo ». Parrain, Juan Silveti ; témoin, « El Ranchero » ; taureaux de la ganadería de La Laguna.
  • 1er novembre : Antonio José Lara Yurgaqui « Curro Lara » (Colombien). Barcelone (Espagne), plaza « Las Arenas ». Parrain, Fermín Murillo ; témoin, « Sanluqueño » ; taureaux de la ganadería de Felipe Bartolomé.

1959

  • 1er février : Gabriel España (Mexicain) et Raúl García (Mexicain). Morelia (Mexique, État de Michoacán). Parrain, Luis Procuna ; taureaux de la ganadería de Torrecillas. Alternatives non valides en Espagne ; ils prendront chacun une seconde alternative, valable en Espagne, à Mexico le 16 avril 1961, de nouveau de concert.
  • 8 février : Emilio Rodríguez (Mexicain). Mexico. Parrain, « El Ranchero » ; témoin, José Ramón Tirado ; taureaux de la ganadería de Rancho Seco.
  • 18 avril : Raúl Dávalos (Équateurien). Riobamba (Équateur, province du Chimborazo). Parrain, Paco Corpas ; témoin, Alonso Dávila (la corrida ayant été un mano a mano, celui-ci, encore novillero intervenait comme sobresaliente) ; taureaux de la ganadería de Santa Marta. Alternative non valide en Espagne.
  • 30 août : Antonio Vera (Espagnol). Valence (Espagne). Parrain, son frère Enrique Vera ; témoin, « El Turia » ; taureaux de la ganadería de Escudero Calvo.
  • 26 septembre : Manolo Martín (Espagnol). Barcelone (Espagne). Parrain, Mario Cabré ; témoins, Joaquín Bernadó et Victoriano Valencia ; six taureaux de la ganadería de Isabel Rosa y González et deux de celle de Clairac.
  • 29 septembre : Antonio Cobo (Espagnol). Séville (Espagne). Parrain, Joaquín Bernadó ; témoin, José Trincheira ; taureaux de la ganadería de Salvador Guardiola.

1960

  • 1er mai : Héctor Obregón (Mexicain). Mexico, plaza « El Toreo ». Parrain, Antonio Velázquez ; témoin, Pepe Cáceres ; taureaux de la ganadería de Santacilia..
  • 20 août : Pepe Núñez (Espagnol). Muro (Îles Baléares). Parrain, « Chiquilín » ; témoin, « Sanluqueño » ; taureaux de la ganadería de Sánchez Valverde.
  • 11 octobre : Manuel Bravo López « Relámpago » (Espagnol). Saragosse (Espagne). Parrain, Julio Aparicio ; témoin, Gregorio Sánchez ; taureaux des ganaderías de Samuel Hermanos et de Ramos Paúl.
  • 16 octobre : Manuel Villalba (Espagnol). Séville (Espagne). Parrain, Bartolomé Jiménez ; témoin, Joaquín Bernadó ; taureaux de la ganadería de Salvador Guardiola.
  • 4 décembre : Evelio Yépez (Venezuelien). Maracay (Venezuela, état d'Aragua). Parrain, Eduardo Antich ; témoin, Joselito Torres ; taureaux de la ganadería de Guayabita. Alternative non valide en Espagne.
  • 15 décembre : Jorge Iván Otero « Curro Gallardo » (Colombien). Salamanca (Mexique, État de Guanajuato). Parrain, Manuel Capetillo ; témoin, Juan Silveti ; taureaux de la ganadería de Quiriceo. Alternative non valide en Espagne.

Sources

Voir aussi

Notes

  1. Aucune liste exhaustive ne semble possible : nombre de matadors ont pris l’alternative, sans que leur notoriété ait jamais dépassé les frontières de leur province, voire celles de leur village, et n’ont pas laissé la moindre trace dans l’histoire.
  2. En cas de double alternative, en principe, l’ordre dans lequel sera prise chacune des deux, donc l’ancienneté comme matador, est déterminé par l’ancienneté à Madrid en qualité de novillero. Aparicio et « Litri » ayant fait leur présentation à Madrid le même jour, leur ancienneté était identique. L’ordre des alternatives fut donc déterminé par tirage au sort.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Chronologie des alternatives (1941 à 1960) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires: