Tour à plomb


Tour à plomb

Une tour à plomb est un bâtiment en forme de tour, spécialement conçu, sur le principe de la Tour d'impesanteur pour la production industrielle de la grenaille de plomb destinée à remplir les munitions (cartouches) de chasse ou de ball-trap.

Grenaille de plomb de chasse
(contenu d'une cartouche)
Tour de plomb du Central-shot-tower à Melbourne, recouvert d'un dôme conique vitré
Clifton Hill Shot Tower (la plus grande tour à plomb du monde), Melbourne, Australie

À la fin du XXe siècle différents procédés alternatifs seront développés, utilisant de l'huile plutôt que de l'eau, et nécessitant moins de hauteur, entrainant la démolition de la plupart des tours à plomb.

Sommaire

Procédé de fabrication de la grenaille

Tour à plomb de l'Usine Métaleurop-Nord (démolie en 2006) où ont été fabriquées des dizaines de milliards de billes de grenaille de plomb de chasse

Le plomb était monté en haut de la tour sous forme de lingots, puis fondu sur place dans un petit four (mélangé, pour le durcir, à une certaine quantité d'arsenic et d'antimoine ; 8% environ en général). On le faisait s'écouler du haut de la tour à travers une grille calibrée, ce qui permettait d'obtenir de fines gouttelettes de plomb qui s'arrondissaient et pré-durcissaient durant leur chute. Elle terminaient leur course dans un bassin d'eau de refroidissement.

Selon Georges Martineau [1],[2], les ouvriers entamaient leur journée à 4h 30 du matin, en allumant un grand feu sous une cuve métallique pouvant contenir une tonne de plomb. Ce plomb était monté jusqu'au sommet de la tour sous forme de lingots ou « saumons » (A Angers, il s'agissait de saumons de 50 kg provenant de la Société minière métallurgique Penarroya), mais des déchets de plomb (tuyauteries récupérées) étaient parfois ajoutés. A 300°C environ, le plomb fondait (en produisant des vapeurs nocives, dispersées par l'aération de la tour)surmonté d'une "peau" flottante d'oxydes. G martineau précise que le plomb liquide virait au blanc, puis au bleu. On pouvait alors y ajouter l'antimoine puis l’arsenic (en poudre) qui le durçiront[2]. Le plomb était alors versé à la louche sur des tamis (passoires) correspondant au diamètre de grain souhaité (12 tailles de grains possibles à Angers où 6 tonnes de grenaille étaient ainsi produite par jour).

Des fenêtres et un fort courant d'air ascendant permettaient l'évacuation de la chaleur et une aération de l'air vicié contenant les vapeurs nocives de plomb.

En bas, des employées (à la main au début, puis à l'aide de machines), triaient en suite les billes de plomb (parfois sur un miroir pour mieux distinguer d'éventuelles imperfections), les malaxaient avec du graphite dans un tonneau pour les noircir, limiter leur vitesse d'oxydation (ou le risque que les billes en vieillissant s'agglomèrent entre elles dans la cartouche). Le graphite pouvant en outre jouer un rôle de lubrifiant dans le canon du fusil.

La grenaille de plomb était ensuite mise en colis pour être utilisées à l'encartouchage chez un fabricant de cartouche ou un armurier, ou directement vendu à des chasseurs (on fabriquait autrefois souvent ses cartouches soi-même).

Les tours à plomb industrielle sont toujours hautes de plusieurs dizaines de mètres, de section ronde ou carrée.

Exemples

En Europe

  • La tour à plomb de Bruxelles [3]
  • La tour à plomb de Couëron, 69 m de haut, utilisée comme amer le long de la Loire, en pierre et ronde, construite près de Nantes, au XIXe siècle(terminée en juillet 1878) par la Société des fonderies et laminoirs de Couëron, classée monument historique ;
  • La tour à plomb de Pennaroya devenu Métaleurop-Nord construite en 1924 à Courcelles-les-Lens (en béton et structure métallique, sur un procédé constructif américain), démolie le 14 mars 2006[4], après la mise en faillite de l'Usine par Glencore) ;
  • Les quatre tours à plomb d'Angers[5] (Tour du Bout-du-Monde qui n'a fonctionné que 2 ans (1842-1844), tour de Roche-de-Mûrs (ou roche d'Erigné), construite vers 1900 en bord à falaise (61 m de haut), sur les bords du Loué, dont les grenailles étaient vendues sous la marque Perfecta [6]), Tour Saint-Aubin, et Tour Laumonier) d'Angers ;
    La Tour Saint-Aubin a été classée monument historique en 1862. Haute de 54 m, elle a été construite pour Jean Cholet, fabricant du « plomb de chasse de la tour Saint-Aubin » qui utilisait alors du plomb importé d'Espagne et d'Amérique.
    Le tri des plombs se faisait avec des machines alimentée en électricité, de même que l'élévation du plomb par un ascenseur électrique, mentionné par le Congrès pour l'avancement des sciences[2].
    Le dernier propriétaire, Alphonse-Louis Laumonier, dit Louis (1857-1930) a été exproprié par la ville en février 1905, peu après avoir fait construire une nouvelle tour (dessinée par l'architecte A. Maillard) sur le site d'une ancienne manufacture d'allumettes (5 rue des Fours-à-Chaux). Cette nouvelle tour dite Tour Laumonier sera finie (pour le gros œuvre) en décembre 1904[2]. Située près de l'eau et à l'époque près d'une minoterie industrielle (Les Grands moulins d'Angers) elle fonctionnera jusqu'en 1972. Après plusieurs projets de classement, elle a été démolie le 24 juillet 1984[2].

Ailleurs dans le monde

  • la tour à plomb de Baltimore (Virginie, États-Unis) ;
  • la Cheese Lane Shot Tower de Bristol, royaume-Uni - maintenant intégrée dans un complexe de bureau dit 'Vertigo' - c'est une tour renforcée de béton armé qui a remplacé une tour antérieure, construite à Redcliffe par William Watts[7] ;
  • la Tour à plomb de Chester, Boughton dans le Sheshire, au Royaume-Uni, ronde, en brique, construite en 1799, la plus ancienne des tours encore exisantes au Royaume-Uni[8] ;
  • la tour à plomb du Clifton Hill Shot Tower de Melbourne, en Australie ;
  • la Coops Shot Tower de Melbourne en Australie ;
  • la tour de Crane Park Shot Tower, à Twickenham au Royaume-Uni ;
  • la Tour de Drochtersen à Drochtersen, Allemagne ;
  • la Tour à plomb Helena de Tower Hill State Park (Helena Shot Tower) à Spring Green dans le Wisconsin, Etats-Unis [9];, construite en 1831, qui fait maintenant partie d'un state park ;
  • la tour de Dubuque Dubuque Shot Tower, de Dubuque dans l'Iowa, aux États-Unis ;
  • la tour à plomb de New Vienna (New Vienna Shot Tower), dans l'Iowa ;
  • la tour à plomb de Jackson Ferry (Jackson Ferry Shot Tower) dans le Wythe County (Virginie, États-Unis), construite dans les années 1790s, aujourd'hui intégrée dans un "state park" et ouverte au public en saison touristique ;
  • la Peters Shot Tower de la Peters Cartridge Company, Kings Mills (Ohio, États-Unis) ;
  • la tour à plomb de Pispala (Tampere, Finlande) ;
  • la tour à plomb de Rossie (Rossie Shot Tower) à Rossie (New York, États-Unis)  ;
  • la Phoenix Shot Tower de Baltimore (Maryland, , États-Unis) v
  • la tour à plomb de Max Meadows (Virginia), États-Unis) ;
  • la tour à plomb de Spring Green (Wisconsin, États-Unis)  ;
  • la tour à plomb de Remington (Bridgeport, Connecticut, États-Unis)  ;
  • la Sparks Shot Tower, Philadelphia (Pennsylvania, construite en 1808 ;
  • la Taroona & Tasmania Shot_Tower (ou Taroona Shot Tower (à Hobart, Australie) ;
  • la Winchester Shot Tower ((New Haven, Connecticut, États-Unis) ;
  • la CAC Shot Tower de Mount Eden (Auckland Nouvelle-Zélande[10].

Santé environnementale

le plomb, l'arsenic et l'antimoine sont trois produis toxiques et non dégradables.

Les activités pratiquées dans les tour à plomb peuvent avoir laissé des séquelles environnementales importantes, à prendre en compte lors des démolitions ou de la réhabilitation de tours ou des friches industrielles adjacentes. La fonte de plombs de chasse ou ball-trap dans ces tours a été une source probable de saturnisme chez certains ouvriers, et de pollution générale de l'environnement.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • (fr)

Bibliographie

  • L'usine de Pontgibaud à Tréfimétaux : des ouvriers racontent paru en 1997 par l’association Une Tour, une Histoire.
  • Amédée François Frezier (Chevalier de l'ordre militaire de St Louis, Directeur des fortifications de Bretagne), Tome III, paris, M. DCC. LXIX, édité chez Charles-Antoine Jombert Père (Libraire du Roi pour l'Artillerie & le Génie, à l'Image Notre-Dame) ; chapitre : Problème V, Faire une voûte conique dans une tour à plomb, La théorie et la pratique de la coupe des pierres et des bois pour la construction des voûtes et autres parties des bâtimens civils & militaires; Stereotomie, Liv. IV, partie II, p 102 (Lien vers l'ouvrage, consulté 2011/06/02)

Références

  1. Georges Martineau, l'un des derniers fondeur de plomb de chasse en France, interrogé par le Courrier de l’Ouest, 1984
  2. a, b, c, d et e Source : Sylvain Bertoldi, Conservateur des Archives d’Angers ; La tour à plomb du quartier Saint-Serge ; Chroniques historiques de "Vivre à Angers"
  3. Illustration (photo), consulté 2011/06/02
  4. VDN, Métaleurop ; la tour à plomb est tombée ; Article Voix du Nord, 15 mars 2006
  5. Charasson, Étienne , « Tours à plomb d’Angers et sa région » ; Revue 303, p. 112-113, 4 ill. Principe de la fabrication des plombs de chasse et localisation des quatre sites angevins connus.
  6. Illustration, consulté 2011/06/02
  7.  ;Images of England: Sheldon Bush and Patent Shot Company Limited, Cheese Lane, Bristol
  8. Images of England: Chester Leadworks and Shot Tower
  9. Tower Hill State Park Shot Tower
  10. NZHPT|87|Colonial Ammunition Company Shot Tower|2010-03-02
  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme Portail de l’architecture et de l’urbanisme

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Tour à plomb de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Tour à plomb de Couëron — Présentation Période ou style Patrimoine industriel Type Usine de petite métallurgie Date de construction 1875 1878 Di …   Wikipédia en Français

  • Tour a plomb de Coueron — Tour à plomb de Couëron 47°12′33″N 1°43′12″O / 47.20917, 1.72 …   Wikipédia en Français

  • Tour à plomb de couëron — 47°12′33″N 1°43′12″O / 47.20917, 1.72 …   Wikipédia en Français

  • Tour Saint-Aubin — Abbaye Saint Aubin d Angers L abbaye Saint Aubin d Angers trouve son origine dans une basilique funéraire (memoria) élevée pour abriter le tombeau de l évêque Aubin (529 550). Celui ci avait été inhumé dans une cellula angusta dans l attente de l …   Wikipédia en Français

  • Tour saint-Aubin — Abbaye Saint Aubin d Angers L abbaye Saint Aubin d Angers trouve son origine dans une basilique funéraire (memoria) élevée pour abriter le tombeau de l évêque Aubin (529 550). Celui ci avait été inhumé dans une cellula angusta dans l attente de l …   Wikipédia en Français

  • Plomb du Cantal — Vu depuis Saint Jacques des Blats, le Plomb du Cantal et le “pommeau” arrondi de son sommet. Géographie Altitude 1 855 m …   Wikipédia en Français

  • Tour de l'horloge de beaune — Le beffroi, dit tour de l horloge, de Beaune est une tour construite aux XIIIe et XIVe siècle, située rue Marey, à Beaune, en Côte d Or …   Wikipédia en Français

  • Tour de France (cycliste) — Tour de France (cyclisme) Pour les articles homonymes, voir Tour de France. Tour de France …   Wikipédia en Français

  • Tour de France cycliste — Tour de France (cyclisme) Pour les articles homonymes, voir Tour de France. Tour de France …   Wikipédia en Français

  • Tour de france (cyclisme) — Pour les articles homonymes, voir Tour de France. Tour de France …   Wikipédia en Français