Burgondie


Burgondie

Royaumes burgondes

Conventionnellement et afin d'éviter les amalgames, on parlera d'implantation avant 443, puis de royaume ensuite (légitimation du foedus), quoique des rex aient pu conduire les Burgondes auparavant.

Les royaumes burgondes, légitimés en 443, sont décentralisés et y règnent des rois burgondes simultanément dans les grandes villes qui en font partie. Il est vraisemblable qu'une alliance avec le royaume alaman, que corrobore une proximité dans l'organisation du pouvoir et le syncrétisme culturel[1], ait permis leur expansion conjointe sur le domaine gallo-romain après la chute de l'Empire. Deux régions originelles se détachent, la Sapaudia et la Burgondie. Leur passage a marqué ces régions d'un point de vue identitaire pour la suite, le rattachement aux Mérovingiens ayant lieu par le biais d'une conquête armée. Après 524, plus aucune autonomie du pouvoir n'est sensible.

Sommaire

Périple en Germanie

Pour consulter un article plus général, voir : antiquité tardive.

Des cultures archéologiques réalisées en Allemagne au cours des cinquante dernières années ont révélé deux emplacements en Germanie avant le contact avec l'Empire romain.

  1. Il est possible que les chroniqueurs romains des campagnes militaires ne les distinguent pas des Alamans lors de l'écriture de leurs annales.
  2. Autre hypothèse : ce contact n'a pas lieu puisque les Burgondes se séparent de la ligue des Alamans au moment où l'Empire est en plein délitement pour prendre des territoires dans les zones actuelles de la Suisse, de l'Autriche, de la Franche Comté et des Alpes.

443 est l'année de leur établissement en tant que fédérés, traité établi par Aetius (leurs terres ne feront donc pas partie du futur domaine gallo-romain).

Une fois installés, ils opèrent sur le sillon rhodanien et le remontent jusqu'atteindre un acmé lors de leurs contact avec les royaumes francs unifiés par Clovis.

Établissement en Sapaudia

Contexte historique : Haut Moyen Âge

Lorsque l'Empire romain s'affaiblit, il autorise des peuples germaniques à s'installer sur son territoire comme « fédérés » (fœderati). Ces peuples reçoivent des terres et une partie du revenu de l'impôt, en échange ils doivent assurer la sécurité du territoire. Parmi eux, les Burgondes, peuple germanique de confession arienne, reçoivent en 443 une région appelée Sapaudia (le pays des sapins), qui correspond à la Savoie actuelle et à une grande partie du Plateau suisse. Les territoires contrôlant les cols alpins, comme le Valais (qui connut alors l'immigration d'une partie de l'élite romaine de la Sapaudia), restent quant à eux sous la coupe des Romains.

Établissement en Burgondie

La "Burgundia" telle qu'intégrée au royaumes francs au VIe siècle, après la guerre de Burgondie.

Une autre colonne obtient un foedus de la part de Rome dans certains parties de la région (vallée de la Saône notamment, Dijon, Autun, etc.) à partir de l'an 443.

C'est la zone géographique de la "Burgundia" (Burgondie), très distincte de la géographie de la Bourgogne actuelle compte tenu des mouvements de troupes qui vont suivre.

Unité des royaumes burgondes

Quoique l'unification des royaumes burgondes ne se soit pas réalisée à l'époque où les royaumes francs issus des Saliens l'effectuent, ils préservent une certaine unité.

La puissance romaine s'effondrant, les Burgondes transforment bientôt la Sapaudia en un véritable royaume (en 476, peu après que le chef hérule Odoacre dépose le dernier empereur Romulus Augustule). Dans les années qui suivent, ils agrandissent considérablement leur royaume, notamment dans la vallée du Rhône (Lyon) et gagnent le contrôle du Valais et des cols alpins.

Leur expansion concerne donc la Bourgogne actuelle et sur toute la vallée du Rhône , les Alpes jusqu'en Italie et en Provence actuelle et sur toute la Suisse et la Sapaudia à des dates variables.

L'unification n'est pas évidente, les Burgondes ayant adopté un mode de fonctionnement semblable au royaume alaman avec des co-règnes portant sur les cités principales conquises sur les Gallo-romains : ces centres d'exercice du pouvoir sont Colonia Julia Vienna (Vienne) , Vesontio (éventuellement partagée avec les Alamans), Ginebra, puis (par conquête), Lugdunum.

En revanche, l'unité est manifeste pour l'armée burgonde en campagne, qui est solidaire pour les conquêtes : par le Sud, la Sapaudia atteint la Provence par des luttes contre le royaume wisigoth, lui aussi en pleine constitution. La séparation montagneuse de la chaîne des Alpes l'isole du règne d'Odoacre en Italie, puis le royaume ostrogoth qui lui succède. L'extension de la Burgondie vers le nord à la fin du Ve siècle les fait voisins du domaine gallo-romain alors infiltré par les fédérés francs, amené à pactiser avec eux pour sa survie puisqu'il est encerclé par les envahisseurs (Saxons par le nord de par le passé, Alamans par l'Est, Burgondes par le Sud-Ouest, et Wisigoths par l'Aquitaine le long de la Loire.

Les Francs reprendront la problématique stratégique et traiteront chacune de ces menaces une par une au début du VIe siècle.

Un royaume arien

Les Burgondes demeurent adeptes du christianisme arien jusqu'au règne de Sigismond (Saint Sigismond). En 515, ce dernier, fils du roi Gondebaud, fonde l'abbaye de Saint-Maurice d'Agaune, fortifiant ainsi sa conversion, et celle de son peuple, à la confession du christianisme issue du concile de Nicée.

Chronologie

  • 436 : Des Huns auxiliaires dans les armées romaines mettent fin à Worms à l'implantation burgonde du Rhin.
  • 515 : inauguration du monachisme en Europe occidentale par Sigismond.

Postérité

Territoires disputés entre le duché d'Alémanie en Souabe et le duché de Bourgogne en l'an 1000.

Une fois devenu mérovingien, le royaume de Bourgogne inféodé en duché de Bourgogne récupère un conflit territorial avec ce qui devient le royaume alaman, à savoir le duché d'Alémanie. Cette dispute emmène jusque après l'an mil, illustrant l'empreinte identitaire laissée par l'arrivée des Burgondes dans ces régions.

Voir aussi

Notes et références

  1. Les fouilles archéologiques ne permettent pas de distinguer les traces des Alamans et des Burgondes le long du Rhin.

Bibliographie

  • Jean-Pierre Leguay, L'Europe et les États barbares, Ve-VIIIe siècles, Saint-Étienne, France, 2002 (ISBN 2-7011-3254-1)
  • P. Périn & G. Duchet-Suchaux, Clovis et les Mérovingiens, P. Périn & G. Duchet-Suchaux, Paris, France, 2002 (ISBN 2-235-02321-5)
  • Justin Favrod, Les Burgondes. Un royaume oublié au cœur de l'Europe, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 2002 (ISBN 2-88074-596-9)
  • Michel Rouche, Clovis, éd. Fayard, 1996 (ISBN 2-213-59632-8)

Liens internes

Articles génériques :

Postérité :

Liens externes

  • Portail de la Provence-Alpes-Côte d’Azur Portail de la Provence-Alpes-Côte d’Azur
  • Portail de la région Bourgogne Portail de la région Bourgogne
  • Portail de la Suisse Portail de la Suisse
  • Portail du Moyen Âge ancien Portail du Moyen Âge ancien
  • Portail de la Savoie Portail de la Savoie
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
Ce document provient de « Royaumes burgondes ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Burgondie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Guerre De Burgondie — La guerre de Burgondie ou conquête du royaume des Burgondes par les Francs commence en 523. Cette conquête s achève une dizaine d années plus tard par le partage du royaume des Burgondes entre les héritiers de Clovis Ier. Sommaire 1 Le contexte 2 …   Wikipédia en Français

  • Guerre de Burgondie (523-524) — Guerre de Burgondie La guerre de Burgondie ou conquête du royaume des Burgondes par les Francs commence en 523. Cette conquête s achève une dizaine d années plus tard par le partage du royaume des Burgondes entre les héritiers de Clovis Ier.… …   Wikipédia en Français

  • Guerre de burgondie — La guerre de Burgondie ou conquête du royaume des Burgondes par les Francs commence en 523. Cette conquête s achève une dizaine d années plus tard par le partage du royaume des Burgondes entre les héritiers de Clovis Ier. Sommaire 1 Le contexte 2 …   Wikipédia en Français

  • Guerre de Burgondie — La guerre de Burgondie ou conquête du royaume des Burgondes par les Francs commence en 523. Cette conquête s achève une dizaine d années plus tard par le partage du royaume des Burgondes entre les héritiers de Clovis Ier. Sommaire 1 Le contexte 2 …   Wikipédia en Français

  • Ricomer de Burgondie — Richomer (patrice de Burgondie)  Pour l’article homonyme, voir Richomer.  Richomer est un noble de race romaine des VIIe et VIIe siècles nommé patrice de Burgondie en 607. Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Felix de Burgondie — Félix de Burgondie Félix de Burgondie Évêque d Est Anglie (630 ou 631) Décès 8 mars[1] …   Wikipédia en Français

  • Félix de Burgondie — Statue de Félix à la cathédrale de Norwich. Évêque d Est Anglie (630 ou 631) Décès 8 mars …   Wikipédia en Français

  • Richomer (patrice de Burgondie) —  Pour l’article homonyme, voir Richomer.  Richomer est un noble de race romaine des VIIe et VIIe siècles nommé patrice de Burgondie en 607. Sommaire 1 Biographie …   Wikipédia en Français

  • Suavegothe de Burgondie — Suavegotha de Burgondie est une reine franque, seconde épouse de Thierry Ier. Fille de saint Sigismond, roi des Burgondes, et de la princesse Ostrogotho (elle même fille de Théodoric le Grand), Suavegotha est connue pour avoir soutenu l épiscopat …   Wikipédia en Français

  • Suavegothe de burgondie — Suavegotha de Burgondie est une reine franque, seconde épouse de Thierry Ier. Fille de saint Sigismond, roi des Burgondes, et de la princesse Ostrogotho (elle même fille de Théodoric le Grand), Suavegotha est connue pour avoir soutenu l épiscopat …   Wikipédia en Français