Psychothérapie neuro-linguistique


Psychothérapie neuro-linguistique
Article principal : Programmation Neuro-Linguistique.

La psychothérapie neuro-linguistique (PNLt) correspond à la pratique de la programmation neuro-linguistique (PNL) dans le domaine de la psychothérapie. Pendant ses premières années, la programmation neuro-linguistique n'a évolué qu'au sein du champ de la psychothérapie[1] ,[Note 1]. Un certain nombre de techniques ne peuvent être d'ailleurs employées que dans ce cadre, comme le modèle pour régler les phobies développé par Richard Bandler[3]. Les psychothérapeutes en PNLt utilisent des techniques issues de modélisation dans des cadres différents : les techniques observées chez de grands thérapeutes d'autres théories, celles découlant des niveaux logiques, certaines empruntées aux sciences cognitives et surtout celles découlant de l'explicitation des stratégies des sujets.

Sommaire

Étapes dans une psychothérapie PNL

La première étape sert à créer le contact. Rien n'est possible sans un minimum de qualité de relation. Pour les intervenants en PNL, le mimétisme verbal et non-verbal (synchronisation) va favoriser la confiance que le client accepte de témoigner vis-à-vis du professionnel[4]. Il est important de garder un équilibre entre accompagner et guider[5].

La seconde étape consiste à cerner le problème et la demande. C'est l'analyse de l'« état présent » et de l'« état désiré »[6]. Le thérapeute PNL va chercher à comprendre la problématique du client en utilisant par exemple les trois premières étapes du modèle SCORE, et en utilisant le méta-modèle. Puis, il s'agit d'affiner les objectifs, par le modèle des conditions de bonne formulation ainsi que par celui des niveaux logiques, en ayant en plus une attention aux redondances. Le thérapeute doit rechercher les informations pour comprendre son client et cela a déjà une action thérapeutique puisque cela nécessite pour ce dernier de questionner ses liens mentaux, ses associations, généralisations, omissions, objectifs. Le thérapeute doit aussi cerner l'étendue du problème sans se limiter à ce que le client décrivait au début de la thérapie. Enfin, il faudra évaluer le niveau de motivation, c'est-à-dire le désir du client à se changer.

La troisième étape correspond aux actions pour mobiliser les ressources pour changer. Lorsque le problème est bien cerné et que les objectifs sont bien clairs, il est question de guider le client pour qu'il mobilise des ressources internes suffisantes (passées, présentes, et à venir, c'est-à-dire imaginées, de la personne) pour changer ses représentations, donc son vécu et ses comportements ultérieurs. Deux approches sont possibles : changer directement le vécu subjectif (par la stratégie mentale, sous-modalités, etc.) ou utiliser des protocoles issus de l'observation de grands thérapeutes (comme la négociation entre parties, le recadrage en six points, le changement d'histoire de vie entre autres) ou encore une combinaison créative des techniques existantes[7].

La quatrième étape est à mettre en relation avec l'évaluation. Celle-ci est continue. Le thérapeute recherche des informations sur l'amélioration ou non du problème soit par observation, soit par l'étude du discours du client, soit aussi en testant le changement dans la réalité[8]. Une attention particulière est donnée tout au long des entretiens à l'écologie du client, c'est-à-dire à s'assurer qu'il n'y ait pas d'effet négatif aux interventions[9].

Types de psychothérapie

Comme les modèles et techniques (ou « protocoles » dans le jargon de la PNL) reposent sur l'observation de grands thérapeutes appartenant à différentes écoles des sciences humaines, il est difficile de situer la programmation neuro-linguistique au sein des psychothérapies[10]. Tout ce qui est valide au sein des théories psychologiques et psychothérapeutiques est ainsi susceptible de se retrouver incorporé à la PNL. Cette particularité de la PNL en fait une pratique difficile à classer. Une tendance serait de la considérer comme une psychothérapie comportementale étant donné son intérêt pour les mécanismes gérant les comportements conditionnés. Une autre, a contrario, serait de la considérer comme humaniste puisqu'elle recherche les ressources inconscientes. Enfin, la PNL pourrait être dite psychodynamique, en raison des techniques sur la négociation des parties et les processus internes qu'elle met en œuvre[11].

Plusieurs techniques mises en œuvre en programmation neuro-linguistique sont à mi-chemin de ces trois approches. Par exemple, la structure du modèle dit du Re-imprinting[12] intègre plusieurs procédés ou concepts venant d'horizons thérapeutiques différents, réunis en une seule intervention. Elle est construite par Robert Dilts et elle permet de retrouver dans le passé un événement traumatique (conception de Freud[Note 2])[13],[14] en utilisant l'ancrage. Cette technique regroupe : une approche comportementaliste, la dissociation de Milton Erickson et les positions perceptuelles, l'analyse systémique de l'événement, la ligne de temps et sous-modalités (comment la personne se construit sa représentation mentale du temps et le changement de ses représentations), c'est-à-dire un angle cognitiviste, l'« intention positive » (travail sur les parties à dominante humaniste donc, ainsi que la notion d'empreinte de Konrad Lorenz[13].

Pratiques psychothérapeutiques variées

La PNLt s'inscrit dans une logique propre à la thérapie brève.

L'usage de la PNL en psychothérapie peut s'observer de différentes manière. Au début de la PNL, des thérapeutes appartenant à d'autres démarches utilisaient ponctuellement certaines techniques de PNL pour régler des problèmes spécifiques, comme, par exemple, la phobie. Le modèle des niveaux logiques a pu aider des thérapeutes à organiser l'usage des techniques PNL en développant une approche plus globale de la personne. C'est le début de la « PNLt » (pour : « psychothérapie neuro-linguistique »). Les psychothérapeutes en PNLt qui se réclament des thérapies brèves, rappelle Monique Esser, limitent a priori leur nombre de séances (de 2 à 3, voire 10), ou dans la durée (6 mois environ). Monique Esser rappelle que ce n'est cependant pas une orientation reconnue en tant que telle, par les associations de PNLt[15]. On trouve aujourd'hui des thérapeutes PNL qui cherchent à s'ouvrir aussi à des conceptions classiques, permettant un travail en profondeur. Ce qui peut prendre plus de temps. S'il existe une PNLt avec une démarche et des protocoles précis, il y a surtout des PNListes dont la pratique globale peut varier fortement de l'un à l'autre[1].

Si les débuts de la Programmation Neuro-Linguistique sont imprégné d'antipsychiatrie[16], aujourd'hui les psychothérapeutes PNListes travaillent en collaboration avec d'autres professionnels de la santé mentale[17], et notamment des psychiatres, dès que cela est nécessaire. La formation des psychothérapeutes PNL est aujourd'hui mieux formalisée : un cursus de praticien, puis de maître-praticien, une spécialisation pour être psychothérapeute PNL (spécialité organisée seulement par quelques centres PNL), y compris de la supervision[18], auquel s'ajoute un travail psychologique personnel est nécessaire. Ce parcours est souvent complété par des formations supplémentaires en analyse systémique, en hypnose, en EMDR, en analyse transactionnelle, entre autres.


Notes

  1. Les cinq premiers livres de PNL sont orientés exclusivement vers l'usage en psychothérapie[2]
  2. Dans Cinq leçons sur la psychanalyse (Payot, 1995, p. 8-13), Sigmund Freud décrit un exemple mettant en évidence une corrélation entre des expériences passées vécue de manière traumatique et des difficultés psychologiques du présent.

Références

  1. a et b Alain Cayrol et Josiane de Saint-Paul, 2010, p. 12.
  2. Malika Belkassan, 2007
  3. Richard Bandler, 1990, p. 66-77.
  4. Genie Laborde, 1987, p. 39
  5. Monique Esser, « La Programmation Neuro-Linguistique » in Nicolas Durur et Michèle Gennart, 2002, p. 386
  6. Monique Esser, « La Programmation neuro-linguistique » in Nicolas Durur et Michèle Gennart, 2002, p. 383
  7. Monique Esser, « La Programmation neuro-linguistique » in Nicolas Durur et Michèle Gennart, 2002, p. 384
  8. Monique Esser, « La Programmation neuro-linguistique » in Nicolas Durur et Michèle Gennart, 2002, p. 387
  9. Monique Esser, 2003, p. 68.
  10. Robert Dilts, 1989, p. 4.
  11. Malika Belkassan, « Quelques réflexions à propos des origines psychothérapeutiques de la PNL », dans Journal Métaphore, Paris, Fédération des associations Francophone de PNL, no 50, décembre 2007 [texte intégral] .
  12. Robert Dilts, 2006, p. 102.
  13. a et b Robert Dilts, 2006, « Remerciements », p. IX.
  14. name="Monique Esser, 2003|p=156"
  15. Monique Esser, 2011, « Comparaison entre PNLt et thérapies brèves », p. 336 et 338.
  16. Monique Esser, « La Programmation neuro-linguistique », in Nicolas Duruz et Michèle Gennart, 2002, p. 380.
  17. Cette collaboration est stipulée dans le code de déontologie de l'association québécoise de PNL notamment, in Monique Esser, 2003, p. 156.
  18. Jane Turner et Bernard Hévin, 2006, p. 157.

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Bibliographie

Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article : Ouvrage utilisé comme source pour la rédaction de cet article

Monographies et articles généralistes

Ouvrages fondateurs

  • (en) Richard Bandler et John Grinder, The Structure of Magic, t. 1, Palo Alto, Science et Behavior Books, 1975 (ISBN 08314-0044-7) 
  • (en) Richard Bandler et John Grinder, The Structure of Magic, t. 2, Palo Alto, Science et Behavior Books, Inc', 1976 (ISBN 0-8314-0049-8) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article 
  • (en) Richard Bandler et John Grinder, Patterns of Hypnotic Techniques of Milton H. Erickson, t. 1, Meta Publications,U.S, 1997 (ISBN 978-1555520526) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article 
  • (en) Richard Bandler, Judith DeLozier et John Grinder, Patterns of Hypnotic Techniques of Milton H. Erickson, t. 2, Metamorphous Press,U.S, 1996 (ISBN 978-1555520533) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article 
  • (en) Robert Dilts, John Grinder, Richard Bandler,Judith DeLozier, Neuro-Linguistic Programming : Volume 1 The Study of the Structure of Subjective Experience, Meta Publications, Cupertino (CA), 1980 (ISBN 0-916990-07-9) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article 
  • (en) Robert Dilts, Roots of N.L.P., Metamorphous Press, U.S., 1983 (ISBN 978-0916990121) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article 
  • (en) Leslie Cameron-Bandler, They Lived Happely Ever After, Meta Publications, Cupertino, U.S., 1978 (ISBN 978-0932573018) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article 
  • Gregory Bateson, Vers une écologie de l'esprit, Seuil, 1977 (ISBN 2-02-025767-X) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article 
  • P. Watzlawick, J. Helmick Beavin & Don D. Jackson, Une logique de la communication, Paris, Seuil, coll. « Point », 1972 (ISBN 2-02-005220-2) 

Ouvrages d'analyse

  • (de) Wolfgang Walker, Abenteuer Kommunication : Bateson, Perls, Satir, Erickson und die Anfänge des Neurolinguistischen Porgrammierens (NLP), Stuttgart, Klett-Cotta Verlag, 1996 (ISBN 978-3608919769) 
  • Nicolas Duruz & Michèle Gennart, Traité de psychothérapie comparée, Genève, Médecine et Hygiène, 2002 (ISBN 978-2880491680) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article 
  • Monique Esser, La PNL en perspective, Bruxelles, Labor, 2003 (ISBN 2-8040-1792-3) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article 
  • Monique Esser (dir.), La Programmation neuro-linguistique en débat, Paris, L’Harmattan, 2004 (ISBN 2-7475-6775-3) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article 
  • Monique Esser (dir), PNL et psychothérapie, Bruxelles, Satas, 2011 
  • Jane Turner & Bernard Hévin, Le nouveau Dico-PNL : Comprendre les mots et les concepts de la PNL, Paris, InterÉditions, 2006 (ISBN 2-10-050385-5) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article 
  • (en) Robert Dilts, Judith DeLozier, Encyclopedia of Systemic Programming and NLP New Coding, NLP University Press, Scotts Valley (CA), 2000 (ISBN 0-9701540-0-3) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article 
  • (en) Mark E. Furman et Fred P. Gallo, The Neurophysics of Human Behavior : Explorations at the Interface of the Brain, Mind, Behavior, and Information, Floride, CRC Press, 2000 (ISBN 978-0849313080) 
  • (nl) Levelt W., Hoedt u voor Neuro-Linguistisch Programmeren!, Intermediair, 1995 
  • (en) Lilienfeld S.O, Steven Jay Lynn, and Jeffrey M. Lohr (Eds.), Science and Pseudoscience in Clinical Psychology, Guilford Press, New York, 2003 (ISBN 1-57230-828-1) 
  • (en) Williams, W F. general editor., Encyclopedia of pseudoscience, New York, Publisher Facts On File New York, 2000 

Synthèses et manuels

  • C. et S. Andreas, Au cœur de l’esprit', Chabreloche, La Tempérance, 1994 (ISBN 2-9505753-2-3) [lire en ligne] 
  • C. et S. Andreas, Transformation Essentielle, Chabreloche, La Tempérance, 1998 (ISBN 2-9505753-3-1) [lire en ligne] 
  • (en) Richard Bandler et John Grinder, Frogs Into Princes, Real People Press, 1979 (ISBN 0-911226-18-4) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article 
  • Richard Bandler et John Grinder, Les secrets de la communication, LeJour, 1982 (ISBN 2-89044102-4) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article 
  • Richard Bandler, Un cerveau pour changer, InterEditions, 1990 (ISBN 2-10-004952-6) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article 
  • Richard Bandler et John Grinder, Transe-Formations : Programmation Neuro-Linguistique et techniques d’hypnose éricksonienne, InterEditions, Paris, 1998 (ISBN 2-729-60694-7) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article 
  • Richard Bandler, Obtenez la vie que vous voulez, Montréal, Les éditions de l'Homme, 2010 (ISBN 978-2-7619-2679-9) 
  • Alain Cayrol & Josiane de St Paul, Derrière la magie, InterEditions, 1984 (ISBN 978-2100494521) 
  • Gilligan S., Le courage d’aimer Principes et mise en pratique de la thérapie des relations à soi, Bruxelles, Satas, 1999 (ISBN 2-87293-063-9) 
  • David Gordon, Contes et métaphores thérapeutiques, Paris, InterEditions, 2002 (ISBN 2-10-004895-3) 
  • Genie Laborde, Influencer avec intégrité, Paris, InterEditions, 1987 (ISBN 2-7296-0170-3)Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    Préface de John Grinder
     
  • Joseph O’Connor et John Seymour, Introduction à la PNL, Paris, Vigot, 1995 (ISBN 2-7114-1980-0) 
  • Josiane de St Paul & Sylvie Tenenbaum, L'esprit de la magie, la Programmation Neuro-Linguistique, InterEditions, 2005 (ISBN 2-10-049060-5) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article 

Articles

  • (en) John Grinder et Suzette Elgin, « A Guide to Transformational Grammar: History, Theory, Practice », dans The Modern Language Journal, vol. 58, no 5/6, 1973, p. 282-283  Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Malika Belkassan, « Quelques réflexions à propos des origines psychothérapeutiques de la PNL », dans Journal Métaphore - journal de la Fédération des associations drancophones de PNL, no 50, 2007  Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Alain Thiry, « Et si les PNListes étaient crédibles... », dans Journal Métaphore - journal de la Fédération des associations Francophones de PNL, no 48, 2006  Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Psychothérapie neuro-linguistique de Wikipédia en français (auteurs)