Casus Belli


Casus Belli
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Casus belli.

Casus Belli est un magazine francophone traitant du jeu de rôle, du jeu sur internet et de la « culture de l'imaginaire » créé en 1980. Selon les époques, il fut bimestriel ou mensuel.

Le nom du magazine est tiré de la locution latine casus belli et fait référence aux jeux de guerre (wargames) qui étaient prépondérants dans la sphère ludique à ses débuts.

Sommaire

Historique

Première époque

Le premier numéro de Casus Belli, sous-titré « le magazine des jeux de simulation », parut en avril 1980. Trimestriel, noir & blanc, 32 pages, couverture glacée, vendu 9 FF. Introuvable en kiosque, car inconnu des circuits de distribution, on pouvait se le procurer dans certaines boutiques de jeu. Parmi elles, notamment, les boutiques Jeux Descartes et L'Œuf cube ; cette dernière, située rue Linné à Paris, était proche de la faculté de Jussieu, les étudiants furent donc les premiers servis et aussi, avec quelques autres, les premiers annonceurs du journal.

Casus Belli fut créé à l'initiative d'un très jeune homme qui venait d'être embauché comme « ludologue » chez Jeux Descartes. François Marcela, qui se faisait appeler François Marcela-Froideval et que l'on connaît d'ailleurs aujourd'hui comme créateur de BD sous le pseudonyme de François Froideval, avait fondé peu de temps auparavant la Fédération française des jeux de simulation stratégique et tactique (FFJSST). Casus Belli devait être l'outil de communication de cette association.

François, qui n'avait pas les compétences nécessaires à la réalisation d'un journal à la hauteur de ses ambitions, mais qui savait s'entourer, avait recruté pour la circonstance un jeune illustrateur et maquettiste avec qui il réalisera ensuite des jeux en encarts dans Jeux & Stratégie (journal appartenant au groupe possédant les boutiques Jeux Descartes), Didier Guiserix.

Après plus de deux ans de fonctionnement quelque peu erratique, Casus Belli finit par trouver son créneau, plus d'ailleurs parmi les rôlistes que parmi les wargameurs auxquels il était pourtant plus particulièrement destiné au départ. François, président autocratique à vie de la FFJSST[non neutre] décida alors que celle-ci devait lui vendre le journal, ce qui fut fait, pour un franc symbolique[réf. nécessaire].

La progression se poursuivit. On dut bientôt commencer à rééditer les premiers numéros (le numéro un n'avait été initialement tiré qu'à 2 000 exemplaires). Alors que Jeux & Stratégie prospérait, le groupe qui l'éditait commença à regarder avec intérêt du côté de Casus Belli. Il était d'autant plus fondé à le faire, que Casus était entièrement conçu dans ses locaux, par au moins deux de ses employés. L'affaire se conclut par la revente du journal pour 10 KF à Excelsior Publications. Sur quoi Marcela fut licencié de chez Jeux Descartes et partit aux États-Unis collaborer à Donjons & Dragons, Didier Guiserix promu rédacteur en chef à la place de François, et le journal enfin distribué en kiosque.

Le magazine connut sa plus faste période entre 1985 et 1992. Au début des années 90, une étude indépendante sur les habitudes des Jeunes Instruits (secondaire et premier cycle) mentionnait Casus Belli en le créditant de 100 000 lecteurs.

La mauvaise santé du marché du jeu de rôle fait que le magazine devient déficitaire à la fin des années 90. Excelsior Publications, le propriétaire, met fin à Casus Belli en 1999 avec le numéro 122.

Deuxième époque

Le titre fut alors repris par Arkana Press, société de presse dont le directeur de publication est Frédéric Weil, par ailleurs dirigeant de Multisim.

Le numéro 1 de la nouvelle série fut publié en mars 2000. La nouvelle accroche du magazine était "Jeux de rôle, jeux online et cultures de l'imaginaire", dénotant ainsi une approche pluri-sectorielle destinée à ouvrir les rôlistes à d'autres horizons et marquer la place du jeu de rôle au carrefour de plusieurs cultures.

Après la liquidation judiciaire de Multisim, prononcée le 11 septembre 2003 et annoncée dans le numéro 23 du magazine, celui-ci vit le départ d'une grande partie de ses contributeurs. La rédaction de Casus Belli devint alors collégiale, et seule la secrétaire de rédaction resta salariée d'Arkana Press, les autres collaborateurs du magazine étant tous sous le statut de pigiste. Ce poste est finalement supprimé en avril 2006, et la pagination du magazine passa de 84 à 68 pages. Finalement, Arkana Press publia le dernier numéro de Casus Belli, le 39, en novembre 2006, et annonça son désir de revente du titre.

Troisième époque

En 2009 est créée une nouvelle société, Casus Belli Presse, dans le but de relancer le magazine[1].

Le premier numéro de cette troisième édition a été publié le 4 août 2010[1]. Le deuxième est sorti en septembre et le troisième en octobre.

Le dernier numéro (le numéro 5) paraît en mars 2011.

En juillet 2011, il est annoncé la mort et la résurrection de Casus Belli. Le nouveau Casus Belli paraîtra au format mook chez Black Book Editions au format papier et pdf, en boutiques de jeu et en librairies.

Quatrième époque

Le premier numéro de Casus Belli est attendu pour le dernier trimestre 2011. Aux commandes, Didier Guisérix.

Collaborateurs associés à Casus Belli

À divers moments de son histoire :

  • Claude Amardeil (articles, jeux en encart)
  • Frantz Auberlet illustrateur (couvertures, illustrations intérieures)
  • Laurent Avenel (collaborateur sup. Laélith 01 - scénario d'intro.)
  • Jean Balczesak (scénariste, chroniqueur)
  • Denis Beck (scénariste)
  • Olivier Bédué : dessinateur des strips de "Monghol & Ghota"
  • Bruno Bellamy (dessinateur) et ses « bellaminettes »
  • Frédéric Bey (rubrique wargame, jeux en encart)
  • Sébastien Boudaud (scénariste)
  • Caza (dessinateur, a réalisé plusieurs couvertures)
  • Coucho (dessinateur), pour la chronique Le Barbare se déchaîne (référence au Canard Enchaîné)
  • Sébastien Célerin
  • Bruno Chevalier (scénariste) : bande dessinée Kroc le Bô
  • Fabrice Colin (scénariste, écrivain)
  • Arnaud Cuidet
  • Guillaume de Casaban : rubrique Internet
  • André Dého-Neves
  • Franck Dion (Illustrateur de Jarandell et des voyages de l'astronome)
  • Patrick Durand-Peyroles.
  • Philippe Fenot
  • Cédric Ferrand
  • Olivier Frot (Illustrateur)
  • Mathieu Gaborit
  • Stéphane Gallot : rédacteur en chef
  • Didier Guiserix : scénarios, articles, illustrations (dont les fameux « crapougnâts », de petits personnages de forme triangulaire)
  • Laurent Henninger (spécialiste wargames - revue de presse)
  • Hélène Henry
  • Marc Laperlier (scénariste)
  • Christophe Lefebvre (collaborateur sup. Laélith 01 - brèves de comptoirs et autres rumeurs)
  • Tristan Lhomme : Secrétaire de rédaction, scénariste.
  • François Marcela-Froideval (Illustrateur)
  • Arnaud Martin (article)
  • Christophe Mouchel
  • Jean-Marie Noël : sévère maquettiste, surnommé "Pitbull"
  • Guillaume Nonain
  • Serge Olivier : rédacteur en chef
  • Jean-Jacques Petit (articles, jeux en encart)
  • Pierre Rosenthal : rédacteur en chef des "Hors-Série"
  • Jean-Paul Rousset (articles)
  • Thierry Ségur (dessinateur) : bande dessinée Kroc le Bô
  • Xavier Sené : articles
  • Yann Soitiño : articles, scénarios, Bâtisses & Artifices
  • Tignous (dessinateur, a réalisé des illustrations intérieures et plusieurs couvertures)
  • Olivier Tubach : tests de jeux sur ordinateurs
  • Anne Vétillard (chroniqueur)
  • Roland C. Wagner (auteur de science-fiction) : rubrique SF.

Liens externes

Notes et références

  1. a et b Casus Belli, prise 3, Guide du rôliste galactique, 17 juin 2010, consulté en ligne le 18 juin 2010.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Casus Belli de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Casus belli — is a Latin language expression meaning the justification for acts of war. Casus means incident , rupture or indeed case , while belli means of war . It is usually distinguished from casus foederis , with casus belli being used to refer to… …   Wikipedia

  • Casus belli — Saltar a navegación, búsqueda Casus belli es una expresión latina, traducible al español como motivo de guerra , que hace referencia a la circunstancia que supone causa o pretexto para iniciar una acción bélica. El surgimiento del término se da… …   Wikipedia Español

  • casus belli — ● casus belli nom masculin invariable (latin casus belli, cas de guerre) Acte qui peut entraîner rupture avec une puissance et causer la guerre. casus belli n. m. inv. (lat.) Fait pouvant motiver, entraîner une déclaration de guerre. casus belli… …   Encyclopédie Universelle

  • casus belli — n. (Latin) Case of war; a reason to go to war. The Essential Law Dictionary. Sphinx Publishing, An imprint of Sourcebooks, Inc. Amy Hackney Blackwell. 2008. casus belli …   Law dictionary

  • casus belli — Loc. lat. (pron. [kásus béli]) que significa literalmente ‘caso o motivo de guerra’ y, en sentido amplio, ‘motivo que desencadena un conflicto cualquiera’. Se emplea como locución nominal masculina: «Como socios que siempre podrán separarse sin… …   Diccionario panhispánico de dudas

  • casus\ belli — [ kazysbɛlli; beli ] n. m. inv. • av. 1867; lat. casus et bellum « cas de guerre » ♦ Acte de nature à motiver, pour un gouvernement, une déclaration de guerre. Des casus belli …   Encyclopédie Universelle

  • Casus belli — Casus Ca sus, n. [L.] An event; an occurrence; an occasion; a combination of circumstances; a case; an act of God. See the Note under {Accident}. [1913 Webster] {Casus belli}, an event or combination of events which is a cause war, or may be… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • casus belli — / kasus bɛl:i/ locuz. lat. (propr. caso di guerra ), usata in ital. come s.m., invar. 1. [evento o circostanza in grado di provocare la guerra fra due stati] ▶◀ scintilla. 2. (estens.) [litigio, contrasto tra persone per motivi di poco conto: non …   Enciclopedia Italiana

  • casus belli — 1849, from L. casus case + belli, gen. of bellum war. An act justifying war …   Etymology dictionary

  • Casus belli — (lat., Kriegsfall), in der diplomatischen Sprache der Fall, in welchem ein Staat sich veranlaßt sieht, einem andern den Krieg zu erklären, od. die Handlung einer souveränen Macht, welche von einer anderen der Kriegserklärung gleichgeachtet wird.… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Casus belli — (казусъ белли), поводъ къ войнѣ, обстоят во, служащее причиной разрыва дипломат. отношеній между державами и вызывающее войну. До XVI ст. не было науч. попытокъ къ выясненію причинъ, вызывающихъ войну, и въ дѣйств ности онѣ были весьма различны;… …   Военная энциклопедия


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.