Boson V De Provence


Boson V De Provence

Boson V de Provence

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boson (homonymie).
Le roi Boson et saint Étienne, fragment des fresques de l'abbaye de Charlieu, XIIe siècle.

Boson V de Provence[1] (né v. 844 - mort le 11 janvier 887) fut un grand seigneur féodal français du IXe siècle. Fils de Bivin de Gorze, il épouse en 876 Ermengarde, fille de l'empereur Louis II le Jeune.

Sa sœur Richilde d'Ardennes fut la concubine et la seconde épouse (870) du roi des Francs Charles II le Chauve, lequel accorda à son nouveau beau-frère l'abbaye de Saint-Maurice d'Agaune, qui avait été détenue par son oncle maternel Hucbert.

Sommaire

Biographie

Un proche de Charles le Chauve

À l'automne 870, Boson est l'exécuteur testamentaire du duc Girart de Roussillon, en compagnie du marquis Bernard de Gothie et du comte Eudes d'Orléans. Charles le Chauve lui confie l'administration du comté de Troyes. En janvier 871, Charles II le Chauve le nomme gouverneur (duc) du Lyonnais et du Viennois (Bourgogne Cisjurane), en succession de Girart de Roussillon. En 872, Charles le Chauve le nomme conseiller et chambrier de son fils Louis le Bègue (son neveu), roi d'Aquitaine depuis 867. Boson reçoit aussi le comté du Berry. et les fonctions du comte Gérard d'Auvergne (fils de Gérard d'Auvergne mort en 841 lors de la bataille de Fontenoy-en-Puisaye), déposé par le roi.

En 875, à la mort de l'empereur Louis II le Jeune, Boson accompagne le roi Charles le Chauve qui part en Italie pour recevoir le titre d'empereur du pape Jean VIII. Le nouvel empereur, Charles, nomme son beau-frère, duc en Italie, et duc de Provence. En février 876, à Pavie, Charles le Chauve avant de repartir pour le royaume de France, nomme Boson vice-roi du royaume d'Italie. Cette même année il épouse Ermengarde, la fille unique de l'empereur décédé Louis II le Jeune.

En mars 877, Boson V retourne en France, rappelé par Charles le Chauve. Ce dernier confie alors le royaume d'Italie et le duché de Provence à Hugues l'Abbé, fils de Conrad Ier de Bourgogne et neveu de l’impératrice Judith de Bavière, épouse de l'empereur Louis le Pieux. Charles le Chauve a soin d'associer Richard le Justicier, frère de Boson à Hugues[2]. Cette même année, à la mort de son oncle, le comte Ecchard, Boson reçoit le comté de Mâcon et le comté de Chalon. Avec ses deux nouveaux fiefs, Boson est désormais possesseur de la quasi-totalité de la vallée du Rhône (Viennois et Lyonnais), de la vallée de la Saône (Mâconnais et Chalonnais) et de la Provence. De plus, Charles le Chauve, avant sa mort, signe le capitulaire de Quierzy, qui rend hériditaire les charges comtales, ce qui est le véritable acte de naissance de la féodalité.

Les premières tentations

À la mort du roi Charles le Chauve, son fils Louis II le Bègue lui succède à la tête du royaume des Francs.

Boson, ayant désapprouvé la seconde campagne menée en Italie par le roi Charles en 877, et conspiré lui avec d'autres grands du royaume. Après la mort de Charles, ces nobles obligent le fils de Charles à confirmer leurs droits et privilèges.

En mai 878, le pape Jean VIII menacé par les Sarrasins et des nobles italiens, vient se réfugier à Arles auprès du duc Boson et de sa femme Ermengarde. Celui-ci l'accompagne à Troyes où est organisé un grand concile pour statuer sur les troubles dans l'empire et notamment la révolte de Bernard de Gothie et les ambitions du bâtard Hugues qui veut reconquérir la Lotharingie. Le pape propose à Louis le Bègue de l'accompagner à Rome où il pourra le couronner empereur, mais le roi déjà très malade, et craignant de mourir en route, se voit obligé de refuser cet honneur. Boson, toujours vice-roi d'Italie, passe un accord secret avec le pape, et le raccompagne dans le but de se faire reconnaître roi d'Italie, mais la manœuvre échoue devant la mauvaise volonté des évêques et des grands seigneurs italiens. Boson revient furieux de cet échec.

Le 10 avril 879, le roi Louis II le Bègue meurt à Compiègne, son fils Louis III lui succède en Neustrie et Austrasie, alors que son frère Carloman II récupère l'Aquitaine et la Bourgogne. Cette même année, Boson agrandit ses possessions en y ajoutant le comté d'Autun.

Ses titres et ses possessions en 879

La restauration du royaume de Burgondie

Le coup d'état

Dès la mort de Louis II le Bègue, les droits de succession de ses fils Louis III et Carloman II sont sérieusement contestés. Le 15 octobre 879, des grands ecclésiastiques et seigneurs se réunissent en concile au château de Mantaille, (entre Anneyron et Châteauneuf-de-Galaure dans la Drôme) afin de choisir l'homme le plus apte à protéger l'Église et le pays. Ils choisissent Boson comme roi et décident de la restauration du royaume de Burgondie constitué des vastes possessions de Boson, mais aussi des diocèses des religieux – six archevêques et dix-sept évêques – présents (Aix, Arles, Autun, Avignon, Beaune, Besançon, Chalon, Dijon, Genève, Grenoble, Langres, Lausanne, Lyon, Macon, Marseille, Tarentaise, Tonnerre, Troyes, Valence, Vienne)[3].

Le 15 octobre 879, Boson devient donc roi du royaume restauré de Burgondie (incluant la Provence). Il est couronné quelques jours plus tard à Lyon, par Aurélien, l'archevêque de cette ville. Il installe sa capitale à Vienne, ancienne capitale de la Gaule romaine, et se dote d'une chancellerie.

De façon surprenante, son ami, le pape Jean VIII qui lui propose la couronne d'Italie, avec l'idée d'en faire un empereur, et qui ne comprend pas qu'un seigneur de sa valeur fasse passer au premier plan ses intérêts privés, refuse cette élection et va même jusqu'à traiter Boson, de tyran et d'usurpateur. Cependant dès 879, la nouvelle administration du royaume se met en place comme l'attestent les nombreux actes concernant les comtés. En juillet 880, Boson, nomme un abbé de confiance, Gilon de Tournus', comme évêque de Langres.

La réaction carolingienne

Cependant, l'ambition dévoilée de Boson et son couronnement, ont pour effet de créer contre lui une nouvelle alliance des rois carolingiens Louis III de France, Carloman II et leurs cousins Charles III le Gros et Louis le Jeune, qui vont se rencontrer en juin 880 à Gondreville en Lorraine.

Fin 880, les troupes de l'alliance, après avoir repris Autun, Besançon, Chalon, Mâcon et Lyon, se trouvent devant Vienne. Boson se réfugie avec la plus grande partie de ses troupes dans les montagnes, laissant la défense de la ville sous le commandement de son épouse. Alors que Charles III le Gros est parti recueillir la couronne d'Italie, Louis III et Carloman II abandonnent le siège de la ville et permettent ainsi le retour de Boson dans sa capitale.

Charles III le Gros, nouvellement élu empereur d'Occident, fait reprendre la guerre dès le mois d'août 881. Les troupes du roi Carloman II entament à nouveau le siège de Vienne, mais apprenant la mort de son frère le roi Louis III, survenue le 5 août, il lève aussitôt le siège pour aller recueillir la succession. Cependant les troupes de l'empereur Charles III le Gros arrivent à leur tour et réussissent à prendre la ville qui est pillée et incendiée. Richard le Justicier , frère de Boson, prend sous sa protection sa belle-sœur et sa nièce Engelberge et les emmène à Autun. Boson se réfugie en Provence.

L'épilogue

En 884, à la mort de Carloman II, qui n'a pas de fils, l'empereur Charles III le Gros est appelé pour assurer la régence du royaume de France. Il propose à Boson de le reconnaître comme roi de Provence sous la simple condition d'un hommage au royaume des Francs.
Boson, sort honorablement de sa lutte contre les Carolingiens, et meurt le 10 janvier 887. Il est inhumé dans la cathédrale Saint-Maurice de Vienne.

À sa mort, son fils unique Louis est dans le plus tendre enfance. Sa deuxième épouse Ermengarde, secondée par Aurélien, l'archevêque de Lyon et Barnoin (ou Bernoin), l'évêque de Vienne, assure la régence du royaume de Provence. Son beau-frère, Richard II de Bourgogne dit Richard le Justicier qui a hérité des « honneurs » de Boson, n'hésite pas à se déclarer le protecteur naturel de son neveu Louis, et se saisit du gouvernement des états de Boson. L'empereur Charles III le Gros est le seul prince régnant en position de contester les droits de Louis à l'héritage paternel. Pour prévenir toute opposition de sa part, Ermengarde, se rend (en 887), auprès du monarque pour lui présenter Louis et implorer sa protection. Privé d'héritier légitime, Charles III le Gros comble les espérances de la reine. Il adopte Louis comme son fils, et lui confère le titre de roi ce qui lui permet de retourner régner en Provence sous la régence de sa mère.

Généalogie

Voir aussi Bosonides

Son père serait le bosonide Bivin de Vienne, mais certains historiens, bien que d'accord sur le fait que Richard le justicier, Boson V et Richilde d'Ardennes, soient frères et sœurs, pensent que leur père serait Théodoric de Vergy, Chambellan de Louis II le Bègue et tuteur de Louis III et Carloman.

   ┌─  (?-† v.855). comte en Italie.
┌─ Bivin de Vienne (822-877), abbé laïc de Gorze. 
│  └─ Engeltrude (?-?). 
│
Boson de Provence
│
│  ┌─ X
└─ X
   └─ X
Boson de Provence prit pour épouse :
 1) X dont le nom est resté inconnu et qu'il aurait empoisonnée.
 2) En 876 Ermengarde (cf. Carolingiens), fille unique de l'empereur Louis II le Jeune.
 │
 │
 ├─De 1 Willa de Provence (v. 873 -† av. 924), épouse de Rodolphe Ier de Bourgogne, 
 │      puis de Hugues d'Arles (v.882-† 947) 
 │
 │
 ├─De 2 Engelberge (?-?). Elles est fiancée le 11 septembre 878 à Carloman II de France.
 │      ép. Guillaume dit le Pieux 
 │
 ├─De 2 Ermengarde († ap.924). 
 │       ép. Manassès Ier de Chalon (v.875-918), comte de Chalon, de Beaune, d'Auxois, 
 │       seigneur de Vergy et de Langres
 │
 └─De 2 Louis III l'Aveugle (v. 880-† ap.928), roi de Provence  (887-928), roi d'Italie (900), 
        empereur  d'Occident  (901-905).
        ép. Adéla, fille de Rodolphe II de Bourgogne[4] 
        Son surnom provient du fait qu'il a été aveuglé par Bérenger Ier, son rival à la tête 
        de l'empire.

Bibliographie

  • René Poupardin, Boson et le royaume de Provence (855-933 ?), impr. de E. Bertrand, Chalon-sur-Saône, 1899 
  • Pierre Riché, Les Carolingiens, une famille qui fit l'Europe, Hachette, coll. « Pluriel », Paris, 1983 (réimpr. 1997), 490 p. (ISBN 2-01-278851-3) 
  • Jean-Charles Volkmann, Bien connaître les généalogies des rois de France, Éditions Gisserot, 1999 (ISBN 2-877472086) 
  • Michel Mourre, Le Petit Mourre. Dictionnaire d'Histoire universelle, Éditions Bordas, avril 2007 (ISBN 978-2-04-732194-2) 

Notes et références

  1. Boson, roi de Provence sur le site FMG
  2. Maurice Chaume, Les origines du duché de Bourgogne, 1925, p. 272
  3. Il semblerait que le soutien ecclésiastique lui ait été chichement compté : en effet, seuls trois prélats, dont Rostaing archevêque d'Arles et l'archevêque de Vienne, sur vingt-trois (dont onze présents) ont soutenu cette prise de pouvoir ce qui souligne l'engagement fort, dès cette époque, de l'épiscopat arlésien auprès des princes bourguignons.
  4. F. Gingins-La-Sarra, Mémoires pour servir à l'histoire des royaumes de Provence et de Bourgogne Jurane, Lausanne (Suisse), 1851.
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail du Moyen Âge ancien Portail du Moyen Âge ancien
  • Portail de la Provence Portail de la Provence
Ce document provient de « Boson V de Provence ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Boson V De Provence de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Boson V de Provence — Pour les articles homonymes, voir Boson (homonymie). Le roi Boson et saint Étienne, fragment des fresques de l abbaye de Cha …   Wikipédia en Français

  • Boson v de provence — Pour les articles homonymes, voir Boson (homonymie). Le roi Boson et saint Étienne, fragment des fresques de l abbaye de Cha …   Wikipédia en Français

  • Boson (Homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Les bosons sont une famille de particules. Le boson de Higgs en est un type particulier. Boson et un jeu de stratégie guerrier en 3D et en temps réel pour …   Wikipédia en Français

  • Boson l'Ancien — (c.800 av.855) est le fondateur du lignage des Bosonides, dynastie de la noblesse franque ainsi nommée parce que plusieurs de ses membres se prénomment Boson. Les Bosonides constituent la première maison de Bourgogne Sommaire 1 Biographie 2… …   Wikipédia en Français

  • Boson de Provence — Pour les articles homonymes, voir Boson (homonymie). Le roi Boson et saint Étienne, fragment des fresques de l abbaye de Charlieu, XIIe …   Wikipédia en Français

  • Boson II d'Arles —  Pour l’article homonyme, voir Boson II.  Boson II (c.910 †968) appelé aussi Boson VII de Provence, comte d’Arles, d’Avignon et de Provence (949 968) Son origine est controversée, même si sa vie est relativement bien connue. Sommaire 1… …   Wikipédia en Français

  • Boson Ier —  Pour l’article homonyme, voir Boson Ier de la Marche.  Boson Ier dit aussi Boson (895 935) est le fils de Richard II de Bourgogne dit Richard le Justicier, duc de Bourgogne et d Adélaïde. Il est le neveu, de Rodolphe Ier de Bourgogne,… …   Wikipédia en Français

  • Boson d'Arles — Pour les articles homonymes, voir Boson (homonymie). Croix des Bosonides Boson d Arles (885 † 936) dit aussi Boson VI de Provence, Comte d Avignon et Vaisin (911 931), comte d Arles ( …   Wikipédia en Français

  • Provence — Pour les articles homonymes, voir Provence (homonymie).  Ne doit pas être confondu avec Province …   Wikipédia en Français

  • Boson (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Les bosons sont une famille de particules de matière. Le boson de Higgs en est un type particulier. Les bosons présentent des comportements collectifs… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.