Burlesque


Burlesque
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Burlesque (homonymie).

Le registre burlesque (de l'italien burlesco, venant de burla, « farce, plaisanterie ») est un genre littéraire en vogue au XVIIe siècle. Le burlesque est caractérisé par l'emploi de termes comiques, familiers voire vulgaires pour évoquer des choses nobles et sérieuses (héroï-comique le décalage inverse, qui consiste à traiter un sujet vulgaire en style noble). Le sens du mot a évolué au cours des époques et selon les arts concernés). « Burlesque » se dit aujourd'hui couramment pour désigner un comique exagéré, extravagant qui repose généralement sur un décalage entre la tonalité et le sujet traité dans un texte.

Ce courant n'a rien à voir avec le "new burlesque", notion purement américaine décrivant un certain style de strip-tease.

Sommaire

Littérature

Dans la littérature française classique, le burlesque procède d'un décalage entre grandeur et petitesse. Le théâtre de Molière recourt fréquemment au burlesque. Le burlesque naît ainsi du décalage entre le comique et le lyrique ou le tragique ou pathétique. À titre d'exemple, figurent les nombreuses tirades d'Arnolphe (L'École des femmes, 1662, de Molière), qui emploie le champ lexical de l'amour (« amoureuse ardeur ») avec une aspiration à la noblesse des sentiments et qui, en même temps, est tourné en ridicule par la trivialité de ses préoccupations (la femme n'est qu'un objet « mariée à demi »). Le public assiste à la révélation des deux facettes du personnage, suggérant le ridicule, le burlesque. Le premier auteur à avoir utilisé le burlesque dans ses œuvres était Rabelais avec Gargantua.

Cinéma

Le burlesque est un genre cinématographique adapté du vaudeville et typique de l’ère muette (Charlot, Roscoe "Fatty" Arbuckle, Harold Lloyd, Buster Keaton) des années 1910 à 1930, mais n'y étant pas cantonné : certains films de Jacques Tati, Pierre Richard, Michael Hui ou de Jackie Chan peuvent tout à fait être décrits comme essentiellement burlesques.

Le style et le ton

Le burlesque fait rire grâce à un comique de l’absurde et de l’irrationnel. Des événements extraordinaires ne cessent de faire irruption sans raison, dans le quotidien. La cohérence n’a jamais le temps de s’installer.

Le burlesque s’appelle aussi « slapstick », littéralement « coup de bâton ». Dénué de logique psychologique, le gag repose sur un comique physique et violent. Il montre des chutes, des bagarres, des poursuites, des chocs... Les corps, comme les objets, sont brutalisés. Le ton général est celui de la provocation et de la caricature, « Keystone Kops » désignant la caricature de policiers stupides qui poursuivent le héros.

Le traitement

Le burlesque échappe aux règles de la narration classique. Il consiste en une suite de gags qui jouissent chacun d’une parfaite autonomie et qui ne s’inscrivent pas dans une stratégie narrative globale. Surtout dans les courts métrages, l’histoire constitue un prétexte pour la liaison entre les gags.

L'un des fondements du comique burlesque réside dans le rythme. Celui-ci résulte du timing dans le jeu de l’acteur (le bon geste au bon moment) et du montage. Les courts métrages sont souvent frénétiques. Les longs métrages, au contraire, installent nécessairement des temps de pause. Ils font alterner accélérations et moment de répit. Le rythme y est plus mesuré. L’usage abondant de plans larges met en valeur le décor, les objets et les personnages, que l'on voit livrés à eux-mêmes et entrer en conflit.

La fabrication

Il existe un véritable répertoire de gags dans lequel réalisateurs et acteurs puisent toutes sortes d’idées comiques. Il arrive fréquemment qu’un gag passe d’un film à un autre. Le film burlesque repose, pour une large part, sur la personnalité de l’acteur qui impose un style, un profil de personnage et constitue la vedette. Lorsqu’il n’est pas lui-même le metteur en scène, l’acteur participe à l’élaboration du scénario et à la conception de la mise en scène. Le « slapstick » est souvent une œuvre collective.

Le burlesque trouve son origine dans la tradition théâtrale de la commedia dell’arte et du music-hall, tradition à laquelle il emprunte la pratique de l’improvisation apportant une fraîcheur, une spontanéité et une énergie particulière.

Les longs métrages, plus construits et pensés, accordent moins de place à l’improvisation et privilégient le réglage et la précision.

Quelques artistes du burlesque

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Burlesque de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • burlesque — [ byrlɛsk ] adj. et n. m. • 1666; bourrelesque 1594; it. burlesco, de burla « plaisanterie » 1 ♦ D un comique extravagant et déroutant. ⇒ bouffon, comique, loufoque. Un accoutrement burlesque. Farce, film burlesque. ♢ Par ext. Tout à fait… …   Encyclopédie Universelle

  • Burlesque — is theatrical entertainment of broad and parodic humor, which usually consists of comic skits (and sometimes a strip tease). Some authorsFact|date=September 2008 assert burlesque is a direct descendant of the Commedia dell arte; the term… …   Wikipedia

  • Burlesque — Saltar a navegación, búsqueda Burlesque se refiere a espectáculos teatrales, que suelen consistir en historietas de parodia. Si bien algunos autores afirman que burlesque es un descendiente directo de la Comedia del arte, el término burlesque… …   Wikipedia Español

  • Burlesque — Bur*lesque , n. 1. Ludicrous representation; exaggerated parody; grotesque satire. [1913 Webster] Burlesque is therefore of two kinds; the first represents mean persons in the accouterments of heroes, the other describes great persons acting and… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • burlesque — BURLESQUE. adj. de tout genre. Qui est propre pour la taillerie. Une chose burlesque. vers burlesques. style burlesque. cela est burlesque …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Burlesque — Bur*lesque , a. [F. burlesque, fr. It. burlesco, fr. burla jest, mockery, perh. for burrula, dim. of L. burrae trifles. See {Bur}.] Tending to excite laughter or contempt by extravagant images, or by a contrast between the subject and the manner… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Burlesque — Bur*lesque , v. i. To employ burlesque. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • burlesque — 1660s, derisive imitation, grotesque parody, from Fr. burlesque (16c.), from It. burlesco, from burla joke, fun, mockery, possibly ultimately from L.L. burra trifle, nonsense, lit. flock of wool. Modern sense of variety show featuring striptease… …   Etymology dictionary

  • burlesque — n *caricature, parody, travesty Analogous words: mimicry, mockery, imitation (see corresponding verbs at COPY): *fun, jest, sport, game: satire, sarcasm, humor, *wit: derision, ridicule (see corresponding verbs at RIDICULE) burlesque vb… …   New Dictionary of Synonyms

  • burlesque — [adj] farcical caricatural, comic, ironical, ludicrous, mock, mocking, parodic, satirical, travestying; concept 555 burlesque [n] bawdy show; vaudeville burly*, caricature, farce, lampoon, lampoonery, mock, mockery, parody, pastiche, peep show,… …   New thesaurus

  • burlesque — [bər lesk′] n. [Fr < It burlesco < burla, a jest, mockery] 1. any broadly comic or satirical imitation, as of a writing, play, etc.; derisive caricature; parody ☆ 2. a sort of vaudeville characterized by low comedy, striptease acts, etc.… …   English World dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.