Catastrophe


Catastrophe
Dégâts causés par l'ouragan Dennis en Floride en 2005.

Le terme catastrophe désigne les effets dommageables d'un phénomène brutal, durable ou intense, d'origine naturelle ou humaine. Les conséquences d'une catastrophe sont dans la fracture de la continuité organisée et du confort acquis. On distingue tout particulièrement les situations incluant pertes humaines et la destruction à grande échelle.

La singularité et l'ampleur du désastre que provoquent les grandes catastrophes affectent les esprits des populations concernées. Aujourd'hui, elles apparaissent au travers des médias. Auparavant, elles entraient dans les mythes et légendes, à l'image du récit du déluge. Dans le théâtre grec, la catastrophe était la dernière des cinq parties de la tragédie, le dénouement où le héros recevait sa punition, généralement funeste (catharsis).

À la différence des accidents, les catastrophes ont pour conséquence de nouvelles réflexions sur les moyens à mettre en œuvre pour les éviter ou pour en atténuer les effets désastreux. Ces réflexions, qui ont abouti notamment à la formulation du principe de précaution et de prévention, peuvent aboutir à la création de nouvelles normes ou de nouvelles contraintes légales.

Il est possible de distinguer, schématiquement, deux familles de catastrophes, se distinguant par leurs causes.

  • Les catastrophes naturelles concernent des évènements climatiques, sismiques ou astronomiques majeurs,
  • les catastrophes liées aux activités humaines, qui sont parfois bien plus dévastatrices.

Cette distinction demeure néanmoins artificielle, puisque l'impact des catastrophes dites naturelles dépend largement du facteur humain (ainsi, les inondations sont plus dangereuses lorsque les mangroves ont été détruites ou qu'on a construit en terrain inondable ; de même, les tremblements de terre font des dégâts différents selon le type de construction adoptée, l'usage de normes anti-sismiques, etc.).

Peinture : les derniers jours de Pompéi
Les derniers jours de Pompéi.

Sommaire

Catastrophes naturelles

Statut juridique

En France, le statut officiel de « catastrophe naturelle » par l' « arrêté de catastrophe naturelle », permet de débloquer les indemnisations et de faire jouer les assurances.

Impact et occurrence

La mortalité due aux catastrophes naturelles a augmenté de 60 % entre les années 1980 et les années 2000 et le nombre de catastrophes a été multiplié par 3 en 50 ans, avec un coût qui a atteint 1 600 milliard de dollars de 1980 à 2009[1].
De 1994 à 2004, elles ont touché 2,8 milliards de personnes et causé la mort de 796 408 personnes (dont 226 408 par le tsunami de décembre 2004 dans le Sud-est asiatique), et des pertes économiques estimées à 849 milliards de dollars. Outre les décès et les blessures physiques, les catastrophes ont un impact psychique non négligeable et qui désormais fait souvent l'objet d'une prise en charge spécifique appelée démarche psychosociale. La très grande majorité — 95 % — des victimes se trouvent dans les pays les plus pauvres, parce que ces régions sont très exposées, mais surtout en raison de l'absence de réseau d'alerte, un développement urbain anarchique et un défrichage des terres favorisant les inondations et glissements de terrain[2]. Ces catastrophes peuvent laisser des traces irréparables dans le paysage (exemple des météores ou encore sécheresse de la mer Morte) d'autres ont des effets plus modérés qui disparaissent au bout de quelque temps (incendies, inondations).

De 2000 à 2010, le nombre de catastrophes naturelles a encore nettement augmenté[3], dont en zone côtière. Les catastrophes dites "climatiques" ont les plus augmenté et constituent +/- 70 % du total des catastrophes naturelles, soit presque le double d'en 1990. En 2009, les inondations et autres catastrophes liées à l'eau, ont compté pour 53 % du nombre total de catastrophes naturelles. Le nombre de victimes de catastrophes météorologiques (typhons, cyclones) avait augmenté de 220 % par rapport à 2008, surtout en Asie qui a concentré en 2009 plus de 40 % de ces phénomènes.

La Banque mondiale et la Columbia university ont identifié 86 pays à haut risque de cyclones, tremblements de terre, inondations, sécheresses, incendies, éruptions, glissements de terrain, etc. Les risques croissent plus vite dans les pays à revenus moyens ou faibles et aux économies en forte croissance et les États fragiles, petits ou pauvres ont de moindres capacités de résilience[4].

Catastrophes climatiques

Articles détaillés : Cyclogénèse, Cyclogénèse tropicale et Orage.

L'atmosphère terrestre est une mince pellicule gazeuse composée principalement d'oxygène, d'azote et de vapeur d'eau. Elle recouvre le globe et est soumise à deux facteurs principaux : l'apport d'énergie du Soleil et la rotation de la Terre. La différence de température entre l'équateur et les pôles crée des différences de pression qui mettent l'air en mouvement. La rotation terrestre dévie ce mouvement, et crée des systèmes cycloniques de tailles diverses et des anticyclones.

Dans les premiers, la condensation de la vapeur d'eau va donner des nuages et des précipitations. Leur rotation génère également des vents qui peuvent être puissants et non seulement détruire directement mais également causer des vagues déferlantes. Dans les seconds, l'air est sec et le ciel dégagé, ce qui peut être intéressant pour quelques jours mais peut provoquer des sécheresses.

Les catastrophes climatiques sont essentiellement l'effet de ces systèmes sur l'environnement humain. Elles prennent diverses formes :

Ces catastrophes sont appelées à être plus fréquentes et à toucher plus de personnes à cause de l'augmentation de la population dans les zones à risque et les changements climatiques dus au réchauffement de la planète.

Inondations et raz-de-marée

Liste
  • 1219 : l'inondation de Grenoble causée par la rupture d'un barrage naturel au débouché de la plaine de Bourg d'Oisans. Ce barrage s'est formé suite à un mouvement de terrain de grande ampleur. Sa présence interrompt l'écoulement de la Romanche, provoquant ainsi la formation d'un lac en amont (embacle) dans la plaine de Bourg d'Oisans. Lors de la rupture du barrage, la débâcle a dévasté la ville de Grenoble.
  • 1421 : l'inondation de la Sainte-Élisabeth en Hollande et Zélande dévaste des dizaines de villages et cause entre 2 000 et 10 000 morts.
  • 1755 : le tremblement de terre de Lisbonne de 1755 au Portugal est l'un des plus destructeurs et des plus meurtriers de l'histoire : on dénombre entre 50 000 et 100 000 victimes. La secousse fut suivie par un tsunami et des incendies, qui détruisirent la ville de Lisbonne dans sa quasi-totalité.
  • 1861 : l'inondation de la mine de Bessèges dans le Gard, à la suite d'un débordement de la Cèze, fait 140 morts.
  • 27 août 1883 : l'éruption du Krakatoa provoque un raz-de-marée qui par endroits culmine à 40 mètres de haut. Un bateau, la Berouw, ancré dans la baie de Sumatra au large de Telukbetung fut retrouvé à trois kilomètres des côtes à une altitude de 10 mètres. Le monde entier l'a ressenti, et sur les côtes de l'Atlantique Nord, on a pu observer une vague de 12 mètres.[réf. souhaitée]
  • En 1900 la ville de Galveston du Sud des États-Unis est frappée par un cyclone. Il fait plus de 8 000 morts. C'est jusqu'en 2008, la plus grave catastrophe naturelle de l'histoire des États-Unis.
  • 20 et 21 janvier 1910 : crue du Doubs.
Article détaillé : Crue du Doubs de 1910 à Besançon.
Rue dévastée de Phuket, Thaïlande, après le tsunami lié au tremblement de terre sous-marin

Catastrophes sismiques

Article détaillé : Liste de catastrophes sismiques.

Glissements de terrain

Article détaillé : Glissement de terrain.

Éruptions volcaniques

Liste

Chutes de météorites

Articles détaillés : Impact d'astéroïde et Hiver d'impact.

La chute de météorites d'une certaine taille peut causer des dégâts considérables sur une zone très étendue : les dégâts causés par la chute d'un tel objet en 1908 en Sibérie (voir catastrophe de Toungouska) ont ravagé plusieurs milliers de kilomètres carrés dans une zone inhabitée.

Pour le moment, on ne déplore pas de catastrophe majeure dans une zone habitée. Il n'est toutefois pas exclu que quelques cas isolés de personnes tuées par la chute d'objets célestes aient pu survenir.

  • Le cratère de Chicxulub est, d'après la majorité des scientifiques, un cratère provoqué par la chute d'une météorite de près de 10 kilomètres de diamètre qui se serait abattue sur la Terre il y a environ 65 millions d'années (c'est-à-dire à la fin du Crétacé) et qui serait à la source d'une extinction massive d'espèces (dont les fameux dinosaures), appelée extinction KT.

Catastrophes d'origine humaine

Industrielles

La catastrophe de Buncefield en 2005 au Royaume-Uni : embrasement dans un terminal de stockage pétrolier.

Une catastrophe industrielle est liée à un accident dans une des phases de la production industrielle, dans l'exploitation minière ou durant le transport de cette production, notamment le transport de pétrole, qui a occasionné de nombreuses marées noires (Garantie catastrophe Technologique‎).

Voir Chronologie des catastrophes industrielles et la Liste des principaux déversements pétroliers.

Nucléaires

Parmi les catastrophes industrielles survenues dans le domaine de la production d'énergie nucléaire, on peut citer la catastrophe de Tchernobyl, connue pour son impact environnemental et humain, et dans une moindre mesure l'accident nucléaire de Three Mile Island car ce dernier a marqué l'opinion et fait adopter de plus grandes mesures de prudence. Les bombardements de la bombe atomique, en temps de guerre, sont repris dans les catastrophes militaires. En termes d'accident nucléaire, nous pouvons aussi citer les accidents nucléaires de Fukushima au Japon, qui font partie des conséquences du tsunami engendré par le séisme du 11 mars 2011, de magnitude 9.0 .

Voir les articles accident nucléaire et liste des accidents nucléaires, qui incluent la classification des accidents et catastrophes.

Incendies

Transports de personnes

L'utilisation de moyens de transport de passagers s'est développée et ceux-ci peuvent être d'importante capacité. Lorsqu'un accident ou un attentat survient, les conséquences humaines peuvent être dramatiques avec de nombreux morts.

Selon le moyen de transport touché, on parle de catastrophe aérienne, catastrophe ferroviaire ou catastrophe maritime. Il n'existe toutefois pas de terme particulier pour désigner une catastrophe de funiculaire ou de télécabine. Les accidents de la route ne sont généralement pas comptés comme des catastrophes, sauf en cas de circonstances particulières (par exemple, lors d'un carambolage ou d'un accident d'autocar particulièrement grave).

Militaires

La catastrophe militaire du 7 décembre 1941 a profondément changé la perception stratégique globale de l'amirauté des États-Unis. Cette défaite par surprise a provoqué une telle réaction que d'aucuns l'identifient rétrospectivement comme une victoire à la Pyrrhus, voire comme la plus grande défaite américaine de la guerre.

Il peut être considéré que toutes les guerres sont par essence des catastrophes, par la mort et la désolation qu'elles impliquent. Les pertes humaines sont nombreuses, voire gigantesques, généralement au sein des populations civiles (avec une courte exception européenne entre la fin de la guerre de Trente Ans et la Seconde Guerre mondiale). L'objet du présent paragraphe n'est pas de recenser les innombrables guerres de l'histoire humaine, mais plutôt de s'intéresser aux catastrophes ayant eu pour origine le fait militaire, en temps de guerre comme en temps de paix, et remarquables par leur particularité ou leur impact à la fois sur les populations ou sur l'environnement.

Inondations d'origine militaire

La rupture délibérée de barrages et de digues est une tactique attestée pour arrêter l'avance de l'adversaire ou lui causer des dommages humains et matériels. On peut citer:

  • 1914 : inondation volontaire des terres de Flandre par le fleuve Yser pour arrêter les troupes allemandes sur le sol belge au cours de la Bataille de l'Yser.
  • 1967-1969: bombardement des digues du Nord-Vietnam par l'aviation américaine, dans le but d'inonder le delta du fleuve Rouge et de ruiner son agriculture.
  • 1993: les milices serbes de Bosnie-Herzégovine tentent de faire sauter le barrage de Peruca sur la Cretina, ce qui aurait pu causer la mort de plusieurs milliers de civils bosniaques et croates. Malgré l'usage de 30 à 37 tonnes d'explosifs, cette tentative est un échec[6].

Catastrophes environnementales d'origine militaire

  • 1967-1971: usage massif du défoliant par l'aviation américaine pour détruire les forêts du Sud-Vietnam et réduire la guérilla du Vietcong.
  • 1991: pendant la guerre du Golfe, l'armée irakienne au Koweït incendie les puits de pétrole et déverse le pétrole dans la mer.

Les catastrophes et le droit international humanitaire

Selon les conventions de Genève, protocole additionnel I, 1977, la destruction d'ouvrages civils tels que barrages, digues, centrales nucléaires est interdit et constitue un crime de guerre si elle est de nature à causer des pertes sévères à la population civile, ou des dommages graves aux biens civils. Le statut de la Cour pénale internationale y ajoute les dommages graves et durables à l'environnement naturel. Le principe de proportionnalité ne tolère de telles attaques que si l'avantage militaire "concret et direct" en est nettement supérieur à leurs inconvénients pour les populations civiles et l'environnement [7]. Et selon l'article 11 de la Convention relative aux droits des personnes handicapées, les Etats prennent, conformément aux obligations qui leur incombent en vertu du droit international, notamment le droit international humanitaire et le droit international des droits de l'homme, toutes mesures nécessaires pour assure la protection et la sûreté des personne handicapées dans les situations de risque, y compris les conflits armés, les crise humanitaire et les catastrophes naturelles[8]. Et aussi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires est établi aussi pour les catastrophes naturelles.

Article détaillé : Liste de catastrophes militaires.

Catastrophes écologiques

Thèmes non exhaustifs : la fonte de la calotte glaciaire due au Réchauffement climatique, la perte de la Biodiversité avec la disparition de milliers d'espèces de végétaux et d'animaux, le trou de la couche d'ozone.

Prévention des catastrophes

Outre le caractère fortuit et aléatoire des catastrophes, l'analyse a montré que des vulnérabilités locales accentuent l'impact de celles-ci. Ces vulnérabilités sont géographiques (configuration du relief et pluies torrentielles), démographiques (densité de population), urbanistiques et sociales, entre autres. Une démarche volontariste et communautaire est favorisée par des gouvernements et des grandes organisations humanitaires pour atténuer l'impact physique, économique et moral des catastrophes de tous types.

En France, afin de renforcer cette volonté commune de prévention, le ReNass (Réseau national de sécurité sismique) aide et prévient les gouvernements afin de prendre les mesures adéquates.

Notes et références

  1. source : société de réassurance Munich Re (évaluation 2009), repris par Actu-Environnement 2010/01/04
  2. Source
  3. Centre de recherche sur l'épidémiologie des désastres (CRED), de l'Université catholique de Louvain (Belgique) et associé à l'Organisation mondiale de la santé, repris par Actu environnement,2010/08/11
  4. rapport d’évaluation sur la réduction des risques de catastrophes au niveau mondial (Global Assessment Report on Disaster Risk Reduction)
  5. « Chronologie », dans Bilan Planète 2009, Le Monde hors-série, M01545, p.10
  6. Roy Gutman et David Rieff (dir.) "Crimes de guerre, ce que nous devons savoir", Autrement, 2002, p. 196-197
  7. Id., p. 196-197 et 343-344
  8. Article 11, Situation de risque et situations d'urgence humanitaire

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Alain Cabon, Trente Catastrophes dans l'Ouest, éd. Ouest-France, Rennes, 1999, (ISBN 2-7373-2406-8)
  • Claude Chaline et Jocelyne Dubois-Maury, La ville et ses dangers, Masson, Paris 1993.
  • Yves Maxime Danan, Jean-Paul Morel et Sandra Decelle, Procerisq : Procédures et réglementations applicables aux risques technologiques et naturels, Secrétariat d'État chargé de l'Environnement et de la prévention des risques, Neuilly, 199(.
  • Jean-Pierre Dupuy Pour un catastrophisme éclairé Ed. Seuil
  • Marcel Roubault, Peut-on prévoir les catastrophes naturelles?,PFU, Paris, 1970.
  • Pierre Martin, Ces risques que l'on dit naturels, Eyrolles, Paris, 2007.

Articles connexes

Liens externes


  • Portail de l’humanitaire et du développement Portail de l’humanitaire et du développement

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Catastrophe de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • catastrophe — [ katastrɔf ] n. f. • 1552; lat. catastropha, gr. katastrophê « bouleversement » 1 ♦ Didact. Dernier et principal événement (d un poème, d une tragédie). ⇒ dénouement. « La catastrophe de ma pièce est peut être un peu trop sanglante » (Racine). 2 …   Encyclopédie Universelle

  • catastrophe — CATASTROPHE. s. f. Le dernier & principal evenement d une Tragedie. Grande catastrophe, sanglante catastrophe. Il signifie aussi figur. Une fin malheureuse. La vie de cet homme a esté long temps heureuse, mais la catastrophe en a esté funeste.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Catastrophe — Ca*tas tro*phe, n. [L. catastropha, Gr. ?, fr. ? to turn up and down, to overturn; kata down + ? to turn.] 1. An event producing a subversion of the order or system of things; a final event, usually of a calamitous or disastrous nature; hence,… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • catastrophe — CATASTROPHE. s. f. Le dernier et principal événement d une Tragédie. Grande catastrophe. Sanglantecatastrophe. Il ne se dit guère que d Un événement funeste. [b]f♛/b] Il signifie figurément Une fin malheureuse. La vie de ce Prince avoit été… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • catastrophe — I noun accident, adversity, affliction, calamitas, calamity, cataclysm, collapse, contretemps, debacle, decimation, desolation, destruction, devastation, disaster, downfall, emergency, eradication, extinction, great misfortune, hardship, havoc,… …   Law dictionary

  • catastrophe — (n.) 1530s, reversal of what is expected (especially a fatal turning point in a drama), from L. catastropha, from Gk. katastrophe an overturning; a sudden end, from katastrephein to overturn, turn down, trample on; to come to an end, from kata… …   Etymology dictionary

  • catastrophe — *disaster, calamity, cataclysm Analogous words: *trial, tribulation, visitation: defeating or defeat, overthrowing or overthrow, routing or rout (see corresponding verbs at CONQUER) Contrasted words: *victory, triumph …   New Dictionary of Synonyms

  • catastrophe — [n] calamity; unhappy conclusion accident, adversity, affliction, alluvion, bad luck, bad news*, blow, calamity, casualty, cataclysm, contretemps, crash, culmination, curtains*, debacle, denouement, desolation, devastation, disaster, emergency,… …   New thesaurus

  • catastrophe — ► NOUN ▪ an event causing great damage or suffering. DERIVATIVES catastrophic adjective. ORIGIN Greek katastroph overturning, sudden turn …   English terms dictionary

  • catastrophe — [kə tas′trə fē] n. [L catastropha < Gr katastrophē, an overthrowing < katastrephein, to overturn < kata , down + strephein, to turn: see STROPHE] 1. the culminating event of a drama, esp. of a tragedy, by which the plot is resolved;… …   English World dictionary