Bibliophile


Bibliophile

Bibliophilie

Bouquiniste sur le quai Voltaire, estampe de Jean Henry Marlet, d'après Adrien Victor Auger, 1821.

La bibliophilie est, littéralement, l’amour des livres et plus particulièrement des livres rares ou historiquement précieux. Le bibliophile est un amateur de livres qui est souvent fier de sa bibliothèque et de sa collection, mais un érudit qui possède de nombreux livres peut ne pas être bibliophile.

Les bibliophiles aiment les livres pour ce qu’ils leur apprennent ; les bibliomanes ne sont que des collectionneurs de livres.

Sommaire

Bibliophile

Conciergerie quai.jpg

Les bibliophiles aiment, recherchent et conservent avec soin et goût, les livres. La collection de livres peut s’appliquer à un domaine particulier :

Les domaines sont vastes et quasi-illimités.

Histoire de la bibliophilie

  • Avant l’invention de l’imprimerie, la bibliophilie est un domaine réservé aux gens riches. Les manuscrits sont reliés d’ivoire, d’or, d’argent, de pierres précieuses, le goût du faste n’a pas de limite. Les livres d’heures de personnages célèbres en sont la parfaite illustration.
    Les plus grandes librairies[1] sont celles des papes d’Avignon, des rois et princes de France et à partir du XIIe siècle les bibliothèques monastiques.
  • Au XIVe siècle apparaissent les premières libraires privés et relativement ouvertes au sein des universités.
  • Avec l’invention de Gutenberg et les influences artistiques venues d’Italie, les premiers critères de la bibliophilie se dessinent.
    La reliure commerciale apparaît au XVIe siècle avec les célèbres bibliophiles français Jean Grolier de Servières, et Thomas Mahieu.
  • La Révolution va disperser les grandes bibliothèques de France.

Bibliophiles célèbres

  • Saint Louis (1214, 1270), première librairie royale ;
  • Charles II le Chauve (823-877), grand amateur de textes et de livres enluminés.
  • Louis Barthou (1862-1934), homme politique français, plusieurs fois président du conseil. Il fut président de la société de bibliophilie Les amis du livre contemporain de 1914 à sa mort.

Sociétés de bibliophiles

Dès le XIXe siècle, les bibliophiles ont pris l'habitude de se réunir au sein de sociétés d'amateurs. Si cette mode a connu son apogée, au XXe siècle, dans l'entre-deux-guerres, certaines sociétés perdurent sous la forme d'associations sans but lucratif.

  • Les Amis du livre contemporain
  • Les Bibliolâtres de France
  • Les Bibliophiles de France
  • La Compagnie typographique
  • Les Cent une
  • Les Francs Bibliophiles

Marché du livre

Kettenbuch 1.JPG

Globalement, la bibliophilie est un marché qui se porte bien car il existe des collections pour toutes les bourses et elle touche toutes les couches de la société.

Malgré sa relative discrétion, le marché de la bibliophilie est aujourd'hui, en volume et en chiffre d'affaires, le troisième, derrière la peinture et la sculpture.

Les anglophones utilisent un mot plus simple et parlent de bookman (littéralement « homme livre »). Il n’en reste pas moins que les livres sont aujourd’hui des objets régis par un véritable marché, instable pour certaines éditions, mais solide en ce qui concerne un certain nombre d’ouvrages dûment répertoriés. Faisant l’objet de moins d’échanges qu’aux XIXe siècle (le siècle du renouveau de la bibliophilie), ce marché reste fortement actif aujourd’hui.

Tendances nouvelles

Selon Jean Baptiste de Proyart (expert en livres anciens et modernes et ancien expert de chez Sotheby’s) : « On peut rechercher des livres de poche comme les premières « Série Noire » de chez Gallimard. Les éditions originales de James Bond s’arrachent aux États Unis ».

Un exemplaire de l'Ulysse de James Joyce, imprimé à Paris, avec ses innombrables coquilles, peut valoir 60 000 dollars (40 000 euros).

Pour la période moderne, outre les grands classiques, on peut collectionner[2] :

  • les BD : Tintin (N&B, les plus prisés), Bécassine (avant 1930);
  • Jules Verne (édition Hetzel des Voyages extraordinaires) ;
  • les livres-club comme ceux du Club français du livre ; voir à ce propos l’article sur Massin, fameux maquettiste et typographe, qui présida aux destinées de nombreuses collections et a fortement influencé le livre contemporain (collection Folio, Imaginaire Gallimard, Poésie Gallimard...) ou ceux de la Guilde du Livre, au moins pour la période antérieure à 1960.

Certains titres du Livre de Poche sont particulièrement recherchés, comme ceux de Jacques Prévert dont le maquettiste fut Pierre Faucheux, le maître du graphisme moderne en France. Pour ces domaines nouveaux, on parle de petite bibliophilie.

Toujours dans la catégorie reliure, signalons les reliures de Mario Prassinos ou de Paul Bonet pour Gallimard (ouvrages communément appelés « cartonnages Bonet ou Cartonnages Prassinos  ») dont le marché est bien établi mais reste abordable[3]. Les Série Noire d'origine sont également recherchés.

Aujourd'hui, on parle aussi de la bibliophilie contemporaine évoquant le travail des artistes et éditeurs autour du livre d'artiste.

Livres les plus précieux

La Bible de Gutenberg
  • La Biblia Latina à 42 lignes de 1455 est le livre le plus recherché par les institutions et bibliophiles du monde entier. Le prix pour un exemplaire complet atteint les 10 millions de dollars.
  • Un Don Quichotte, en première édition, ne peut être acquis pour moins de 3 millons de dollars.

Voir aussi

Période contemporaine :

Notes

  1. On appelait ainsi les bibliothèques
  2. Le marché du livre étant extrêmement mouvant et sujet au effet de mode, il s’avère aléatoire de pronostiquer quels seront les livres les plus prisés demain…
  3. Les Cartonnages NRF. Bibliographie, Jean-Étienne Huret, Paris, Librairie Nicaise, 1997

Liens externes

Wiktprintable without text.svg

Voir « Bibliophilie » sur le Wiktionnaire.

  • Portail des sciences de l’information et des bibliothèques Portail des sciences de l’information et des bibliothèques
  • Portail de la sociologie Portail de la sociologie
Ce document provient de « Bibliophilie ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bibliophile de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bibliophile — [ biblijɔfil ] n. • 1740; de biblio et phile ♦ Personne qui aime, recherche et conserve avec soin les éditions originales, les livres rares, précieux, anciens. L ex libris d un bibliophile. N. f. BIBLIOPHILIE , 1845 . ● bibliophile nom Personne… …   Encyclopédie Universelle

  • Bibliophile — Bib li*o*phile, n. [Gr. ? book + ? to love: cf. F. bibliophile.] A lover of books. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • bibliophile — also bibliophil, 1824, from Fr. bibliophile, from BIBLIO (Cf. biblio ) + PHILE (Cf. phile) …   Etymology dictionary

  • Bibliophile — Bibliophile,der:⇨Bücherfreund …   Das Wörterbuch der Synonyme

  • bibliophile — BIBLIOPHILE. s. masc. Celui qui aime les livres. Il est bon d être Biblio phile; mais il ne faut pas êtreBibliomane …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • bibliophile — ► NOUN ▪ a person who collects or has a great love of books. DERIVATIVES bibliophilic adjective bibliophily noun …   English terms dictionary

  • bibliophile — or bibliophil [bib′lē əfīl΄] n. [ BIBLIO + PHILE] 1. a person who loves or admires books, esp. for their style of binding, printing, etc. 2. a collector of books: Also bibliophilist [bib΄lē äf′ə list] bibliophilic [bib΄lēə fil′ik] adj.… …   English World dictionary

  • Bibliophile — ◆ Bi|blio|phi|le 〈m. 17〉 jmd., der schöne u. seltene Bücher liebt u. sammelt; Sy Bücherfreund, Bücherliebhaber; Ggs Bibliophobe [<grch. biblion „Buch“ + philos „Freund“] ◆ Die Buchstabenfolge bi|bl... kann in Fremdwörtern auch bib|l...… …   Universal-Lexikon

  • bibliophile — UK [ˈbɪblɪəˌfaɪl] / US noun [countable] Word forms bibliophile : singular bibliophile plural bibliophiles formal someone who likes books and enjoys reading or collecting them …   English dictionary

  • BIBLIOPHILE — s. m. Celui qui aime, qui recherche les livres rares et précieux, et particulièrement les éditions bonnes et correctes. Il est bon d être bibliophile, mais il ne faut pas être bibliomane …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.