Brigade de sapeurs-pompiers de Paris


Brigade de sapeurs-pompiers de Paris
Brigade de sapeurs-pompiers de Paris
Logo de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris

Devise : « Sauver ou Périr »

Création 1811
Type Pompier
Siège Drapeau de la France Paris
Budget 323,7 millions d'euros (2005)
Effectifs 7 412 personnels (2005)
Commandant Général de brigade Gilles Glin
Affiliation(s) Armée de terre
Site Web www.bspp.fr
Brigade de sapeurs-pompiers de Paris au défilé du 14 juillet 2003
Échelle pivotante automatique en intervention
Casque des pompiers de Paris des années 1940
Brigade des sapeurs-pompiers de Paris lors du défilé du 14 juillet 2008 (sur les Champs-Élysées (Paris)). Le colonel Malie, commandant le 2e groupement d'incendie, défile en tête

La Brigade de sapeurs pompiers de Paris (BSPP) est une unité de génie de l'armée de terre française mise à disposition de la Préfecture de police de Paris (ministère de l'Intérieur), commandée par le général de brigade Gilles Glin. (depuis le 1er août 2011). Comme le Bataillon de marins pompiers de Marseille (BMPM), c'est une formation militaire de sécurité civile chargée des missions dévolues aux pompiers, principalement : lutte contre l'incendie, prévention, secours à personne et sauvetages et interventions techniques et diverses.

Elle intervient pour l'agglomération parisienne, dans Paris et dans ses trois départements limitrophes (appelé communément : « Petite couronne ») : Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne. La devise de la BSPP est « Sauver ou périr ».

La BSPP comprenait 7 412 sapeurs-pompiers en 2005, dont 306 officiers, 1 359 sous-officiers et 5 747 militaires du rang, soit environ 114 pompiers pour 100 000 habitants. La moyenne nationale est de 382 pompiers pour 100 000 habitants, mais la zone couverte par la BSPP est très petite et permet donc des temps d'interventions courts avec un effectif réduit : on compte 9,2 pompiers par km2 dans la zone BSPP, contre 0,34 en moyenne en France. Avec 7 412 sapeurs-pompiers, la BSPP est le troisième service de pompiers au monde derrière Tōkyō (17 000) et New York (16 000) et devant Londres (7 000)[réf. nécessaire].

Le budget annuel était de 323,7 millions d'euros en 2005, dont 78,2 % de soldes (rémunération et Cotisations sociales), 10,5 % de matériel, 8,8 % d'investissement immobilier et 2,5 % de loyers et charges. Les contributeurs à ce budget sont les départements (29 %), la ville de Paris (26 %), le ministère de l'Intérieur (24 %) et les autres communes (21 %)[réf. nécessaire].

La BSPP est régie actuellement par les articles R.3222-13 à R.3222-18 du code de la défense.

Sommaire

Histoire

Pendant longtemps, la lutte contre l'incendie a été à la charge des habitants eux-mêmes ou bien des corps non spécialisés ; cette tâche fut donc confiée successivement au guet royal, au guet bourgeois, aux magistrats communaux. Les anciennes ordonnances de police de 1371, 1395 et 1400 imposaient aux propriétaires d'avoir en permanence un muid d'eau près de leur porte, mais ne donnaient aucune indication quant aux dispositions à adopter en cas d'incendie.

En 1524, le parlement de Paris ordonna que des habitants soient commandés chaque soir par le prévôt des marchands de Paris pour constituer le guet de nuit, que soient constituées des provisions d'eau dans chaque maison, et que des lanternes allumées soient mises aux fenêtres (premier éclairage public à Paris).

Le 7 mars 1670, une ordonnance de police imposa la présence au feu des corporations du bâtiment.

Le 31 juillet 1681, nombre de seaux et crocs fut distribués dans Paris et ses faubourgs, et déposés dans les couvents, chez les échevins, et chez les notables. Un dépôt central était situé à l'hôtel de ville, avec des dépôts secondaires indiqués aux habitants. Mais finalement, il n'y avait guère que les membres des communautés religieuses et des corporations du bâtiment aptes à intervenir, auxquels Louis XIV ajouta alors les Gardes suisses et françaises qui devaient « se porter à l'incendie à la première alerte ».

À cette époque, il y avait alors obligation de maintenir en bon état les puits et puisards, ainsi que tous les moyens de puisage. Cependant, les résultats n'étant pas ceux espérés, en 1699, pour remédier à cette situation, François Dumouriez du Perrier se fit accorder par privilège royal et pour trente ans la construction et la fourniture exclusive des pompes à incendie nouvelles avec boyaux de cuirs[1].

En 1715, François Dumouriez du Perrier est nommé par Louis XIV au poste de directeur général des Pompes publiques pour remédier aux incendies, sans que le Public soit tenu de rien payer. Il devient le premier pompier professionnel de France.

En 1719, 17 pompes publiques sont réparties dans cinq quartiers de Paris, entretenues et manipulées par une quarantaine de gardiens et sous-gardiens[2], les premiers pompiers de Paris. Ils ne sont pas encore professionnels :

  • trois pompes dans le couvent des Augustins, tenues par Duhamel (serrurier), Herbain (potier), Quenet (menuisier), Laisné (cordonnier), Duhamel (menuisier), Monneton (serrurier), Corbonnot (serrurier) et Legrand (cordonnier) ;
  • trois pompes dans le couvent des Carmes, tenues par de La Potte (cordonnier), Pelletier (menuisier), Saintbon (menuisier), Pelletier (serrurier), Carel (menuisier), Baumail dit Montauban (cordonnier), Pied, et Jean (relieur) ;
  • trois pompes dans le couvent de la Mercy, tenues par Paris (cordonnier), Granger et Granger (cordonniers), Blanvillain (menuisier), Pilon (cordonnier), Vlu (cordonnier), Champion (tapissier) et Fendoré (cordonnier) ;
  • trois pompes aux petits Pères, tenues par Robert (cordonnier), Ferrand, Thibou (serrurier), Le Bret (maître brodeur), Lacour (cordonnier), Masson, Couillard, Compagnon (maître brodeur)
  • quatre à l’hôtel de ville ;

En 1722, Louis XV fonde la Compagnie des Gardes des Pompes du Roy, toujours sous la direction de Dumouriez.

Huit brigades sont créées aux Augustins, aux Carmes, à La Mercy, aux Petits Pères, à La Trinité, aux Jésuites, à l'Oratoire, et aux Capucins. Les pompes sont réparties dans 21 dépôts. Chaque brigade est composée de sept hommes : un inspecteur, un brigadier, un sous-brigadier, deux gardes, et deux sous-gardes. Ils ne sont pas encore des professionnels du feu puisqu'ils exercent toujours leur métier de base (cordonniers, menuisiers, etc.) Dumouriez est secondé par son frère, lieutenant. En outre, quatre hommes sont nommés pour servir de Haut le pied (ou Avertisseurs). La première compagnie de pompiers de Paris comportait alors 62 hommes[3].

Dumouriez dirige la compagnie jusqu’à sa mort. Son fils lui succède.

En février 1810, un corps de garde du palais de Saint-Cloud, en surchauffant un poêle, met le feu au salon de la résidence de Napoléon Ier qui est présent cette nuit là. Bien que le feu soit rapidement circonscrit, l'Empereur décide de créer une garde de nuit spéciale à toutes les résidences impériales, garde composée de sapeurs du Génie et transformée le 16 juillet 1810 en compagnie de sapeurs du génie de la Garde impériale[4]. À la suite de l'incendie de l’ambassade d’Autriche qui cause la mort d'une centaine de convives le 1er juillet 1810, l'Empereur charge le ministre de l'Intérieur et Étienne-Denis Pasquier, préfet de police, de trouver une nouvelle organisation pour remplacer le corps des gardes pompiers. La proposition d’une formation militaire est retenue et officialisée par décret impérial du 18 septembre 1811 qui crée le Bataillon de sapeurs-pompiers de Paris.

Le Bataillon devient Régiment de sapeurs-pompiers de Paris par décret impérial le 5 décembre 1866[5] tandis que sa zone d'action est étendue à tout le département de la Seine.

Pendant la Première Guerre mondiale, trente pompiers de Paris et deux pompes sont arrivés à Reims début mars 1915 pour combattre les incendies causés par les bombardements [6],[7].

Dans la nuit du 5 au 6 juin 1915, à Vauquois, un accident implique une équipe de sapeurs pompiers de la brigade de Paris, formant la compagnie « engins spéciaux » 22/6 du 1er régiment du génie[8] au camp de Satory, venus en renfort avec un matériel d'un usage nouveau, les appareils Schilt, mais d'une efficacité impressionnante. Elle projette au moyen, de lances sur les lignes allemandes environ 3 000 l d'un mélange d'un liquide composé de 30 % de pétrole et 70 % d'huile légère de houille contenu dans des récipients sous pression, mélange enflammé au moyen de grenades incendiaires. Cette émission de liquide enflammé avait pour but d'aider à prononcer une attaque à hauteur des vestiges de l'église du village. L'effet de souffle produit par l'explosion d'un dépôt de munitions allemand, touché par ce mélange, rabat le liquide enflammé sur les lignes françaises. Les victimes se comptent parmi les sapeurs pompiers et les hommes du 3e bataillon du 31e RI, présents dans les tranchées[9]. Par extension, les compagnies du génie spécialement équipées de ce type de matériel seront ensuite dénommées « compagnies Schilt ». Le drapeau des sapeurs pompiers de Paris porte l'inscription Vauquois.

En 1940,si une partie des effectifs continue son service à Paris et dans la Seine,une autre prend part aux combats qui la conduisent jusqu'à la Loire.Le gouvernement décide de démilitariser le régiment afin qu'il puisse continuer à exercer sa mission dans le futur Paris occupé. Lors de l'armistice, les pompiers de Paris démilitarisés ne sont donc pas pris en compte dans les effectifs restreints de l'armée d'armistice.

Le 25 août 1944, les pompiers de Paris furent les premiers à hisser le drapeau tricolore dans la capitale au sommet de la tour Eiffel.

Le régiment qui était jusqu'alors un régiment de l'arme d'infanterie est transféré à l'arme du génie par décret N° 65-265 du 2 avril 1965[10].

La loi du 10 juillet 1964 organise la disparition des départements de la Seine et de la Seine-et-Oise au profit de Paris, de la Petite couronne et de la Grande couronne. La zone d'action du régiment couvrira Paris et la Petite Couronne à partit du 1er janvier 1968, s'étendant bien au delà de l'ancienne Seine (43 communes supplémentaires). Ses effectifs s'accroissent en conséquence et il prend le nom de Brigade de sapeurs-pompiers de Paris le 1er mars 1967 en vertu du décret no 67-155 du 28 février 1967[11].

Drapeau

Le drapeau a été remis à la Brigade le 14 juillet 1880. Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes : Vauquois...

Inscrit à l'avers :
RÉPUBLIQUE FRANÇAISE - SAPEURS-POMPIERS DE PARIS
Et sur le revers :
HONNEUR ET PATRIE - DÉVOUEMENT ET DISCIPLINE

Décorations

Legion Honneur Chevalier ribbon.svg

Devise

Si la devise des sapeurs pompiers français est « Courage et dévouement », celle des sapeurs pompiers de Paris est « Sauver ou périr »[réf. nécessaire].

Organisation opérationnelle

Le général de division Bernard Périco commande la BSPP en 2006.

La BSPP comprend 81 casernes dont 77 centres de secours, et est organisée en trois groupements d'incendie, chacun étant commandé par un officier supérieur du grade de colonel ou lieutenant-colonel :

  • premier groupement d'incendie : Nord-Est de Paris et Seine-Saint-Denis (le poste de commandement est implanté à Montmartre). Ce groupement comptait 1 792 sapeurs-pompiers en 2005.
  • deuxième groupement d'incendie : Sud-Est de Paris et Val-de-Marne (PC Masséna, XIIIe arrondissement). Ce groupement comptait 1 807 sapeurs-pompiers en 2005.
  • troisième groupement d'incendie : Ouest de Paris et Hauts-de-Seine (PC Courbevoie-La Défense). Ce groupement compte un peu moins de 2 000 sapeurs-pompiers.

Chaque groupement d'incendie est composé de huit compagnies d'incendie et d'un service médical, chaque compagnie comprenant entre 2 et 4 centres de secours. Il y a également :

  • le GDS : Groupement Des Soutiens, qui comprend six compagnies : Compagnie Quartier-Général (29ème Cie), Compagnie Hors-Rang (30ème Cie), Compagnie Des Soutiens n°1 (32ème Cie), Compagnie de Soutien Médicale (33ème Cie), Compagnie des Soutiens n°2 (34ème Cie) et la Compagnie de Commandement et de Transmission (37ème Cie) ainsi que les cinq Unités Elémentaires Spécialisées (Lacq-Artix (35ème Cie), Biscarrosse (36ème Cie), Kourou (39ème Cie), le Louvre (43ème Cie), Bibliothèque nationale de France (41ème Cie)).

Ce groupement est implanté sur de multiples sites du secteur de la brigade notamment Champerret, Pouchet, Gennevilliers-Port, Port Royal, Voluceau, Masséna. Chacun de ces sites ayant une vocation de soutien administratif, opérationnel et logistique.

  • Le GDA : Groupement des Appuis sera crée en juin 2011, aura a charge la gestion des UES et de toutes les fonctions appuis de la BSPP (SIS, NRBC, Cyno, SDE, GREP, ELD, etc...).

La BSPP assure également par convention la protection de sites spécifiques extérieurs à son secteur de compétence territoriale. Il s'agit de compagnies d'incendie spécialisées. Chacune de ces unités élémentaires spécialisées (UES) est commandée par un capitaine :

Par ailleurs, étant donné leur statut militaire, des pompiers de la BSPP peuvent être désignés pour des opérations extérieures : c'est notamment le cas au titre de la FINUL au Liban[12].

Casernes par groupement d'incendie et par compagnie

Voici la liste des centres de secours, classés par groupement et par compagnie. Pour chaque compagnie le poste de commandement (PC) en gras. L'état-major de groupement est en gras-italique.

1er groupement d'incendie
7e Cie 9e Cie 10e Cie 12e Cie 13e Cie 14e Cie 24e Cie 25e Cie 26e Cie
Blanche
Saint-Honoré
Montmartre
Boursault
Clichy-la-Garenne
Saint-Ouen
Château-Landon
Bitche
Pantin
Ménilmontant
Charonne
Aulnay-sous-Bois
Le Blanc-Mesnil
Drancy
Clichy-sous-Bois
Bondy
Livry-Gargan
Montreuil
Neuilly-sur-Marne
Villemomble
Tremblay-en-France
CTA Roissy
Saint-Denis
Aubervilliers
La Courneuve
Pierrefitte
2e groupement d'incendie
1re Cie 2e Cie 8e Cie 11e Cie 15e Cie 17e Cie 22e Cie 23e Cie
Chaligny
Nativité
Vincennes
Massena
Ivry-sur-Seine
Poissy
Rousseau
Château d'eau
Sevigné
Parmentier
Champigny
Nogent-sur-Marne
Noisy-le-Grand
Créteil
Joinville-le-Pont
Maisons-Alfort
Villeneuve St G.
Rungis
Choisy-le-Roi
Villejuif
Vitry-sur-Seine
Saint-Maur
Sucy-en-Brie
Villecresnes
3e groupement d'incendie
3e Cie 4e Cie 5e Cie 6e Cie 16e Cie 21e Cie 27e Cie 28e Cie
Port-Royal
Montrouge
Plaisance
Colombier
Malar
Champerret
Dauphine
Levallois-Perret
Grenelle
Auteuil, Paris 16e

Issy-les-Moulineaux

Boulogne-Billancourt
Meudon
Saint-Cloud
Sèvres
Le Plessis-Clamart
Antony
Bourg-la-Reine
Clamart
Gennevilliers
Asnières
Colombes
Puteaux
Courbevoie
Nanterre
Rueil-Malmaison

Sélection et instruction

Caserne Nativité, place Lachambeaudie dans le 12e arr..

Pour les personnels intervenants (militaires du rang), il s'agit d'un engagement initial de cinq ans ou d'un volontariat de l'armée de terre (VDAT, à ne pas confondre avec les pompiers civils « volontaires ») de un an renouvelable. Il faut être de nationalité française, âgé entre 18 et 25 ans, avoir un casier judiciaire vierge et être titulaire au minimum d'un diplôme national du brevet. La sélection comporte trois jours de tests sportifs, tests psychomoteurs, entretien de motivation ainsi qu'une visite médicale (mesurer entre 1,60 et 1,96 m).

L'instruction se fait au Groupement formation instruction (GFI), au fort de Villeneuve-Saint-Georges. La première période se déroule sur deux mois, avec la formation en secourisme (PSE1 et PSE2 + modules spécifiques), et la formation militaire de base (par exemple le tir).

Puis, le sapeur fait un stage de deux mois en compagnie d'incendie où il assure des interventions de secours à victime (VSAV) et des opérations diverses. Il profite de cette phase pour se perfectionner et préparer la suite de sa formation.

Le sapeur revient au Groupement formation instruction pour sa formation incendie et sauvetage de deux mois. Il retourne ensuite dans sa compagnie d'affectation et peut alors participer à tous les types d'interventions.

Depuis mars 2005, la brigade est dotée d'une section de jeunes sapeurs pompiers. Cette formation dure quatre ans. Elle est ouverte aux jeunes habitants d'Île-de-France (75, 92, 93, 94) ayant 14 ans minimum et 18 ans maximum. Un bon niveau sportif est requis. Le brevet de JSP sanctionne cette formation. Au programme de l'instruction il y a du sport, des manœuvres incendie, du secourisme, de l'instruction civique et de l'instruction militaire. La formation est composée de 60 samedis après-midi sur deux ans (soit 30 par an). Pour faire acte de candidature, on peut se rendre sur la site du BSPP, rubrique « cadets de la BSPP ».

Interventions

[(fr) Bilan statistique de l'activité opérationnelle 2008]

En 2005, la BSPP a réalisé 1 171 interventions par jour :

  • 1er groupement d'incendie : 159 136 interventions dont 10 289 incendies ;
  • 2e groupement d'incendie : 128 419 interventions dont 5 532 incendies ;
  • 3e groupement d'incendie : 139 948 interventions dont 4 838 incendies.

Paris ayant plus de 2 millions d'habitants, et chaque département en ayant environ 1,3 million, il y a au total 6,16 millions d'habitants dans la zone couverte par la BSPP (1999). Cela représente :

  • par jour : 19 interventions pour 100 000 habitants ;
  • par an : 7 300 interventions pour 100 000 habitants (contre 6 000 interventions par habitant sur toute la France), dont 331 incendies pour 100 000 habitants ;
  • par sapeur-pompier : 64 interventions par an (contre 16 en France).

Ces chiffres sont à relativiser, du fait qu'une intervention nécessite entre trois et plusieurs dizaines de personnes. Par ailleurs, les effectifs prennent en compte les personnels administratifs, de formation, d'encadrement et de logistique, qui eux n'interviennent pas. Un sapeur en compagnie d'incendie fait donc en réalité plus d'interventions.

De manière détaillée :

Interventions de la BSPP
Nature de l'intervention 2002 2003 2004 2008
Fausses alertes 10 135 13 777 17 158 15 281
Incendies 18 850 18 347 16 062 17 778
Accidents de circulation 27 584 23 837 23 003 25 690
Secours à victimes 280 394 286 690 280 815 342 546
Assistances à personnes 16 559 16 379 16 098 21 914
Faits d'animaux 2 224 2 135 2 457 2 230
Eau-gaz-électricité 21 882 22 538 20 069 15 613
Protection des biens 4 583 3 958 4 562 2 793
Pollution 79 98 96 95
Reconnaissances-recherches 44 172 40 699 35 548 35 678
Totaux 426 402 428 458 415 868 479 618
Par jour 1 168 1 174 1 136 1 310

Jumelage

Depuis le 13 juillet 2002, la brigade de sapeurs-pompiers de Paris est jumelée avec le New York City Fire Department (FDNY)[13].

Annexes

Articles connexes

Notes, sources et références

  1. Chef de Bataillon A. Arnaud, Pompiers de Paris, France Sélection, Paris, 1958
  2. Almanach royal pour l'an 1719, publié par Laurent d’Houry, Paris, 1719
  3. Almanach royal pour l’an 1728, publié par la Veuve d’Houry, Paris, 1728. La liste des Pompes du Roy est absente de l’Almanach royal entre 1721 et 1727.
  4. L’artillerie et le génie de la Garde Impériale
  5. LCL Aristide Arnaud (E.R.), Pompiers de Paris, France Sélection, page 112 édition de 1985
  6. Paul Hess, La Vie à Reims pendant la guerre de 1914-1918, Anthropos 1998, p. 272
  7. Décret du 4 juillet 1919, attribution de la croix de chevalier de la Légion d’honneur à la compagnie des sapeurs-pompiers de Reims
  8. La Butte meurtrie, Vauquois, p. 202-203
  9. JMO du Génie du 5e corps d'armée (France)
  10. LCL Aristide Arnaud (E.R.), Pompiers de Paris, France Sélection, page 556 édition de 1985
  11. LCL Aristide Arnaud (E.R.),Pompiers de Paris, France Sélection, page 585 édition de 1985
  12. http://www.defense.gouv.fr/ema/operations_exterieures/liban/breves/04_08_09_liban_intervention_de_la_bspp_sur_un_incendie
  13. Site officiel : www.nyc.gov/fdny

Bibliographie

  • Allô Dix-Huit, Association pour le développement des œuvres sociales des sapeurs-pompiers de Paris, brigade des sapeurs-pompiers, Paris, mensuel (ISSN 0983-3889)
  • Aristide Arnaud, Pompiers de Paris : des origines à nos jours, Paris, France-Sélection, 1985 (ISBN 2-85266-008-3)
  • Philippe Cart-Tanneur et Catherine Pugeault, Sapeurs-pompiers de Paris : la brigade, Massin, Paris, 2001
  • Demory (Jean-Claude), "Les Sapeurs-Pompiers de Paris dans la Grande Guerre", in 14-18 Magazine, no 7, avril-mai 2002.
  • Didier Rolland, Sapeurs pompiers de Paris : culture et traditions, Atlante, Saint-Cloud, 2005 (ISBN 2-912671-21-3)
  • Ludovic Roubaudi, Le 18, Le Dilettante, Paris, 2004, (ISBN 2-84263-092-0)

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Brigade de sapeurs-pompiers de Paris de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Brigade De Sapeurs-pompiers De Paris — Brigade de sapeurs pompiers de Paris, défilé du 14 juillet …   Wikipédia en Français

  • Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris — Brigade de sapeurs pompiers de Paris, défilé du 14 juillet …   Wikipédia en Français

  • Brigade de sapeurs-pompiers de paris — Brigade de sapeurs pompiers de Paris, défilé du 14 juillet …   Wikipédia en Français

  • Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris — Brigade de sapeurs pompiers de Paris Brigade de sapeurs pompiers de Paris, défilé du 14 juillet …   Wikipédia en Français

  • Brigade des sapeurs-pompiers de Paris — Brigade de sapeurs pompiers de Paris Brigade de sapeurs pompiers de Paris, défilé du 14 juillet …   Wikipédia en Français

  • Brigade des sapeurs-pompiers de Paris — ● Brigade des sapeurs pompiers de Paris corps de sapeurs pompiers militaires chargé des secours et de la lutte contre l incendie à Paris, dans les Hauts de Seine, la Seine Saint Denis et le Val de Marne. (Les pompiers de Paris ont été créés par… …   Encyclopédie Universelle

  • Brigade de sapeurs-pompiers de Paris — Pariser Feuerwehr im Einsatz Die Brigade de sapeurs pompiers de Paris (BSPP) ist die Pariser Feuerwehr. Sie ist eine Pioniereinheit des französischen Heeres, die dem Polizeipräfekten von Paris und damit dem Innenministerium unterstellt ist. Ihre… …   Deutsch Wikipedia

  • Musique de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris — La Musique de la Brigade de sapeurs pompiers de Paris appartient à la Brigade de sapeurs pompiers de Paris (BSPP) et est mise pour emploi aux ordres du Préfet de police de Paris. La Musique de la Brigade de sapeurs pompiers de Paris est un… …   Wikipédia en Français

  • Musique de la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris — La Musique de la Brigade de Sapeurs Pompiers de Paris appartient à la Brigade de Sapeurs Pompiers de Paris (BSPP) et est mise pour emploi aux ordres du Préfet de Police de Paris. La Musique de la Brigade de Sapeurs Pompiers de Paris est un… …   Wikipédia en Français

  • Pompiers de Paris — Brigade de sapeurs pompiers de Paris Brigade de sapeurs pompiers de Paris, défilé du 14 juillet …   Wikipédia en Français