Chronologie de la bulle immobilière américaine des années 2000


Chronologie de la bulle immobilière américaine des années 2000

La bulle immobilière américaine des années 2000 est maintenant terminée[Quand ?] : les prix immobiliers ont commencé à décliner en 2006 au niveau du marché résidentiel, le sommet de la bulle ayant été observé en 2005, et n'ont pas encore atteint leur minimum en 2009.

Sommaire

Années 1930

  • 1933-1939 : Le New Deal, programme destiné à régler les problèmes issus de la grande dépression, est mis en place, avec en particulier des mesures permettant d'augmenter le nombre d'accédants à la propriété.
  • 1934 : Le National Housing Act faisant partie du New Deal dont l'objet est de rendre plus accessibles la propriété immobilière et le prêt immobilier. La Federal Housing Administration (FHA) (plus tard United States Department of Housing and Urban Development (en)) et la Federal Savings and Loan Insurance Corporation (en) sont créées.
  • 1938 : Fannie Mae est fondée par le gouvernement américain sous le New Deal. Il s'agit d'une entreprise appartenant à des actionnaires qui achète et sécurise les prêts immobiliers de manière à fournir une liquidité aux institutions qui prêtent de l'argent aux accédants à la propriété.

Période 1968 - 1991

  • 1968 : L'agence gouvernementale Federal National Mortgage Association (Fannie Mae) est transformée en une entreprise de statut privé mais sous convention publique (government sponsored enterprise GSE) qui achète et sécurise les prêts de manière à faciliter la liquidité du marché primaire hypothécaire. La dette de Fannie Mae n'est plus comptabilisée dans celle de l'état américain.
  • 1970 : La Federal Home Loan Mortgage Corporation (Freddie Mac) est créée par le congrès afin d'acheter des prêts sur le marché secondaire, de les titriser et de vendre aux investisseurs des obligations liées à ces prêts immobiliers (mortgage back securities). Le coût moyen d'une nouvelle maison en 1970 est de 26 600 $ [4] (140 582 $ en 2007). De 1960 à 1970, l'inflation augmente de 1,4 % à 6,5 % (une augmentation de 5,1 %), l'indice des prix à la consommation étant passé de 85 points en 1960 à environ 120 points en 1970. Le prix médian d'une maison a quasiment doublé passant de 16 500 $ en 1960 à 26 600 $ en 1970.
  • 1971 : L'étalon or-dollar est abandonné. Le dollar n'est plus convertible en or. Il n'y a plus de contraintes sur la création de monnaie et de la dette par le système bancaire. La croissance monétaire menée par le gouvernement américain est quasiment sans limite, atteignant des milliers de milliards de dollars, causant une perte de valeur intrinsèque du dollar américain qui continue encore aujourd'hui.
  • 1974 : l'Equal Credit Opportunity Act impose de sanctions lourdes aux institutions coupables de discrimination raciale, de couleur de peau, de religion, d'origine nationale, de sexe, de statut marital ou d'âge.
  • 1977 : Le Community Reinvestment Act est voté afin d'encourager les banques et les caisses d'épargne à offrir du crédit aux personnes à faible revenu ou possédant une petite entreprise (USC [5]et seq.)[1],[2]. Auparavant, des entreprises ont mené des politiques discriminatoires (connues sous le nom de « redlining »)
  • Juillet 1978 : L'amendement 121 permet d'exonérer une unique plus value de 100 000 dollars pour un vendeur âgé de 55 ans ou plus au moment de la vente[3].
  • 1980 : Le Depository Institutions Deregulation and Monetary Control Act (en) de 1980 accorde aux entreprises de financement immobilier, incluant les caisses d'épargne, le pouvoir de faire des prêts à la consommation, des prêts commerciaux et de gérer des comptes courants avec une régulation limitée entre les banques en compétition incluant les caisses d'épargne; les caisses d'épargnes dépendant du trésor ou les instituts de prêts sont également exempté des limites du taux d'usuraire[4]. Le coût d'une maison neuve en 1980 est de 76 400 $[5] (correspondant à une valeur de 189 918 $ en dollars de 2007).
  • 1981 : L'amendement 121 exonérant une plus value pour un vendeur âgé de 55 ans ou plus au moment de la vente voit son montant porté de 100 000 $ à 125 000 $[3].
  • 1981 : Chaque banque fédérale établit un bureau des affaires communes afin d'assurer du respect du Community Reinvestment Act[6],[7].
  • 1985–1991 : La crise des Savings and Loan est causée par la hausses des taux d'intérêts et par le développement du secteur de l'immobilier commercial et par la dérégulération excessive des caisses d'épargne et par la réduction du capital de réserve exigé ce dernier étant tombé de 5 % à 3 %[citation nécessaire].
  • 1986 : La réforme fiscale de 1986 Tax Reform Act of 1986 (en) élimine les réductions de taxe pour les intérêts payés sur les cartes de crédits encourageant l'usage de l'équité immobilière en utilisant le refinancement, prêt secondaire et crédit hypothécaire rechargeable (HELOC) par les consommateurs[8].
  • 1986–1991 : La construction neuve passe de 1,8 à 1 million d'unités, au plus bas depuis la seconde guerre mondiale[9].
  • 1990 : Le coût moyen d'une maison neuve en 1990 est de 149 800 $[12] (correspondant à une valeur de 234 841 $ en dollars de 2007).
  • 1991–1997 : Période de quasi non variation des prix immobiliers
  • 1991 : Récession américaine, les prix des constructions neuve baissent. Un retour à leur valeur initiale des prix est permis en 1997 par la croissance inflationniste.

Période: 1992- 2000

  • 1995 : La nouvelle Community Reinvestment Act, la collecte de données au niveau des prêts immobiliers en fonction de critères comme le voisinage, le revenu ou la race [15]; Fannie Mae est autorisée à acheter des obligations de crédit immobilier à risque (issues de prêts « subprimes »)[14].
  • 1997 : Taux de 29 % au niveau de refus pour les prêts conventionnels immobiliers[16].
    • Juillet : Le Taxpayer Relief Act of 1997 (en) modifie les amendements 121 et 1034 qui sont remplacés par une exonération (accessible tous les deux ans) des plus values égales à 500 000 $ pour un couple marié ou 250 000 $ pour un célibataire sur la vente d'un bien immobilier[17]. Ceci encouragera l'achat de résidences secondaires et l'investissement immobilier.
    • Novembre : Fannie Mae aide les sociétes First Union Capital Markets et Bear, Stearns & Co à lancer la première titrisation publique de 384,6 millions de dollars d'obligations. Ces obligations sont garanties par Fannie Mae au niveau des intérêts et du principal[18],[19].
  • 1998 :
    • 23 septembre 1998 : La Fed de New York monte un consortium afin de venir au sauvetage du hedge fund Long-Term Capital Management (en).
    • 1998 : L'augmentation des prix ajustés de l'inflation excède 10 % par an dans la majorité des métropoles de la côte ouest[20].
    • Octobre : Le Financial Services Modernization Act est au sénat parce qu'aucune restriction au niveau du Community Reinvestment Act au niveau des groupes communautaires n'est présent dans la loi[21].
  • 1999 :
    • Septembre : Fannie Mae diminiue ses exigences ain d'encourager les banques à étendre les prêts immobiliers aux personnes dont la note de crédit n'est pas assez bonne pour se qualifier pour des prêts conventionnels[22].
    • Novembre : Le Gramm-Leach-Bliley Act Financial Services Modernization Act rappelle Glass-Steagall Act, dérégulant le secteur financier, les banques et les assurances en une industrie de services financiers permettant ainsi une très large croissance des différents acteurs, limite la couverture des petites banques au niveau du Community Reinvestment[21].
  • 2000 :
    • 10 mars 2000 : Sommet de l'indice composite NASDAQ, explosion de la bulle internet.
    • Octobre : Fannie Mae achète et titrise 2 milliards de dollars de prêt éligibles au Community Investment Act[23],[24].
    • Novembre : Fannie Mae annonce que son Department of Housing and Urban Development (HUD) va consacrer 50 % de son activité aux familles à faible revenu, l'objectif étant de financer 500 milliards sous l'égide du Community Investment Act en 2010[25].
    • Décembre : Le Commodity Futures Modernization Act of 2000 (en) définit les taux d'intérêts, les monnaies et les indices boursiers comme actifs non contrôlables et permet le commerce des Credit default swaps par les hedge funds, les banques d'investissement et les compagnies d'assurance avec un minimum de surveillance [26], ce qui a contribué à la crise de 2008 pour les banques Bear Stearns, Lehman Brothers et AIG[27],[28],[29].

Période 2001 - 2006

  • 1997–2005 : La fraude liée aux prêts augmente de 1,411 %[30].
  • 2000–2003 : Début de la récession en 2000 (le début et son occurrence varie selon les pays).
  • 2001–2005 : Bulle immobilière américaine.
  • 2001 : La réserve Fédèrale américaine baisse son taux d'intérêt onze fois, de 6,5 % à 1,75 %[31].
  • 2002–2003 : Taux de refus de prêt de 14 % au niveau des prêts conventionnels, la moitié du taux de 1997[16].
  • 2002 : La croissance des prix immobiliers est supérieure ou égale à 10 % ou plus en Californie, Floride, et dans les États du nord-est[32].
    • 17 juin : Le président George W. Bush fixe l'objectif d'accroître de 5.5 millions d'accédants à la propriété pour les minorités en 2010 en octroyant des milliards de dollars en crédit d'impôts et subventions et un engagement par Fannie Mae de 440 milliards de afin d'établir l'organisation NeighborWorks America (en) en collaboration avec des organisations religieuses[33].
  • 2003 : Fannie Mae et Freddie Mac achète pour 81 milliards de dollars d'obligations à risque dites « subprimes »[14].
    • Juin : Le chef de la Federal Reserve, Alan Greenspan, baisse son taux d'intérêt directeur à 1 %, le plus bas depuis 45 ans[34].
    • septembre : L'admistration Bush recommande de donner la supervision de Fannie Mae et Freddie Mac à une nouvelle agence créé par le département du trésor américain des États-Unis. Ce changement a été bloqué par le congrès[35].
    • décembre : Le président Bush signe l'American Dream Downpayment Act Department of Housing and Urban Development (en). L'objectif est de fournir une aide pour un apport maximum de 10 000 $ ou 6 % du prix d'achat de la maison selon le montant le plus important. de plus, l'administration Bush Administration réforme la procédure d'achat permettant une baisse des frais de fermeture de 700 $ par prêt. L'argument avancé est d'augmenter le taux de d'accession à la propriété pour tous les américains[36].
  • 2003-2007 : La Réserve fédérale a sous-estimé sa mission de supervision et d'autorité régulatrice sur les banques, les courtiers en prêts et les autres prêteurs ayant abandonnés les standards de prêts (historique d'emploi, revenu, notes de crédits, actifs, ratio prêt immobilier/valeur du bien et capacité à rembourser l'emprunt, mettant en valeur la capacité des prêteurs à tritriser les prêts immobiliers subprimes [26].
  • 2004 :
    • Record historique du nombre d'accédants à la propriété de 69,2 % [37].
    • HUD Fannie Mae et Freddie Mac élève leurs objectifs d'accession pour les quatre prochaines années passant de 50 % à 56 % argumentant leur retard derrière le secteur privé de 2004 à 2006. 434 milliards de dollars en obligations liées à des prêts subprimes[14].
    • Octobre : La SEC suspend effectivement les règles concernant le capital net pour les cinq grandes firmes Goldman Sachs, Merrill Lynch, Lehman Brothers, Bear Stearns et Morgan Stanley. Libéré des limites gouvernementales au niveau de leur endettement, leur taux de levier augmente à 20, 30 voire 40 pour 1[38].
  • 2004–2005 : En Arizona, Californie, Floride, Hawaii, et au Nevada, sont observées des hausses de prix record de plus de 25 % par an[citation nécessaire].
  • 2005–en cours : Explosion de la bulle immobilière américaine.
    • Février : The Office of Thrift Supervision implemented new rules that allowed savings and loans with over $1 billion in assets to meet their CRA obligations without investing in local communities, cutting availability of subprime loans.
    • septembre : la FDIC,la réserve fédérale, et l' Office of the Controller of the Currency permettent la diminution des réserves requis par le Community Reinvestment Act pour les petites banques, favorisant la pénétration des subprimes [15],[39].
    • Automne 2005 : Le boom du marché immobilier s'arrête brutalement; Du dernier trimestre 2005 au premier trimestre 2006, les prix médians nationaux baissent de 3,3 % [40].
  • 2006 : Le ralentissement du marché continue. Les prix sont immobiles, les ventes baissent générant une croissande du stock. L'indice de la construction neuve est en baisse de 40 % à mi-août par rapport à l'année précédente.

Année 2007

La vitesse de baisse des prix et des transactions comparativement à l'année précédente accélère au lieu de stagner avec le secrétaire du trésor américain Hank Paulson (en) qualifiant le déclin du marché immobilier américain comme étant le risque le plus important pour l'économie américaine[41] Les ventes de maison continue de baisser. Le plongeon des transactions dans l'ancien est le plus violent depuis 1989. Au premier trimestre 2007, l'indice immobilier Indice Case-Shiller montre des déclins annuels record au niveau national depuis 1991[42]. L'industrie financière subprime s'effondre et les expropriations par les banques explosent (le double de 2006) [43]) et la hausse des taux d'intérêt sur les marchés financiers due à la contagion des problèmes du subprime aux autres catégories plus sûres de prêts immobiliers est une menace pour un poursuite du déclin des prix[44].

  • Février–en cours : Crise des subprimes Explosion de l'industrie « subprime » ; plus de 25 établissements commercialisant des prêts « subprimes » font faillite, annonçant des pertes siginficatives ou se mettant en vente[réf. nécessaire].
  • 2 avril  : New Century Financial (en), le plus grand prêteur subprime fait faillite sous l'égide du chapitre 11[45].
  • 19 juillet : L' indice Dow Jones Industrial Average clos à 14 000 pour la première fois de l'histoire[46].
  • août : Les restrictions de crédit à l'échelle mondiale se propage à cause de la découverte d'obligations liées à des prêts subprimes sont découvertes dans le portefeuille des banques et des hedges-funds autour du monde de BNP Paribas à Bank of China. De nombreux courtiers cessent d'offrir des prêts hypothécaires rechargeables pour la consommation et « stated income » loans. La Réserve fédérale injecte 100 milliards de dollars de manière à permettre aux banques d'emprunter à taux faible.
  • 6 août : American Home Mortgage (en) fait faillite sous le chapitre 11[47].
  • 7 août : La candidate démocrate Hillary Clinton proposes un sauvetage d'un 1 milliard de dollars afin d'aider les propriétaires risquant l'expropriation[48].
  • 16 août : Countrywide Financial Corporation (en), le plus grand intervenant au niveau des prêts immobiliers évite la banqueroute en recevant un prêt d'urgence de 11 milliards de dollars d'un consortium de banques[49].
  • 17 août : La fédérale réserve baisse son taux directeur de 50 points de base, de 6,25 % à 5,75 %[50].
  • 31 août : Le président Bush annonce un sauvetage limité des accédants à la propriété étant en incapacité de rembourser les intérêts de leur prêt en forte augmentation[51]. La société Ameriquest (en), plus grand courtier de prêts immobiliers à risques aux États-Unis, arrête son activité[52].
  • 1-3 septembre : Symposium économique de la Fédérale Réserve à Jackson Hole, WY dont l'objet la récession immobilière qui met en péril la croissance américaine. Plusieurs travaux critiques exposent l'idée que la banque fédérale doit utiliser la régulation et les taux d'intérêts afin de prévenir les bulles d'actifs [53] attribuant la réponsabilité de l'explosion de la bulle immobilière à Alan Greenspan et à sa politique de taux d'intérêt très bas qui ont genéré la bulle américaine[54],[55], enfin l'économiste de l'université de Yale Robert Shiller suggère un possible déclin des prix immobiliers de 50 %[56].
  • 14 septembre : Une panique bancaire a lieu à la banque Northern Rock au Royaume-Uni suite à des problèmes de liquidités relatifs à la crise des subprimes[57].
  • 17 septembre : L'ancien chef de la FED, Alan Greenspan, reconnaît qu'il y avait une bulle spéculative dans l'immobilier[58],[59] et prévient qu'un large déclin à deux chiffres est possible pour la baisse des prix immobiliers bien plus importante que peuvent imaginer la majeure partie de la population.
  • 18 septembre : La FED baisse son taux d'intérêt de 0,5 % (50 points de base) à 4,75 % afin de limiter les dommages au niveau de de l'éclatement de la bulle immobilière américaine (housing and credit crises)[60].
  • 28 septembre  : Le célèbre animateur d'émission dédiée à la finance Jim Cramer (en) prévient les américains The Today Show, « ne relevez pas le défi d'acheter une maison, vous allez perdre de l'argent » causant la fureur des agents immobiliers[61].
  • 30 septembre : Affecté par la crise financière, le pionner de la banque sur Internet NetBank (en) fait faillite [62]. NetBank Inc a été la plus grande faillite depuis la crise des savings and loan (en) au début des années 1990[63]. La banque suisse UBS UBS annonce la perte de 690 million de $ au premier trimestre[64].
  • 30 septembre : Les prix immobiliers baissent de 4,9 % par rapport à septembre 2006 dans les vingt plus grandes métropoles américaines selon l'indice Case-Shiller Standard & Poor's. Il s'agit du neuvième mois de baisse[65].
  • 10 octobre : Le gouvernement américain et l'industrie financière crée l'alliance Hope_Now_Alliance afin d'aider les emprunteurs de prêts à risques (subprimes)[66].
  • 15-17 octobre : Un consortium de banques américaines soutenu par le gouvernement américain annonce la création d'un super fond « super-SIV » de 100 milliards de dollars afin d'acheter des obligations liées aux prêts immobiliers mortgage-backed securities dont la valeur de marché a fortement diminué lors de l'explosion de la bulle immobilière américaine[67]. Le chef de la banque fédérale Ben Bernanke exprime son inquiétude aux sujets des dangers posés par l'éclatement de la bulle immobilière;[citation nécessaire]. Le secrétaire du trésor Henry Paulson déclare que le déclin du marché immobilier est toujours en cours et le voit comme le risque le plus important pour l'économie américaine ... « Plus longtemps les prix de l'immobilier seront constants ou en baisse, plus grand sera l'impact sur la future croissance économique. »[41].
  • 31 octobre : La Réserve fédérale baisse son taux directeur de 25 points de base à 4,5 % et son taux d'escompte également de 25 points, à 5 %.
  • 31 octobre : Les prix baissent de 6,1 % par rapport à octobre 2006 dans les vingt plus grandes métropoles américaines selon l'indice Case-Shiller Standard & Poor's. Il s'agit du dixième mois de baisse[65].
  • 1er novembre : La Fed injecte 41 milliards de dollars sur les marchés financiers, il s'agit de la plus importante injection de monnaie depuis celle de 50,35 milliards du 19 septembre 2001.
  • 6 décembre : Le président Bush annonce un plan afin de geler les taux d'intérêt d'un nombre limité d'emprunteurs à taux ajustables ARMs pour cinq ans. Le plan est mené par l'alliance Hope Now Alliance (en). Son numéro de téléphone est le 1-888-995-HOPE[68]. Certains experts critiquent le plan comme étant « un bandage, alors que le patient a besoin de chirurgie »[69], un « teaser-freezer » (« gel des prix d'appel »)[70] ou un renflouage[71],[72].
  • 11 décembre : La Réserve fédérale baisse son taux directeur de 25 points de base à 4,25 % et son taux d'escompte également de 25 points à 4,75 %.
  • 12 décembre : La Réserve fédérale injecte 40 milliards de dollars sur les marchés financiers, en coordination avec d'autres banques centrales ; du Canada, du Royaume-Uni, de la Suisse et de l'Union Européenne.
  • 24 décembre : Le consortium de banques, supporté par le gouvernement américain, abandonne officiellement le « super-SIV », plan de sauvetage destiné aux marchés des prêts immobiliers annoncé mi-octobre[73] citant un manque de demande pour des produits financiers risqués sur lesquels le plan était basé etsur le fait que le fond était une idée très imparfaite, difficile à mettre en œuvre en pratique[73].
  • 26 décembre  : L'indice Case-Shiller Standard & Poor's des prix immobiliers pour les vingt plus grandes métropoles américaines montre une baisse des prix pour le dixième mois consécutif et, plus inquiétant, montre l'accélération de la baisse qui s'est propagée à d'autres régions au cours du mois d'octobre[65]. Les prédictions des économistes sur la baisse globale des prix immobiliers par rapport au sommet de la bulle vont de 10–15 % à de plus large déclins de 30–50 % dans certaines régions[56],[65].
  • 28 décembre  : Le rapport de novembre du département du commerce américain ne montre pas que le point bas est atteint mais une accélération surprenante de la baisse annuelle à la fois des transactions et des prix immobiliers dû à comortement rationnel basé sur des anticipations de futures baisses de prix[74].

Année 2008

Les transactions dans l'immobilier ancien continuent de baisser. Peur d'une récession américaine. Corrections et volatilité globale des marchés actions :

  • 2-21 janvier : Plongeon du marché des actions.
  • 24 janvier : L'association des agents immobiliers américains (NAR) annonce que l'année 2007 a été celle de la plus grande baisse au niveau des transactions dans l'ancien depuis 25 ans[75], et la première baisse nationale des prix immobiliers depuis de nombreuses années probablement depuis la grande dépression[76].
  • 10 mars : L'indice Dow Jones est au plus bas depuis octobre 2006, baissant deplus de 20 % par rapport à son sommet observé cinq mois plus tôt.
  • 14-18 mars : Les valeurs en baisse des obligations causées par l'explosion des défauts et des expropriations soumet la banque d'affaires Bear Stearns à des appels de marge de ses créditeurs, risquant ainsi la banqueroute et causant des turbulences sur les marchés financiers mondiaux. Lors du week-end, un accord encouragé par le secrétaire américain du Henry Paulson et le chef de Fédérale Réserve Ben Bernanke, permet à la banque JPMorgan d'acheter Bearn Stern pour une valeur de 2 dollars par action (comparé à la valeur de 170 $ par rapport au plus haut de 2007). En échange la Fed accepte les obligations dévaluées de Bear Sterns comme collatéral pour des prêts publiques au nouveau du nouveau système mis en place Term Securities Lending Facility (TSLF), permettant de sauver les banques américaines menacées d'insolvabilité[77].
  • 1er mars-18 juin : 406 personnes sont arrêtées pour fraude aux prêts immobiliers lors d'une enquête à travers les États-Unis par le FBI, en incluant les acheteurs, les vendeurs et les autres intervenants de l'industrie financière[78].
  • 18 juin : Le président du Senate Banking Committee (en) Christopher Dodd du Connecticut propose un sauvetage au sénat des courtiers de prêts à risque en difficulté comme Countrywide Bank (en), Dodd admettra avoir reçu un traitement spécifique, des avantages ainsi que des donations pour sa campagne électorale de Countrywide, qui considère Dodd comme un client particulier Friend of Angelo. Dodd a reçu une réduction de 75 000 $ de paiement de la part de Countrywide[79],[80]. Le président du Senate Finance Committee (en) Kent Conrad ainsi que des personnes à la tête de Fannie Mae notamment James A. Johnson (businessman) (en) ont aussi reçu des avantages au niveau de leur prêt dû à leur association avec le responsable de Countrywide Angelo Mozilo[79],[81].
  • 19 juin : L'ex-manager de Bear Stearns a été arrêté par le FBI pour des accusations de fraude au niveau de la crise des subprimes. Le manager n'a pas présenté la situation financière réelle de ses fonds aux investisseurs tandis qu'à titre privé il retirait son investissement personnel[82].
  • 30 juillet : L'Housing and Economic Recovery Act of 2008 (en) change l'exonération de 250 000 $/500 000 $ appliquées aux plus-values lors de la vente de maisons secondaires et de biens à la location[83].

Notes et références

  1. (en)Text of Housing and Community Development Act of 1977—title Viii (Community Reinvestment).
  2. (en) Federal Reserve, « Community Reinvestment Act ». Mis en ligne le 2008-10-05
  3. a et b (en) 1. Proposal for Amending I.R.C. §121 and §1034 U.S. House of Representatives
  4. (en) The Effect of Consumer Interest Rate Deregulation on Credit Card Volumes, Charge-Offs, and the Personal Bankruptcy Rate, Federal Deposit Insurance Corporation, Bank Trends Newsletter, mars 1998
  5. [1]
  6. (en) Federal Reserve Bank of St. Louis, « The Community Reinvestment Act ». Mis en ligne le 2008-10-06
  7. (en) FFIEC, « Community Reinvestment Act: Background & Purpose ». Mis en ligne le 2008-10-06
  8. (en) Impact of 1986 Tax Reform Act on Homeowners Today - HomeFinder.com, 5 août 2008
  9. (en) Fannie Mae, « Housing Finance in Developed Countries An International Comparison of Efficiency, United States », 1992 [PDF]
  10. (en) Nancy Trejos : Existing-Home Sales Fall Steeply (2007-04-24).
  11. (en) Dale Westhoff, « Packaging CRA loans into securities. », dans Mortgage Banking, vol. 29, mai 1998, p. 315 [texte intégral, lien DOI] 
  12. [2]
  13. (en) Ben S. Bernanke, Chair of Federal Reserve System, The Community Reinvestment Act: Its Evolution and New Challenges, speech at the Community Affairs Research Conference, Washington, D.C., Fed, 30 mars 2007
  14. a, b, c et d (en) How HUD Mortgage Policy Fed The Crisis (10 juin 2008).
  15. a et b (en) Sandra F. Braunstein, Director, Division of Consumer and Community Affairs, The Community Reinvestment Act - Testimony Before the Committee on Financial Services, U.S. House of Representatives, 13 février 2008
  16. a et b (en) (untitled), 2004-07-26. Mis en ligne le 18 mars 2008
  17. (en) 1. Proposal for Amending I.R.C. §121 and §1034 - U.S. House of Representatives
  18. (en) FIRST UNION CAPITAL MARKETS CORP., BEAR, STEARNS & CO. PRICE SECURITIES OFFERING BACKED BY AFFORDABLE MORTGAGES, First Union Corporation (Wachovia)
  19. (en) Fannie Mae increases CRA options - American Bankers Association, novembre 2000
  20. (en) Robert J. Shiller, « Understanding Recent Trends in House Prices and Home Ownership » [PDF]
  21. a et b (en) Stephen Labaton, Issue in Depth: Leading Up to the Decision on Banking Reform -The Washington Post, 23 octobre 1999
  22. (en) Steven A Holmes, Fannie Mae Eases Credit To Aid Mortgage Lending, The New York Times', 30 septembre 1999
  23. (en) Fannie Mae Announces Pilot to Purchase $2 Billion of "MyCommunityMortgage" Loans; Pilot Lenders to Customize Affordable Products For Low- and Moderate-Income Borrowers, Corporate Responsibility News, 30 octobre 2000
  24. Fannie Mae "MyCommunityMortgage" homepage
  25. (en) Fannie Mae's Targeted Community Reinvestment Act Loan Volume Passes $10 Billion Mark; Expanded Purchasing Efforts Help Lenders Meet Both Market Needs and CRA Goals, Business Wire, 7 mai 2001
  26. a et b (en) Barry L. Ritzholtz, A Memo Found in the Street, Barron's Magazine, September 29, 2008.
  27. (en) H.R.5660 - Commodity Futures Modernization Act of 2000 (Introduced in House)
  28. (en) Adam Davidson (September 18, 2008) How AIG Fell Apart - Reuters
  29. (en) AIG woes could swat swap markets - Katie Benner, Fortune, 17 septembre 2008
  30. (en) Mortgage Loan Fraud: An Industry Assessment based upon Suspicious Activity Report Analysis, November 2006 [PDF]
  31. (en) Intended federal funds rate, Change and level, 1990 to present
  32. (en) Annual home-value growth at highest rate since 1980
  33. (en) Press Release, President Calls for Expanding Opportunities to Home Ownership, Remarks by the President, 17 juin 2000
  34. (en) J. Cox (2008), "Credit Crisis Timeline" University of Iowa Center for International Finance and Development E-Book
  35. (en) Steven Labaton,New Agency Proposed to Oversee Freddie Mac and Fannie Mae, The New York Times, September 11, 2003.
  36. (en) HUD,[3], The Department of Housing and Urban Development, 16 décembre 2003
  37. (en) Census Bureau Reports on Residential Vacancies and Homeownership (26 octobre 2007). [PDF]
  38. (en) The Reckoning, Agencies 04 rule lets banks pile up new debt, The New York Times, 2008-10-03
  39. (en) FDIC Financial Institution Letters: Community Reinvestment Act Interagency Examination Procedures - 10 avril 2006
  40. (en) Les Christie, Real estate cools down, Prices in the first quarter fell 3% from the fourth quarter, CNN Money, 16 mai 2006
  41. a et b (en) Housing woes take bigger toll oneconomy than expected: Paulson, AFP (2007-10-17).
  42. (en) S&P/Case-Shiller house price index
  43. (en) Huffington Post cite the FDIC's Quarterly Banking Profile [PDF] : « The next sign of mortgage related financial problems came out in the FDIC's Quarterly Banking Profile ». The report noted on page 1, "Reflecting an erosion in asset quality, provisions for loan losses totaled $9.2 billion in the first quarter [of 2007], an increase of $3.2 billion (54.6%) from a year earlier." The reason for the loan-loss provision increases was an across the board increase in delinquencies and charge offs which increased 48.4% from year ago levels. The report noted on page 2 that "Net charge-offs of 1-4 family residential mortgage loans were up by $268 million (93.2%) [from year ago levels]."
  44. (en) Lender Sees Mortgage Woes for 'Good' Risks, The New York Times (25 juillet 2007).
  45. (en) New Century files for Chapter 11 bankruptcy, selling its assets for $139 million, subject to bankruptcy approval. CNN Money, 3 avril 2007
  46. (en) Dow-Jones historical prices
  47. (en) Accredited Home sees up to $60 mln loss for quarter on Reuters
  48. (en) Clinton proposes crackdown in mortgage market (2007-08-07).
  49. (en) Countrywide Taps $11.5 Billion Credit Line From Banks, Bloomberg (16 août 2007).
  50. (en) Crutsinger, Martin : Fed Approves Cut in Loan Discount Rate, AP (August 17, 2007).
  51. (en) Bush Moves to Aid Homeowners, The Wall Street Journal (31 août 2007).
  52. (en) Ameriquest closes, Citigroup buys mortgage assets, The Washington Post (31 août 2007).
  53. (en) Fed, Blamed for Asset-Price Inaction, Is Told 'Tide Is Turning', Bloomberg (2007-09-04).
  54. (en) Ultra-low Fed rates stoked US housing boom—Taylor, Reuters (2007-09-04).
  55. (en) Fed Gets 'F' for Failures on Housing, Leamer Says, Bloomberg (31 août 2007).
  56. a et b (en) Two top US economists present scary scenarios for US economy; House prices in some areas may fall as much as 50% - Housing contraction threatens a broader recession, Finfacts Ireland (3 septembre 2007). « The examples we have of past cycles indicate that major declines in real home prices—even 50 percent declines in some places—are entirely possible going forward from today or from the not too distant future. »
  57. (en) Northern Rock asks for Bank help, BBC News (2007-09-13).
  58. (en) Alan Greenspan Interview with Jim Lehrer, The NewsHour with Jim Lehrer (2007-09-18).
  59. (en) Greenspan alert on US house prices, Financial Times (2007-09-17).
  60. (en) Fed Cuts Key Interest Rates by a Half Point, The New York Times (2007-09-18).
  61. (en) Jim Cramer vs NAR President, The Today Show (2007-09-28).
  62. (en) NetBank Files for Bankruptcy After Regulators Take Over Unit, Bloomberg (2007-09-30).
  63. (en) Government shuts down NetBank, MSNBC, Associated Press (2007-09-28). Consulté le 2008-03-17.
  64. (en) UBS forecasts pretax loss up to $690 million in 3Q, International Herald Tribune, 2007-09-30
  65. a, b, c et d (en) Home Prices Fall for 10th Straight Month, The New York Times, 2007-12-26
  66. (en) HOPE NOW Alliance Created to Help Distressed Homeowners, Hope Now Alliance, 2007-10-10. Mis en ligne le 2008-03-17 [PDF]
  67. (en) 'Super fund' helps ease markets, Financial Times, 2007-10-15
  68. (en) Erreur: Vous devez préciser le paramètre "title" de Modèle:cite press release
  69. (en) Putting a freeze to mortgage meltdown, Marketplace, American Public Media (2007-12-06). Consulté le 2008-03-17.
  70. (en) Experts see Bush mortgage fix as a bandage: Freezing adjustable rates won't stop many foreclosures, they say, MSNBC (2007-12-06).
  71. (en) Those Who Avoided Risk Call Plan A Raw Deal, The Washington Post (2007-12-06).
  72. (en) Bail-out means the liars have won, The Age (6 décembre 2007).
  73. a et b (en) Banks abandon plan for Super-SIV, Reuters (2007-12-24).
  74. (en) US November new home sales plunge 9 pct to 12-year low, Forbes (2007-12-28).
  75. (en) Biggest Drop in Existing Home Sales in 25 Years, The New York Times (2008-01-24).
  76. (en) Home Prices Fell in '07 for First Time in Decades, The New York Times (24 janvier 2008).
  77. (en) JPMorgan’s $12 Billion Bailout, The New York Times (2008-03-18).
  78. (en) FBI Cracks Down On Mortgage Fraud, CBS news (19 juin 2008).
  79. a et b (en) Countrywide's Many 'Friends', Conde Nast Portfolio (12 juin 2008).
  80. (en) Angelo's Angel, Wall Street Journal (19 juin 2008).
  81. (en) Countrywide Friends Got Good Loans, The Wall Street Journal (7 juin 2008).
  82. (en) Ex-Bear Stearns Fund Managers Arrested by FBI Agents, Bloomberg (2008-06-19).
  83. (en) Modification of $250,000/$500,000 Exclusion National Association of Realtors

Annexes

Articles connexes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Chronologie de la bulle immobilière américaine des années 2000 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bulle immobilière américaine des années 2000 — La bulle immobilière américaine des années 2000 était une bulle immobilière observée à l échelle nationale aux États Unis sur l ensemble du marché immobilier américain et en particulier en Californie, Floride, Nevada, Oregon, Colorado, Michigan,… …   Wikipédia en Français

  • Causes de la bulle immobilière américaine des années 2000 — Indice des prix de l immobilier ajusté de l inflation au Japon sur la période (1980–2005) comparé à l appréciation aux Etats Unis, Royaume Uni, et l Australie durant la période (1995–2005). Le graphe illustre le fait que la bulle immobilière… …   Wikipédia en Français

  • Bulle immobilière américaine — des années 2000 La bulle immobilière américaine des années 2000 était une bulle immobilière observée à l échelle nationale aux États Unis sur l ensemble du marché immobilier américain et en particulier en Californie, Floride, Nevada, Oregon,… …   Wikipédia en Français

  • Chronologie de la bulle immobilière des années 2000 — Chronologie de la bulle immobilière américaine des années 2000 (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu d’une traduction de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Timeline of the United States housing bubble ». La… …   Wikipédia en Français

  • Krach immobilier américain des années 2000 — Le krach immobilier américain des années 2000 correspond à la phase de correction du marché liée à l explosion de la bulle immobilière américaine des années 2000. Celui ci fait suite au sommet de l indice national des prix immobiliers observé en… …   Wikipédia en Français

  • Bulle immobilière — Une bulle immobilière est une bulle spéculative qui apparaît à l échelle locale d une région voire sur l ensemble du territoire d un marché immobilier. Elle est caractérisée par une hausse rapide de la valeur des biens immobiliers. Très… …   Wikipédia en Français

  • Chronologie Des Faits Économiques — 302 L empereur romain Dioclétien introduit le système de budget annuel 345 Le concile de Carthage dénonce les prêts avec intérêt 1170 Premières participations de marchands italiens aux foires de Champagne (six foires annuelles) qui resteront le… …   Wikipédia en Français

  • Chronologie des faits economiques — Chronologie des faits économiques 302 L empereur romain Dioclétien introduit le système de budget annuel 345 Le concile de Carthage dénonce les prêts avec intérêt 1170 Premières participations de marchands italiens aux foires de Champagne (six… …   Wikipédia en Français

  • Chronologie des faits économique — Chronologie des faits économiques 302 L empereur romain Dioclétien introduit le système de budget annuel 345 Le concile de Carthage dénonce les prêts avec intérêt 1170 Premières participations de marchands italiens aux foires de Champagne (six… …   Wikipédia en Français

  • Chronologie des faits économiques — Évolution du PIB de l an 1 à l année 2003, basé sur les données d Angus Maddison …   Wikipédia en Français