Bolloré


Bolloré

Groupe Bolloré

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Famille Bolloré.
Logo de Bolloré

Logo de Bolloré
Création 1822
Siège social Puteaux, France
Direction Vincent Bolloré, Président & PDG
Activité(s) Transport
Logistique
Énergie
Papier
Médias
Télécommunications
Société mère Financière de l'Odet
Filiale(s) Bolloré telecom
Effectif 31 000[1]
Site Web http://www.bollore.com
Chiffre d'affaires 6,7 Mds Euro (2007)
Résultat net 322 Mio Euro (2007)

Le groupe Bolloré est un conglomérat français qui conduit les différentes activités des entreprises dont il détient tout ou partie du capital.

C'est une très ancienne entreprise familiale de près de deux cents ans qui est devenue, sous la direction de Vincent Bolloré, un groupe international. En 2004, le groupe figure parmi les deux cents premiers européens et les cinquante premiers français. En 2007, il réalise six milliards d'euros de chiffre d'affaires et emploie 6 000 personnes en France[2]. Il est un acteur puissant dans les secteurs économiques suivants : transport, logistique, distribution d'énergie. Il est aussi présent dans d'autres industries dont celle historique du papier, des médias et des télécommunications.

Le groupe est coté en bourse mais il est contrôlé majoritairement par la Compagnie financière de l'Odet.

Sommaire

Histoire

L'entreprise Bolloré est créée en 1822, à Ergué-Gabéric, près de Quimper.

170 ans dans le papier

À l'origine, il s'agit d'une entreprise familiale moyenne, spécialisée dans les papiers spéciaux dont le célèbre papier à cigarette OCB (Odet-Cascadec-Bolloré). Le groupe se diversifie dans les filtres. Une chanson fut écrite par Cathy Claret, "bollore", une ode au papier à cigarette qui deviendra célèbre grâce à la version de Raimundo Amador et B.B KING, "bollore te quita las penas"..."bollore pa toda la vida".

L'ère Vincent Bolloré

C'est l'arrivée de Vincent Bolloré, formé à la finance au sein de la Compagnie Financière Edmond de Rothschild, qui va faire prendre un tournant au groupe et lui donner une dimension internationale.

En 1991, il rachète le groupe Delmas-Vieljeux (transports maritimes, concessions portuaires), et un peu plus tard la Banque Rivaud. En quelques années, tout en conservant l'activité historique de l'entreprise familiale, les papiers spéciaux et papiers à cigarettes (Zig Zag, Job, OCB), Vincent Bolloré transforme le groupe en un conglomérat d'activités diverses : transports maritimes, terminaux portuaires et lignes ferroviaires en Afrique, plantations tropicales, films plastiques, commerce de cigarettes en Afrique francophone, distribution de produits pétroliers. Le groupe acquiert également de nombreuses participations minoritaires dans des domaines variés : Vallourec, Ingenico, Mediobanca, et des grandes banques d’affaires italiennes.

En 1997, le groupe lance une OPA hostile sur Bouygues dans le but probable de récupérer son activité de téléphonie mobile ou télévisuelle. L'OPA échoue, mais rapporte plus de 210 millions d'euros à Bolloré. Il lancera plus tard un raid sur Pathé dont il retirera 290 millions d'euros de plus value[2].

En 1998, le groupe céde les activités bancaires de Rivaud et conserve les plantations africaines.

En 2004, Vincent Bolloré cède le papier à cigarette et il se retire de Vallourec, leader mondial du tube sans soudure, avec un gain de 541 millions d'euros.

En 2005, il revend la compagnie maritime Delmas-Vieljeux à la CMA-CGM, mais conserve les activités portuaires.

Disposant de réserves financières conséquentes, le groupe Bolloré, déjà numéro un mondial des condensateurs, va alors investir dans les batteries et les voitures électriques avec la création de la société Batscap, constructeur de la Blue Car.

La France représente maintenant 55% du chiffre d'affaires de Bolloré et l'Afrique 19%[2].

L'entrée dans les secteurs des médias et des télécoms

Dès 2004, le groupe se développe dans les médias.

Il rentre en 2004 dans le groupe publicitaire Havas pour en détenir en 2007, 31%. Le groupe va acquérir 40% de la SFP[3] et lancer, en mars 2005, Direct 8, une chaîne de télévision sur la TNT. Le groupe s'est lancé aussi dans la presse gratuite avec Direct Soir puis, en 2007, avec Direct Matin en coopération avec le journal Le Monde.

Le 7 juillet 2006, le groupe a acquis 40% de l'institut de sondages CSA[4] et a remporté, avec sa filiale Bolloré telecom (détenue à 90% par le groupe Boloré et à 10% par Hub télécom), à l'issue d'un appel à candidature lancé le 6 août 2005, douze licences régionales WiMAX[5].

Activités en 2007

Une citerne de stockage de la filiale Bolloré Énergie

Industrie

Le groupe Bolloré est industriel. Il conçoit, fabrique et commercialise :

  • des films plastiques et de papiers minces, en particulier du papier mince pour l'édition, le film polypropylène et les films thermorétractables ; cette activité est le prolongement de l'activité historique de fabrication du papier ; elle nécessite la maîtrise de procédés industriels de haute précision,
  • des batteries de haute performance pour les véhicules électriques,
  • des bornes interactives, des bornes de péages et tout un éventail de terminaux et de systèmes de ce type.

Pininfarina SpA commercialisera sous son nom les voitures électriques vendues par le groupe Bolloré dans le cadre d'une co-entreprise : Pininfarina-Bolloré. Selon les capacités actuelles, Bolloré estime que 1 000 véhicules pourront être livrés à la mi-2009, 4 000 en 2010, 5 000 en 2011, 10 000 en 2012, et 15 000 les années suivantes.[18]

Transport et logistique

Le groupe Bolloré est une société de services de transport et de logistique qui assure :

  • la distribution de produits pétroliers en France,
  • le transport de marchandises en Afrique,
  • la logistique portuaire sur tous les continents.

SDV Logistique Internationale est une filiale du Groupe Bolloré. Elle est un organisateur de transport qui opère dans les cinq continents. SDV est le leader français du transport international, et le plus gros chargeur aérien agréé IATA. Au niveau européen, elle se situe en 5ème position. Le volume aérien traité en 2007 est de 510 000 tonnes. [19]

Plantations

Le groupe Bolloré est un groupe agricole qui cultive :

  • des palmiers à huile et des hévéas en Afrique et en Asie sur plus de 100 000 hectares,
  • des céréales aux États-Unis,
  • des vignes en France.

Médias, la production audiovisuelle et les télécommunications

Bolloré contrôle :

Flotte d'avions d'affaires

Le groupe Bolloré entretient une flotte d'avions d'affaires. Cette activité est connue du grand public pour certaines des pratiques de ses dirigeants :

  • en 2004, un actionnaire a porté plainte, ­en vain, pour un abus de biens sociaux visant l'usage, à titre privé, des avions du groupe Bolloré. En effet, les membres du conseil d'administration ne payaient que 2 103 euros l'heure de vol,
  • durant la semaine du 7 mai 2007, un jet privé de Vincent Bolloré, un Falcon 900EX (immatriculé F-HBOL), a transporté, aux frais du groupe, le nouveau président de la République française, élu le dimanche 6 mai 2007, Nicolas Sarkozy, et certains de ses proches, en direction de Malte, pour qu'ils y passent trois jours de vacances sur le yacht privé de 60 m de Vincent Bolloré, le Paloma[20].

Controverses sur les activités et le lobbying en Afrique

En 2009, une partie des affaires du groupe est réalisée sur le continent africain. Par le biais de diverses sociétés, il occupe une place déterminante dans les économies de Côte d’Ivoire, du Congo, du Gabon ou du Cameroun. Dans ce dernier pays, il contrôle en grande partie le port autonome de Douala, la CamRail (les chemins de fer) et des plantations de palmiers (la Socopalm).

Depuis la privatisation de la CamRail au profit du groupe, moins de trains circulent. La priorité semble être donnée au transport de fret des entreprises (notamment celles liées à l'exploitation du pétrole).[21] On apprend, au passage, que l'indemnisation des six-cent-trois employés prévue lors de la privatisation n'a pas été respectée.

Les trains de la CamRail mènent au port de Douala. L'ancien directeur général du port s'est opposé à la privatisation de l'activité de dragage des pieds de quais. En effet, le port a fourni son personnel et son matériel pour ensuite se retrouver facturé par Bolloré. L'ancien directeur général du port a été licencié.

Ailleurs dans le pays, le groupe est actionnaire minoritaire de la Socapalm où les employés affectés à la cueillette touchent 50 euros par mois.[22]

Enfin, Bolloré soutient la fondation de l'épouse du chef de l'État, madame Chantal Biya, mais aussi une radio tenue par un prêtre proche du pouvoir.[23]

Participations financières

Direction de l'entreprise

Conseil de surveillance :

Comité exécutif :

Comité stratégique : Antoine Veil (président), Michel Giraud, Jean Glavany, Alain Minc, Philippe Pontet[26]

Données financières

Données financières en millions d'euro
Années 2003 2004 2005
Chiffre d'affaires 4 517 4 620 5 980
Résultat d'exploitation 118 34
Résultat net part du groupe 123 00 640
Fonds propres 833 850 e000
Dettes financières 243 308 e000

Données boursières

En 2006

Données boursières au 1er janvier
Années 2004 2005 2006
Nombre d'actions cotées en millions 00 7,558 00
Capitalisation boursière en millions d'euros 00 3 000 00
Nombre de transactions quotidiennes 00 70 00

Actionnariat

Le montage financier a évolué au cours de l'histoire du groupe. L'un des mouvements majeur a été, en 2006, la fusion des activités de Bolloré Investissement au sein du groupe et la disparition de cette société. Avant cette fusion, la Financière de l'Odet détenait le groupe Bolloré par l'intermédiaire de sa participation dans Bolloré Investissement, elle même actionnaire à plus de 90% du groupe Bolloré. Depuis la fusion, la Financière de l'Odet détient le groupe Bolloré en direct.

Financière de l'Odet

La Financière de l'Odet est une société financière d'investissement détenue à plus de 50% par la société Sofibal, elle-même société financière d'investissement.
Elle détient plus de 60% du Groupe Bolloré en 2007 puis 65% en 2008.

Notes et références

  1. Présentation du groupe
  2. a , b  et c « Le jeu politique de Vincent Bolloré », Le Monde, 11 mai 2007
  3. Les journalistes soulignent les liens de Bolloré avec l'État, via la SFP, Nouvel Observateur, 11 mai 2007
  4. CSA Groupe
  5. Communiqué de presse de l'ARCEP, 7 juillet 2006
  6. Journal Officiel, décision n° 2006-0727, 25 juillet 2006
  7. Journal Officiel, décision n° 2006-0728, 25 juillet 2006
  8. Journal Officiel, décision n° 2006-0729, 25 juillet 2006
  9. Journal Officiel, décision n° 2006-0730, 25 juillet 2006
  10. Journal Officiel, décision n° 2006-0731, 25 juillet 2006
  11. Journal Officiel, décision n° 2006-0732, 25 juillet 2006
  12. Journal Officiel, décision n° 2006-0733, 25 juillet 2006
  13. Journal Officiel, décision n° 2006-0734, 25 juillet 2006
  14. Journal Officiel, décision n° 2006-0735, 25 juillet 2006
  15. Journal Officiel, décision n° 2006-0736, 25 juillet 2006
  16. Journal Officiel, décision n° 2006-0737, 25 juillet 2006
  17. Journal Officiel, décision n° 2006-0738, 25 juillet 2006
  18. La Tribune.fr 21 décembre 2007
  19. SDV Logistique Internationale (Groupe Bolloré) : Transport et prestation logistique internationale par secteur d’activité et sur mesure
  20. « Bolloré, un financier avec qui copine », Libération, 10 mai 2007
  21. Écouter « Cameroun : L’empire noir de Vincent Bolloré », un reportage d'« Interception », le magazine de reportage de France Inter. L'émission du 29 mars 2009 évoque une forme perdurant de la françafrique.
  22. Écouter la réponse de Dominique Lafont, directeur général Afrique du groupe Bolloré.
  23. Lire, sur le site d'information Mediapart, l'enquête de Martine Orange, en plusieurs volets, sur les finances de Vincent Bolloré. Lire enfin l'article de Rue 89 sur le sujet.
  24. Le Groupe : CSA
  25. La grande braderie des FAI est à nouveau ouverte
  26. Laurent Mauduit, Petits conseils, éditions Stock, 2007, page 277

Voir aussi



  • Portail des entreprises Portail des entreprises
  • Portail de la France Portail de la France
Ce document provient de « Groupe Bollor%C3%A9 ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bolloré de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bolloré — Rechtsform Familienunternehmen Gründung 1822 Sitz Puteaux …   Deutsch Wikipedia

  • Bollore — can refer to:Companies* Bolloré S.A., a listed French investment and industrial holding group * Bolloré Investissement S.A., a French investment and industrial holding group, parent company of Bolloré S.A.urname* Vincent Bolloré is a billionaire… …   Wikipedia

  • bollore — /bo l:ore/ s.m. [der. di bollire ]. 1. [il bollire di un liquido] ▶◀ (non com.) bollimento, (region.) bollo, ebollizione. 2. (fig.) a. [alta temperatura dell aria: i b. dell estate ] ▶◀ afa, arsura. ↓ calore. ◀▶ fresco, frescura …   Enciclopedia Italiana

  • Bolloré — Un nom breton qui correspond à un toponyme signifiant endroit où pousse le laurier …   Noms de famille

  • Bolloré — Infobox Company company name = Bolloré S.A. company company type = Public foundation = 1822 location = Puteaux, France key people = Vincent Bolloré, President CEO Thierry Marraud, (CFO) industry = Transport products = logistics, freight, paper… …   Wikipedia

  • bollore — bol·ló·re s.m. CO 1. il bollire, stato di ebollizione di un liquido: portare a bollore Sinonimi: ebollizione. Contrari: frescura. 2a. estens., caldo intenso Sinonimi: calura. 2b. fig., stato di forte agitazione provocato da passioni: i bollori… …   Dizionario italiano

  • bollore — {{hw}}{{bollore}}{{/hw}}s. m. 1 Il bollire | Stato di ebollizione di un liquido. 2 (est.) Caldo eccessivo. 3 (fig.) Stato di agitazione, di eccitazione …   Enciclopedia di italiano

  • bollore — pl.m. bollori …   Dizionario dei sinonimi e contrari

  • bollore — s. m. 1. ebollizione, bollitura, ribollimento, sobbollimento, gorgoglio 2. (est.) calore, caldo eccessivo, ardore, arsura CONTR. gran freddo, gelo 3. (fig.) agitazione, eccitazione, fervore CONTR. calma, quiete, freddezza, frigidità. SF …   Sinonimi e Contrari. Terza edizione

  • Bolloré Bluecar — Constructeur Bolloré Années de production 2009 Classe Citadine Usines d’assemblage …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.