CS 1.6


CS 1.6

Counter-Strike

Counter-Strike
Counter-Strike Logo.svg

Éditeur Sierra Studios
Développeur Valve Software
Concepteur Minh Le et Jess Cliffe[1]

Date de sortie 19 juin 1999 (première bêta)
8 novembre 2000 (version finale)
Version 1.6 – 15 septembre 2003
Genre Tir subjectif en ligne
Mode de jeu Multijoueur via Steam
Un joueur avec bots
Plate-forme Windows
Média Téléchargement, DVD (1)
Langue Texte multilingue
Voix anglaise
Contrôle Clavier et souris (minimum)
Casque audio et micro

Évaluation PEGI : +16 ans (Violence)
ESRB : M (Mature)
Moteur GoldSource

Counter-Strike signifiant littéralement contre-offensive, est un jeu vidéo de tir subjectif multijoueur en ligne et basé sur le jeu d'équipe. L'abréviation CS est communément admise pour le désigner. C'est une modification complète du jeu Half-Life, réalisée par Minh Le et Jess Cliffe, dont la première version est sortie le 18 juin 1999. Le jeu fait s'affronter une équipe de terroristes et d'antiterroristes au cours de plusieurs manches. Les joueurs marquent des points en accomplissant les objectifs de la carte de jeu et en éliminant leurs adversaires, dans le but de faire gagner leur équipe.

Le jeu, actuellement en version 1.6, connaît depuis sa sortie officielle le 8 novembre 2000 un succès phénoménal sur Internet. Début 2009, Counter-Strike était encore le jeu de tir subjectif le plus joué en ligne, bien devant des jeux plus récents tel que son remake Counter-Strike: Source (ou CS:S). Ce dernier comptabilise aujourd'hui plus de joueurs que le jeu originel.

Sommaire

Le jeu

Principes de base

L'action des joueurs de Counter-Strike se déroule en plusieurs manches, ou round, d'une durée maximale de 9 minutes[2], sur une carte de jeu, ou map, délimitée en trois dimensions. Une équipe de terroristes affronte une équipe d'antiterroristes[2]. L'équipe victorieuse est celle qui a rempli ses objectifs de victoire – ils varient selon la carte, on parle aussi de scénario – ou qui a éliminé tous les joueurs de l'autre équipe. À la fin de la manche, s'il n'y a pas eu victoire directe d'une des deux équipes, en fonction du scénario de la carte, l'équipe qui n'a pas accompli ses objectifs perd par élimination.

Tous les joueurs commencent avec la même quantité de points de vie[2] et la quantité de points d'armure qu'ils ont réussi à conserver durant la manche précédente. Lorsque des dommages sont causés, par les tirs de ses adversaires ou de ses coéquipiers, ainsi que par une chute violente, les points de vie du joueur diminuent. Les tirs sont localisés (bras droit, gauche, jambe droite, gauche, torse, et tête), et causent donc plus ou moins de dommages selon l'endroit touché, en sachant qu'un tir dans la tête, ou headshot, est souvent mortel[3]. La perte de vie n'occasionne aucun effet secondaire sur le personnage. Lorsque la totalité des points de vie est consommée, le joueur est tué[2].

Contrairement à la plupart des jeux de tir multijoueurs, basés sur le deathmatch, lorsqu'un joueur se fait tuer il ne ressuscite qu'au début de la manche suivante, et non immédiatement après le décès[2] ; il devient alors observateur, capable, selon ce qu'a défini le créateur de la partie, de suivre la suite de la manche à travers les yeux de ses coéquipiers, des joueurs adverses, ou encore en se déplaçant librement sur toute la carte, en faisant abstraction de tous les obstacles (murs, sols, plafonds)[4]. Un joueur tué n'a plus de contact avec les personnages vivants et n'a donc plus aucune incidence directe sur la poursuite de la manche.

Dans les cartes officielles, le joueur est équipé de base d'un pistolet et d'un couteau[5]. Il peut, pendant une période limitée et dans les zones prévues à cet effet, acheter du matériel : armes diverses, gilets de protection en kevlar, grenades et autres équipements utiles dans certaines conditions de jeu (kit de désamorçage, lunettes à vision nocturne, etc)[2].

À chaque début de partie, le joueur a la possibilité de choisir son camp : terroriste ou antiterroriste, dans la limite des places disponibles, ou bien choisir d'être spectateur. Si une équipe possède beaucoup plus de joueurs que l'autre, un auto-équilibrage peut avoir lieu à la manche suivante si le serveur est configuré pour. Quel que soit son camp, le joueur débute une partie avec 800$ (somme par défaut), ce qui n'est pas assez pour acheter directement un matériel puissant, et augmente son trésor à la fin de chaque manche.

Au cours des manches, le joueur gagne de l'argent s'il tue un ennemi, s'il remplit une condition de victoire, si son équipe gagne la manche, s'il pose la bombe et que celle-ci explose ou s'il libère un otage ou lui ordonne de le suivre[2]. Un joueur peut aussi, plus rarement, perdre de l'argent s'il tue l'un de ses coéquipiers ou un otage[2]. Quoi qu'il en soit, à chaque début de manche, le joueur gagne toujours de l'argent, sauf en cas de match nul. La somme d'argent maximale est de 16 000$[6].

La finalité d'une partie réside dans le score individuel du joueur. Celui-ci prend en compte le nombre de frags et le nombre de morts. Les frags dans Counter-Strike sont légèrement différents de ceux de nombreux jeux de tirs subjectifs : ils augmentent dans le jeu de deux manières, en tuant ses adversaires et en complétant les objectifs de victoire. Ainsi, par exemple, un tué donne un frag, une explosion ou un désamorçage de bombe donnent trois frags. Le nombre de morts correspond quant à lui au nombre de fois qu'un joueur a été tué. Un joueur au niveau de jeu élevé aura en fin de partie plus de frags que de morts.

Contrôles et interface

Counter-Strike est un jeu de tir subjectif se jouant au clavier et à la souris[2]. Le clavier est employé pour la majorité des actions – les déplacements (avancer, reculer, esquive gauche, esquive droite, sauter, s'accroupir…), la gestion de l'équipement (changer d'armes, les jeter, les recharger, allumer la lampe torche…) et la communication (écrite ou orale). La souris sert à diriger la vue subjective et l'arme, à l'aide du viseur immobile au milieu de l'écran, mais aussi, et principalement, à faire feu sur l'ennemi d'un clic gauche. Le joueur peut aussi activer la fonctionnalité secondaire de l'arme avec un clic droit tel un zoom pour un fusil de précision, un silencieux lorsque l'arme est prévue pour cela, etc. La majorité des souris est également équipée d'un bouton central ou d'une molette qui permettent de changer d'arme en faisant tourner la molette ou de recharger en appuyant dessus.

Reproduction de l'interface de Counter-Strike.

Une interface est affichée à l'écran pendant le jeu. Celle-ci est composée de différents éléments répartis sur la périphérie de l'écran. Dans le coin supérieur gauche se trouve le radar[2], qui montre la carte vue de dessus ainsi que les joueurs de son équipe. Sur Counter-Strike: Source, il montre également la position des joueurs adverses qui sont dans le champ de vision des membres de son équipe, ainsi que la position de la bombe si elle se trouve dans le champ de vision d'un de ses coéquipiers[7]. Pour le reste, on trouve en haut à droite de l'écran une lampe torche qui s'allume lorsque celle-ci est activée. En bas de l'écran, le joueur peut voir ses points de vie, ses points d'armure, ses munitions restantes, son argent et un compte à rebours indiquant le temps restant avant la fin de la manche[2].

D'autres éléments n'apparaissent que lorsque le joueur appuie sur une touche dédiée[2]. Ainsi, lorsque le joueur appuie sur une touche de changement d'arme, un discret menu de sélection des armes et de l'équipement (qui peut être désactivé) apparaît en surbrillance en haut de l'écran et montre les différentes pièces de son arsenal et permet de passer de l'une à l'autre visuellement. Les pièces défilent les unes après les autres à l'aide de la molette de la souris, dans l'ordre suivant : arme principale, arme secondaire, couteau, grenade et bombe. Lorsque le joueur appuie sur la touche de menu d'achat (touche B, pour buy par défaut), et s'il se trouve dans la zone de départ dans les premières secondes de la manche, le menu d'achat s'ouvre. Il montre toutes les armes et pièces d'équipements avec leur prix et leurs détails et permet au joueur d'acheter ce dont il a besoin. La fenêtre de score (touche Tabulation) montre tous les joueurs, amis et ennemis, en les classant en fonction de leur nombre de frags et de décès. Le ping des joueurs est également affiché. Il existe de nombreux autres menus qui permettent de dialoguer avec une console, de changer d'équipe, d'apparence, etc.

Scénarios et cartes de jeu

Dans Counter-Strike, il existe quatre scénarios, variant en fonction des cartes. Les conditions de victoire des deux camps sont différentes et changent selon le scénario. Les deux scénarios les plus joués sont le Bombe / Désamorçage (carte de type « de_ », pour defuse) et la Libération d'otages (carte de type « cs_ », pour counter strike)[2]. Dans le premier, le but des terroristes est de placer une bombe dans une des deux zones définies (zone A et zone B) et d'empêcher les antiterroristes de désamorcer la bombe. Celle-ci explose au bout de 45 secondes, donnant la victoire immédiate aux terroristes. Si la bombe est désamorcée, si tous les terroristes sont tués (quand la bombe n'a pas été posée) ou si la bombe n'a pas explosé à la fin de la manche, la victoire revient aux antiterroristes. La bombe est attribuée à un terroriste aléatoirement à chaque début de manche, et les antiterroristes peuvent acheter un kit de désamorçage qui réduit de moitié le temps nécessaire au désamorçage. Lors de l'explosion, tous les joueurs se trouvant dans la zone de déflagration sont tués. Quant au scénario de Libération d'otages, le but des antiterroristes est d'y trouver un groupe d'otages protégés par les terroristes et de les libérer. La victoire leur revient s'ils en libèrent au moins la moitié. Les terroristes quant à eux remportent la manche en éliminant tous les antiterroristes et en évitant le sauvetage des otages. Le groupe d'otage est placé sur le lieu de départ des terroristes ; une des stratégies est donc d'y rester et d'y attendre les antiterroristes.

Les deux autres scénarios, beaucoup moins joués, sont l'Assassinat (carte de type « as_ », pour assassination) et la Fuite (carte de type « es_ », pour escape)[2]. Dans le premier, un des membres de l'équipe antiterroriste prend aléatoirement le rôle en début de manche d'un V.I.P.. Le but de l'équipe est de garder vivant ce personnage jusqu’à une zone définie de la carte. Si le V.I.P. est éliminé par les terroristes, les antiterroristes perdent la manche. Le V.I.P. est unique et son apparence ne ressemble à aucune de celles des autres personnages ; il est donc facilement repérable par les terroristes. Le V.I.P. dispose d'un pistolet et d'un couteau, d'un gilet pare-balles de 200 points d'armure au lieu des 100 habituels et d'un casque. Quant au scénario de la Fuite, les terroristes y débutent dans une zone fortifiée et doivent s'en échapper pour rejoindre une zone définie de l'autre côté de la carte. Si au moins 50% de l'équipe réussit à s'enfuir, l'équipe terroriste est victorieuse.

Mais outre ces quatre scénarios, il existe de nombreux autres types de cartes. De plus, à l'opposé des cartes conçues par la communauté de joueurs à l'aide du Valve Hammer Editor (on parle de mapping), il existe vingt-deux cartes dites officielles, réalisées par les développeurs du jeu : as_oilrig, cs_747, cs_assault, cs_backalley, cs_estate, cs_havana, cs_italy, cs_militia, cs_office, cs_siege, de_airstrip, de_aztec, de_cbble, de_chateau, de_dust, de_dust2, de_inferno, de_nuke, de_piranesi, de_prodigy, de_storm, de_survivor, de_torn, de_train et de_vertigo[8]. Ces cartes se démarquent par leurs côtés tactique et technique assidûment étudiés, ainsi que le parfait équilibrage entre les deux camps dont elles font preuve[9].

Personnages

Dans Counter-Strike, il existe huit personnages jouables, répartis en deux camps adverses : les terroristes (les terros) et les antiterroristes (les CTs, pour contre-terroriste). Les quatre types d'antiterroristes sont la copie conforme de groupes d'intervention et de forces spéciales connus et appartenant chacun à une nation, alors que les terroristes ne sont tirés d'aucun groupes réels existant ou ayant existé. Les personnages ne se différencient sur aucune caractéristique, faculté et autre talent (on ne parle donc pas de classe de personnage), mais uniquement sur leur apparence[10]. Chaque personnage a en effet un habillage (plus communément appelé skin) différent, s'adaptant plus ou moins au paysage de la carte de jeu dans une optique de camouflage.

Dans le camp des antiterroristes, le joueur peut choisir parmi les quatre groupes suivants[10] : le GIGN, ou Groupe d'Intervention de la Gendarmerie Nationale, qui n'est composé que de l'élite des forces spéciales françaises (théâtre d'opérations national). Sa devise : « Sauver des vies au mépris de la sienne » ; le SAS, ou Special Air Service, qui sont les forces spéciales britanniques fondées pendant la Seconde Guerre mondiale. Sa devise : « Who dares wins » (« Qui ose gagne ») ; le SEAL Team Six, ou Navy SEAL, qui est une unité américaine de forces spéciales de nageurs de combat. Sa devise : « Once a Marine, always a Marine » (« Marine un jour, Marine toujours ») ; le GSG 9, ou Grenzschutzgruppe 9, qui est un groupe d'intervention allemand né après la prise d'otages aux Jeux Olympiques de Munich en 1972. Le camp des terroristes est quant à lui constitué de l'Unité d'élite, des Vengeurs Arctiques, du Guerilla et du Connexion Phoenix, qui sont des groupuscules fictifs[10].

Dans Counter-Strike, il existe également deux autres types de personnages[10], apparaissant uniquement dans deux types de scénarios. Ainsi, le V.I.P. est un personnage incarné par un joueur aléatoire faisant partie de l'équipe des antiterroristes. Il est muni d'un pistolet et d'un couteau, d'un gilet pare-balles de 200 points d'armure et d'un casque. Il doit être évacué vivant pour que l'équipe gagne. Il n'est présent que sur les cartes de type « as_ ». Quant à l'otage, c'est un personnage à secourir par les antiterroristes sur les cartes de type « cs_ » afin de remporter la manche. Ils sont en général aux nombres de quatre, et se tiennent sur le lieu de départ des terroristes. Ils sont gérés par l'ordinateur.

Armes et équipement

L'AK-47, une des armes terroristes les plus utilisées.
Le Colt M4, une des armes antiterroristes les plus utilisées.

Dans Counter-Strike, les armes sont réparties en trois catégories : armes principales (fusils à pompe, pistolets mitrailleurs, fusils d'assaut, fusils de précision et mitrailleuses), armes secondaires (pistolets) et arme de corps à corps (couteau). L'arsenal du joueur ne contient qu'une arme de chaque catégorie[5]. Certaines armes disposent de deux modes de fonctionnement (avec ou sans lunette de visée, ou encore la possibilité de modifier le mode de tir : rafale ou semi-automatique par exemple), changeable d'un clic droit de souris. Enfin, certaines armes ne sont disponibles qu'en fonction du camp choisi par le joueur. Les armes montrent des qualités diverses : la fréquence de tir, la puissance de feu, la précision, la force de recul, le poids et le prix d'achat. Le profil et le prix d'achat de chaque arme est différent, permettant l'équilibre de jeu général et assurant que les armes faibles soient également attirantes. Le prix des armes dans Counter-Strike 1.6 est fixe, alors que dans sa suite actuelle, Counter-Strike: Source, ceux-ci varient chaque semaine en fonction des achats effectués par les joueurs la semaine précédente, accentuant le réalisme du jeu au niveau de l'offre et de la demande.

Les armes du jeu ont été reproduites à partir d'armes réelles, auxquelles Valve a attribué des noms fictifs en raison des droits sur celles-ci. Cependant, ces noms restent proches des originaux : Par exemple, le SIG-552 s'appelle Krieg 552 et le Colt M4A1 est devenu Maverick M4A1, mais d'autres comme Ak-47 (Kalashnikov) sont restées avec leurs nom d'origines.

Techniques de jeu

Certaines techniques permettent d'améliorer les performances individuelles du joueur, et d'augmenter substantiellement ses performances. La chance peut bien sûr intervenir de manière ponctuelle, mais n'a que peu d'impact sur les performances d'un joueur dans le temps : elle permet surtout de varier les situations.

Choisir la tenue de son personnage peut permettre à son personnage, à l'instar du caméléon, de se « fondre » dans le décor et d'avoir ainsi moins de chances d'être repéré par l'ennemi[11]. Ainsi, les antiterroristes pourront choisir leur personnage en fonction des couleurs de sa tenue : vert clair du SEAL Team Six, noir foncé du SAS, bleu marine du GIGN. Le joueur peut aussi tenter de choisir une tenue qui induit l'adversaire en erreur. Ainsi, en terroriste, choisir la tenue du Connexion Phoenix peut s'avérer judicieux car la partie haute (veste et cagoule noires) ressemble à celle des antiterroristes.

Le choix de l'arme peut également s'avérer décisif. Chaque arme a en effet ses caractéristiques propres en termes de précision, de puissance de feu, de force de recul, de caractéristiques spéciales (silencieux, lunette de visée, etc.), de prix… Ainsi, dans les situations où le joueur dispose de peu d'argent, il peut être intéressant d'acheter un Desert Eagle (gros calibre). L’inconvénient principal de ce pistolet est qu'il ne comporte que 7 balles, mais sa puissance de feu est similaire aux fusils d’assaut. Le MP5 est également peu onéreux, et dispose ainsi d'un bon niveau rapport qualité/prix car ses tirs sont assez précis. D'autres armes incontournables sont les fusils d’assaut qui ont une excellente puissance de feu (elles permettent les tirs à travers les parois, caisses et portes)[12]. Par exemple, l’AK-47 des terroristes est le fusil le plus puissant mais seules les 3 premières balles tirées en rafale sont précises. Le Colt M4 des antiterroristes est un fusil puissant et avec peu de recul. C’est une arme qui augmente encore sa valeur lorsqu'on l'utilise avec son silencieux (car l’ennemi entend moins les tirs). Enfin, pour sniper, le joueur a le choix entre la très connue AWP qui tue la plupart du temps en une seule balle, et les snipers automatiques moins puissants et moins précis mais beaucoup moins onéreux et permettant de tirer plusieurs coups d’affilée.

Cependant avoir une bonne arme n'est utile que si le tir est maîtrisé. Le tir est la base du jeu et conditionne donc directement l'efficacité du joueur. Counter-Strike est un jeu dans lequel les armes ont toutes du recul, réduisant ainsi de manière importante la précision des tirs en rafale. À bout portant ou à faible distance, le joueur pourra tenter de tirer en continu car il sera relativement assuré de toucher l’adversaire. Par contre, à moyenne ou longue distance, le tir par à-coups se révèle bien plus payant car plus précis. Le joueur augmentera ses chances de succès en évitant de paniquer, ce qui l'amène la plupart du temps à décharger son arme pour finalement ne toucher personne. Au contraire, le joueur gagnera souvent à prendre le temps de viser les parties vitales de l’ennemi (torse et tête). Certains joueurs visent le cou en comptant sur l'effet de recul pour que la deuxième balle tirée atteigne la tête[13].

Illustration de la technique du strafing.

Pour pouvoir placer son tir, il est important de se déplacer de manière adéquate : la manière dont le joueur enchaîne ses mouvements (saut, s'accroupir, déplacements latéraux, etc.) influence son efficacité. Par exemple, la position accroupie lors des tirs permet d’avoir une meilleure précision (surtout pour les pistolets) et réduit la taille de la cible vue de l'adversaire[14]. Il est également possible de se servir d’un élément du décor de la carte (mur, caisse, ... ) pour se protéger[12]. Autre technique de protection utilisée par beaucoup de joueurs : sauter au moment d'arriver dans une zone à risque. Cela peut être valable à condition que le joueur soit capable de viser de manière précise pendant son saut (difficile) ou immédiatement après sa réception. Le tir croisé (deux joueurs tirent sur une même cible) est également intéressant, car se regrouper augmente la puissance de feu tout en plaçant l'adversaire dans une situation qu'il aura forcément plus de mal à gérer (plusieurs cibles à gérer en même temps)[14]. Certains joueurs entraînés utilisent la technique du « strafing » (déplacement latéral tout en tirant). Cette technique consiste à bouger de gauche à droite rapidement, tout en tirant vers l’adversaire au moment d'arrêt, en s'arrêtant l'arme du joueur redevient précise contrairement au moment ou il se déplace latéralement. Lorsqu'elle est maîtrisée, cette technique s'avère assez efficace car le joueur représente une cible mobile donc plus difficile à atteindre. Mais il faut de l’entraînement pour « strafer » tout en tirant de manière précise. Sur un autre plan, un joueur aguerri saura prendre la décision de fuir quand il constate que les ennemis sont trop puissants ou trop nombreux : il pourra par exemple tenter de les prendre à revers.

Une bonne connaissance de la carte peut être déterminante entre deux joueurs de même niveau. Un joueur souhaitant s'améliorer peut tenter d'apprendre les caractéristiques de la carte par cœur : les recoins, les zones dangereuses, les emplacements de bombe, les positions probables des ennemis, les chemins pour accéder à un même lieu... Le joueur pourra ainsi anticiper bien des mouvements ennemis, en déduira où et comment bien attaquer, rusher et se mettre à couvert quand il le faut. Ainsi, un terroriste pourra choisir le meilleur chemin le menant à l’emplacement de la bombe en fonction des positions des ennemis.

Avoir une vision « élargie » de l'environnement est également décisif. Un débutant aura tendance à se focaliser principalement sur les ennemis directement visibles dans son champ visuel. Un joueur ayant plus d'expérience parvient à avoir une vision plus large de sa situation. Pour cela, il utilisera plus d'informations. Premièrement, le son peut jouer un rôle important[12]. Il donne des indications sur la position, l'éloignement et le contexte. Entendre des tirs permet bien évidemment de savoir que l'on approche d'une « zone à risque ». De manière plus subtile, si le joueur entend un bruit de pas dans le sable alors qu'il se trouve à l'intérieur d'un bâtiment, il pourra en déduire que quelqu'un se trouve à l'extérieur. S'il pense à ce moment-là à consulter le radar, et qu'il ne voit personne, il saura que c'est un ennemi (le radar ne montrant pas la position des ennemis). Le radar est une source d'information souvent négligée par un joueur débutant. Or c'est une source d'informations capitales[14] : il permet notamment d'éviter de faire un tir réflexe sur un coéquipier surgissant à l'improviste ; le radar aurait permis de le voir arriver. Il permet de voir les zones où des équipiers se font tuer et donc d'éviter d'arriver dans la même zone sans méfiance. Observer ses équipiers (via le radar ou en vision directe) permet également de déduire beaucoup d'informations sur son environnement. On peut ainsi savoir si les arrières sont couverts, si certaines zones sont protégées, ou tenter de déduire la position des ennemis en fonction des mouvements et des positions de ses équipiers.

Les techniques ci-dessus sont des techniques individuelles. Or, c'est grâce à la formation d'équipes (professionnelles ou amateurs, les teams) qu'est apparue la notion de stratégie de groupe. Là où un joueur isolé doit improviser seul, les équipes permettent d'établir des plans et d'agir de manière concertée. Ainsi des manœuvres basiques comme la courte échelle permettent dorénavant d'éviter de longs détours sur certaines cartes. Un groupe peut également devenir entièrement silencieux si tous ses membres marchent au lieu de courir, ce qui est indispensable lorsqu'un autre groupe chargé de faire diversion fait volontairement du bruit. Il devient possible d'établir des plans d'offensive planifiés à l'avance – des logiciels entièrement conçus pour cela existent – en organisant par exemple des diversions pour déstabiliser la défense adverse qui serait éventuellement tentée d'abandonner certaines positions pour mieux se focaliser sur le leurre, ou bien de couvrir certaines positions en s'assurant qu'aucun chemin n'est laissé sans surveillance. À chaque perte d'un de ses membres, l'équipe peut réagir en conséquence, car chaque joueur sait où se trouvent ses coéquipiers.

Histoire du développement

Chronologie des versions[15]

  • Bêta 1.0 – 19 juin 1999
  • Bêta 1.1 – 27 juin 1999
  • Bêta 1.2 – 20 juillet 1999
  • Bêta 2.0 – 13 août 1999
  • Bêta 2.1 – 17 août 1999
  • Bêta 3.0 – 14 septembre 1999
  • Bêta 3.1 – 16 septembre 1999
  • Bêta 4.0 – 5 novembre 1999
  • Bêta 4.1 – 1er décembre 1999
  • Bêta 5.0 – 23 décembre 1999
  • Bêta 5.2 – 10 janvier 2000
  • Bêta 6.0 – 10 mars 2000
  • Bêta 6.1 – 24 mars 2000
  • Bêta 6.2 – 26 mars 2000
  • Bêta 6.5 – 5 juin 2000
  • Bêta 6.6 – 22 juin 2000
  • Bêta 7.0 – 26 août 2000
  • Bêta 7.1 – 13 septembre 2000
  • 1.0 – 8 novembre 2000
  • 1.1 – 10 mars 2001
  • 1.2 – 12 juillet 2001 (pour la vente)
  • 1.3 – 19 septembre 2001
  • 1.4 – 24 avril 2002
  • 1.5 – 12 juin 2002
  • 1.6 – 15 septembre 2003 (avec Steam)

À la sortie de Quake II apparaît un nouveau mod, Action Quake 2. Minh Le, plus connu sous le nom de Gooseman, travaille dans l'équipe du jeu en tant que modeleur 3D, mettant au point notamment les personnages, ainsi qu'en tant que codeur. Jess Cliffe, de son côté, rejoint le site officiel en 1998 pour participer à la création de cartes. C'est ainsi que les deux concepteurs se rencontrèrent.

Minh Le a alors envie de créer son propre mod, mêlant armes, contre-terrorisme et multijoueur en ligne, dans le seul but de divertir la communauté gratuitement. Il expose son idée à Jess Cliffe qui, enchanté, le rejoint en tant que webmestre dans un premier temps. C'est d'ailleurs ce dernier qui trouvera le nom de Counter-Strike. Au même moment sortait un nouveau jeu, Half-Life. Accompagné d'un kit de développement, permettant la création de cartes, de décors, de personnages, …, ils se tournèrent vers cette solution[16].

Le développement du jeu commence alors, sans budget, mais avec un moteur de jeu fourni gratuitement, le GoldSource. Sur leur temps libre, Minh Le s'occupe de la modélisation et de la programmation, alors que Jess Cliffe se charge de la 2D, des sons, du logiciel d'installation et du site Internet, qui permit au mod de se faire connaître. Les cartes de jeu sont quant à elles réalisées par des mappeurs de Team Fortress que Minh Le a débauchés, ainsi que par la communauté de fans qui se forme progressivement autour du jeu[17].

La première bêta du mod est sortie le 19 juin 1999. Le jeu commence alors à vraiment faire parler de lui sur Internet. Les deux concepteurs sont très à l'écoute des joueurs et corrigent très rapidement tous les bugs rapportés, tout en ajoutant au jeu les fonctionnalités qui leur sont soufflées. Les versions du jeu s'enchaînent ainsi à vive allure, les séparant parfois de moins d'une semaine. À cette époque, le mod avait déjà fait succès, étant le jeu en ligne le plus joué, bien plus que de gros jeux commerciaux comme Quake III et Unreal Tournament[18].

Arrive alors Valve Software, l'éditeur de Half-Life, qui avait entendu parler du jeu. La société propose alors de racheter les droits du jeu, ce qu'acceptent Minh Le et Jess Cliffe, qui sont d'ailleurs recrutés en tant que programmeurs et concepteurs de jeu vidéo par la société[19]. La version finale, la 1.0, est sortie le 8 novembre 2000, sous le nom de Half-Life : Counter-Strike et signée Valve. Le jeu reste gratuit, mais nécessite, comme il était prévu dès le début du développement, de posséder une version du jeu original, c'est-à-dire Half-Life.

Les parties multijoueurs de Counter-Strike sur Internet fonctionnent à l'origine avec le service WON, qui a été fermé en 2004 avec l'arrivée de la version 1.6 du jeu, forçant les joueurs à passer sur la plate-forme Steam[20]. Toutefois, face à cette obligation qui impliquait de nombreuses communications publicitaires, quelques joueurs ont créé leur propre service, appelé WON2. Quel que soit le moyen de connexion, Counter-Strike réunit aujourd'hui l'une des plus grandes communautés de joueurs au monde, de toute nationalité.

Depuis le passage à la plate-forme Steam, il est possible d'acheter et de télécharger le jeu seul pour 10 euros[21]. Malgré les années qui passent, Valve continue encore aujourd'hui de patcher son jeu : la dernière mise à jour date du 25 avril 2009[22].

Succès et influence

Réception des critiques

Le label Sélection Gamekult.com, décerné à Counter-Strike par la rédaction du site.

La presse vidéoludique a très bien accueilli Counter-Strike. Metacritic relève une note moyenne de 88% avec une note maximale de 100%[23]. Game Rankings relève quant à lui une note moyenne de 89% avec une note également maximale de 100%[24]. Gamekult.com note le jeu 9/10, GameSpot.com lui donne un 8,4/10 et GameSpot.fr lui attribue un 9/10. « À posséder, tout simplement », conclut Gamekult[25].

Les journalistes qualifient son gameplay d'excellent et soulignent que la réalisation est plus que correcte pour un simple mod. Ils remarquent également les armes nombreuses et variées, et les scénarios diversifiés. Les qualités graphiques et sonores du jeu, sans être exceptionnelles, sont convenables pour l'époque. Enfin, ils applaudissent à la gratuité du jeu, au succès obtenu auprès des joueurs et au nombre de serveurs disponibles. Ils critiquent néanmoins quelques bugs à la sortie du jeu et des parties parfois monotones[26].

Counter-Strike a également remporté plusieurs récompenses et s'est hissé dans plusieurs classements, chronologiquement :

  • Best Online Game (2000) — Gaming Age[27]
  • Action Game of the Year (2000) — Gamepen.com[28]
  • Action Game of the Year (2000) — Actiontrip.com[28]
  • Online Game of the Year (2000)GameSpot UK and US[28]
  • Special Award for Multiplayer Gaming (2000) — Gamespy.com[28]

Counter-Strike 1.6 Logo.png

Configuration minimum / recommandée[29]
Processeur :
Pentium 266 MHz / Pentium II 350 MHz
Mémoire vive :
64 Mo de RAM / 128 Mo de RAM

Carte graphique :
Carte 3D, Direct X 6

  • Action Game of the Year (2000)GameSpot US, Choix des lecteurs[28]
  • Game of the Year (2000) — VoodooExtreme, Choix des lecteurs[28]
  • Best Multiplayer (2000) — Electronic Playground[28]
  • Revolutionary PC Game (2000) — Game Revolution[28]
  • Best Online Game (2000) — Game Revolution[28]
  • Online Game of the Year (2000) — Computer Games[28]
  • Game of the Year (2000) — Gamers.com[28]
  • Best Multiplayer Game (2001) — Game Developer Spotlight Awards[28]
  • Special Achievement in Gaming (2001) — Game Developer Spotlight Awards[28]
  • Game Innovation Award (2001)Game Developers Choice Awards[30]
  • Rookie Studio Award (2001)Game Developers Choice Awards[31]
  • 29e dans le GameSpy's 2001 Top 50 Games of All TimeGameSpy[32]
  • 83e dans le IGN's 2003 List of 100 Greatest Games of All TimeIGN[33]
  • 49e dans le GameFAQ's 2005 Top 100 Games of All Time — GameFAQ's[34]
  • 71e dans le IGN's 2005 List of 100 Greatest Games of All TimeIGN[35]
  • 12e dans le Top 2007 des 105 meilleurs FPS de tous les tempsNoFrag[36]

Réaction des joueurs

Répartition des joueurs de jeu de tir subjectif : Counter-Strike en tête.

Counter-Strike est devenu, dès la sortie de sa première bêta en 1999, le jeu de tir subjectif multijoueur en ligne de référence. Il est encore, dix ans après sa sortie, le jeu le plus joué en LAN-party et sur Internet.

La première raison de ce succès est empruntée au jeu original, Half-Life[37]. Basé sur une version modifiée du moteur de jeu Quake engine d'id Software et sorti en novembre 1998, il est promu par la presse et reçoit prix et récompenses les uns après les autres. Les ventes du jeu explosent rapidement, et la communauté de joueurs s'agrandit très vite. Le jeu rencontre ainsi le succès après deux ans de développement et d'annonces successives. Arrive ensuite un nouveau mod, du nom de Counter-Strike, en téléchargement gratuit pour tous ceux possédant Half-Life. Ainsi, le jeu se fait facilement connaître et un grand nombre de joueurs y ont accès. Le prix de Half-Life baisse, le rendant accessible au plus grand nombre, et le bouche à oreilles comme la promotion du jeu, présenté comme le successeur de Quake 2, dans les salles de jeu en réseau fait son effet. La deuxième raison de son succès réside dans la configuration matérielle minimum requise[37]. Le moteur de jeu étant celui-ci de Half-Life, peu gourmand en ressources, l'ordinateur nécessaire pour jouer est en adéquation avec l'époque, un pentium équipé d'une carte graphique standard suffit, et plus encore avec l'avènement de machines plus puissantes qui exploitent au mieux les ressources graphiques disponibles. La troisième raison du succès provient du principe du jeu, simple et prenant[37]. Une partie est rapide et ne demande pas beaucoup de temps libre, ce qui est parfaitement adapté aux salles de jeux en réseau et d'accès Internet, où pour une somme modique, les joueurs se réunissent quelques heures entre amis pour jouer à Counter-Strike. La dernière raison du succès de Counter-Strike, qui reste avant tout un jeu en ligne, est l'explosion des abonnés ADSL dans le monde, et notamment en Europe, dans les années 2000. L'arrivée massive de nouveaux internautes induit potentiellement de nouveaux joueurs en ligne, et ainsi la communauté du jeu continue d'augmenter[38]. Le « gamerboom » s'étend d'ailleurs aujourd'hui, grâce à la progression de l'ADSL, vers un autre type de jeu en ligne, le MMOG[39].

Counter-Strike est le jeu multijoueurs le plus joué depuis sa version 1.5. Dès l'été 2001, le jeu comptabilise 9 000 serveurs sur Internet[40]. Le 26 avril 2002, sur le site Web Clubic.com, 60 000 téléchargements de Counter-Strike 1.4 ont eu lieu en une seule journée[41]. En 2007, GameSpy comptabilise en moyenne 85 000 joueurs simultanément, et cela quelle que soit l'heure de la mesure, ce qui représente 35% des joueurs de jeu de tir subjectif sur Internet[42]. Toujours d'après GameSpy, toutes les versions confondues de Counter-Strike (CS1.6, CS:CZ et CS:S) compte environs 167 471 joueurs, soit 67% des joueurs de jeu de tir subjectif sur Internet[42]. Depuis, avec les statistiques fournies par Valve grâce à Steam, on sait que le nombre de joueurs oscille entre 150 000 et 300 000 à tout instant de la journée (3 millions de joueurs uniques par mois en moyenne), alors que le nombre de serveurs varie entre 100 000 et 150 000[43]. Un joueur est donc toujours sûr de trouver quelqu'un avec qui jouer, ce qui est en soit une autre raison de la popularité du jeu, en plus d'en être la preuve. Début 2009, le jeu a laissé sa première place de jeu de tir subjectif en ligne a son remake Counter-Strike: Source, avec une moyenne de 30 000 joueurs en temps réel contre 35 000 joueurs pour Counter-Strike: Source[43]. Le jeu reste néanmoins l'un des jeux les plus pratiqués sur Internet.

Counter-Strike a influencé d'autres mods, comme Urban Terror, mod de Quake III Arena, ou Tactical Ops: Assault on Terror, mod d'Unreal Tournament, ainsi que de vrais jeux, comme Global Operations ou Soldier of Fortune II: Double Helix. Le jeu est aussi devenu un vrai phénomène culturel. Des bandes dessinées en ligne, tel que Concerned, et de nombreuses vidéos, comme celles de Pure Pwnage, sont également apparues sur Internet, faisant référence au jeu, au fur et à mesure que celui-ci faisait succès. Des produits dérivés existent également : figurines, autocollants, tee-shirts, affiches. Le jeu vidéo fait également l'objet de compétitions dont les médias se font l'écho et des adaptations cinématographiques se multiplient. On assiste également à l'avènement d'une nouvelle forme d'addiction, le « jeu compulsif ».

Première place en e-Sport

L'ESWC au palais omnisports de Paris-Bercy, où ont lieu une compétition hommes et femmes de Counter-Strike.

Counter-Strike est un moteur du sport électronique, après son émergence avec Quake et StarCraft[44]. Il regroupe plusieurs aspects de l'esprit sportif – travail d'équipe, concurrence, égalité des chances, entraînement – et avec son succès, il est logique que le jeu ait donné à un grand nombre de joueurs l'envie de compétition. Ainsi, depuis plusieurs années, des équipes, ou teams, naissent sur Internet, composées en général de cinq joueurs, dans le but de s'affronter dans des matchs. Lorsqu'il y a des résultats concluants, ces équipes se développent réellement, avec entraîneurs, managers, sponsors et entraînements réguliers jusqu'à devenir de véritables clubs. De sorte que dès 2001, en Scandinavie, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Angleterre et en France, apparaissent les premières équipes professionnelles, qui parcourent le continent européen pour disputer des matches parrainés par de grandes entreprises[45]. Le phénomène s'est ensuite exporté aux États-Unis, où l'on trouve les premiers tournois à très grosses récompenses (premier prix montant à 150 000$)[45]. Depuis, des associations se sont formées, pour réunir les professionnels et favoriser l'émergence du sport électronique. Il y a ainsi plusieurs ligues professionnelles en ligne qui supportent le jeu, comme la Cyberathlete Amateur League (CAL) ou la CyberEvolution. De grandes compétitions ont lieu aux États-Unis, en Europe et en Asie, comme la Cyberathlete Professional League (CPL), l'Electronic Sports World Cup (ESWC), la World e-Sports Games (WEG) et la World Cyber Games (WCG). Les matchs de ces championnats, tels de grands évènements, sont commentés, analysés et parfois même retransmis à la télévision. De ces évènements sont nés de grandes équipes, au parcours souvent mythique, comme la SK Gaming ou l'équipe française aAa.

Dans ces compétitions, seules les cartes de type « de_ » sont utilisées : une équipe doit poser une bombe, l'autre les en empêcher. Les cartes jouées varient de compétition en compétition, mais les cinq principales sont de_dust2, de_tuscan, de_train, de_nuke et de_inferno. Pour rendre les parties plus dynamiques, les manches durent au maximum 2 minutes.

Counter-Strike est toujours, en 2008, le jeu de tir subjectif phare des LAN-party et des compétitions internationales. Sa suite principale, Counter-Strike: Source, n'arrive d'ailleurs pas à s'imposer, bien que ce dernier soit un jeu officiel des Championship Gaming Series. Ceci est un problème majeur, car les organisateurs de ces compétitions ont de plus en plus de mal à trouver des sponsors dans le milieu de l'informatique. En effet, Counter-Strike 1.6 date de 1999, fonctionne sur des configurations peu puissantes et attire de moins en moins les nouveaux joueurs[46].

Les suites du jeu

Les suites de Counter-Strike



Counter-Strike Xbox Logo.png

Éditeur : Microsoft Games.
Développeurs : Valve Software.
Moteur de jeu : GoldSource.
Date de sortie : 5 décembre 2003.
Plate-forme : Xbox.
Contrôle : Manette de jeu.



Counter-Strike CZ Logo.png

Éditeur : Valve Software.
Développeurs : Turtle Rock Studios.
Moteur de jeu : GoldSource.
Date de sortie : 26 mars 2004.
Plate-forme : Windows.
Contrôle : Clavier et souris.



Counter-Strike Source Logo.png

Éditeur : Valve Software.
Développeurs : Turtle Rock Studios.
Moteur de jeu : Source engine.
Date de sortie : 7 octobre 2004.
Plate-forme : Windows.
Contrôle : Clavier et souris.

Valve Software a profité du succès de Counter-Strike 1.6 pour élargir son panel de jeux. Ainsi, la première suite à voir le jour fut une version Xbox de Counter-Strike, sortie le 5 décembre 2003 pour 60 euros et en tout point identique à la version PC. La qualité graphique est la même, malgré les capacités technologiques de la console bien plus poussées que celle des ordinateurs de 1999[47]. De plus, le gameplay souffre du passage à la manette de jeu, alors que l'ensemble clavier / souris est exemplaire pour ce type de jeu[48]. L'éditeur a ajouté au jeu un mode solo, mais le plaisir n'y est pas, l'intelligence artificielle des bots étant loin d'être parfaite[49]. Enfin, le titre dispose également de son mode multijoueur, jouable jusqu’à 16 via le Xbox Live payant. Cependant, la presse n'est pas unanime : Gamekult.com donne 5/10 au jeu et Gaming lui attribue 4/10, alors que Joypad et Jeux Vidéo Magazine le note respectivement 7/10 et 14/20[50].

Suite à ce jeu, Valve Software entreprit de réaliser un nouvel opus sur PC, du nom de Counter-Strike: Condition Zero (ou CS:CZ). L'éditeur souhaitait clairement fournir au joueur un mode solo digne de leur jeu phare, avec un scénario et un intérêt réel. Ils firent appel à plusieurs studio de développements, jusqu’à en trouver un jugé satisfaisant pour finir le travail. Car le contenu commencé par le premier studio, Rogue Entertainment, passa ensuite dans les mains du deuxième, Gearbox Software, qui y ajoutèrent des choses, puis au troisième studio, Ritual Entertainment, qui y ajoutèrent également des choses, pour enfin arriver jusqu'au quatrième et dernier studio, Turtle Rock Studios[51]. Ainsi, sa sortie était initialement annoncée pour l'été 2002, mais elle a été repoussée à de nombreuses reprises, et le jeu sortit finalement le 26 mars 2004. Le jeu propose donc un mode solo dans lequel le joueur tient le rôle d'un antiterroriste, accompagné de quatre coéquipiers, où le but est d'accomplir certains objectifs, face à cinq terroristes, sur les cartes issues de Counter-Strike 1.6. L'intelligence artificielle est cette fois-ci efficace[52]. Il s'accompagne de quelques nouvelles armes (lance-roquettes, cocktail Molotov…) et de dizaines de nouvelles skins. Le mode multijoueur quant à lui est la copie conforme du jeu original[53]. Le moteur GoldSource est daté, et les graphismes du jeu sont donc sans surprises dépassés, et très en-dessous des jeux actuels au moment de sa sortie[54]. Excepté Gen4 et son 90%, la presse est d'accord sur la valeur du jeu : Gamekult.com et Canard PC lui attribuent un 4/10, et Jeux Vidéo Magazine un 12/20[55]. Le jeu coûte aujourd'hui 10 euros avec counter-strike 1.6[56].

Dernière suite à ce jour, Counter-Strike: Source (ou CS:S), sortie le 7 octobre 2004. Le jeu est basé sur le moteur de jeu Source engine de Half-Life 2. Les graphismes (textures, niveaux de détail...) ont été notablement améliorés, ainsi que les interactions avec les objets, grâce au moteur physique. Le jeu gagne ainsi en réalisme et est du même niveau graphique que les productions actuelles lors de sa sortie. Le fonctionnement du jeu a été modifié mais reste fondamentalement très proche des versions précédentes[57]. Il est vendue conjointement avec le jeu Half-Life 2, mais aussi dans une version stand-alone, vendue avec Half-Life 2: Deathmatch et Day of Defeat: Source pour 30 euros[58]. Malgré les changements apparents, cette nouvelle version ne remplace pas l'ancien Counter-Strike. Cette suite est d'ailleurs boudée de nombreux joueurs se plaignant de la nécessité d'avoir une bonne configuration pour y jouer[59]. Certains joueurs trouvent également que le jeu, au profit de ses graphismes, a perdu son gameplay et le plaisir de jeu qui en découlait[60]. Face à cette critique, un autre jeu en cours de développement, CS Promod, promet le gameplay de Counter-Strike 1.6 tout en conservant le moteur graphique de Counter-Strike: Source[61]. Ce public mécontent se ressent également dans les statistiques, puisque le jeu original détient toujours 40% des parts de joueurs de jeu de tir subjectif en ligne, suivi de CS: Source avec 29%[62]. La presse, quant à elle, apprécie le jeu : Joystick le note 7/10[63] et ActuJeuxPC.net lui donne un 14/20[64].

Autour du jeu

Publicité dans le jeu

La publicité dans le jeu vidéo, ou in-game advertising, est actuellement en pleine croissance, notamment aux États-Unis où deux tiers des hommes américains de 14 à 34 ans jouent sur consoles et ordinateurs[65]. C'est un marché chiffré à 80 millions de dollars, d'après le Yankee Group[65]. Ainsi, depuis début 2007, affichant une audience de 5 milliards de minutes de jeu par mois[66], soit plus que certaines émissions télévisées, des réclames dynamiques apparaissent sur les cartes de jeu de Counter-Strike, incorporées au décor telles de vrais affiches publicitaires. Ces réclames sont à la charge de la société IGA Worldwide, avec laquelle Valve Software a signé un contrat fin 2006, et qui s'occupe déjà de la publicité dans Battlefield 2142[67]. Le principe de ces « affiches » dynamiques est qu'elles peuvent être remplacées à n'importe quelle moment, puisque les parties du jeu, hébergées sur des serveurs, se déroulent sur Internet. Elles changent ainsi régulièrement, et s'adaptent au public visé (les publicités seront en français si Steam est configuré ainsi). Imposées aux joueurs, ces réclames ont soulevé de vives réactions, se témoignant notamment sous forme de pétitions en ligne ou de messages de mécontentement sur les forums officiels[68]. Mais ces publicités étant plutôt discrètes, et ne vantant que des produits et services liés au jeu vidéo (tel que le jeu Portal de Valve ou la Cyberathlete Professional League), une majorité de joueurs ne s'en préoccupe pas réellement[68].

Programmes tiers

Grande communauté oblige, de nombreux programmes tiers ont vu le jour. Ainsi, bien que Counter-Strike se joue principalement en réseau et à plusieurs, des programmes d'intelligence artificielle, communément appelés bots (abréviation de robots), ont été développés pour simuler le comportement de joueurs et permettent ainsi de jouer seul[69]. Les développeurs de ces programmes s'appuient sur des algorithmes perfectionnés tels que les réseaux de neurones. Malheureusement, ces bots ne représentent tactiquement (et surtout stratégiquement) qu'un faible intérêt. En revanche, ils peuvent s'avérer être un bon entraînement pour un débutant.

Il existe également des programmes illégaux, comme les cheats[70]. Ce sont des programmes externes ayant pour but de donner au joueur un avantage que les autres n'ont pas, le plus souvent d'une manière non prévue par le jeu original. Ces programmes permettent de voir à travers les murs (wallhack)[71], de viser directement la tête (aimbot)[72], de courir plus vite (speedhack)[72], de voir les adversaires sur le radar (radarhack)[71] et d'afficher diverses informations sur ses ennemis (ESP hacks)[73], tels que leur nom, leurs armes, leur distance, s'ils rechargent, etc. Valve a mis en place une protection qui se nomme VAC (Valve Anti-Cheat) qui permet de bannir les joueurs utilisant des cheats, détectable sur Half-Life et ses mods. Des mises à jour sont faites par Valve pour empêcher le fonctionnement des cheats, mais ceux-ci sont très souvent reprogrammés.

Derniers types de programmes, ceux destinés à l'amélioration des serveurs de jeu. Ils améliorent l'administration d'un serveur et le gameplay du jeu par l'ajout de son, de statistiques en temps réel et de configurations pour les tournois. AMX est l'un des systèmes les plus utilisés pour la gestion d'un serveur[74]. Il contient un grand nombre de plugins : facilité de gestion du serveurs, ajout de nouveaux modes de jeu, statistiques, etc.

Voir aussi

Articles connexes

Images et vidéo

Liens externes

Notes et références

  1. (en) Counter-strike.net (ancien site officiel) : La CS Team.
  2. a , b , c , d , e , f , g , h , i , j , k , l , m  et n Vossey.com : Principes de base de Counter-Strike.
  3. Krinein.com : Localisation des dommages.
  4. Vossey.com : Liste des différents modes Observateurs.
  5. a  et b Vossey.com : Présentation des armes.
  6. Vossey.com : Informations sur l'argent dans Counter-Strike.
  7. Vossey.com : Annonce des modifications du radar de CS:S.
  8. (en) Counter-strike.net (ancien site officiel) : Liste des cartes officielles.
  9. ObjectifMicro.org : « Les maps sont étudiées pour qu'aucun des deux camps ne soit favorisé ».
  10. a , b , c  et d CounterStrikeFrance.com : Les personnages de Counter-Strike.
  11. Cette technique est le principe de base du camouflage, pratiqué par toutes les forces armées du monde. Voir Camouflage.
  12. a , b  et c Vossey.com : Astuces de base.
  13. Clubic.com : Viser la gorge.
  14. a , b  et c Clubic.com : Techniques de base.
  15. (en) CSNation.net : Dates de chaque version de Counter-Strike.
  16. CounterStrikeFrance.com : Choix du kit de développement de Half-Life.
  17. Gamekult.com : Répartition des tâches de développement et création des maps.
  18. Gamekult.com : Succès du mod : Jeu en ligne le plus joué devant Q3 et UT.
  19. CounterStrikeFrance.com : Rachat du jeu par Valve et recrutement des deux concepteurs.
  20. Gamekult.com : Annonce de la fermeture de WON le 30 juin 2004.
  21. (en) Steampowered.com : Prix de Counter-Strike sur Steam.
  22. sk-gaming.com : Dernière mise à jour de Counter-Strike.
  23. (en) Metacritic.com : Note globale de Counter-Strike.
  24. (en) Gamerankings.com : Note globale de Counter-Strike.
  25. Gamekult.com : Notes et commentaire attribués à Counter-Strike.
  26. Gamekult.com : Test complet de Counter-Strike.
  27. (en) Gaming-Age.com : Best Online Game (2000)
  28. a , b , c , d , e , f , g , h , i , j , k , l  et m (en) Valvesoftware.com (site officiel) : Liste des récompenses de Counter-Strike.
  29. Gamekult.com : Configurations minimum requise et recommandée.
  30. (en) GameChoiceAwards.com : Game Innovation Award (2001)
  31. (en) GameChoiceAwards.com : Rookie Studio Award (2001)
  32. (en) GameSpy.com : GameSpy's 2001 Top 50
  33. (en) IGN.com : IGN's 2003 List
  34. (en) GameFAQ's.com : GameFAQ's 2005 Top 100
  35. (en) IGN.com : IGN's 2005 List
  36. NoFrag.com : NoFrag's 2007 Top 105 FPS
  37. a , b  et c JeuxVideoPC.com : Les raisons du succès.
  38. EsportsFrance.com : Émergence des joueurs en ligne et du sport électronique.
  39. JournalDuNet : Internet et jeux vidéo.
  40. Agence Française pour le Jeu Vidéo : Counter-strike, la révolution du jeu en réseau.
  41. Clubic.com : « Counter Strike : 60.000 téléchargements sur Clubic ».
  42. a  et b (en) GameSpy.com : Statistiques de GameSpy.
  43. a  et b (en) SteamPowered.com. Statistiques officielles de Steam.
  44. E-Sport and sociology : La naissance de l'e-Sport.
  45. a  et b Agence Française pour le Jeu Vidéo : Les débuts de Counter-Strike en sport électronique.
  46. NoFrag.com : Le FPS des WCG 2007 sera Counter-Strike, et où trouver des sponsors ?
  47. Gamekult.com : « Un moteur 3D bien vilain qui fait un peu tache sur Xbox, fin 2003 ».
  48. Gamekult.com : Critique de la maniabilité du jeu à la manette.
  49. Jeuxvideo.com : « Les bots sont d'une affligeante bêtise ».
  50. Gamekult.com : Notes attribuées à Counter-Strike Xbox.
  51. Gamekult.com : Explications sur les studios de développement successifs.
  52. JeuxVideoPC.com : « Des bots assez compétitifs sans être invincibles ».
  53. JeuxVideoPC.com : « Le multijoueurs de Condition Zero n'apporte donc rien de nouveau ».
  54. Jeuxvideo.com : « Le moteur de Counter est dépassé depuis des lustres. » et 9/20 en graphisme.
  55. Gamekult.com : Notes attribuées à Counter-Strike: Condition Zero.
  56. Alapage.com : Prix de Counter-Strike: Condition Zero.
  57. Vossey.com : Comparatif des différences en Counter-Strike et Counter-Strike : Source
  58. Alapage.com : Prix de Counter-Strike: Source.
  59. ActuJeuxPC.net : « Il suffit de posséder une bonne configuration pour en profiter un maximum ».
  60. CounterStrikeFrance.com : « Le gameplay est strictement différent (manière de viser, de tirer, d'avancer dans le jeu) ».
  61. (en) CSPromod.com : Site officiel.
  62. NoFrag.com : Répartition des joueurs de FPS.
  63. Gamekult.com : Notes attribuées à Counter-Strike: Source.
  64. ActuJeuxPC.net : Note attribué à CS:S.
  65. a  et b Agence Française pour le Jeu Vidéo : Les jeux vidéo, un nouveau support de communication.
  66. Steampowered.com : Stats sur les jeux en ligne de valve.
  67. Gamekult.com : Annonce de la régie publicitaire de Counter-Strike.
  68. a  et b Vossey.com : Publicité dans Counter-Strike.
  69. France-FPS.com : Présentation des bots.
  70. (en) SteamPowered.com : Conditions Générales d'Utilisation.
  71. a  et b Counter-Cheat.com : Présentation des cheats visuels.
  72. a  et b Counter-Cheat.com : Présentation des cheats de mouvement.
  73. Counter-Cheat.com : Présentation des cheats ESP.
  74. AMXmodX.fr : Présentation d'AMX.
Goldenwiki 2.png
La version du 16 août 2007 de cet article a été reconnue comme « article de qualité » (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l’ayant promu.
  • Portail du jeu vidéo Portail du jeu vidéo
  • Portail de Half-Life Portail de Half-Life

Ce document provient de « Counter-Strike ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article CS 1.6 de Wikipédia en français (auteurs)