Chemins De Fer Fédéraux Suisses


Chemins De Fer Fédéraux Suisses

Chemins de fer fédéraux suisses

Logo des Chemins de fer fédéraux suisses

Logo de Chemins de fer fédéraux suisses
Création 1er janvier 1902
Dates clés 1er janvier 1999 : passage au statut de société anonyme[1]
12 décembre 2004: Mise en service de Rail2000
Forme juridique société anonyme
Slogan(s) « Plus d'entrain pour la Suisse »
Siège social Berne[1]
Drapeau de la Suisse Suisse
Direction Andreas Meyer (Président de la direction depuis le 1er janvier 2007)
Ulrich Gygi (Président du conseil d'administration depuis le 1er janvier 2009).
Actionnaires État suisse (100%)
Activité(s) Transport de voyageurs
Transport de marchandises
Exploitation ferroviaire
gestion d'infrastructure
Ingénierie ferroviaire
Immobilier
Produit(s) EuroCity
InterCity
ICN (train pendulaire)
InterRegio
RegioExpress
Regio
S-Bahn
Filiale(s) AlpTransit Gotthard
Thurbo
SBB Cargo
SBB GmbH (Allemagne)
Cisalpino (50 % Trenitalia, 50 % CFF)
Tilo (50 % Trenitalia, 50 % CFF)
Lyria (74% SNCF, 26% CFF)
CFF Immobilier
RailEurope (85 % SNCF, 15 % CFF)
Effectif 27 822 (2008)
Site Web www.cff.ch
Fonds propres 9 312 mia CHF[1]
Chiffre d'affaires 7.987 milliards CHF (2008)
Résultat net 345 millions CHF (2008)
Principaux concurrents
BLS

Les Chemins de fer fédéraux (CFF), en allemand Schweizerische Bundesbahnen (SBB), en italien Ferrovie Federali Svizzere (FFS), et en romanche Viafers Ferderalas Svizras (VFS), sont la principale entreprise ferroviaire de Suisse, leur siège social est à Berne. Créés en 1902 avec nationalisation d'une grande partie du réseau ferroviaire suisse, ils ont en 1999 acquis le statut de société anonyme de droit public dont le capital est détenu en totalité par l'État fédéral[1].

Les CFF sont une compagnie ferroviaire intégrée, en étant à la fois gestionnaire d'infrastructure ferroviaire et exploitant. Ils exploitent un réseau de 3 011 km, premier de Suisse par la longueur, ils s'occupent du trafic voyageur et marchandise, totalisant en 2007 306,7 millions de passagers et 13 370 millions de tonnes/km pour le fret. Ils ont pour cette même année réalisé un bénéfice de 80,4 millions de francs suisses, sur un résultat d'exploitation de 7 673,9 millions[2].

Sommaire

L’entreprise

Logo des CFF sur une voiture

Les CFF sont une entreprise ferroviaire intégrée, c'est-à-dire qu'elle exerce à la fois le métier d'exploitant, par ses divisions transport « voyageurs » et « marchandises » (CFF Cargo), et celui de gestionnaire d'infrastructure ferroviaire par sa division « infrastructure ». Les CFF exercent également une quatrième activité : la gestion immobilière.

L'ancien président de la direction des CFF, Benedikt Weibel, était aussi le président de l'Union internationale des chemins de fer (UIC) et membre du conseil d'administration de la SNCF. Le 24 février 2006, Benedikt Weibel a donné sa démission de la direction des CFF, avec effet à la fin de l'année 2006, pour raisons personnelles. Le 23 juin 2006, Andreas Meyer est nommé à la tête de l'entreprise, et désigné tel face à la presse. Il est entré en fonctions le 1er janvier 2007.

Effectif du personnel : 27 822 salariés (2008)

Histoire

Les CFF furent créés le 1er janvier 1902 par la nationalisation de plusieurs compagnies privées dont :

  • la Aargauische Südbahn (ASB)
  • la Bötzbergbahn (BöB)
  • la Schweizerische Nordostbahn (NOB)
  • la Schweizerische Centralbahn (SCB)
  • la Toggenburgerbahn (TB)
  • la Vereinigte Schweizerbahnen (VSB)
  • la Wald-Rüti (WR)
  • la Wohlen-Bremgarten (WB).

D'autres compagnies seront ensuite annexées, notamment la Jura-Simplon (JS) le 1er mai 1903, la Gotthard-Bahn (GB) le 1er mai 1909, la Genève-La Plaine (GP) le 1er janvier 1913, la Jura-Neuchâtel (JN) le 1er juillet 1913, la Tössthalbahn (TTB) le 1er janvier 1918, la Seethalbahn (STB) le 1er janvier 1922 et l'Uerikon-Bauma-Bahn (UeBB) le 3 octobre 1948.

Le réseau sera étendu par la suite par la construction de nouvelles lignes et il continue de l'être.

Réseau

CFF Re 460

Consistance

Réseau exploité : 3 011 km à voie normale dont 2928 km électrifiés en courant alternatif 15 kV 16 2/3 Hz (norme allemande) + 74 km en voie métrique électrifiés en courant alternatif 15 kV 16 2/3 Hz.

Le réseau compte 804 gares, 307 tunnels d’une longueur totale de 259 kilomètres et 5873 ponts d’une longueur totale de 87 kilomètres (chiffres de octobre 2007).

Depuis 1940, trône dans toutes les gares, l'horloge des CFF, crée par l'ingénieur et designer, Hans Hilfiker, (1901 - 1993) alors employé des CFF. Outre son design, reconnaissable par tous les Suisses, la particularité de cette horloge est que la trotteuse (aiguille des secondes), tourne en continu, sans saccade d'une seconde à l'autre, et s'arrête pendant exactement 1,5 seconde sur le point culminant du cadran avant de passer à la minute suivante. On la trouve également aujourd'hui, sous forme de montre[3].

Swiss Railways Clock

.

Ouverture à la concurrence

Le réseau suisse est ouvert à la concurrence en vertu de l'Ordonnance sur l'accès au réseau ferroviaire du 25 novembre 1998. Toute entreprise ferroviaire domiciliée en Suisse ou dans l'Union européenne est autorisée à y circuler sous réserve de disposer d'une licence et sous réserve d'accord internationaux pour les entreprises étrangères. Ce phénomène reste cependant encore très marginal.

En voyageurs, le réseau des CFF se caractérise par la généralisation du service cadencé à la demi-heure, voire au quart d'heure, sur la plupart des lignes principales. Les Suisses sont les Européens qui voyagent le plus souvent en train : 47 voyages par an et par habitant d'une longueur moyenne de 42 km (France : 15 voyages, Belgique : 16).

Pic de puissance

Le cadencement implique que de nombreux trains accélèrent en même temps ce qui provoque des pics de puissance en particulier le matin et le soir pour les navetteurs. Le problème est aggravé par l'utilisation d'une tension relativement faible (par rapport aux 25 kV de certains voisins). L'augmentation des dessertes et les NLFA sont également responsables de pics de consommation plus importants que par le passé.

Pannes

Un train régional dans le canton de Vaud.

Le 22 juin 2005, dans la plus grande panne de son histoire, le réseau ferroviaire suisse (CFF et BLS) a été totalement paralysé durant trois heures entre 18 heures et 21 heures. Plus de 100 000 voyageurs sont restés bloqués, parfois à l'intérieur de voitures dont la climatisation ne marchait plus. La situation a été normalisée durant la nuit. Le 23 juin 2005, une nouvelle panne[4] a frappé le réseau, uniquement en Suisse romande. Le réseau électrique, après la rupture d'une ligne de tension principale, s'est effondré. Une polémique a éclaté sur la fragilité du réseau électrique des CFF, qui est séparé du réseau domestique[5]. La vente de courant CFF au réseau électrique domestique suisse a également été stigmatisée.

De manière à éviter de nouvelles pannes, les CFF ont acheté[6] des convertisseurs supplémentaires (qui adaptent le réseau domestique: soit pour vendre de l'électricité CFF, soit pour acheter du courant domestique) et reconfigurés certains des convertisseurs existant, de manière à garantir une meilleure stabilité du réseau électrique CFF à l'avenir.

Ponctualité

Malgré des petits retards fréquents aux heures de pointe, la ponctualité des CFF n'est pas que légendaire. Sur les 6 premiers mois de 2007, 86 % des trains voyageurs sont arrivés avec un retard de moins de 2 min et 96 % avec un retard de moins de 5 min[7].

Matériel roulant

Le parc de matériel des CFF comprenait en 2003 17 702 véhicules, dont :

  • 1 141 locomotives de ligne ;
  • 507 locomotives de manœuvre et locotracteurs ;
  • 3 883 voitures ;
  • 12 171 wagons.

Les CFF exploitent en association avec les FS italiens, 9 rames pendulaires à grande vitesse Fiat Pendolino ETR 470 sur des liaisons Italie-Suisse-Allemagne.

Ces rames seront bientôt complétées par une livraison de 14 rames pendulaires ETR 610 de nouvelle génération.

De plus, les CFF possèdent deux rames TGV Sud-Est (numérotées 112 et 114) dans le concept Lyria pour les relations Paris-Lyon - Berne et Paris-Lyon - Lausanne - Brigue. Et une rame POS (numérotée 4406) pour la relation Paris-Est - Strasbourg - Bâle - Zurich HB (rame utilisée en pool)

Résultats économiques

Trafic réalisé (2003) :

  • Voyageurs : 250,4 millions de voyageurs (+2 %) et 12,29 milliards de voyageurs-km (+0,5 %)
  • Marchandises : 54,78 millions de tonnes (-0,3 %) (9,78 milliards de tonnes-km, +2,1%).

Les CFF affichent un bénéfice de 24,9 millions de francs suisses et un résultat d'exploitation de 45,3 millions[réf. nécessaire].

L'entreprise propose un abonnement général permettant aux voyageurs habitant en Suisse de circuler à volonté sur l'ensemble du réseau des chemins de fer ainsi que d'utiliser les transports publics urbains, les bateaux, cars postaux (excepté les liaisons montagneuses où l'abonnement donne droit à des réductions), ainsi que d'obtenir des réductions sur les téléphériques et funiculaires[8]. Une autre offre, l'abonnement demi-tarif, permet de diviser par deux le prix du billet[9]. Enfin, depuis 1997, les CFF offrent la possibilité aux jeunes de 16 à 25 ans d'acquérir un abonnement appelé « voie 7 » permettant, en complément d'un abonnement demi-tarif, de voyager gratuitement sur le réseau à partir de 19 heures[10].

Grands projets

Rail 2000

Article détaillé : Rail 2000.

Rail 2000 est un projet de modernisation du réseau suisse et d'augmentation de l'offre en transport de voyageurs destiné à inverser la tendance constatée dans les années 1980 (baisse du trafic ferroviaire et augmentation du trafic routier). Il fut adopté par la Confédération en 1987 (arrêté fédéral du 6 décembre 1987) et prévoyait à l'origine un investissement de 5,4 milliards de francs suisses de l'époque. En 1994, le projet fut scindé en deux étapes et les fonds alloués portés à 7,5 milliards.

La première étape de Rail 2000, comprenant plus de 120 chantiers répartis sur l'ensemble du réseau, a été achevée le 12 décembre 2004. La deuxième étape s'étalera jusqu'en 2022.

Nouvelles lignes ferroviaires à travers les Alpes

Plus connu sous le sigle NLFA, ce projet consiste en la construction de deux nouveaux tunnels ferroviaires de base :

CFF Énergie

CFF Énergie est la filiale des CFF chargée de l'alimentation du réseau en courant de traction. Elle assure aussi l'alimentation des installations techniques ferroviaires en courant triphasé.

Distinctions

  • Elle obtient le Prix Wakker en 2005.
    • Les CFF reçoivent le prix pour leur engagement exceptionnel en faveur du patrimoine bâti. Les nouvelles constructions des CFF témoignent d’une grande ambition esthétique et la manière dont ils traitent les bâtiments anciens se caractérise par beaucoup de doigté.
  • Elle obtient aussi, toujours en 2005, trois distinctions aux Brunel Awards, sur les seize décernées.
  • Elle obtient, en 2005 toujours, le Prix Canne Blanche pour ses efforts en faveur d'une plus grande accessibilité des trains et des gares aux voyageurs malvoyants. Prix décerné par l'Union centrale suisse pour le bien des aveugles (UCBA).

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Commons-logo.svg

Liens externes


  • Portail des entreprises Portail des entreprises
  • Portail du chemin de fer en Suisse Portail du chemin de fer en Suisse
Ce document provient de « Chemins de fer f%C3%A9d%C3%A9raux suisses ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Chemins De Fer Fédéraux Suisses de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Chemins de fer federaux suisses — Chemins de fer fédéraux suisses Logo de Chemins de fer fédéraux suisses Création 1er janvier 1902 …   Wikipédia en Français

  • Chemins de fer fédéraux suisses — Logo de Chemins de fer fédéraux suisses Création 1er janvier 1902 …   Wikipédia en Français

  • Chemins de fer fédéraux — suisses Logo de Chemins de fer fédéraux suisses Création 1er janvier 1902 …   Wikipédia en Français

  • Chemins de fer suisses — Transport ferroviaire en Suisse Transport ferroviaire en Suisse Une rame pendulaire ICN, mise en serv …   Wikipédia en Français

  • Chemins de fer en Suisse — Transport ferroviaire en Suisse Transport ferroviaire en Suisse Une rame pendulaire ICN, mise en serv …   Wikipédia en Français

  • Chemins de fer suisse — Transport ferroviaire en Suisse Transport ferroviaire en Suisse Une rame pendulaire ICN, mise en serv …   Wikipédia en Français

  • Chemins de fer rhétiques — 46°24′32″N 10°1′11″E / 46.40889, 10.01972 …   Wikipédia en Français

  • Numerotation du materiel moteur des chemins de fer suisses — Numérotation du matériel moteur des chemins de fer suisses Le système de numérotation du matériel moteur des chemins de fer suisses est un système commun appliqué par les Chemins de fer fédéraux suisses (CFF) ainsi que par les chemins de fer… …   Wikipédia en Français

  • Numérotation du matériel moteur des chemins de fer suisses — Le système de numérotation du matériel moteur des chemins de fer suisses est un système commun appliqué par les Chemins de fer fédéraux suisses (CFF) ainsi que par les chemins de fer privés à leurs locomotives et rames automotrices. Sommaire 1… …   Wikipédia en Français

  • Chronologie Des Chemins De Fer — (trains, métros, tramways). Portail du chemin de fer 2000 1990 1980 1970 1960 1950 …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.