Cathedrale Notre-Dame d'Anvers


Cathedrale Notre-Dame d'Anvers

Cathédrale Notre-Dame d'Anvers

51°13′13″N 4°24′4″E / 51.22028, 4.40111

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cathédrale Notre-Dame et Notre-Dame.
Cathédrale Notre-Dame d'Anvers
Vue générale de l'édifice
Vue générale de l'édifice

Nom local Onze-Lieve-Vrouwekathedraal
Latitude
Longitude
Non renseigné
(Chercher ce lieu) 
Pays Belgique Belgique
Ville Anvers
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Rattaché à Diocèse d'Anvers
Début de la construction 1352
Fin des travaux 1521
Style(s) dominant(s) Gothique
Façade occidentale de la cathédrale Notre-Dame d'Anvers
Vue de la nef centrale de la cathédrale

La cathédrale Notre-Dame (en néerlandais Onze-Lieve-Vrouwekathedraal) à Anvers (Antwerpen), dédiée à la Vierge Marie est la cathédrale du diocèse du même nom.

C'est un des cinq grands monuments religieux d'Anvers.
La grande tour de Notre-Dame d'Anvers fait partie d'un groupe de 56 beffrois et clochers de Belgique et de France inscrits sur la liste du patrimoine mondial ID 943-016 de l'UNESCO.

Sommaire

Description générale

C'est une église gothique en forme de croix latine, dont la construction s'étendit sur deux siècles de 1352 à 1521. La cathédrale peut être considérée comme un des sommets de l'art gothique brabançon, mais représente un type particulier au sein de ce style. Ainsi on ne retrouve pas dans la nef les colonnes cylindriques surmontées de chapiteaux à double rangée de feuilles de chou comme à Bruxelles ou Malines, mais bien des piliers complexes dont les colonnettes s'élancent d'un seul jet du sol jusqu'aux voûtes d'ogives. De plus les grandes arcades situées entre le vaisseau central et les bas-côtés, sont exceptionnellement larges et le triforium a été abandonné. À sa place on retrouve une frise qui surmonte le niveau des grandes arcades.
Enfin le bloc-façade occidental (Westbau) avec ses trois portails et ses deux tours, inspiré de la cathédrale de Bruxelles, est de style français, mais sans rosace.
Le joyau de la cathédrale est sa tour nord de style gothique flamboyant qui mesure 123 mètres de haut. Une partie du mobilier et des peintures intérieures est de style néogothique. De nombreuses pierres tombales sont insérées dans le dallage.

Historique

L’église actuelle, achevée en 1521, après 170 ans de construction, remplace une ancienne chapelle romane construite au Xe siècle au même endroit, dédiée à Marie, transformée en église romane en 1124 à l'occasion de la fondation de la paroisse. De 1350 à 1520, les Anversois élèvent la plus grande église gothique de tous les Pays-Bas (5 nefs originellement, qui furent portées au nombre de 7).
L’empereur Charles Quint aura l’ambition de construire une des plus grandes églises au monde mais l’incendie de 1533 renversera ce rêve.

En 1559, lors de la création du diocèse d’Anvers, l'église est consacrée avec un statut de cathédrale. Elle reste cathédrale de 1559 à 1801, date à laquelle le diocèse fut supprimé par le concordat conclu entre le Premier Empire napoléonien et le pape Pie VII. Elle est pillée et dégradée en 1566 puis 1581 par les iconoclastes. Elle pâtit ensuite des réquisitions imposées par les révolutionnaires venus de France en 1794. En 1585 (chute d'Anvers), elle est pour partie réaménagée dans le style baroque, puis en style néoclassique au XVIIIe siècle. En 1961 elle recouvre (jusqu'à nos jours) son statut de cathédrale, et à la fin du XXe siècle elle fait l'objet d'une grande restauration sur des bases scientifiques, d'abord de la façade ouest, puis des portails et de la tour avant que les restaurateurs n'entament leur travail à l'intérieur du monument (nef, et chœur, puis chapelles périphériques (travail en cours)

Quelques dimensions

  • la nef de Notre-Dame d'Anvers comporte sept vaisseaux
  • longueur intérieure : 119 mètres (cathédrale Notre-Dame de Paris : 123 mètres pour la tour nord)
  • largeur maximum intérieure de la nef : 53,50 m
  • longueur intérieure du transept : 76 mètres (Paris : 48 mètres)
  • hauteur sous voûte de la nef : 28 mètres (contre 33,5 mètres pour Notre-Dame de Paris, 36 pour le chœur de Notre-Dame de Tournai et 42,3 pour Notre-Dame d'Amiens)
  • hauteur de la voûte au niveau de la coupole de la croisée du transept : 43 mètres
  • hauteur de la tour nord : 123 mètres (contre 142 mètres pour la cathédrale de Strasbourg et 151 pour celle de Rouen)
  • hauteur de la tour sud inachevée : 65,30 mètres
  • superficie intérieure totale : plus ou moins 8 000 m2 (soit plus que la cathédrale Notre-Dame d'Amiens, la plus vaste de France)
  • surface du toit : plus de 10,000 m²
  • nombre de piliers et colonnes : 125
  • nombre de baies vitrées : 128 (dont 55 vitraux).
  • la cathédrale peut accueillir quelque 25.000 personnes
La grande tour nord, vue de la rive gauche de l'escaut

Les tours

La cathédrale d'Anvers comporte trois tours.
La tour nord qui mesure 123 mètres de haut fut financée par la ville. Remarquable de légèreté et d'élégance, elle constitue un beau chef-d'œuvre du style gothique flamboyant. Elle est la plus haute tour de toutes les églises du Benelux.
La tour sud était prévue de même hauteur et symétrique par rapport à la tour nord. Elle devait être financée par la paroisse mais faute d'argent la poursuite de sa construction fut abandonnée et elle reste inachevée. Aucune des deux tours n'a d'ailleurs atteint la hauteur prévue dans les plans.

Enfin la cathédrale possède une tour-lanterne à trois étages de fenêtres, surmontée d'un énorme bulbe. Elle s'élève au dessus de la croisée du transept. Elle est destinée à améliorer l'éclairage du vaste édifice rendu sombre par l'éloignement du vaisseau central et du chœur par rapport aux baies latérales.

L'Élévation de la croix, de Pierre Paul Rubens - Cathédrale Notre-Dame d'Anvers

Œuvres d'art majeures

Peintures

La cathédrale abrite quelques chefs-d'œuvre majeurs de la peinture flamande, dont 3 tableaux monumentaux peints par Pierre Paul Rubens spécialement pour la cathédrale ;

  • L'Érection de la Croix - triptyque de Rubens (huile sur panneau de 4,60 m x 3,40 m pour le panneau central et 4,60 m x 1,50 m pour les panneaux latéraux). Ce tableau a été conçu pour le maître-autel de l'ancienne église Sainte-Walburge près du Steen, et transférée à la cathédrale en 1816.
  • Assomption de la Vierge - de Rubens ; huile sur toile peinte (en grande partie dans la cathédrale même) en 1625-1626 sur un format de 4,90 m x 3, 25 m. Ce tableau a été disposé à la place de l'ancien retable ôté en 1581.
  • Descente de la Croix - du même Rubens, peinte en 1612 sur un panneau monumental de 4,21 m x 3,11 m, agrémentés de deux panneaux latéraux de 4,21 m x 1,53 m). C'est l'un des tableaux les plus célèbres du maître, commandé par la corporation des arquebusiers dont le patron est Saint Christophe.
  • La Résurrection du christ a été terminée en 1612 par Rubens sur un panneau (triptyque) de taille plus modeste (panneau central de 138 x 198 cm et deux panneaux latéraux (de 138 x 40 cm). Ce tableau est une épitaphe à Jan Mortetus et Martina Plantin, deux membres de la famille de Plantin Moretus (riche imprimeur anversois de l'époque), les commanditaires étant figurés sur les panneaux latéraux.

On y admire encore aussi :

  • Les restes d'une fresque murale (L'Homme des douleurs) anonyme du début du XVe siècle (en hauteur, sur le mur de l'ancienne chapelle de la circoncision, à l'entrée de la cathédrale)
  • La Dormition de la vierge (Marie est la patronne de la cathédrale). Ce tableau accroché au fond de l'église, derrière le maître autel. Il a été réalisé par Abraham Matthyssens (en 1633) sur une toile monumentale (5 m x 3,25 m) dans le cadre d'une série consacrée à Marie (avec L'Assomption de Rubens (au dessus du maître-autel) et L'Assomption dans la coupole de Cornelius Schut).
  • L'Assomption de la vierge de Cornelis Schut. Cette toile ronde de grandes dimensions (5,8 m de diamètre) a été terminée en 1647 et disposée en hauteur (43 m), sous la coupole. Une perspective en trompe-l'œil donne l'impression au spectateur que la coupole est ouverte sur le ciel.
  • un triptyque peint par Jacob de Backer (vers 1580) en mémoire de Christopher Plantin, dont le panneau central, monumental, représente le jugement dernier
  • La Face du Christ dite Vera effigies, peinture à l'huile sur marbre blanc, peut-être de l'école germanique, datée de la fin XVIIe siècle (38 x 32 cm).

Sculptures

Madone à l'enfant ; en marbre de Carrare. C'est une pièce anonyme réputée comme bel exemple de la sculpture gothique du XIVe siècle, issue de l'école mosane. Elle est attribuée au « Maître des madones en marbre du pays mosan », de 1,27 m de hauteur, et supposée avoir été réalisée aux environs de Liège vers 1350. Elle fut installée dans la cathédrale en 1866.

  • Tabernacle de bois et laiton doré en forme d'arche de l'alliance, de style rococo tardif, couvert de bas-reliefs préfigurant l'eucharistie, visible sur l'autel de la Confrérie du très saint sacrement (la confrérie qui l'a commandé). Il aurait été réalisé par Judocus Ignatius Picavet d'après Hendrikk Frans Verbrugghen (1654-1724) et par Henricus II de Potter (1725-1781).

Entre 1682-1683, les prélats commandent à Guillielmus Kerricx une nouvelle enceinte autour de l'« autel des tonneliers »[1]. cette œuvre contient d'abondantes références à la tonnellerie et au vin ou au raisin.
En 1798, lors de la période de domination française, l'enceinte fut vendue aux enchères et dispersée en différents éléments, avec une partie du mobilier de la cathédrale.
En 1991, cinq des reliefs de marbre ont été rachetés lors d'une vente chez Christie's à Londres, dont 2 achetées par la province d'Anvers. Un sixième relief a été acheté en 1996.

Une dévotion particulière est portée à une sculpture ancienne dite Notre-Dame d'Anvers (noyer polychrome, datée du XVIe siècle, haute de 1,80 mètre, qui aurait échappé à la phase iconoclaste de 1568. Elle est accompagnées d'une représentation des 4 évangélistes et surmonte aujourd'hui un globe terrestre et un croissant de lune.

Orgues

Deux orgues ornent la cathédrale et ses messes :

  • L'orgue Pierre Schyven, de 1891, dont le buffet (1657) a été conçu par le peintre Erasmus II Quellin, orné de statues de Pieter I Verbruggen
  • L'orgue Metzler, moderne (1993)

Visites

L'édifice est visité par environ 320 000 visiteurs chaque année. Son entretient nécessite 1,5 million d'euros/an, pour partie fournis par le prix payé pour les visites.

Notes et références

  1. Contrat daté du 8 avril 1682, citant une maquette en argile cuite (pour partie conservé). L'artiste touchera pour 1825 florins

Annexes

Voir aussi

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail de l’architecture chrétienne Portail de l’architecture chrétienne
  • Portail de la Belgique Portail de la Belgique
Ce document provient de « Cath%C3%A9drale Notre-Dame d%27Anvers ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Cathedrale Notre-Dame d'Anvers de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Cathédrale Notre-Dame d'Anvers —  Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Notre Dame. Cathédrale Notre Dame d Anvers …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Notre-Dame — Cette page d’homonymie répertorie les différents édifices religieux partageant un même nom. Pour les articles homonymes, voir Notre Dame. Plusieurs cathédrales sont dédiées sous le vocable de Notre Dame, qui fait référence à Marie la mère de… …   Wikipédia en Français

  • Cathedrale Notre-Dame de Tournai — Cathédrale Notre Dame de Tournai Pour les articles homonymes, voir Cathédrale Notre Dame et Notre Dame. 50° 36′ …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Notre-Dame De Tournai — Pour les articles homonymes, voir Cathédrale Notre Dame et Notre Dame. 50° 36′ …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale notre-dame de tournai — Pour les articles homonymes, voir Cathédrale Notre Dame et Notre Dame. 50° 36′ …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Lambert de Liège — Pour les articles homonymes, voir Cathédrale Notre Dame, Notre Dame et Saint Lambert. Cathédrale Notre Dame et Saint Lambert de Liège …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Notre-Dame de Tournai —  Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Notre Dame. Cathédrale Notre Dame de Tournai …   Wikipédia en Français

  • Notre-Dame de la Libération — Pour les articles homonymes, voir Église Notre Dame et Libération. « Fort des Buis » redirige ici. Pour les autres fortifications de la ville, voir patrimoine militaire de Besançon …   Wikipédia en Français

  • Notre-Dame des Buis — Pour les articles homonymes, voir Église Notre Dame. Chapelle des Buis Présentation …   Wikipédia en Français

  • Église Notre-Dame (Besançon) — Pour les articles homonymes, voir Église Notre Dame. Église Notre Dame …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.