Portal 2


Portal 2
Portal 2
Portal2 logo.png

Éditeur Valve Corporation
Développeur Valve Corporation
Distributeur Valve Corporation (Steam) Electronic Arts

Date de sortie Sortie internationale 19 avril 2011 (Steam)

Sortie internationale 21 avril 2011[1]
Genre Action
Réflexion
Mode de jeu Un joueur
Coopératif (2 joueurs max)
Plate-forme Mac OS X
Windows
PlayStation 3
Xbox 360
Média DVD
Téléchargement
Contrôle Clavier, souris
DualShock 3, Sixaxis, Manette Xbox 360 (Xbox 360 et PC)

Évaluation ESRB : E10+
PEGI : 12
OFLC : PG
Moteur Source

Portal 2 est un jeu vidéo de réflexion et d'action en vue subjective, développé par Valve Corporation et sorti en 2011 sur PC, XBox 360 et PlayStation 3. Il est la suite de Portal.

Sommaire

Histoire

Campagne solo

L'époque à laquelle se déroule Portal 2 est inconnue mais il est suggéré qu'elle se déroule au moins plus d'un siècle après le premier Portal.

Chell se réveille dans ce qui semble être une chambre d'hôtel. Une voix de robot la guide à travers un test cognitif avant qu'elle ne soit remise en sommeil. Lorsqu'elle se réveille de nouveau, de nombreuses années se sont écoulées. Wheatley, un robot chargé de l'entretien du personnel en stase, déplace la salle, une des centaines stockées dans un immense entrepôt, et l'aide à s'échapper en passant par les salles de tests d'Aperture Science délabrées par le temps et à récupérer le Portal Gun. Wheatley, ayant manqué à son devoir de maintenir les fonctions vitales des autres sujets de test stockés, cherche à s'échapper des locaux, dirigeant Chell vers la salle où GLaDOS a été désactivée par Chell dans le premier opus. Wheatley tente d'allumer le disjoncteur du module de sécurité, mais accidentellement il réactive GLaDOS, qui condamne Chell à des tests jusqu'à sa mort pour se venger de sa désactivation, et commence la reconstruction de l'usine en ruines.

Avec l'aide de Wheatley, Chell s'échappe des salles de test et sabote la production de la neurotoxine ainsi que l'usine de fabrication des tourelles pour améliorer ses chances de vaincre GLaDOS. Lors de la seconde confrontation avec GLaDOS, Chell met la tête de Wheatley sur le corps de GLaDOS mais Wheatley devient ivre de puissance et change GLaDOS en un module alimenté par une pomme de terre. Il trahit et envoie à la fois Chell et GLaDOS dans les profondeurs d'Aperture Science. Durant la longue chute, GLaDOS châtie Chell pour avoir mis Wheatley en position de pouvoir, affirmant qu'il était « le produit des plus grands esprits d'une génération en collaboration dans le but de concevoir le plus stupide imbécile qui ait jamais vécu ».

Après la chute, GLaDOS est enlevée par un oiseau tandis que Chell s'aventure dans la partie la plus ancienne d'Aperture Science. Là, elle commence une série de tests où elle est accueillie par des enregistrements de l'ancien PDG d'Aperture Science, Cave Johnson. Lors de son ascension à travers les différentes salles de tests, Chell apprend à partir des enregistrements que Johnson est devenu de plus en plus déséquilibré au fil du temps, empoisonné par la roche lunaire utilisée dans le gel conversif (le revêtement des dalles qui supporte les portails). Elle apprend aussi que GLaDOS a été conçue pour remplacer Cave après sa mort en lui transférant sa personnalité mais il meurt avant sa construction, alors Caroline, son assistante, le remplace et GLaDOS acquiert sa personnalité. Chell et GLaDOS finissent par former un partenariat pour arrêter Wheatley, dont l'incompétence détruit peu à peu le complexe, tandis que GLaDOS digère la révélation au sujet de Caroline.

Chell et GLaDOS finissent par atteindre l'installation moderne qui a un tout autre visage par la faute de Wheatley qui les teste dans ses nouvelles salles. Wheatley tente de tuer Chell avec son « piège de la mort » dont elle s'échappe en raison de la bêtise et du manque de logique de Wheatley. Chell se rend dans le repaire de Wheatley pour une confrontation finale. Chell distrait Wheatley et lui ajoute des modules défectueux afin de permettre à GLaDOS d'ouvrir un autre transfert de base et de contrôler Aperture Science. Le toit s'effondre, Chell envoie un portail sur la Lune et un autre en dessous de Wheatley afin de l'envoyer dans l'espace pour l'empêcher de nuire à nouveau. GLaDOS parvient à tirer Chell d'affaire en laissant Wheatley avec un des modules corrompus. Quelque temps plus tard, Chell se réveille, GLaDOS lui explique qu'elle a appris de précieuses leçons sur l'humanité grâce à la personnalité de Caroline. Elle supprime ensuite cet aspect de sa personnalité, de façon à revenir à son attitude antagoniste standard, et permet enfin à Chell de quitter l'établissement. Elle explique qu'essayer de tuer Chell a été si difficile qu'il est plus facile de la laisser partir. La partie se termine ; Chell est amenée à la surface et, après avoir écouté un chœur formé de tourelles, sort d'un cabanon dans un champ de blé. Un compagnon-cube est éjecté par la porte avant que celle-ci ne claque.

Dans l'épilogue, Wheatley, dérivant dans l'espace, impuissant, exprime ses regrets d'avoir trahi Chell.

Campagne multijoueur

Deux nouveaux personnages sont introduits dans le mode coopératif, ces deux personnages sont P-Body, créé à partir d'une tourelle reconnaissable par son œil orange et Atlas, créé à partir d'un module de moralité reconnaissable par son œil bleu. Les deux personnages sont deux robots bipèdes, munis d'un Portal Gun intégré. Ils sont devenus des entités distinctes et sont soumis aux volontés de GLaDOS à travers une série de salles de test complexes conçues pour l'« Initiative de coopération d'essai ». GLaDOS semble troublée de voir ces robots travailler ensemble et tente de détériorer leurs relations par la ruse, par exemple en faisant des compliments à un robot au détriment de l'autre. L'histoire Coop se déroule chronologiquement après la campagne solo, le scénariste Erik Wolpaw a affirmé que les joueurs n'ont pas « forcément besoin de les lire dans cet ordre[2] ». Les robots sont brièvement présentés dans la conclusion de la campagne solo, mentionnés par GLaDOS comme des sujets d'essai qui peuvent remplacer l'homme.

Dans la campagne Coop, Atlas et P-Body sont testés sur cinq parties par GLaDOS. Dans les quatre premières, GLaDOS prépare les robots à s'aventurer à l'extérieur des systèmes d'essai d'Aperture Science pour récupérer un disque de données. À la conclusion de la cinquième partie, les robots entrent dans la chambre forte, une structure géante où des milliers d'hommes cryogénisés sont répartis sur les murs de la salle. GLaDOS félicite les robots, car les sujets humains serviront à de nouveaux tests.

Personnages

  • Chell : protagoniste du jeu, elle ne parle jamais tout au long de l'aventure et son nom de famille est inconnu. Elle est, à l'origine, un des sujets de test d'Aperture Science et s'est démarqué par son incroyable tenacité.
  • GLaDOS (VO : Ellen McLain ; VF : Scarlett Perdereau) : entité informatique réveillée par erreur par Wheatley, GLaDOS garde une rancune tenace envers Chell qui l'a « tuée » dans le premier opus et veut lui faire faire des tests jusqu'à la fin de ses jours.
  • Wheatley (VO : Stephen Merchant ; VF : Guillaume Lebon) : ce petit robot est une version expérimentale d'un processeur de moralité de GLaDOS, prévu pour générer des idées fausses, des erreurs et des sentiments. Il est chargé de veiller à la sécurité des humains du centre. Tous les sujets de test étant morts en-dehors de Chell, il la réveille pour s'enfuir avec elle.
  • Cave Johnson (VO : J. K. Simmons ; VF : Paul Borne) : président et fondateur d'Aperture Science, il est présent en tant que voix off et en tant que guide (comme GLaDOS). Il guide Chell dans les vieux souterrains d'Aperture Science, inconnus de GLaDOS.
  • Atlas et P-Body : ce sont deux robots servants de sujets de test pour GLaDOS. P-Body est créé à partir d'une tourelle et les couleurs de ses portails sont orange et rouge. Atlas est créé à partir d'un module de moralité et les couleurs de ses portails sont bleu et violet. D'après GLaDOS, les robots ont été créés car ils ne connaissent pas les sentiments et la peur et pour se dispenser de sujet humain.
  • Tourelles défectueuses et l’Annonceur de la base (VO : Nolan North ; VF : Pierre-Alain de Garrigues)
  • Tourelles (VO : Ellen McLain ; VF : Scarlett Perdereau)

Système de jeu

Schéma illustrant la conservation de la vitesse des objets lorsque ceux-ci traversent les portails. En sautant dans le portail du bas, le personnage est propulsé en dehors du portail du haut et jusqu'à la plate-forme de droite.

Comme dans le premier Portal, le joueur contrôle en vue subjective un personnage nommé Chell qui doit traverser les salles et avancer à travers le gigantesque complexe d'Aperture Science en utilisant un générateur à portails (portal gun en anglais). Ce générateur permet de créer deux portails distincts, l'un orange, l'autre bleu. Lorsque ces deux portails sont en place, une connexion physique et visuelle se créent entre eux et toute entité traversant l'un des deux portails ressortira par l'autre en conservant sa vitesse. Toutefois, toutes les surfaces ne permettent pas de créer un portail : il faut que le mur soit plat, assez grand et recouvert de particules lunaires. Le joueur peut aussi ramasser des objets et les poser à l'endroit adéquat. Ces objets sont généralement des cubes de stockage pouvant servir à appuyer sur des interrupteurs afin d'activer des plate-formes ou d'ouvrir des portes ou pour faire bouclier contre les tirs des tourelles.

Le principe de « redirection de quantité de mouvement » fonctionnant entre les portails est particulièrement important : les objets et Chell conservent leur vitesse en traversant les portails, mais leur direction sera modifiée en fonction de l'orientation du portail de sortie. Cela permet au joueur de propulser des objets ou son avatar sur de grandes distances, à la fois verticalement et horizontalement.

Chell est équipé de genouillères spéciales (Advanced Knee Replacement en anglais) qui lui permettent de ne subir aucun dégât lors d'une chute, quelle que soit la hauteur. Chell reste cependant vulnérable aux autres dangers qu'elle rencontre tels que les tourelles ou les liquides toxiques. Il n'y a aucun système de points de vie : le personnage meurt s'il reçoit une quantité importante de dégâts d'un seul coup mais peut encaisser les petites blessures.

Si le gameplay de base demeure similaire au premier opus, plusieurs nouveautés apparaissent dans la résolution des tests du jeu et nécessite généralement d'être utilisé de concert avec les portails. Le rayon thermo-décourageant est un laser utilisés pour détruire les ennemis ou alimenter certains dispositifs ; les lasers peuvent être déviés avec un nouveau type de cube contenant une lentille. Le halo d'excursion est une sorte de tube anti-gravitationnel qui permet au joueur et aux objets de flotter à l'intérieur tout en étant poussé dans une direction ou dans une autre ; la direction peut parfois être inversé par des commutateurs. Le pont de lumière tangible est un condensé de « lumière dure » (hard light) servant soit de véritable pont sur lequel le joueur peut marcher, soit de mur qui bloque le tir des tourelles. Différents gels doivent également être utilisés en les répandant sur le sol ou les murs : le gel propulsif, orange, qui donne une forte accélération au joueur ; le gel répulsif, bleu, qui permet de faire des sauts ; le gel conversif, blanc, qui permet de créer un portail lorsqu'il est répandu sur une surface.

Développement

Configuration minimum - PC
Système d’exploitation XP/Vista/7
Processeur 3 0 GHz
Mémoire vive 1 Go
Carte graphique 128 Mo
Espace disque 7,6 Go

Suite du premier jeu de la série Portal, Portal 2 a été annoncé officiellement le 5 mars 2010[3]. Après plusieurs jours de spéculations causés par une mise à jour de Portal contenant des fichiers sonores en code morse et des images SSTV[4], Valve a finalement annoncé via le magazine Game Informer[5] et sur Steam que la suite de Portal était bien en préparation et sortirait le 21 avril 2011. Le même magazine a aussi confirmé que le jeu inclurait un mode coopératif et de nombreux nouveaux personnages.

Quelques jours après l'annonce officielle, des informations ont déjà filtré sur l'internet. En effet, des photographies du magazine Game informer ont été trouvées par les fans de la série[6].

Le 9 juin 2010, Valve annonce officiellement le report du jeu à 2011[7].

Durant la conférence Sony de l'E3 2010, Gabe Newell a indiqué que le jeu sur PlayStation 3 serait la meilleure version console.

Portal 2 et Steamworks

Disponible exclusivement sur PC, Mac OS et PlayStation 3, Steamworks permet aux possesseurs de ces plateformes de jouer en mode coopératif[8]. Valve a aussi annoncé le support de SteamCloud, ce qui permet aux joueurs de la version PC de retrouver leur sauvegarde sur PlayStation 3 ou sur Mac OS et vice-versa[9],[10].

Modding

Valve a ajouté que la communauté du milieu du mapping pourra exporter ses cartes sur Mac OS X, PlayStation 3 et Xbox 360. En revanche, Hammer, le logiciel pour créer les cartes, est quant à lui disponible uniquement sur PC[11].

Gabe Newell, fondateur et président de Valve, a annoncé vouloir faciliter le modding sous Source SDK. En effet, Source SDK est un logiciel qui peut être compliqué pour certains développeurs tiers (même pour les développeurs de chez Valve d’après Gabe Newell). C'est pour cela que Newell veut simplifier Source SDK afin de faciliter la tâche des moddeurs[12].

Contenus bonus

Le jeu intègre un court trailer interactif réalisé avec le moteur Source présentant le film Super 8 ainsi que les "fausses publicités" d'Aperture Science et les premiers trailers. Une demi-suite (un DLC) est sorti le 4 octobre 2011, contenant de nouvelles salles en co-opération ainsi que le mode défi solo et défi co-opératif, ces derniers consistant à battre le record du temps mis pour traverser une salle tout en faisant le moins de portails possibles.

Réception critique

Le jeu a reçu un accueil globalement très favorable, considéré comme un chef-d’œuvre vidéoludique, avec des notes proches du maximum : 95/100 sur Metacritic[13], 19/20 sur Jeuxvideo.com[14], 10/10 sur Jeuxvideo.fr[15], etc.

Les critiques ont dans l'ensemble salué l'excellent mode coopératif, le travail réalisé sur les personnages, la qualité du scénario et l’excellence des doublages en version originale anglaise comme en version française. Le final est souvent noté parmi les points forts, autant que la structure narrative et le gameplay non-violent du jeu. En revanche, le second acte a été diversement apprécié, qualifié parfois de passage à vide[16] et apprécié ailleurs pour casser la routine des chambres de test. La durée de vie limitée du titre en l'absence de chambres défis ou chronométrées fut également regrettée[17]jusqu'à la sortie du premier DLC.

Le 21 juin 2011, soit moins de deux mois après sa sortie, Portal 2 s'est vendu en plus de 3 millions d'exemplaires[18].

Notes et références

  1. (fr) Portal 2 ouvrira ses portes le 22 avril 2011 sur http://www.play3-live.com/. Consulté le 19 novembre 2010
  2. (en)Valve drop Portal 2 co-op details sur Computer and Video Games, 31 mars 2011
  3. www.vossey.com, Portal 2 : c'est confirmé !
  4. www.vossey.com, Mise à jour de Portal...
  5. (en) April Cover Revealed. Consulté le 5 mars 2010
  6. (fr) Information Portal 2. Consulté le 7 mars 2010
  7. (fr) Portal 2 repoussé à 2011. Consulté le 9 juin 2010
  8. Valve est fier de vous annoncer l'union du PC et de la PS3, play3-Live, 22 Avril 2011
  9. Portal 2 - Les joueurs PS3 contre les PCistes, Playlipse, 18 juin 2010
  10. Steam rend disponible son Cloud pour la PS3
  11. Portal 2 : un éditeur sur PC mais du contenu pour tous, Jeuxvideo.com, 24 janvier 2011
  12. Valve promet une mise à jour du SDK Source Engine
  13. (en) Portal 2 sur http://www.metacritic.com/. Consulté le 25 avril 2011
  14. (fr)Dinowan, « Test Portal 2 », 2011. Consulté le 20 juillet 2011
  15. (fr) Portal 2 sur http://www.jeuxvideo.fr/. Consulté le 25 avril 2011
  16. (fr) Test de Portal 2 sur http://www.gamekult.com/. Mis en ligne le 26 avril 2011, consulté le 2 mai 2011
  17. (fr) Test de Portal 2 sur http://www.gamers.fr/. Mis en ligne le 29 avril 2011, consulté le 2 mai 2011
  18. (fr) Portal 2 atteint les 3 millions sur Jeuxvideo.com. Mis en ligne le 23 juin 2011, consulté le 23 juin 2011

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Portal 2 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Portal 2 — Обложка «тёмного» ПК издания игры …   Википедия

  • Portal 2 — Entwickler …   Deutsch Wikipedia

  • Portal de la 80 — Saltar a navegación, búsqueda Portal de la 80 Terminal ◄ ► Quirig …   Wikipedia Español

  • Portal — primarily refers to: * Portal (architecture), a gate, door, or tunnel. * Portal (fiction), a magical or technological doorway that connects two distant locationsPortal may also refer to:Computing* Enterprise portal, a framework to provide a… …   Wikipedia

  • Portal — Saltar a navegación, búsqueda La palabra Portal hace referencia a varios artículos en la wikipedia: Informática Un portal de Internet es la página de inicio que permite el acceso a las distintas secciones de un sitio web.tiene como servicios:… …   Wikipedia Español

  • portal — PORTÁL, portaluri, s.n. 1. Intrare principală monumentală într un edificiu, de obicei încadrată cu un chenar de piatră, de zid sau de lemn şi bogat împodobită. 2. Deschidere din piatră sau din metal la intrarea unor poduri mari de cale ferată. 3 …   Dicționar Român

  • PORTAL (F.) — PORTAL FERNAND (1855 1926) Lazariste français, l’un des principaux artisans, avec lord Halifax, de l’effort de rapprochement entre anglicans et catholiques, dans le premier quart du XXe siècle. Né à Laroque, dans l’Hérault cévenol, d’une famille… …   Encyclopédie Universelle

  • PORTAL — I noun access, aperture, approach, corridor, door, doorway, entrance, entranceway, entry, gate, gateway, ingress, inlet, means of access, opening, passageway, postern, pylon II index admittance (means of approach), entrance, margin (outs …   Law dictionary

  • PORTAL (M.) — Michel PORTAL (1935 ) Certains êtres, et particulièrement certains artistes, découragent toute espèce de classement ou de définition. De Michel Portal, clarinettiste et saxophoniste (mais aussi joueur de bandonéon), interprète classique et… …   Encyclopédie Universelle

  • Portal — Por tal, n. [OF. portal, F. portail, LL. portale, fr. L. porta a gate. See {Port} a gate.] 1. A door or gate; hence, a way of entrance or exit, especially one that is grand and imposing. [1913 Webster] Thick with sparkling orient gems The portal… …   The Collaborative International Dictionary of English