Strongyloides stercoralis


Strongyloides stercoralis
Aide à la lecture d'une taxobox Strongyloides stercoralis
 premier stade larvaire de Strongyloides stercoralis
premier stade larvaire de Strongyloides stercoralis
Classification
Règne Animalia
Embranchement Nematoda
Classe Secernentea
Sous-classe Rhabditia
Ordre Rhabditida
Famille Strongyloididae
Genre Strongyloides
Nom binominal
Strongyloides stercoralis
(Bavay,1876)

Retrouvez ce taxon sur Wikispecies

Strongyloides stercoralis ou Anguillule est le nom du nématode responsable d'une parasitose nommée anguillulose ou strongyloïdose que l'on retrouve chez l'homme ou chez d'autres espèces animales. L'anguillule (Strongyloïdes stercoralis) est un ver rond minuscule dont les femelles parthénogénétiques parasites, sont profondément fixées dans la muqueuse duodénale.

Sommaire

Répartition géographique et importance

Affection très répandue dans les aires où règne l'ankylostomose, mais qui par sa plus grande tolérance en matière de température, est en train de gagner du terrain en climat tempéré au départ des porteurs venant des zones d'endémie traditionnelle. Souvent bénigne, elle n'en pose pas moins, parfois, un problème médical difficile, et par sa résistance aux thérapeutiques courantes, et par l'existence, chez les sujets débilités, du cycle hyper-infectieux : ce dernier, en effet, sans stade de vie libre et sans réinfestations extérieures, entraîne une augmentation croissante du taux des parasites par auto-infestation interne, avec généralisation et issue fatale.

Morphologie

L'anguillule parasite de l'intestin est une minuscule femelle parthénogénétique strongyloïde, très mince et longue de 2 à 3 mm. D'autres formes adultes, mâles et femelles stercoraux existent seulement à l'état libre; elles sont rhabditoïdes et atteignent 1 mm pour la femelle, un peu moins pour le mâle.

Biologie

Cycle parasitaire de Strongyloides stercoralis.

La femelle parthénogénétique vit profondément insérée dans la muqueuse duodéno-jéjunale. Non hématophage, elle pond, dans la muqueuse, des œufs ressemblant à ceux de l'ankylostome, mais longs de 50 µ seulement, morulés dès la ponte, et qui évoluent très vite sur place. Au départ des larves (rhabditoïdes) qui en sortent, 3 cycles évolutifs sont possibles :

  • Un cycle indirect sexué (cycle long) : la larve, émise avec les selles, donne, dans le milieu extérieur, des adultes mâles et femelles dont la ponte aboutira à une nouvelle génération de larves rhabditoïdes, puis strongyloïdes et enfin strongyloïdes enkystées infectieuses libres; chacune de ces dernières, agissant comme celle de l'ankylostome, infestera le sujet neuf par voie trans-cutanée et, après une migration organique semblable (circulation, cœur droit, poumon, trachée, œsophage), arrivera au duodénum où elle se transformera en femelle parthénogénétique parasite. Ce cycle, par sa phase sexuée stercorale, aboutit à une multiplication parasitaire non négligeable.
  • Un cycle direct parthénogénétique (cycle court) : trouvant des conditions moins favorables, la larve, émise comme la précédente, évolue directement, dans le milieu extérieur, pour donner la larve strongyloïde enkystée infectieuse libre. Infestation et évolution ultérieure se font comme dans le cycle indirect.
  • Un cycle hyper-infectieux endogène (cycle d'auto-infestation) : la larve issue de l'œuf parthénogénétique ne quitte pas la lumière intestinale; elle évolue sur place jusqu'au stade de larve strongyloïde enkystée infectieuse qui, par voie transmuqueuse cette fois, suivra la même migration organique pour aboutir, dans le duodénum, à la femelle parthénogénétique.

Clinique

Bien que voisine de l'ankylostomose sur le plan biologique, l'anguillulose s'en différencie nettement dans sa traduction clinique :

  • La période d'infestation, qu'elle soit trans-cutanée ou trans-muqueuse, est rarement individualisée.
  • La période d'invasion n'aboutit qu'exceptionnellement à un syndrome de Löffler notable, et, seule, une éosinophilie à pics multiples (évoluant en "dents de scie") traduit les migrations larvaires trans-organiques successives.
  • La période d'état, est dominée par les troubles digestifs. Les signes intestinaux sont très marqués.

Diagnostic

Il s'agit d'un diagnostic coprologique basé sur l'hygrothermotropisme des larves de Strongyloides. Deux techniques peuvent être utilisées, la technique de Baerman et la méthode d'Arakaki.

Traitement

Le patient infecté pourra être traité avec de l'Ivermectine qui va paralyser le nématode.

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Strongyloides stercoralis de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Strongyloides stercoralis — Strongyloides stercoralis …   Wikipédia en Français

  • Strongyloides stercoralis — Taxobox | name = Threadworm image width = 250px image caption = First stage larva (L1) of S. stercoralis regnum = Animalia phylum = Nematoda classis = Secernentea ordo = Rhabditida familia = Strongyloididae genus = Strongyloides species = S.… …   Wikipedia

  • Strongyloides stercoralis —   Strongyloides stercoralis …   Wikipedia Español

  • Strongyloides stercoralis — Zwergfadenwurm 1. Larve (Strongyloides stercoralis) weißer Pfeil: Entamoeba coli Systematik Ordnung: Rhabd …   Deutsch Wikipedia

  • Strongyloides stercoralis — a species found in tropical and subtropical countries, the usual cause of strongyloidiasis. Called also S. intestinalis. Formerly called Anguillula intestinalis or A. stercoralis. Strongyloides stercoralis; longitudinal section of larva in an… …   Medical dictionary

  • Strongyloides —   Rhabditida Clasificación científica Reino: Animalia …   Wikipedia Español

  • Strongyloides — The threadworm, a genus of small nematode parasites (superfamily Rhabditoidea), commonly found in the small intestine of mammals (particularly ruminants), that are characterized by an unusual life cycle that involves one or several generations of …   Medical dictionary

  • Strongyloides intestinalis — S. stercoralis …   Medical dictionary

  • Strongyloides — n. a genus of small slender nematode worms that live as parasites inside the small intestines of mammals. S. stercoralis infects the human small intestine (see strongyloidiasis); its larvae, which are passed out in the stools, develop quickly… …   The new mediacal dictionary

  • strongyloides — ˌstränjəˈlȯiˌdēz noun Usage: capitalized Etymology: New Latin, from Strongylus + oides oid : a genus (the type of the family Strongyloididae) of rhabditid nematode worms having both free living males and females and parthenogenetic females… …   Useful english dictionary