Catholicisme Social


Catholicisme Social

Catholicisme social

Le catholicisme social est une doctrine apparue après la Révolution française et au début de la Révolution industrielle, qui vise à promouvoir une politique sociale conformément aux enseignements de l'Église, ou même à bâtir une nouvelle société humaniste à base chrétienne, en opposition au libéralisme économique.

Le terme "catholicisme social" apparaît pour la première fois en 1890 mais ce courant de pensée est bien antérieur.

Sommaire

Première génération (1820-1825)

Le catholicisme social est né dans deux milieux : les milieux réactionnaires opposés aux libéralismes politique et économique et des milieux progressistes, attachés à la démocratie, mais rejetant le libéralisme économique.

Dans les milieux réactionnaires

Une partie des membres des milieux réactionnaires (monarchiste et catholique), opposé aux libéralismes politique et économique issus de la Révolution française estiment que l'exploitation des ouvriers est le résultat de l'abolition des corporations intervenue en 1791 (loi le Chapelier). Cette première génération catholique sociale, touchée par le malheur des ouvriers et la pauvreté, veut apporter son aide et préconise la charité comme solution immédiate. On l'a accusé, plus tard, de paternalisme. A plus long terme, elle rêve du retour à un nouveau moyen-âge idéalisé, monde de solidarité rurale, de solidarité au sein des corporations, de simplicité de vie, de proximité des classes sociales, etc.

Dans les milieux progressistes

Un milieu ouvert aux idées nouvelles, qui reprend les idées des libéraux et des socialistes pré-marxistes (ou utopistes) a développé une autre forme de catholicisme social qui, schématiquement, conserve les acquis du libéralisme politique, mais rejette le libéralisme économique. Il va développer un socialisme chrétien, pour sa part franchement républicain.

Les personnalités catholiques qui mettent l'accent en premier sur la pauvreté ouvrière sont :

En 1848, Ozanam, Lacordaire et Buchez militent dans leur journal l'Ère nouvelle pour une prise en compte de la misère sociale.

Les années 1860-1880

Cette génération du catholicisme-social souligne désormais le manque de justice sociale, concept qui prime désormais sur la charité. Ces idées se retrouvent dans les milieux conservateurs. Les grands penseurs de cette génération sont des aristocrates ou grand propritétaires, étrangers au monde industriel, qui préconisent une christianisation des masses. La résolution de problèmes sociaux est au service de cette christianisation. Leur solution est le retour aux corporations

Citons notamment :

Ce sont les œuvres de Mgr Ketteler qui permirent à Albert de Mun de découvrir sa pensée sociale, lors de sa captivité en Allemagne. Il fonda les cercles catholiques ouvriers (1871), fut l'inspirateur de la plupart des textes de loi sociaux de la IIIe République, et participa à l'élaboration de l'encyclique Rerum Novarum du pape Léon XIII (1891).

La troisième génération du catholicisme social, typiquement représentée par Léon Harmel paraît beaucoup plus réalistes car elle comprend et accepte mieux le monde industriel. Elle a trois principales revendications : un juste salaire, l'intervention nécessaire de l'État afin de contrecarrer la libre concurrence et l'utilité des associations professionnelles pour défendre les intérêts des ouvriers (syndicats chrétiens).

L'encyclique Rerum novarum de Léon XIII (1891)

Les idées de ces trois générations, parfois en contradiction, font monter la tension dans le monde catholique. L'intervention du pape Léon XIII, avec son encyclique Rerum novarum (qui entérine les propositions de la troisième génération) en 1891 marque la reconnaissance du catholicisme social par le Saint-Siège et la constitution d'une doctrine sociale officielle de l'Église catholique.

Pour l'élaboration de son encyclique, Léon XIII s'est notamment appuyé sur les travaux de l'Union de Fribourg, un cercle catholique d'études sociales et économiques réuni de 1884 à 1891 autour de Mgr Mermillod, évêque de Lausanne et Genève, à l'inspiration notamment de René de La Tour du Pin.

Principaux mouvements catholiques-sociaux au 20e siècle

Les œuvres catholiques sociales, partis politiques ou syndicats, vont dès lors se multiplier, parfois en lien étroit avec l'Église :

En France

En France, on distingue :

Sur le plan politique :

Sur le plan religieux et social :

Sur le plan syndical avec la CFTC créé en 1919 par la fédération de plusieurs petits syndicats chrétiens antérieurs.

Voir aussi

Articles connexes

Idées et mouvements

Personnalités

Sources

  • Comte de Montalembert. Du Devoir des catholiques - Paris, bureau de L'Univers, 1843.
  • Henri Rollet. L'Action sociale des catholiques en France, 1871-1914. - Paris, Desclée de Brouwer, 1958. 2 vol.
  • Jean Maitron. Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier. - Paris, Editions ouvrières, 1964-1992. 41 vol.
  • Jean-Marie Mayeur. Catholicisme social et démocratie chrétienne. Principes romains, expériences françaises. - Paris, Cerf, 1986. 289 p.


Liens externes

Ce document provient de « Catholicisme social ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Catholicisme Social de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Catholicisme social — ● Catholicisme social mouvement de pensée et d action qui essaie de promouvoir une réforme des structures sociales et économiques selon l esprit de l Évangile et les directives des souverains pontifes …   Encyclopédie Universelle

  • Catholicisme social — Le catholicisme social est une doctrine apparue après la Révolution française et au début de la Révolution industrielle, qui vise à promouvoir une politique sociale conformément aux enseignements de l Église, ou même à bâtir une nouvelle société… …   Wikipédia en Français

  • CATHOLICISME LIBÉRAL ET CATHOLICISME SOCIAL — Catholicisme libéral, catholicisme social, démocratie chrétienne: trois courants de pensée qu’il serait déraisonnable de traiter comme s’ils n’avaient entretenu aucune sorte de relation réciproque. Assurément, ce qui les différencie est souvent… …   Encyclopédie Universelle

  • CATHOLICISME — LE TERME 見礼凞晴礼﨟, qui avait déjà chez les auteurs grecs (Aristote, Zénon, Polybe) le sens d’universel, de total, de général, est employé, depuis le début du IIe siècle, et presque exclusivement par les auteurs chrétiens (pour la première fois par… …   Encyclopédie Universelle

  • Catholicisme intégral — Intégrisme L intégrisme désigne un courant d opinion au sein de l Église catholique, particulièrement française[1], et dont l appellation remonte au début du XXe siècle, lors de la crise moderniste, lorsque le courant conservateur de cette… …   Wikipédia en Français

  • Catholicisme intransigeant — Intransigeantisme L’intransigeantisme, ou catholicisme intransigeant, est un courant de l Église catholique, apparu au XIXe siècle, refusant de transiger avec les données culturelles extérieures au modèle catholique originel[1], et qui,… …   Wikipédia en Français

  • Social chrétien — Christianisme social Le christianisme social est une doctrine sociale apparue au XIXe siècle, fondée sur l humanisme du christianisme (l homme est à l image de Dieu, il a donc droit à la dignité) opposé au libéralisme économique de l’époque… …   Wikipédia en Français

  • CATHOLICISME - Histoire de l’Église catholique — Au cours du deuxième concile du Vatican, l’Église catholique romaine, dans une prise de conscience renouvelée de sa mission, de sa nature, de ses structures, a cherché à se définir de manière assez neuve dans son rapport au monde: plus lucidement …   Encyclopédie Universelle

  • CATHOLICISME - L’organisation et la vie de l’Église — Pour comprendre les institutions actuelles de l’Église catholique, il faut partir du fait historique qui explique son origine: la conviction d’un petit groupe d’hommes et de femmes, dans les années 30 à 40 du premier siècle, que Jésus de Nazareth …   Encyclopédie Universelle

  • CATHOLICISME - Le catholicisme contemporain — Lorsqu’on parlait du catholicisme vers le milieu du XXe siècle, la tâche n’était pas toujours facile. Au moins croyait on savoir où le trouver: dans les institutions qui en avaient le contrôle, l’Église avec ses fidèles, sa hiérarchie, ses… …   Encyclopédie Universelle