Charles Vallin


Charles Vallin
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vallin.
Charles Vallin

Parlementaire français
Date de naissance 7 juillet 1903
Date de décès 13 avril 1948
Mandat Député 1938-1942
Début du mandat 1938
Circonscription Seine
Groupe parlementaire PSF
IIIème République

Charles Vallin (1903-1948) était un homme politique français, député du Parti Social Français du colonel François de La Rocque, officier. Ayant rejoint la France libre en 1942, il a participé aux campagnes du Tchad, de France et d'Allemagne.

Une rue Charles Vallin porte son nom à Paris (15e arrondissement).

Issu d'une famille catholique et neveu du Père Teilhard de Chardin, , Charles Vallin quitte l'Action Française lorsque celle-ci est condamnée par la Pape. Plus tard, il deviendra l'un des dirigeants du Parti social français (PSF), parti nationaliste et chrétien social, mais non pas fasciste, du colonel François de la Rocque.

Charles Vallin est élu député PSF de la Seine en 1938.

Combattant de la Campagne de France en 1940, il participe ensuite à diverses institutions du régime de Vichy, tout en pensant que la guerre contre l'Allemagne n'étant pas achevée, la France doit gagner du temps. Charles Vallin arrive cependant à la conclusion que la priorité n'est pas la réforme de la France, mais sa libération. Il participe au Conseil de justice politique chargé d'estimer les responsabilités des dirigeants de la IIIe république ayant failli à leur tâche, il est membre du directoire de la Légion française des combattants, il est nommé au Conseil national et au conseil municipal de Paris.

En juillet 1942, tout en clamant sa fidélité au PSF, Charles Vallin, rejoint la France libre, à l'initiative du résistant socialiste Pierre Brossolette qui cherche alors à attirer les membres du PSF vers le général de Gaulle et croit nécessaire de circonvenir ses chefs pour y arriver. Il arrive à Londres le 14 septembre et donne le 18 septembre une retentissante conférence de presse à la BBC aux côtés de Brossolette.

À Londres, n'étant pas un gaulliste de la première heure, il passe pour un suspect, aux yeux notamment des socialistes. La nouvelle est mal accueillie par l'ancienne classe politique, Daladier par exemple. Charles de Gaulle écrira pourtant dans ses "Mémoires de guerre" : "Vallin, naguère adepte du régime de Vichy, reniait maintenant son erreur. ce patriote ardent, cet apôtre de la tradition, se ralliait à moi de toute son âme; il en exposait publiquement les raisons, puis allait prendre au combat le commandement d'une compagnie"[1] . Il est envoyé pour une tournée de conférences en Afrique noire en novembre 1942 puis il est affecté au cabinet particulier du général de Gaulle, où il joue un rôle effacé de juin 1943 à mars 1944. Il ne peut faire partie de l'assemblée constitutive d'Alger, malgré l'insistance de de Gaulle. Il rejoint donc l'armée, à sa demande, au sein du 3e Zouave, de la Première Armée au sein de laquelle il combattra au Tchad[réf. nécessaire], au débarquement de Provence, sur le Danube, puis à Sigmaringen. Sa bravoure dans les Vosges puis dans la campagne d'Allemagne lui a valu trois citations et la Légion d'honneur.

Malgré ses faits d’arme, il reste inéligible à la Libération. Un jury d'honneur a refusé de lever l'inéligibilité. Il participe néanmoins à diverses tentatives de regroupement des droites, notamment en créant l'Union patriotique républicaine, issue de mouvements de résistants, qui participe, au terme d'un laborieux processus d'unification, à la création du Parti républicain de la liberté.

Notes et références

  1. Charles de Gaulle, "Mémoires de guerre. L'unité", Paris, le Livre de poche, 1965, p. 50

Source

  • sur Internet : http://www.conflits-actuels.com/article.php3?id_article=447
  • Thérèse Charles-Vallin, "Charles Vallin, mon père. Enquête sur une certaine idée de la France.", Anglet, Ed. Atlantica, 2003.
  • Jacques Nobécourt, "Le colonel de La Rocque 1885-1946 ou les pièges du nationalisme chrétien", Paris, Fayard, 1996
  • Olivier Wieviorka, "Les orphelins de la République. destinées des députés et sénateurs français ( 1940-1945 )", Paris, Ed. du Seuil, 2001

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Charles Vallin de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Place Charles-Vallin — 15 arrt …   Wikipédia en Français

  • Place Charles Vallin — 15 arrt …   Wikipédia en Français

  • Vallin — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.  Cette page d’homonymie répertorie des personnes (réelles ou fictives) partageant un même patronyme. Vallin est un patronyme porté par : Ari… …   Wikipédia en Français

  • Charles Gesmar — Charles Geismar, dit « Charles Gesmar », né le 21 mai 1900 à Nancy et mort le 27 février 1928 à Paris VIIIe, est un affichiste et costumier français. Biographie Il est le fils d’Alfred Geismar (34 ans, négociant en ti …   Wikipédia en Français

  • Charles Andre — Charles André Charles André (1841 1921) est un architecte français, fils de l entrepreneur François André (1811 1904) et père de l architecte Émile André. Il était architecte départemental. Il a organisé l exposition d art décoratif, qui s est… …   Wikipédia en Français

  • Charles André — (1841 – 1928) was a French architect, the first in a long line of French architects in the André family. Beginning in 1901, he was a member of the École de Nancy. Along with his son, Émile André, and Eugène Vallin, he was the architect of the… …   Wikipedia

  • Charles André — (1841 1921) est un architecte français, fils de l entrepreneur François André (1811 1904) et père de l architecte Émile André. Il était architecte départemental. Il a organisé l exposition d art décoratif, qui s est tenue en juin 1894 à Nancy et… …   Wikipédia en Français

  • Charles (Léoffroy) de Saint-Yves — Self portrait, circa 1750, Private coll. Charles Léoffroy de Saint Yves (1717–1804) was an art critic and collector in Paris. Contents 1 Life and career …   Wikipedia

  • Charles (Léoffroy) de Saint-Yves — Autoportrait vers 1750, coll. privée Charles Léoffroy de Saint Yves (1717 1804) était un critique d art et collectionneur parisien du XVIIIe siècle. Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Jean-Baptiste Vallin de La Mothe — Académie impériale des beaux arts, Saint Pétersbourg …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.