Charles Bonnet (naturaliste)


Charles Bonnet (naturaliste)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnet.
Portrait de Charles Bonnet (1720-1793)

Charles Bonnet, né le 13 mars 1720 à Genève et mort le 20 mai 1793 dans la même ville est un biologiste et philosophe suisse. On lui doit la description de la parthénogenèse chez le puceron.

Sommaire

Biographie

Protestante d'origine française, sa famille a dû fuir la France après la Saint-Barthélemy. Après quelques études de droit qui ne l'intéressèrent guère, Charles Bonnet se découvre une grande passion pour la biologie suite à la lecture du Spectacle de la nature de l'abbé Noël-Antoine Pluche (1688-1761) et surtout des travaux de Réaumur (1683-1757). Très vite, dès 18 ans, il établit une correspondance avec ce dernier.

Bonnet se passionne pour la reproduction des pucerons et obtient onze générations successives sans la moindre fécondation. Il étudie également la respiration des chenilles et des papillons, l'anatomie du tænia, la faculté de reconstitution des organes perdus chez les vers. Il devient membre de la Royal Society le 17 novembre 1743.

Il publie en 1745 un Traité d'insectologie qui lui vaut d'être admis à titre de correspondant à l'Académie des sciences de Paris. En 1754, il fait paraître le Traité sur l'usage des feuilles qui fait l'admiration de Cuvier (1769-1832) : C'est l'un des plus importants [traités] pour la science que le dix-huitième siècle ait produit.

Mais ses recherches sont entravées par la cécité. Ne pouvant plus se servir de microscope, il s'oriente vers la biologie théorique. Il compose plusieurs écrits philosophiques : Essai de psychologie, 1754 ; Essai analytique sur les facultés de l'âme, 1760.

Il publie en 1762, ses Considérations sur les corps organisés où il expose sa théorie sur la préexistence des germes. Pour lui, la production d'un nouvel être vivant est due à l'évolution d'un germe préexistant. Cette théorie permet d'expliquer l'apparition des êtres sans contredire la Bible, tous les germes ayant été créés lors de la Genèse.

En 1764, il fait paraître sa Contemplation de la nature qui lui vaut une grande renommée, y compris en dehors des cercles scientifiques.

Mais son œuvre la plus ambitieuse est sans doute sa Palingénésie philosophique (1769) dans laquelle il poursuit une idée de Leibniz. Il y défend l'immortalité de l'âme de l'être humain mais aussi de celle des animaux. C'est un vaste essai où il puise à des connaissances très vastes comme la géologie, la biologie, la psychologie et la métaphysique pour décrire la vie sur Terre et son futur.

Il poursuit cette réinterprétation de la Genèse dans les Recherches philosophiques sur les preuves du christianisme de 1773.

Ses travaux lui valent les sarcasmes de Voltaire.

Dans ses traités sur la nature, il s'attache à montrer que tous les êtres forment une échelle ininterrompue ; que tous proviennent de germes préexistants, etc. Dans ses traités de métaphysique, il accorde une grande part au cerveau et à l'organisation, mais sans tomber, comme on l'en a accusé, dans le matérialisme et le fanatisme. Tout au contraire, il était profondément religieux : il a taché d'établir dans sa Palingénésie la nécessité d'une autre vie, non seulement pour l'homme, mais aussi pour les animaux mêmes.

La vie de Charles Bonnet est dépourvue d'évènements marquants. Il semble n'avoir jamais quitté la Suisse, ni avoir pris part aux affaires publiques à l'exception de la période comprise entre 1752 et 1768, durant laquelle il fut membre du conseil de la République. Il passa les vingt-cinq dernières années de sa vie dans sa paisible retraite campagnarde de Genthod, près de Genève, où il mourut des suites d'une longue et pénible maladie le 20 mai 1793. Son épouse était issue de la famille De la Rive. Le couple n'eut pas d'enfants, mais ils élevèrent comme leur fils Horace-Bénédict de Saussure qui était le neveu de madame Bonnet.

Sa contribution à l'histoire de la médecine

En 1760 il relate l'observation de son grand-père âgé de 87 ans et atteint d'une cataracte sévère, qui en dépit d'une quasi-cécité se plaignait d'hallucinations visuelles élaborées et réalistes : il disait percevoir des personnages, des oiseaux et divers motifs plus ou moins complexes. Charles Bonnet a laissé son nom à ce syndrome, dans lequel la majorité des personnes atteintes sont des sujets âgés présentant un déficit de la vision quelle qu'en soit l'origine[1].

Notes

  1. Berrios G E and Brook P (1982) The Charles Bonnet Syndrome and the Problems of Visual Perceptual Disorder in the Elderly. Age and Ageing 11: 17-23

Œuvres

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Traité d'insectologie ou Observations sur quelques espèces de vers d'eau douce, qui coupés par morceaux, deviennent autant d'animaux complets.
  • Ses œuvres ont été éditées à Neuchâtel, 1779, 8 volumes, in-4 ou 18 volumes in-8.

Bibliographie

  • On doit à Albert Lemoine (1824-1874) une Étude sur Bonnet (1850), et au duc Victor-Antoine-Charles de Riquet de Caraman (1811-1868) : Charles Bonnet, sa vie et ses œuvres (1859).

Source

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Charles Bonnet (naturaliste) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Charles Bonnet (Naturaliste) — Pour les articles homonymes, voir Bonnet. Portrait de Charles Bonnet (1720 1793) Charles Bonnet, né le …   Wikipédia en Français

  • Charles bonnet (naturaliste) — Pour les articles homonymes, voir Bonnet. Portrait de Charles Bonnet (1720 1793) Charles Bonnet, né le …   Wikipédia en Français

  • Charles Bonnet — (naturaliste) Pour les articles homonymes, voir Bonnet. Portrait de Charles Bonnet (1720 1793) Charles Bonnet, né le …   Wikipédia en Français

  • Charles Bonnet — Born March 13, 1720 Geneva Died …   Wikipedia

  • Syndrome de charles bonnet — Le Syndrome de Charles Bonnet doit son nom au naturaliste genevois Charles Bonnet qui en donna la description en 1760.[1] Il s agit d hallucinations visuelles complexes survenant chez des sujets âgés ne présentant pas de troubles mentaux. Ces… …   Wikipédia en Français

  • Syndrome de Charles Bonnet — Le Syndrome de Charles Bonnet doit son nom au naturaliste genevois Charles Bonnet qui en donna la description en 1760[1]. Il s agit d hallucinations visuelles complexes survenant chez des sujets âgés ne présentant pas de troubles mentaux. Ces… …   Wikipédia en Français

  • Bonnet — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire 1 Noms communs 2 Patronymes 3 …   Wikipédia en Français

  • bonnet — [ bɔnɛ ] n. m. • 1401; « étoffe à coiffure » XIIe; o. i.; p. ê. du lat. médiév. abonnis « bandeau », du frq. °obbunni « ce qui est attaché sur », ou var. de bonne, du gallo rom. °bottina I ♦ Coiffure souple, sans bord, dont la forme varie,… …   Encyclopédie Universelle

  • BONNET (C.) — BONNET CHARLES (1720 1793) Naturaliste et auteur d’écrits philosophiques, il découvrit la parthénogenèse (reproduction sans fécondation) et développa la théorie de l’évolution dite des catastrophes. Juriste de métier, les sciences naturelles… …   Encyclopédie Universelle

  • Bonnet [2] — Bonnet (spr. bonnä), 1) Charles de, Naturforscher und Philosoph, geb. 13. März 1720 in Genf, gest. 20. Mai 1793 auf seinem Landgut Genthod am Genfer See, studierte Rechtswissenschaft und Naturwissenschaft, entdeckte 1739 die Parthenogenesis bei… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon