Cadence de prise de vues


Cadence de prise de vues

La vitesse de prise de vues est traditionnellement de 24 images par seconde pour le cinéma et de 25 images par seconde pour la vidéo dans les pays européens utilisant les normes PAL ou SECAM, elle est de 29.97 images par seconde en Amérique du Nord et au Japon, pays qui utilisent la norme NTSC.

L'impression d'accéléré ou de ralenti provient du fait que la cadence de prise de vues est différente de celle de la projection. Pour une projection à la vitesse standard de 24 images par seconde :

  • Une prise de vues à une cadence inférieure donne au spectateur une impression d'accéléré[1].
  • Pour le ralenti, c'est la cadence de la prise de vues, qui est supérieure à celle de la projection. Une séquence tournée à 48 im/s crée à la projection à 24 images/seconde une de vitesse 2 fois plus lente.

Fonction de la cadence de prise de vues

Le cinéma, de la même manière que la photographie, a d’abord été créé dans le but de décomposer le mouvement. Christian Pociello, dans La Science en mouvements : Étienne Marey et Georges Demenÿ, a d’ailleurs parlé du cinéma comme un moyen de «décomposition systématique des gestes humains et animaux [qui] révèle d’un projet descriptif de rationalisation formelle». Le cinéma a donc été inventé pour être au ralenti, afin de décomposer le mouvement, observer l’effet d’armes sur le corps humain. Jean Epstein, grand théoricien du ralenti, a affirmé que le cinéma pouvait donner l’intuition de la matière. Ce n’est qu’avec la modernité, et encore plus dès le début des années 1990 que le cinéma a retrouvé dans un but esthétique cette fonction première.


Le ralenti et l'accéléré ont différentes fonctions:

  • décomposer ou rendre flou un mouvement
  • étirer ou ralentir la durée
  • accompagner l'émotion d'un personnage
  • illustrer une variation de vitesse provoquée par un élément extérieur (de la drogue, par exemple)
  • La variation de vitesse crée une variation du temps d'exposition, donc de l'exposition (le temps d'exposition étant aussi lié à l'angle d'obturation). Cet effet est utilisé fréquemment en clip ou en publicité. On trouve ce type d'effet dans Requiem for a dream, par exemple.

Certaines caméras permettent la variation de vitesse pendant la prise, avec compensation par l'obturateur synchronisé et maintien de la pose : Arriflex 435 et 535, par exemple.

Références

  1. si les films muets étaient tournés à 16 i/s, ils étaient aussi projetés à cette cadence, à l'époque. L'effet de saccade observé lors de leur passage à 24 ou 25 i/s n'est pas l'effet d'accéléré décrit ici. Cette saccade est due au manque d'images lors du passage à 24 ou 25 i/s, certaines images étant nécessairement doublés pour ce transfert. La durée totale du film reste quasiment inchangée.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Cadence de prise de vues de Wikipédia en français (auteurs)