Cathédrale Saint-Siffrein de Carpentras


Cathédrale Saint-Siffrein de Carpentras
Cathédrale Saint-Siffrein de Carpentras
Image illustrative de l'article Cathédrale Saint-Siffrein de Carpentras
La façade occidentale dominée par le clocher gothique
Présentation
Culte Catholique romain
Type ancienne cathédrale
Rattaché à Archidiocèse d'Avignon
Début de la construction XVe siècle
Fin des travaux XVIe siècle
Style(s) dominant(s) Gothique
Protection Monument historique (1840)[1]
Géographie
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Vaucluse
Ville Carpentras
Coordonnées 44° 03′ 15″ N 5° 02′ 50″ E / 44.05417, 5.0472244° 03′ 15″ Nord
       5° 02′ 50″ Est
/ 44.05417, 5.04722
  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cathédrale Saint-Siffrein de Carpentras

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Cathédrale Saint-Siffrein de Carpentras

La cathédrale Saint-Siffrein de Carpentras est une église catholique romaine de France qui fut l'ancienne cathédrale de la ville de Carpentras, dans le département de Vaucluse. L'édifice de la cathédrale est un monument historique français.
De style gothique, elle fut élevée sur ordre du pape d'Avignon Benoît XIII , sur le site de l'ancienne cathédrale romane qui menaçait ruine. De cet ancien édifice subsiste encore une coupole romane. Elle fut le siège de l'ancien diocèse de Carpentras. Elle est dédiée à saint Siffrein ou saint Siffredus, qui fut évêque de la ville. Le diocèse fut supprimé lors du Concordat de 1801 et incorporé dans le diocèse d'Avignon.

Sommaire

La cathédrale romane

La tradition veut que la première cathédrale ait été construite par l'évêque Siffrein, moine de Lérins, au VIe siècle et placée sous l'invocation de saint Antoine l'Ermite. Au Xe siècle, le groupe épiscopal était placé sous le triple vocable de la Vierge,; de Pierre et de Siffrein. L'édifice roman est attribuée à l'évêque Geoffroy de Garosse, dont l'épitaphe, à demi effacé donne la date de 1215[2]. Son style, par comparaison, avec les autres cathédrales de la basse vallée du Rhône a permis d'affiner sa date de construction qui se situe autour de 1180[3]. Fort vétuste au XIVe siècle, sa voûte s'écroula en 1399[2].

La cathédrale gothique

Alors que la chrétienté était en plein dans le Grand schisme d'Occident, Benoît XIII ordonna, en 1404, la construction d'un nouvel édifice gothique[2]. La première pierre fut posée le 22 février 1405. Le chantier avait été confié à Thomas Colin, de Dinant, désigné dans les archives pontificales comme magister operis[4]. Son choix d'un plan carré pour la travée de cette nouvelle cathédrale imposa une nef trapue et lourde[5].

Un nouvel architecte remplaça Colin en septembre 1409. Ce fut Jean Laurent, dit le Bourguignon, qui laissa ensuite le chantier, à son gendre, le lapicide Antoine Omède, qui œuvra du 14 décembre 1449 jusqu'en mai 1467[4]. Les livres de compte de la Révérende Chambre Apostolique - le ministère des finances pontificales - indiquent qu'il recruta des tailleurs de pierres dans les diocèses de Riez, Lyon, Genève, Angers, Bourges, Toul et Cologne[6].

Le dernier grand chantier fut confié à Blaise Lécuyer, qui entre juin 1498 et janvier 1508, construisit la « Porte juive » surmontée de la « Boule aux rats ». Elle est ornée de neuf niches pour abriter les statues et sa décoration est remarquable par son gable très développé et ses volumineuses feuilles frisées[7].

La cathédrale fut consacrée en 1531[2].

A la fin du XVIIesiècle et au début du XVIIIesiècle, l'évêque Laurent Bufy confie au sculpteur Jacques Bernus, la décoration du chœur, du maître-autel, du tabernacle avec des anges et une Gloire en bois doré et le sanctuaire de la Cathédrale Saint-Siffrein, ainsi que la propre tombe de l'évêque Buty en marbre.

Le cloître, seul vestige important de la première cathédrale fut rasé en 1829[3], tandis que le clocher roman, qui avait été conservé, fut démoli en 1875[2]. Le clocher actuel est de style néo-gothique.

Les maîtres de musique de la cathédrale

Trois sont particulièrement connus. Tout d'abord, Elzéar Genet (1470-1548), dit il Carpentrasso ou Carpentras, un des grands compositeurs de la Renaissance, puis le noëlliste Nicolas Saboly, natif de Monteux, qui fut maître de chapelle de la cathédrale entre 1639 et 1643. Quant à Louis Archimbaud, il en fut l'organiste de 1727 à 1789.

Photographies

Notes et références

  1. Notice no PA00082003, sur la base Mérimée, ministère de la Culture
  2. a, b, c, d et e Jean-Maurice Rouquette, op. cit., p. 34 
  3. a et b Jean-Maurice Rouquette, op. cit., p. 35 
  4. a et b Alain Girard, L'aventure gothique op. cit., p. 141 
  5. Alain Girard, L'aventure gothique op. cit., p. 140 
  6. Alain Girard, L'aventure gothique op. cit., p. 143 
  7. Alain Girard, La Cour céleste op. cit., p. 326 

Annexes

Bibliographie

  • Alain Girard, La représentation de la Cour céleste dans les portails de Blaise Lécuyer, in Le Peuple des Saints, Académie de Vaucluse, 1987 (ISBN 2906908002) 
  • Alain Girard, L'aventure gothique entre Pont-Saint-Esprit et Avignon du XIIIe au XVe siècle, Édisud, 1996 (ISBN 2857448880) 
  • Jean-Maurice Rouquette, Provence Romane 1, t. 1, Zodiaque, coll. « La Nuit des Temps », 1974 

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Cathédrale Saint-Siffrein de Carpentras de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.