Biens Communaux


Biens Communaux

Biens communaux

Les biens communaux, terrains communaux, prés communaux, ou communaux tout court, sont, sous l'Ancien Régime, les biens fonciers, le plus souvent forêts et pâturages, que les habitants d'une localité exploitent en commun. C'est une forme de copropriété. Divers droits y sont attachés, par exemple le droit d'affouage.

Chacun selon un droit coutumier variant selon les lieux et les époques pouvait y chercher du bois, couper l'ajonc ou le genêt et mener au pacage, en vaine pâture son bétail. Comme en témoignent certains registres, parfois les gros animaux (vaches, chevaux) en étaient exclus, au profit des ânes, mulets et baudets ou chèvres, moutons qui grâce à un poids plus léger endomagent moins les milieux fragiles.

Le développement en Angleterre dès le XIIe siècle mais surtout à partir de la fin du XVe siècle, puis en Europe XVIe siècle de l'enclôture (renclôture ou enclosure), c’est-à-dire de l'appropriation du bien commun par la propriété privée en Occident, puis de la Loi du partage du 5 juin 1793 ont fait reculer les prés communaux, mais il en existe encore en Europe et le pacage sur des terres communautaires se pratique encore sous d'autres nom et modalités en Afrique et dans de nombreuses sociétés traditionnelles. Leur disparition ne s'est pas faite sans difficultés. A la fin des années 1640, en Angleterre, les bêcheux (levellers) ont notamment tenté une forme de communisme chrétien basé sur l'exploitation collective d'une propriété partagée, que l'aristocratie rurale en place n'a pas toléré longtemps. Les landais se révolteront aussi contre la Loi d'assainissement et de mise en culture des Landes de Gascogne de 1857 instituée par Napoléon III à la demande de la bourgeoisie d'Aquitaine qui veut remplacer le système agropastoral d'autosubsistance des Landes par la culture de pins. Cette loi impose à une centaine de communes détentrices de plus de 50% des immenses communaux, de :

  1. assainir (à leurs frais) les communaux par drainage par des crastes (fossés de drainage) pour pouvoir y planter des arbres.
  2. vendre aux enchères leurs communaux à des propriétaires privés, à raison d'un douzième chaque année pour ne pas brusquer cette réforme foncière. Les bergers spoliés seront nombreux à incendier les nouvelles plantations, mais la forêt de pins l'emportera finalement après une trentaines d'années de vives tension sociales et d'exode rural.

Sommaire

Intérêt écologique

Ces milieux gratuitement exploitables étaient généralement parmi les terres les moins riches de la commune (naturellement oligotrophes), avec quelques mares, fossés ou étangs pour abreuver les animaux. Or les sols pauvres sont aussi les plus riches en biodiversité. Ces sols naturellement fragiles ont parfois fait l'objet d'une utilisation extensive et raisonnable, mais ils ont souvent été surexploités (Cf. Tragédie des biens communs), se transformant en friches d'une grande pauvreté évoluant vers des landes pauvres, mais conservant souvent un fort potentiel de biodiversité, abritant les reliques d'espèces ailleurs repoussées par l'agriculture moderne, justifiant dans certains cas un classement en Réserve naturelle volontaire (devenues en France RNR (Réserve naturelle régionale)

Ex : Pré communal d'Ambleteuse ou Landes du Plateau d'Helfaut dans le Pas-de-Calais.

France

Les communaux commencent à être remis en question au XVIIIe siècle. On juge alors que de nombreuses terres, plus ou moins laissées à l'abandon, seraient exploitées plus efficacement entre les mains de propriétaires ou de fermiers individuels. Un arrêté royal autorise le partage des communaux dans les généralités d'Auch et de Pau. Des tentatives de réformes sont faites par Turgot. Une enquête sur le partage des communaux est réalisée en 1768. Un édit de juin 1769 encourage le partage des « pâtis accordés aux habitants » par une exemption d'impôt et de dîme. Des partages ont lieu sous la forme de mises en fermage, maintenant ainsi la propriété collective. Mais le partage étant très défavorable aux ruraux les plus pauvres, de nombreuses oppositions empêchent le mouvement d'avoir une grande ampleur. Certains prés communaux subsisteront jusqu'au début du XXe siècle.

Pour sauvegarder les droits des communautés et ceux des seigneurs qui réclamaient la propriété absolue des comunaux, une Ordonnance Royale : "Ordonnance sur le fait des Eaux et Forêts", promulguée en août 1669, stipulait dans son article 4, titre XXV, que "le tiers des bois, prés, marais, landes, pâtures, etc., étant de la concession gratuite des seigneurs et sans charge de cens, redevance, prestation ou servitude, pourra être distrait et séparé au profit desdits seigneurs en cas qu'ils le demandent et que les deux autres tiers suffisent au besoin de la communauté". Cette Ordonnance ne tenant pas compte des cas où les biens étaient communs à plusieurs communautés et à plusieurs seigneuries, provoqua l'ouverture de longues procédures d'appropriation (voir exemple de Querrieu, Somme)

La loi du 10 juin 1793 organise le partage des biens communaux en autorisant la vente à des propriétaires individuels. Voir par exemple le cas de Lalandelle (Oise).

Aujourd'hui

Les biens communaux de l'Ancien Régime subsistent parfois dans certaines régions sous la forme de section de commune que l'article L 2411-1 du code général des collectivités territoriales[1] définit comme étant « toute partie d'une commune possédant à titre permanent et exclusif des biens ou des droits distincts de ceux de la commune ». On parle alors de bien sectionnal.

L'article 542 du code civil français[2] dispose que les biens communaux sont « ceux à la propriété ou au produit desquels les habitants d'une ou plusieurs communes ont un droit acquis ».

Les pâturages et forêts relevant de l'autorité municipale constituent le plus souvent une partie du domaine privé communal.

Les biens communaux « occupent encore aujourd'hui 10 % du territoire »[3].

Références

  1. Art. L 2411-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance.
  2. Art. 542 du code civil, sur Légifrance.
  3. Nadine Vivier, « Les biens communaux en France de 1750 à 1914. État, notables et paysans face à la modernisation de l'agriculture. », dans Ruralia, no 02, 1998 (ISSN 1777-5434) [texte intégral] .

Bibliographie

  • Armand Rivière, Histoire des biens communaux en France depuis leur origine jusqu'à la fin du XIIe siècle, Paris, Auguste Durand, 1856, ouvrage couronné par l'Académie des inscriptions.
  • Georges Bourguin, Le partage des biens communaux. Dossier sur la préparation de la loi du 10 juin 1793, Documents inédits sur l'histoire de la Révolution française, 1908, réédition Éditions du Cths.
  • Nadine Viviez, Propriété collective et identité communale. Les biens communaux en France, 1750- 1914, Publications de la Sorbone, 2000.

Voir aussi

Wiktprintable without text.svg

Voir « communal » sur le Wiktionnaire.

  • Portail du droit Portail du droit
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail de l’agriculture et l’agronomie Portail de l’agriculture et l’agronomie
Ce document provient de « Biens communaux ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Biens Communaux de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Biens communaux — Les biens communaux, terrains communaux, prés communaux, ou communaux tout court, sont les biens fonciers, le plus souvent forêts et pâturages, que les habitants d une localité exploitent en commun. C est une forme de copropriété. Divers droits y …   Wikipédia en Français

  • Communaux — Biens communaux Les biens communaux, terrains communaux, prés communaux, ou communaux tout court, sont, sous l Ancien Régime, les biens fonciers, le plus souvent forêts et pâturages, que les habitants d une localité exploitent en commun. C est… …   Wikipédia en Français

  • COMMUNAUX — Dans la communauté rurale telle qu’elle exista en Occident du IXe au XVIIIe siècle au moins, les communaux représentaient cette partie du territoire d’un village qui, n’étant pas l’objet d’actes (formels ou non) de propriété privée (même limitée) …   Encyclopédie Universelle

  • COMMUNAUX — s. m. pl. Pâturages où les habitants d une ou de plusieurs communes ont droit d envoyer leurs troupeaux. Les communaux de tel bourg, de tel village. On dit aussi, Biens communaux …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Communaux créatifs — Creative Commons Pour les articles homonymes, voir Creative. Le Creative Commons (CC) est une organisation à but non lucratif consacrée à épandre le champ de travaux créatif pour les autres, afin de construire dans la légalité et le partage.… …   Wikipédia en Français

  • Prés communaux — Biens communaux Les biens communaux, terrains communaux, prés communaux, ou communaux tout court, sont, sous l Ancien Régime, les biens fonciers, le plus souvent forêts et pâturages, que les habitants d une localité exploitent en commun. C est… …   Wikipédia en Français

  • Tragédie des biens communs — La tragédie des biens communs, ou tragédie des communaux, est une classe de phénomènes économiques (jeu à somme non nulle analogue au dilemme du prisonnier) décrivant une compétition pour l accès à une ressource limitée, menant à un conflit entre …   Wikipédia en Français

  • Tragédie des communaux — Tragédie des biens communs La tragédie des biens communs, ou tragédie des communaux, est une classe de phénomène économique décrivant une compétition pour l accès à une ressource limitée, menant à un conflit entre intérêt individuel et bien… …   Wikipédia en Français

  • Tragedie des biens communs — Tragédie des biens communs La tragédie des biens communs, ou tragédie des communaux, est une classe de phénomène économique décrivant une compétition pour l accès à une ressource limitée, menant à un conflit entre intérêt individuel et bien… …   Wikipédia en Français

  • Liste des biens culturels d'importance nationale dans le canton de Vaud — Blason du canton de Vaud. Cette liste présente les biens culturels d importance nationale dans le canton de Vaud. Cette liste correspond à l édition 2009 de l Inventaire Suisse des biens culturels d importance nationale (Objets A) pour le canton… …   Wikipédia en Français