Chapareillan


Chapareillan

45° 27′ 49″ N 5° 59′ 30″ E / 45.4636111111, 5.99166666667

Chapareillan
Place de la mairie
Place de la mairie
Administration
Pays France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Le Touvet
Code commune 38075
Code postal 38530
Maire
Mandat en cours
Daniel Bosa
2001-2014
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Grésivaudan
Démographie
Population 2 147 hab. (1999)
Densité 72 hab./km²
Gentilé Chapareillannais
Géographie
Coordonnées 45° 27′ 49″ Nord
       5° 59′ 30″ Est
/ 45.4636111111, 5.99166666667
Altitudes mini. 245 m — maxi. 1934 m
Superficie 30 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Chapareillan est une commune française située dans le département de l'Isère et la région Rhône-Alpes.

Chapareillan est situé dans la vallée du Grésivaudan, à 16 km au sud de Chambéry et 42 km au nord de Grenoble, juste sous le Mont Granier, premier contrefort du massif de la Chartreuse.
Elle s'étend de l'Isère (altitude 244 m) au sommet du Mont Granier (1 943 m), sur plus de 3 000 ha.

Sommaire

Lieux-dits et écarts

La commune compte plusieurs hameaux plus ou moins importants.
Du plus élevé au plus bas :

  • Saint-Marcel-d'en-Haut (le Grand-Crozet)
  • Saint-Marcel-d'en-Bas (le Petit-Crozet)
  • Bellecombe
  • Les Atrus
  • Banchôt
  • Les Girouds (Bellecombette)
  • Bellecombette
  • Les Martinons
  • Les Rosières (la Palud)
  • Charbonnel (La Palud)
  • La Palud
  • Saint André
  • Saint Martin
  • Pont-Royal
  • Les Gaillons (ou les Truchons)
  • Hauterive

Des quartiers plus urbains mais bien identifiés :

  • La Ville
  • Clessant
  • l'Etraz
  • l'Epinette (centre village)
  • le Villard
  • la Cura
  • Cernon
  • le Grand Coin/les Girards
  • le Pilon
  • Servette
  • la Meunière
  • les Blards
  • Bellecour (coupé en deux par la rue du Souvenir Français, s'étend de la rue de Bellecour au Pilon)

Des lieux-dits aux noms plus ou moins évocateurs, dont :

  • Crève-Cœur
  • La Colonne
  • Grosse Pierre
  • Tricairne
  • Pré Ours
  • La Fontaine aux Oiseaux
  • Le Rousset
  • Les Eparres
  • Combe Noire
  • l'Arcelle
  • Les Essarts
  • Malain
  • Le Mont
  • La Croix
  • Joyan
  • le Mimoret
  • La Corbassière
  • Les Rochettes
  • Les Carcassonnes
  • les Croquilles
  • Les Plantées
  • Le Puits (La Ville)
  • Les Groubes (Clessant)
  • La Crapautière (la Ville)
  • Grande Terre
  • La Corne
  • le Carrel
  • L'Epitel
  • Longifan
  • Le Tapis Vert
  • Les Hermitants

etc.

Communes limitrophes

Histoire

La gare de Chapareillan, terminus de la ligne de tramway Grenoble - Chapareillan

Ce territoire fut longtemps disputé entre le comte de Savoie et les différents seigneurs qui voulaient relever de la juridiction des Dauphins. Les affrontements entre seigneurs locaux - en particulier les puissants seigneurs de la famille de Briançon de Bellecombe - et surtout entre puissances (le Dauphiné et la Savoie, la France et la Savoie et enfin la France et le royaume de Piémont) vont marquer, souvent brutalement, l'histoire de Chapareillan. les rois de France Henri IV, Louis XIII, Louis XIV assiègeront la forteresse de Montmélian considérée, jusqu'à son démantèlement total, comme une des meilleures places-fortes d'Europe.

Une partie des troupes espagnoles en guerre contre le roi de Piémont s'installèrent à Chapareillan en 1742-1743, ravageant Apremont et Saint-Baldoph et mettant sous coupe réglée les autres paroisses savoyardes. Montesqiou, général révolutionnaire, traversa Chapareillan pour envahir la Savoie en 1792. En 1814, des troupes autrichiennes et des éléments français s'affrontèrent violemment dans la gorge de Cernon, entre Bellecombe et Barraux.

Chapareillan est le village natal, en 1752, du libraire Jean-Charles Falcon, Républicain jacobin installé à Grenoble dont Stendhal disait : "C'est peut-être le Grenoblois que j'ai le plus estimé". Falcon restera, jusqu'au bout, fidèle à ses opinions égalitaires.

Les deux paroisses de Bellecombe et Chapareillan constituaient le petit mandement de Bellecombe sous l'ancien régime. Ce mandement devint la commune de Chapareillan-Bellecombe créée en 1790 et renommée un peu plus tard commune de Chapareillan. Les hameaux de St-Marcel-d'en-Haut et de St-Marcel-d'en-Bas, autrefois appelés le Grand et le Petit-Crozet, furent rattachés à Chapareillan en 1870 lors du démembrement de la commune de Saint-Marcel qui comprenait également les hameaux de St-Georges (rattaché à Sainte-Marie-du-Mont) et du Fayet (rattaché à Barraux). Jusqu'à la rectification de frontières de 1760, la limite nord du mandement partait du col du Frêne (col du Granier), passait par Pïerre Hachée, en limite avec Apremont, coupait en deux le lac de St André, revenait à l'Isère en passant par le Bois Muzard (à proximité de Mure, hameau des Marches). L'ensemble des habitants demeurant au sud de cette frontière étaient rattachés à la paroisse de Chapareillan (Les Abymes -ancien nom de Saint-André- pour partie, Biplaine et autres lieux sont alors intégrés aux Marches).

Entre 1900 et 1933, Chapareillan est le terminus d'une ligne de tramway connu sous le nom de tramway Grenoble - Chapareillan (TGC).

Administration

Les maires de Chapareillan

Liste de l'ensemble des maires qui se sont succédé à la mairie de Chapareillan :

Liste des maires successifs[1]
Période Identité Étiquette Qualité
2001   Daniel Bosa    
1995 2001 Christian Cugnolio    
1989 1995 Jean Erhard    
1983 1989 Christian Casset    
1977 1983 Jean Erhard    
1959 1977 André Béthoux    
1945 1959 Émile Bouvier    
1944 1944 Jacques Paoli  ?  ?
1942 1944 Félix Nicolaï  ? Président de la délégation spéciale
1941 1941 Louis Gallay  ? Président de la délégation spéciale
1941 1941    ? suppression du conseil municipal par le régime de Vichy
puis création d'une délégation spéciale
1940 1941 Jean Tissot  ? Adjoint délégué nommé par le préfet en remplacement du maire
1935 1940 Lucien Tardy  ?  ?
1919 1935 François Truchon  ?  ?
1893 1919 Séraphin Abraham Uchet  ?  ?
1892 1893 Louis Bravet  ? (démission)
1889 1892 François Puissant  ? (démission)
1889 1889 Joseph Guiffray  ? (démission)
1883 1889 Eugène Constant Coutavoz  ?  ?
1882 1883 Séraphin Abraham Uchet  ? Adjoint faisant office de maire
1871 1882 Ambroise Arsène Bravet  ? Conseiller général, Député de 1876 à 1882
1848 1870 Eustache Marie Etienne Arragon  ?  ?
1842 1848 Louis Adolphe Bravet  ?  ?
1835 1842 Antoine Jean-Charles Paturel  ?  ?
1833 1835 Charles Falcoz  ?  ?
1831 1832 Charles Louis Bravet  ?  ?
1824 1830 Joseph-Antoine Muiron  ?  ?
1818 1821 Jean-Baptiste Bravet  ?  ?
1815 1818 Antoine Jean-Charles Paturel  ?  ?
1814 1815 Jean-Baptiste Bravet  ?  ?
1811 1814 Joseph Ignace Bonnet  ?  ?
1806 1811 Jean Baptiste Dallières  ?  ?
1803 1805 Joseph Ignace Bonnet  ?  ?
1799 1802 Henri Juglard  ? Député à l'Assemblée Législative en 1791-1732
1799 1799 François Vacher  ?  ?
1798 1799 Charles Bravet  ?  ?
1797 1798 Jean Bel  ?  ?
1795 1797 Charles Bernard  ?  ?
1795 1795 Henri Juglard  ? Député à l'Assemblée législative en 1791-1792
1793 1794 Joseph Louis Bietrix  ?  ?
1790 1792 Joseph Ignace Bonnet  ?  ?
 ???? 1790 Louis Bravet  ? Député à l'Assemblée Législative en 1791-1792
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Démographie

Voici ci-dessous, l'évolution démographique de la commune de Chapareillan classée par date de recensement de 1790 à 2005.

Évolution démographique

1790 1801 1806 1810 1820 1822 1826 1841 1846
1 870 1 750 1 881 1 816 2 327 2 449 2 449 2 461 2 544
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
2 612 2 543 2 438 2 383 2 458[2] 2 399 2 331 2 286 2 137
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
2 179 2 040 1 968 1 815 1 641 1 585 1 489 1 430 1 401
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 -
1 320 1 299 1 305 1 418 1 682 1 907 2 181 2 443 -
Sources : archives communales et dictionnaire des communes de l'Isère.

Monuments

Patrimoine religieux

  • Église désaffectée de la Ville (le Vieux Clocher)
  • Église de Bellecombe
  • Église « moderne » (construction entreprise à la fin du XIXe siècle)
  • Oratoire de la Salette
  • Deux oratoires entre Bellecombe et St-Marcel (route départementale et chemin de la Martine)
  • Nombreuses croix (carrefours, cimetières)

Patrimoine civil

  • Ruines du château de Bellecombe. Une table d'orientation a été installée, décrivant un panorama à 180° sur la chaîne des Bauges, le Mont-Blanc et la chaîne de Belledonne.
  • Château de Hauterive
  • Château de Pizançon (« la grande maison ») à la Ville
  • Maisons anciennes, plus particulièrement à la Ville
  • Moulins (les Girards, Pont-Royal, Saint-Martin)
  • Ancienne usine d'obus construite en 100 jours durant la guerre de 1914-1918 (Servette, le Ateliers du Granier)
  • les vieux celliers dans le vignoble
  • Fermes et granges
  • Vieux ponts sur l'ancien réseau routier (Montfollet, la Saïta, le Villard de la Palud)
  • Les bornes délimitant l'ancienne frontière entre la France et la Savoie province du royaume de Piémont-Sardaigne jusqu'en 1860.

Spécialités

Jumelages

Notes et références

  1. sources : archives communales et recherches Yves Besson
  2. À partir de 1870 est comptée la population des hameaux du Petit-Crozet et du Grand-Crozet qui faisaient partie, jusqu'alors, de la commune de Saint-Marcel

Articles connexes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Chapareillan de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Chapareillan — Place de la mairie …   Wikipedia

  • Chapareillan — Chapareillan …   Wikipedia Español

  • Chapareillan — Original name in latin Chapareillan Name in other language Chapareillan State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 45.46513 latitude 5.99171 altitude 284 Population 2329 Date 2012 01 18 …   Cities with a population over 1000 database

  • Ancien tramway de Grenoble — Un tramway et sa remorque arrivant à son terminus place Grenette. L ancien tramway de Grenoble est un réseau de tramway urbain et suburbain métrique de la région grenobloise apparu à partir de 1894, exploité par la société grenobloise de tramway… …   Wikipédia en Français

  • Voies ferrées du Dauphiné — La Société d économie mixte des Voies ferrées du Dauphiné abrégé VFD auparavant Société des voies ferrées du Dauphiné (SVFD) puis régie départementale des Voies ferrées du Dauphiné , est une entreprise de transport du département de l Isère, à l… …   Wikipédia en Français

  • Tram grenoble — Tramway de Grenoble Tramway de Grenoble Situation Grenoble, Isère …   Wikipédia en Français

  • Tramway de grenoble — Situation Grenoble, Isère …   Wikipédia en Français

  • Barraux —  Pour les articles homophones, voir Barrot, Barot, Barraud, Barrault, Barreau (homonymie) et Barrow …   Wikipédia en Français

  • Tramway de Grenoble — Une rame Citadis 402 et une rame TFS se croisant près de la gare de Grenoble Situation …   Wikipédia en Français

  • Straßenbahn Grenoble — Citadis Triebwagen an der Endstation der Linie B, Cité Internationale. Die Straßenbahn Grenoble (frz. Tramway de Grenoble) war bei der Wiedereinführung 1987 der weltweit erste Betrieb, bei dem ausschließlich Straßenbahnen in Niederflurtechnik… …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.