Carnaval De Martinique


Carnaval De Martinique

Carnaval de Martinique

Le Carnaval de Martinique est un carnaval qui se déroule en Martinique aux mêmes dates que la plupart des fêtes carnavalesques tropicales, comme c'est le cas pour la Guadeloupe et la Guyane française.


Histoire

Le carnaval de la Martinique est né de la rencontre des cultures européennes et africaines durant la colonisation Il a connu son heure de gloire à la fin du XIXe siècle, quand la ville de Saint-Pierre était considérée comme le "petit Paris des Antilles" avec son célèbre théâtre, son commerce, son port. En 1902, l'éruption de la Montagne Pelée détruisit la ville de 30 000 habitants, mais la tradition du carnaval se perpétuera à Fort-de-France. C'est ainsi que les fameux "diables rouge" cités par les chroniqueurs ont essaimés dans les autres terres créoles, tout comme les "Touloulous", arrivés en Guyane avec les rescapés et émigrés martiniquais.Les festivités du "mercredi des cendres", typiquement martiniquaises se retrouvent aussi en Guadeloupe et en Guyane.

Déroulement

Les manifestations commencent un peu plus tard que dans les 2 autres département français, généralement après l'épiphanie, soit début janvier et se terminent au lendemain du mardi gras. Le mercredi des cendres est ainsi un jour de carnaval. Une suite est donnée à la période de la mi-carême. Chaque week-end dès le début de la saison du carnaval, des parades d'orchestres de rues et de groupes à pied déguisés animent Fort-de-France et les communes de l'île, puis les élections de reines, spectacles carnavalesques, expositions, foires et villages se multiplient jusqu'au point culminant des "jours gras", samedi, dimanche, lundi, mardi gras et mercredi des cendres.

Comme partout, le carnaval de Martinique s'appuie sur une musique et une gestuelle spécifique, la participation des orchestres de rue étant relativement récente avec une première expérience qui remonte à 1975, contrairement aux autres composantes de la fête qui sont identifiées depuis le carnaval de Saint-Pierre d'avant l'éruption.

Fort-de-France avec ses 98 000 habitants et une organisation prise en compte par la Municipalité (Mission carnaval depuis quelques années) concentre naturellement chaque année le public et les carnavaliers, mais le Carnaval de Martinique se déroule en fait sur toute l'île avec des moyens divers, et certaines communes de moindre importance ont un très beau carnaval. Les scolaires de tous âges ne sont pas en reste avec leur propre programmation.

On danse beaucoup dans les rues le matin dans les vidés en pyjama, l'après-midi et dans les soirées privées le soir. Ce carnaval est particulier, animé par des irréductibles de la fête improvisée et indisciplinée qui occupent les rues des "jours gras", affectionnant la dérision, l'inversion et l'irrévérencieux, et par ceux qui s'attachent à une expression plus organisée, avec les chars, les groupes de costumés, les travestis de reines, les orchestres de rue précédés de ballets. Chaque année les travestis et personnages les plus traditionnels (neg gwo siwo, mariane lapofig, Caroline zié loli) ressortent dans les rues.

La présentation de Vaval, principal bwabwa (personnage à l'effigie d'un homme politique ou d'une célébrité) se fait le dimanche gras dans les rues de la capitale accompagné des reines de Carnaval. Le lundi gras est le jour de l'inversion des sexes et du mariage burlesque. Des couples (hommes en femmes et femmes en hommes) font des parodies de mariage dans les rues avec plus ou moins d'humour. Avec le mercredi des cendres, le mardi gras est l'un des jours où la ferveur populaire est la plus grande. Les carnavaliers sont en rouge. Les diables rouges ornés de cornes sur la tête et de bouts de miroirs cassés sur le corps sortent et essayent d'effrayer les enfants. Le mercredi des cendres, les carnavaliers sont en noir et blanc en signe de deuil, après avoir entendu la mort de Vaval aux avis d'obsèques le matin. Les diablesses (en costume traditionnel noir et blanc, une chaussure blanche, une chaussure noire) se montrent avec leurs feuilles de corossol. Des hommes déguisés en femmes pleurent la mort de leur mari Vaval et font parfois des parodies d'enterrement dans les rues. Vaval est incinéré à la tombée de la nuit.

Toutes les catégories d'acteurs du carnaval sont mis en valeur chaque année depuis 1997 par les 12 "trophées du carnaval de la Martinique" (et 24 distinctions) qui sont le résultat du vote du public par internet et par bulletin, un 13è Trophée étant réservé au jury. D'autres récompenses existent avec les "Vaval d'or" de la Ville de Fort-de-France depuis 2004.

Lien externe

  • Portail des fêtes et des traditions Portail des fêtes et des traditions
  • Portail de la Martinique Portail de la Martinique
Ce document provient de « Carnaval de Martinique ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Carnaval De Martinique de Wikipédia en français (auteurs)