Celadon


Celadon

Céladon

Objet en céladon, de la dynastie coréenne de Goryeo, servant à recueillir les cendres royales. (Pièce du trésor national de Corée du Sud).

Le céladon est un type de céramique, propre à la Chine (en chinois : qingci 青瓷) et à l'Extrême-Orient, typique de la Corée de la période Koryŏ (918-1392), utilisant une glaçure verte ou bleu-gris translucide. Les céramiques céladon de l'époque Koryŏ sont les objets d'art coréen les plus connus au monde. On trouve toutefois des céladons primitifs en Chine, où il a été inventé dans la région de Yue, dans le bassin du Yangzi Jiang, et d'autres d'époque postérieure. Le céladon est particulièrement apprécié en Asie, car il permet d'obtenir la couleur du jade, la pierre sacrée.

Les céladons doivent leur nom au berger Céladon, personnage d'un roman précieux de 1610, L'Astrée, qui portait des rubans verts, le céladon désignant aussi cette couleur. Le roman L'Astrée d'Honoré d'Urfé a été écrit à une période où les produits qingci des ateliers chinois de Longquan gagnaient en popularité en France : la couleur des porcelaines chinoises a alors été comparée aux vêtements de Céladon et cette association est restée, reprise ensuite dans d'autres pays.


Sommaire

Technique et décoration

La couleur bleu-vert du céladon provient d'une petite quantité d'oxyde de fer incluse dans la glaçure au moment de la cuisson en réduction (avec un tirage limité). Une cuisson oxydante (avec une plus grande arrivée d'air) donne une couleur brun jaune à la glaçure. Il arrive que pendant le refroidissement, le four se réoxygène, et quelques vases présentent les deux couleurs.

Les potiers de Koryŏ ont aussi utilisé l'incrustation de décor à l'engobe noir ou blanc, déposé dans les incisions faites dans l'argile encore humide, et dont le surplus est essuyé. Cette technique donne un effet proche de la marqueterie.

La glaçure rouge est obtenue grâce à un oxyde de cuivre.

Pendant la période Chosŏn, la glaçure grise à la cendre se répandit.

Les céladons sont généralement monochromes, parfois non-décorés, mais le plus souvent ornés de motifs simples et finement mis en relief.

La grue, oiseau symbole de longévité et de bonheur est fréquemment représenté sur les céladons coréens.

Histoire

Le céladon est inventé par les potiers chinois de la région de Yué au IIe siècle, mais déjà, vers 1250 av. J.-C., les cuissons de certains potiers chinois pouvaient atteindre les 1200°, ce qui à cette température permettait de produire de la matière vitreuse, lorsque des cendres incandescentes de bois ou de végétaux retombaient sur les surfaces au défournement, et laissaient apparaître un révêtement imperméable, translucide et brillant. Ce sont ces qualités, qui exploitées méthodiquement, par les ingénieux artisans chinois, permirent peu à peu d'obtenir des teintes variant du brun au vert jaune.

Dès le XIe siècle av. J.-C., sont donc fabriqués des jarres et des pots, dont la facture est proche des bronzes rituels, pour accompagner les morts dans leurs tombes. Ces grès archaïques légèrement ocrés, montrent de nombreuses zébrures vitrifiées. Cette nouvelle technique fut affinée par les artisans de la province du Zhejiang, et selon les époques, le revêtement était créé avec des cendres de bois sèches, ou un mélange de cendres humides et d'argile puis saupoudré à travers un tamis, plus tard, une mixture de cendres et d'argile liquide, fut étalée à l'aide d'un pinceau. L'expérience des potiers, leur permit aussi de se rendre compte que les fours en longueur étaient les plus efficaces, et, construits à flanc de colline, à l'aide de brique d'argile réfractaire, ils étaient appelés "fours-dragons".

Au VIIIe siècle, le révêtement est parfait, et les potiers de Yue sont particulièrement renommés pour leurs bols de thé dont les teintes produites s'accordent avec celles du breuvage favori des chinois lettrés, qui les comparent à des « nuages verts saisis dans un tourbillon de glace ». Grâce aux lettrés, leur production pénètrent jusqu'à la cour impériale.

La porcelaine coréenne au céladon apparaît au Xe siècle près d'Inchon. Dès l'an 1000, grâce à l'influence de la Chine et à de longues recherches, le céladon coréen atteint un haut degré de raffinement. Ses teintes bleutées le distinguent du céladon chinois. Les autres productions sont délaissées, et cette technique prévaut sur toutes les autres.

L'âge d'or du céladon

Celadon Goryeo , Corée

En 1050, la technique de fabrication est arrivée à sa perfection, et permet de produire de grandes séries d'objets aux formes pures, à l'émail profond et sans craquelure. Les décors sont incisés dans l'argile, et sont soit abstraits (arabesques), soit utilisent des motifs floraux, ou des animaux (phénix), dénotant une influence des Khitans.

L'âge d'or du céladon, va s'étaler du XIe siècle au XIVe siècle, porté, en Chine par la dynastie des Song puis des Yuan. Les pièces fabriquées vont de plus en plus être destinées au seul plaisir de la contemplation, la couleur allant jusqu'au vert pâle, argenté, presque transparent. Les artisans chinois reproduisent des bronzes antiques pour lesquels ils abandonnent la couleur ocre pour un vert onctueux, poudré qui magnifie leurs chefs-d'œuvre, c'est la fameuse teinte dorénavant associée au mot céladon.

Dans les années 1150, le céladon au décor incrusté apparaît. Cette technique inventée en Corée permet d'orner les vases de nouveaux motifs réalistes : nuages, grues ; les petits objets (bouteilles à parfums, boîtes à onguents) sont ornées de fleurs. Le céladon est de plus en plus utilisé, et on couvre les palais royaux de tuiles en céladon. Les céladons rouges vifs sont inventés à cette époque, mais plus appréciés en Chine. Influençant leurs confrères chinois, les potiers coréens atteignent alors un apogée dans leur art. Tant et si bien, que les importations de céramique chinoise cessent tout à fait à cette époque.

La technique de décoration, sobre au XIIe siècle, commence à décliner avec les invasions mongoles (après 1231). À la fin du XIIIe siècle, les motifs devinrent moins variés, plus grossiers. Peu à peu, les céramistes coréens oublièrent les techniques de fabrication du céladon. Le céladon bleu-vert ne fut pas du tout produit du XIVe au XXe siècle.

Pendant la période Chosŏn, les potiers fabriquent toujours des céladons, mais ils ne sont plus aussi chatoyants, bleus ou gris, sans reflets verts-bleus, et les motifs décoratifs pauvres ou mêmes austères, et parfois simplement appliqués à l'aide d'un sceau.

Culture

  • C'est vers onze heures du matin que le bleu des céladons, éclairé par les rayons du soleil, apparaît dans toute sa beauté" Miura Koheiji
  • Céladon, fut le nom du héros de « L'Astrée », un roman pastoral en vogue au XVIIe siècle, et, qui portait un habit orné de rubans de couleur vert tendre.

Voir aussi

Jean Girel

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail de la céramique Portail de la céramique
Ce document provient de « C%C3%A9ladon ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Celadon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • céladon — [ seladɔ̃ ] n. m. et adj. inv. • 1617; nom d un personnage de L Astrée, type d amoureux platonique, 1610 ♦ Vert céladon, pâle. Ellipt Des rubans céladon. ♢ Porcelaine céladon, ou ellipt un céladon : porcelaine chinoise recouverte d émail craquelé …   Encyclopédie Universelle

  • céladon — 1. (sé la don) s. m. Familièrement et ordinairement avec ironie, amant délicat et langoureux. C est un céladon. Faire le céladon. •   Jamais Amour ne connut la morale ; Ce qui me plaît peut me rendre fripon ; Des gens d honneur petite est la… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • céladon — CÉLADON. s. m. Vert pâle tirant un peu sur la couleur du saule ou de la feuille de pêcher. Taffetas céladon. Ruban céladon.Céladon. Homme à beaux sentimens, passionnes et délicats, comme un Berger de ce nom au Roman de l Astrée. Cet homme est un… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • celadon — celadón s. n., adj. invar. Trimis de siveco, 10.08.2004. Sursa: Dicţionar ortografic  CELADÓN adj. inv., s. n. (de) culoare verde pal. (< fr. céladon) Trimis de raduborza, 15.09.2007. Sursa: MDN …   Dicționar Român

  • celadon — [sel′ə dän΄, sel′ədən] n. [Fr céladon, a delicate green, earlier, a tender lover, after Céladon, the hero in Astrée, romance by d Urfe (1610) < L (< Gr Keladōn), character in Ovid s Metamorphoses] a pale grayish green …   English World dictionary

  • celadon — pale grayish green, 1768, from Fr. Céladon, name of a character in the romance of l Astrée by Honoré d Urfé (1610), a sentimental lover who wore bright green clothes, after Gk. Keladon, a character in Ovid s Metamorphoses …   Etymology dictionary

  • celadon — CELADON. s. m. Couleur verte meslée de beaucoup de blanc. Tafetas celadon …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Celadon — Cel a*don, n. [F.] A pale sea green color; also, porcelain or fine pottery of this tint. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Celădon — (Färber), s. Seladon …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Celadon — CELĂDON, ontis, von Myndete aus Aegypten, einer von des Phineus Partey, der aber in dem erregten Tumulte auf des Perseus Beylager mit umkam. Ovid. Metam. V. v. 144 …   Gründliches mythologisches Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.