Second livre de pièces de clavecin (Couperin)


Second livre de pièces de clavecin (Couperin)

Le Second livre de pièces de clavecin de François Couperin paraît probablement en 1716.

C'est le seul livre parmi les quatre de ce compositeur dont on ne connaît pas exactement la date de première publication. On la situe chronologiquement entre les deux premières éditions de son traité, L'Art de toucher le clavecin, respectivement 1716 et 1717, d'après sa préface[1]. Dans cette préface, Couperin expose longuement diverses raisons qui l'ont empêché de publier le Second Livre aussi tôt qu'il l'avait prévu, notamment la publication du dit traité, et le souhait de ne pas gêner la parution du Quatrième livre de pièces de viole de Marin Marais, faisant appel au même graveur[2].

Composé après la mort de Louis XIV, ce livre marque l'affranchissement du style de Couperin, qui n'est plus bridé par les préférences du roi, plutôt traditionaliste : il commence, de façon plus ou moins régulière, à grouper ses pièces par affinité. À son habitude, toutes les indications d'interprétation (en français) sont parfois très détaillées, par exemple Mesuré, sans lenteur, Tendrement, légèrement et lié, d'une légèreté gracieuse et liée etc.

Le recueil comprend sept ordres (numéros 6 à 12), soit 31 pièces d'importance inégale.

Le 6e ordre, en Si bémol Majeur, est d'atmosphère enjouée et bucolique : Les Moissonneurs, Les Langueurs Tendres, Le Gazouillement (Rondeau), La Bersan, Les Baricades Mistérieuses (sic, Rondeau), Les Bergeries (Rondeau), La Commère, Le Moucheron. Certaines sont parmi les plus connues de Couperin.

Le 7e ordre, en sol, est d'ambiance voluptueuse[7] : La Ménetou (Rondeau), Les Petits Âges, La Basque, La Chazé, Les Amusemens (sic, Rondeau).
Les Petits Âges est un cycle[8] comme on en retrouve plusieurs dans son œuvre. Il comporte quatre parties qui s'enchaînent sans rupture : La Muse Naissante, L'Enfantine, L'Adolescente (Rondeau), Les Délices (Rondeau).

Le 8e ordre, en si mineur, est de caractère grave, voire tragique[7]. C'est le dernier (et le seul dans ce recueil), a comprendre, avec d'autres pièces, les quatre danses traditionnellement constitutives de la suite : La Raphaéle, Allemande l'Ausonienne , Courante, Seconde courante, Sarabande l'Unique, Gavotte, Rondeau, Gigue, Passacaille (Rondeau), La Morinéte. Deux pièces font partie des chefs-d'œuvre de Couperin : la Raphaéle et la Passacaille, qu'il précise comme « Rondeau », pièce d'une sombre grandeur et d'une violence inhabituelle[7], un des sommets de la musique de clavecin[9].

Le 9e ordre, en la, évoque la grâce et la gaîté, la galanterie[7] ; c'est l'un de ceux où on est dans le monde de Watteau[10], alors en pleine période créatrice : Allemande, La Rafraîchissante, Les Charmes, La Princesse de Sens (rondeau), L'Olimpique, L'Insinuante, La Séduisante, Le bavolet-flotant (sic, rondeau), Le Petit-deuil ou les trois Veuves, Menuet. La première pièce, Allemande, est écrite pour deux clavecins et produit « des harmonies rares et dissonantes »[11].

Le 10e ordre, en ré ; le ton de Ré Majeur est considéré comme « joyeux et guerrier » par de nombreux musiciens de l'époque : c'est le caractère de cet ordre qui comprend : La Triomphante, La Mézangère, La Gabriéle, La Nointéle, La Fringante, L'Amazône (sic), Les Bagatelles (rondeau, pièce croisée). La première pièce, La Triomphante est un cycle en trois parties qui s'enchaînent : « Bruits de guerre ; combat », « Allégresse des Vainqueurs (rondeau) », « Fanfare ». Couperin sacrifie ici à la tradition des « batailles » déjà honorée à de multiples reprises depuis Clément Janequin.

Le 11e ordre, en do, est en deux volets, le premier aérien et léger[7] (La Castelane, L'Étincelante ou la Bontems, Les Grâces Naturèles (sic), La Zénobie), le second est formé par un cycle plein d'ironie à l'égard d'une corporation de musiciens contre laquelle Couperin et certains collègues avaient été en conflit : Les fastes de la grande et ancienne Mxnxstrxndxsx. C'est un exemple de musique à programme qui décrit en cinq actes : « Les Notables et Jurés Mxnxstrxndxurs », « Les Viéleux et les Gueux », « Les Jongleurs, Sauteurs et Saltimbanques, avec les Ours et les Singes », « Les Invalides, ou gens estropiés au service de la Grande Mxnxstrxndxsx », enfin « Désordre et Déroute de toute la troupe, causés par les Yvrognes, les Singes et les Ours ».

Le 12e ordre, en mi, oscille entre atmosphère familiale et mythologie[7] : Les Jumèles (sic), L'Intime, La Galante, La Coribante, La Vauvré, La Fileuse, La Boulonoise, L'Atalante

Sources

Voir aussi

Notes et références

  1. P. Citron, page 189
  2. O. Baumont, page 99
  3. A. Bond, page 155
  4. C. Mercier-Ythier, page 69
  5. N. Dufourcq, page 83
  6. M. Bukofzer, page 252
  7. a, b, c, d, e et f P. Citron, page 89
  8. N. Dufourcq, page 82
  9. N. Dufourcq, page 84
  10. A. Pirro, page 95
  11. G. Beck, page 9

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Second livre de pièces de clavecin (Couperin) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Premier livre de pièces de clavecin (Couperin) — Le Premier livre de pièces de clavecin de François Couperin paraît en 1713. Bien que Couperin soit le claveciniste le plus en vue du règne finissant de Louis XIV, c est seulement à 45 ans qu il se décide à publier son premier recueil, suivant… …   Wikipédia en Français

  • Troisième livre de pièces de clavecin (Couperin) — Le Troisième livre de pièces de clavecin de François Couperin paraît en 1722. Dans la préface, il critique vertement les interprètes qui ne respectent pas exactement ses indications relatives à l ornementation, détournant par là même les… …   Wikipédia en Français

  • COUPERIN (F.) — Le nom de Couperin s’attache d’abord à une lignée, presque aussi longue dans l’histoire que celle des Bach. Le premier Couperin musicien, Mathurin, apparaît dans les documents en 1586, à peu près à la même époque que le meunier Veit Bach, amateur …   Encyclopédie Universelle

  • Musique De Clavecin — Le clavecin a été un instrument très important en Europe occidentale pendant près de trois siècles, du XVIe siècle au XVIIIe siècle. Collegium musicum …   Wikipédia en Français

  • Musique de clavecin — Le clavecin a été un instrument très important en Europe occidentale pendant près de trois siècles, du XVIe siècle au XVIIIe siècle. Collegium musicum Il était utilisé couramment, en concurrence avec d autres instruments (luth, viole de …   Wikipédia en Français

  • Ecole francaise de clavecin — École française de clavecin La France a connu pendant la période baroque (XVIIe et XVIIIe siècles) une véritable floraison de compositeurs pour le clavecin : l École française de clavecin. Sommaire 1 Chronologie …   Wikipédia en Français

  • Ecole française de clavecin — École française de clavecin La France a connu pendant la période baroque (XVIIe et XVIIIe siècles) une véritable floraison de compositeurs pour le clavecin : l École française de clavecin. Sommaire 1 Chronologie …   Wikipédia en Français

  • École française de clavecin — La France a connu pendant la période baroque (XVIIe et XVIIIe siècles) une véritable floraison de compositeurs pour le clavecin : l École française de clavecin. Sommaire 1 Chronologie 1.1 Débuts de la musique de clavecin en France (1640 …   Wikipédia en Français

  • Histoire du clavecin — Sommaire 1 Origines : XIVe et XVe siècles 2 XVIe siècle 2.1 Italie 2.2 Allemagne …   Wikipédia en Français

  • François Couperin — Pour les articles homonymes, voir Couperin. François Couperin Naissance 10 …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.