Saint-Dionisy


Saint-Dionisy

43° 48′ 20″ N 4° 13′ 46″ E / 43.8056, 4.2294

Saint-Dionisy
Administration
Pays France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Arrondissement de Nîmes
Canton Canton de Sommières
Code commune 30249
Code postal 30980
Maire
Mandat en cours
Michel Gabach
2008-2014
Intercommunalité Communauté d'agglomération Nîmes Métropole
Démographie
Population 864 hab. (2010)
Densité 253 hab./km²
Géographie
Coordonnées 43° 48′ 20″ Nord
       4° 13′ 46″ Est
/ 43.8056, 4.2294
Altitudes mini. 36 m — maxi. 181 m
Superficie 3,42 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Saint-Dionisy (précédemment Saint-Dionizy[1]), Locus de Sancto-Dyonisio (dénombrement de la Sénéchaussée) 1384, est une commune française, située dans le département du Gard et la région Languedoc-Roussillon.

Sommaire

Etymologie

Dionisy qui renvoie à Dionysius est le même nom que Denis, premier évêque de Paris, martyrisé à Montmartre sous l'empereur Dèce, vers 250. Enseveli sous la basilique éponyme, il est représenté décapité, se relevant pour porter sa tête. Nom issu du grec Dionysos (fils de Zeus). Patron des oiseaux, il est invoqué contre les maux de tête.

Géographie

Les communes de Saint-Côme-et-Maruéjols, Clarensac, Langlade, Nages-et-Solorgues et Calvisson sont limitrophes à la commune de Saint Dionisy. Ses habitants s'appellent des Saint-Dionisyens et Saint-Dionisyennes.

Saint-Dionisy, commune de la communauté d'agglomération de Nîmes Métropole, est l'une des 79 communes membres du Schéma de Cohérence Territoriale SCOT du Sud du Gard (voir lien) et fait également partie des 41 communes du Pays Garrigues Costières.

Histoire

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 mars 2008 Bernard Serafini DVG  
mars 2008 en cours Michel Gabach   Vice-président de Nîmes Métropole
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Démographie

Évolution démographique
(Source : INSEE[2])
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2010
129 160 216 370 401 633 818 892 864
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes

Lieux et monuments

  • Oppidum de Roque de Viou (également sur commune de Nages-et-Solorgues). Site archéologique (Age du fer 2 ; Antiquité). L'oppidum (cad. Saint-Dionizy B 758 à 791, lieu-dit Roque-de-Vif, Nages-et-Solorgues A 346, lieu dit les Combes, 348 à 357, lieu-dit les Castels, 977, lieu-dit les Belardes) : inscription par arrêté du 3 avril 1980 - Les parcelles AC 5, 7 à 9, 11, 12, 14 à 16, 18, 23, 24, 27 à 32, 36 à 38, partie de l'oppidum, en totalité : classement par arrêté du 23 octobre 2006. Une première phase d'habitat s'étend du VIIIe au début du VIe siècle AC, caractérisée par des cabanes en matériaux périssables et une base creusée dans le rocher. Les foyers sont établis sur un sol en terre battue. Des vases à provision ont été mis au jour. Après un abandon de deux cents ans, une nouvelle ville est édifiée à l'emplacement des cabanes, vers 380-360 AC. La ville est entourée d'un rempart en pierres sèches jalonné de tours quadrangulaires. Vers 290-280, cette ville est abandonnée au profit du site voisin de Nages. Le site est partiellement réoccupé à l'époque gallo-romaine, entre 25 AC et 50 PC. Propriété de la commune.
  • Temple protestant : ancienne église d'origine romane contre laquelle fut accolée en 1876 une tour d'horloge surmontée d'un gracieux campanile en forme de bulbe.
  • Deux anciens lavoirs
  • Pittoresque et ancien cimetière protestant au milieu d'une superbe forêt de cyprès dominant le village sur la face nord de la Roque de Viou.

Nota : avec Boissières, il s'agit du seul village de Vaunage à ne pas posséder d'église pour le culte catholique.

A noter également qu'au milieu des années 1940, des prospections géologiques accompagnées de forages tres profonds (près de 3000 m) en vue de trouver d'éventuelles nappes de pétrole ont été effectués sur le territoire communal dans la plaine de la Vaunage. Ces recherches se sont néanmoins révélées infructueuses. Depuis février 2011, la société Total procède au rebouchage de l'un de ces puits.

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Notes et références

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Saint-Dionisy de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Saint-Dionizy — ou Saint Dionisy Pays …   Wikipédia en Français

  • Saint-dionizy — ou Saint Dionisy Pays …   Wikipédia en Français

  • Saint-Côme-et-Maruéjols — 43° 49′ 45″ N 4° 12′ 11″ E / 43.8292, 4.2031 …   Wikipédia en Français

  • Saint-Chaptes — 43° 58′ 19″ N 4° 16′ 47″ E / 43.9719, 4.2797 …   Wikipédia en Français

  • Saint-Gervasy — 43° 52′ 42″ N 4° 28′ 09″ E / 43.8783, 4.4692 …   Wikipédia en Français

  • Saint-Gilles (Gard) — Pour les articles homonymes, voir Saint Gilles. 43° 40′ 43″ N 4° 25′ 54″ E …   Wikipédia en Français

  • Dionisy Glouchitsky — Denis de Glouchitsa Pour les articles homonymes, voir Saint Denis et Denys. Saint Denis de Glouchitsa (1363 1437). Icône de la fin du …   Wikipédia en Français

  • Dionisy — Dionisius Icône représentant la « descente du Christ aux enfers », du monastère de Ferapontov …   Wikipédia en Français

  • Jonquières-Saint-Vincent — 43° 49′ 44″ N 4° 33′ 50″ E / 43.8289, 4.5639 …   Wikipédia en Français

  • Durfort-et-Saint-Martin-de-Sossenac — Durfort et Saint Martin de Sossenac …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.