Caractères sexuels primaires


Caractères sexuels primaires

Appareil reproducteur

L’appareil reproducteur d’un organisme est le système corporel constitué de toutes les parties affectées aux fins de reproduction. Chez les organismes sexués, on parle des organes sexuels ou des organes génitaux, ou encore des caractères sexuels primaires. Ils incluent les fonctions de l’insémination et de la fécondation ; chez les hauts vertébrés, on y ajoute la gestation et la parturition (naissance, mise bas ou ponte).

L'appareil reproducteur est centré sur les gonades, qui produisent les gamètes, ou cellules sexuelles. Chez les animaux sexués, on parle d'ovaire pour la gonade femelle et de testicule pour la gonade mâle.

Sommaire

Appareils reproducteurs humains

Chez l’être humain, la représentation et la figuration des organes génitaux internes, de la femme notamment, a beaucoup évolué au gré des connaissances sur la fécondation[1]. Les organes jouant un rôle sexuel sont nombreux, incluant le système hormonal, le cerveau et les zones érogènes, dont le fonctionnement et les inter-relations sont encore mal compris.

Appareil reproducteur de la femme

Système reproducteur féminin : 1. Trompes de Fallope 2. Vessie 3. Symphyse pubienne (Os pubien) 4. Point G 5. Clitoris 6. Méat urétral 7. Vagin 8. Ovaire 9. Colon sigmoide 10. Utérus 11. ) 12. Col de l’utérus (Cervix) 13. Rectum 14. Anus

L'appareil reproducteur compte, chez la femme :

Appareil reproducteur de l'homme

L'appareil reproducteur compte, chez l’homme :


Remarques

Le Dictionnaire de l'Académie française, dans sa 4e édition (1762), décrit ainsi l’adjectif « génital » : « Terme didactique. Qui sert à la génération. Vertu, faculté génitale. Esprit génital. Parties génitales. ». Il laisse ainsi entendre qu’il ne décrit pas que les organes de la reproduction, mais aussi l’esprit qui chez l’homme, via l’érotisme et la pensée consciente et prévisionnelle, contribue fortement au processus de reproduction. L’homme semble se différencier des autres mammifères par une capacité à se reproduire toute l’année et par des cultures qui ont produit des tabous, des rites et différentes formes de pudeur entourant la nudité ou la visibilité des organes sexuels. Ces artefacts sont plus ou moins importants, prégnants et ils évoluent au cours du temps, selon les classes sociales ou groupes, selon l’âge (la nudité est plus tolérée chez les bébés ou jeunes enfants) ou le contexte (médical, familial, vacances, etc). Souvent, il est au moins exigé de couvrir les organes génitaux en société avec un vêtement, parfois symbolique (le mini-string contemporain, un simple pagne, une feuille tenue par une fine cordelette chez les femmes de certaines tribus amérindiennes (Xingu par exemple, où les hommes portaient traditionnellement un fil nouant leur prépuce et tenant le pénis relevé). Ces prescriptions ou tabous s’appliquent surtout à partir de la puberté.

Après une période où la pudeur a été exaltée par les élites de l’Occident (du XVIIe au XIXe siècle), on qualifiait encore au début du XXe siècle les organes génitaux humains d’organes « honteux », en n’autorisant leur représentation (pour la représentation de corps d’hommes, mais non de femmes) que dans la sculpture et la peinture, alors que les civilisations grecque, étrusque ou romaine toléraient ou encourageaient la nudité (au combat, à l’exercice, lors de jeux olympiques, etc.). Pour des raisons souvent encore mal comprises[réf. nécessaire], certaines cultures ou religions ont toléré ou encouragé la circoncision, l’excision, voire l’infibulation, ou inversement le port de vêtements ou d’attributs mettant en valeur les organes génitaux masculins (comme certains vêtements de la renaissance) ou l’étui pénien.

Dans la plupart des pays, depuis la fin du XXe siècle, l’éducation sexuelle à l’école a pour rôle d’apprendre aux enfants le fonctionnement de l’appareil reproducteur humain, en abordant souvent les aspects fonctionnels et médicaux de la fonction ainsi que la contraception.

Psychanalyse et physiologie de la génitalité

La psychanalyse et la physiologie n’astreignent pas les organes génitaux à la seule reproduction de l’espèce : ils sont reliés, comme disposition, à la notion de génital.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  • Portail de la médecine Portail de la médecine
  • Portail de la biologie Portail de la biologie
Ce document provient de « Appareil reproducteur ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Caractères sexuels primaires de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • CARACTÈRES SEXUELS PRIMAIRES — Caractères sexuels correspondant à la présence, chez un animal, des gonades (testicules chez le mâle et ovaires chez la femelle) et des annexes génitales, organes directement en rapport avec la fonction de reproduction, c’est à dire avec le… …   Encyclopédie Universelle

  • Caractères sexuels secondaires — Caractère sexuel secondaire Les plumes colorées de la queue du paon sont un exemple de caractère sexuel secondaire. Les caractères sexuels secondaires sont les traits qui distinguent les individus des deux sexes d une même espèce mais, à la… …   Wikipédia en Français

  • Organes sexuels — Appareil reproducteur L’appareil reproducteur d’un organisme est le système corporel constitué de toutes les parties affectées aux fins de reproduction. Chez les organismes sexués, on parle des organes sexuels ou des organes génitaux, ou encore… …   Wikipédia en Français

  • sexuel — sexuel, elle [ sɛksɥɛl ] adj. • 1742; bas lat. sexualis « du sexe de la femme » 1 ♦ Biol. Relatif au sexe, aux conformations et aux fonctions de reproduction particulières du mâle et de la femelle, de l homme et de la femme. Organes sexuels. ⇒… …   Encyclopédie Universelle

  • Caractere sexuel tertiaire — Caractère sexuel tertiaire En biologie, la notion de caractère sexuel tertiaire introduite par le sexologue Havelock Ellis à la fin du XIXe siècle, avait pour but de prolonger les notions de caractères sexuels primaire et secondaire. Elle… …   Wikipédia en Français

  • Caractère sexuel tertiaire — En biologie, la notion de caractère sexuel tertiaire introduite par le sexologue Havelock Ellis à la fin du XIXe siècle, avait pour but de prolonger les notions de caractères sexuels primaire et secondaire. Elle est aujourd hui tombée en… …   Wikipédia en Français

  • REPRODUCTION — Tout être vivant tend à se conserver en tant qu’individu et à se perpétuer en tant qu’espèce; ces deux tendances reposent l’une et l’autre sur une faculté fondamentale de la matière vivante, la faculté de se reproduire. La reproduction a pu être… …   Encyclopédie Universelle

  • sexe — [ sɛks ] n. m. • ses « plaisir, satisfaction » fin XIIe; lat. sexus A ♦ (Dans l espèce humaine) 1 ♦ Conformation particulière qui distingue l homme de la femme en leur assignant un rôle déterminé dans la génération et en leur conférant certains… …   Encyclopédie Universelle

  • INTERSEXUALITÉ — L’intersexualité peut se définir par la présence, chez un même individu appartenant à une espèce gonochorique (à sexes séparés), de caractères sexuels intermédiaires entre le mâle et la femelle. Par opposition à l’hermaphrodisme qui est au sens… …   Encyclopédie Universelle

  • puberté — [ pybɛrte ] n. f. • XIVe; lat. pubertas ♦ Passage de l enfance à l adolescence; ensemble des modifications physiologiques s accompagnant de modifications psychiques, qui font de l enfant un être apte à procréer (apparition des caractères sexuels… …   Encyclopédie Universelle