Bombardement De Tōkyō


Bombardement De Tōkyō

Bombardement de Tōkyō

Tokyo 1945-3-10-1.jpg
Restes carbonisés de civils Japonais après un bombardement au napalm. 100,000 civils ont été tués.
La mère portait l'enfant sur son dos, le dos lui-même n'a pas brûlé.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le bombardement stratégique des cibles sans valeur militaire directe est devenu une politique commune. En tant que capitale économique et politique de l'empire du Japon, Tōkyō était une cible évidente d'un assaut sur « la base du tissu économique et social du pays ». La ville fut donc visée par de multiples vagues de bombardements de l'aviation des États-Unis, dont les plus ravageurs eurent lieu de février à juin 1945, peu avant la défaite du Japon.

Sommaire

Premier raid

Le premier raid sur Tōkyō, dit le raid de Doolittle, eut lieu le 18 avril 1942, où seize bombardiers B-25 Mitchell lancés du porte-avions USS Hornet attaquèrent Yokohama et Tōkyō avec pour objectif de se replier sur des terrains d'aviation en zone libre de la République de Chine, alors envahie par le Japon. Lancées prématurément, ces incursions furent des « piqûres d'épingle » militaires mais elles constituèrent une victoire significative pour la propagande et incitèrent l'état-major japonais à lancer la bataille de Midway.

Aucun avion assaillant n'atteignit les terrains d'aviation prévus, soit ils s'écrasèrent, soit ils s'abîmèrent en mer, soit se posèrent en Union Soviétique. Deux équipages américains atterrirent en zone occupée sur le sol chinois et furent capturés par l'armée impériale japonaise après que celle-ci eut, en guise de représailles, massacré à l'été 1942 environ 250 000 civils des provinces du Zhejiang et du Jiangxi.

Multiplication des raids

À mesure que les troupes américaines se rapprochaient des côtes japonaises, l'US Army Air Forces put multiplier les raids et en augmenter leur intensité, d'autant plus que les nouveaux B-29 avaient un rayon d'action de 1 500 miles. Ces derniers ont de ce fait lâché 90 % des 147 000 tonnes de bombes reçues par le Japon.

Au début de l'année 1944, les escadrilles de B-29 décollaient d'Inde ou de Chine, puis, à partir d'octobre 1944, des îles Mariannes (dont Tinian, d'où partit Enola Gay lors de sa funeste mission sur Hiroshima). Le premier raid de B-29 sur le territoire du Japon eut lieu le 15 juin. Le 24 novembre 1944 eut lieu le premier raid venant de l'est en direction de Tōkyō, comprenant 88 bombardiers. Seulement 10 % des bombes, larguées à 30 000 pieds (10 000 mètres) d'altitude, atteignirent leur objectif.

La quantité de bombardements augmenta après l'arrivée de Curtis LeMay à la tête du 21e Bomber Command situé sur les îles Mariannes en janvier 1945. Les raids de B-29 eurent désormais lieu de nuit, à une altitude de 7 000 pieds (2 300 mètres) sur les principales agglomérations : Tōkyō, Nagoya, Ōsaka, et Kōbe. En dépit du succès limité des bombes incendiaires, LeMay était déterminé à employer de telles bombes contre les villes japonaises vulnérables. Les attaques sur des cibles stratégiques continuèrent de jour, à un rythme moins élevé.

Le premier raid avec des bombes incendiaires au napalm eut lieu sur Kōbe le 3 février 1945 et son « succès » encouragea l'Air Force à continuer dans cette direction. La défense anti-aérienne japonaise n'ayant presque plus les moyens de riposter, les bombardiers furent allégés de leur blindage et de leurs armes pour pouvoir transporter des bombes de plus en plus lourdes. Le premier raid de ce type sur la capitale eut lieu la nuit du 23 au 24 février avec 174 B-29.

Le raid qui eut lieu la nuit du 9 au 10 mars fut le plus meurtrier des bombardements de la Seconde Guerre mondiale, dépassant en nombre de victimes les bombardements d'Hambourg en juillet 1943 ou de Dresde en février 1945.

Cette nuit-là, 334 B-29 larguèrent 1 700 tonnes de bombes, détruisant environ 30 km2 et causant plus de 100 000 morts dans la tempête de feu.

Il y eut un troisième raid contre Tōkyō le 26 mai 1945.

L'emploi de bombes incendiaires n'était pas exclusif à l'encontre de Tōkyō, car des raids avec des bombes explosives avaient lieu régulièrement. Après la capture de l'île d'Okinawa, les États-Unis y placèrent une division aérienne, ce qui permit d'augmenter la quantité de bombardements de 13 800 tonnes en mars à 42 700 tonnes en juillet avec un objectif de 115 000 tonnes mensuelles.

Tōkyō n'a pas été retenue comme une cible de bombardement nucléaire même si la baie de Tokyo aurait pu faire l'objet d'une démonstration de force non mortelle pour impressionner la population locale et forcer le pays à capituler.

Conséquences des bombardements

Commons-logo.svg

Cette campagne de bombardements détruisit une grande partie de la vieille ville de Tōkyō (51 % environ), alors principalement construite en bois, du fait d'un grand incendie qui en résulta.


Liens externes


Opérations aériennes de la Seconde Guerre mondiale
La guerre aérienne en Europe

Bataille d'AngleterreBlitzOpération MondscheinsonateOpération ChastiseOpération Tidal WaveOpération GomorrheOpération JérichoBombardement de NurembergBombardement du 26 mai 1944Bombardement de DresdeAttaque aérienne sur Swinemünde


La guerre aérienne dans le Pacifique

Raid de Doolittle • Bombardements de TōkyōBombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki
Modifier
  • Portail du Japon Portail du Japon
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale Portail de la Seconde Guerre mondiale
Ce document provient de « Bombardement de T%C5%8Dky%C5%8D ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bombardement De Tōkyō de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bombardement de Tokyo — Restes carbonisés de civils Japonais après un bomb …   Wikipédia en Français

  • Bombardement de Tōkyō — Bombardement de Tōkyō …   Wikipédia en Français

  • Bombardement de tōkyō — Bombardement de Tōkyō …   Wikipédia en Français

  • Bombardement stratégique durant la Seconde guerre mondiale — B24 bombardant une raffinerie à Ploesti (Roumanie), le 1er août 1943 La Seconde Guerre mondiale fut marquée par d importants bombardements stratégiques impliquant toutes les nations belligérantes. Ces bombardements ont concerné des cibles… …   Wikipédia en Français

  • Bombardement Stratégique — Le bombardement stratégique a pour but d attaquer les structures de commandement politique et militaire d un ennemi, son complexe militaro industriel et son économie en détruisant ses mines, ses usines, ses infrastructures voire ses villes …   Wikipédia en Français

  • Bombardement strategique — Bombardement stratégique Le bombardement stratégique a pour but d attaquer les structures de commandement politique et militaire d un ennemi, son complexe militaro industriel et son économie en détruisant ses mines, ses usines, ses… …   Wikipédia en Français

  • Bombardement Du 26 Mai 1944 — Le bombardement du 26 mai 1944 est une opération militaire des alliés qui a eu lieu pendant la Seconde Guerre mondiale, dans le sud est et le centre est de la France. Sommaire 1 L opération 2 Les villes bombardées 2.1 Chambéry …   Wikipédia en Français

  • Bombardement de Kagoshima — Vue aérienne du bombardement de Kagoshima par la Royal Navy, le 25 août 1863. Informations générales Date 15 au 17 août 1863 …   Wikipédia en Français

  • Bombardement De Dresde — La ville de Dresde en 1900, surnommée la Florence de l Elbe Lors du bombardement de Dresde, qui eut lieu du 13 au 15 février 1945, la ville allemande de Dresde fut pratiquement entièrement détruite par la Royal Air Force britannique (RAF) et l… …   Wikipédia en Français

  • Bombardement de dresde — La ville de Dresde en 1900, surnommée la Florence de l Elbe Lors du bombardement de Dresde, qui eut lieu du 13 au 15 février 1945, la ville allemande de Dresde fut pratiquement entièrement détruite par la Royal Air Force britannique (RAF) et l… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.