Pierre Robineau de Portneuf


Pierre Robineau de Portneuf
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Pierre Robineau de Bécancour.

Pierre Robineau de Portneuf était un officier des troupes coloniales en Nouvelle-France. Il naquit le 9 août 1708 à Montréal, le deuxième fils de René Robineau de Portneuf et de Marguerite Daneau de Muy. Il se mari avec Marie-Louise Dandonneau Du Sablé le 22 avril 1748. Il mourut le 15 novembre 1761 dans le naufrage du navire l'Auguste non loin des côtes du Cap-Breton[1].

Biographie

Pierre Robineau de Portneuf était cadet dans les troupes coloniales en 1729 à Michilimackinac, dans le Michigan. Le 1er avril, 1733, il fut promu deuxième enseigne, et le 1er octobre, 1740, il fut nommé enseigne en Louisiane. Le 15 avril 1750, le ministre de la marine, Antoine Louis Rouillé, consentant à une requête faite par le gouverneur de la Nouvelle-France, le Marquis de la Jonquière et l'intendant François Bigot, lui permit de construire une petite fortification sur l'emplacement de la ville actuelle de Toronto, sur les bords du Lac Ontario. Les autorités de la colonie espéraient par ce moyen attirer les amérindiens dans la région, surtout, les Mississaugas, pour faire du commerce avec eux. Ils voulaient empêcher ses amérindiens de faire commerce de leurs fourrures aux anglais à Fort Oswego. Pierre Robineau de Portneuf, qui était enseigne au Fort Frontenac, fut désigné pour accomplir le projet. Le Sieur de Portneuf partit le 20 mai 1750 et atteignit Toronto un peu plus tard. Pendant que les provisions et les articles de commerce furent envoyées à Montréal, il commença à construire le fort sur la rive est de la rivière Toronto, proche de l'embouchure. Après deux mois, l'entrepôt et l'enceinte du fort furent érigés. Le commerce avec les amérindiens au Fort Rouillé fut un succès, et le 17 juillet, un chargement de fourrures d'une valeur de 18,000 livres fut envoyé à Montréal. Ces résultats dépassèrent les attentes. Le 20 août, le gouverneur écrit au ministre pour lui faire part des succès et de l'informer qu'il avait l'intention de construire un nouveau fort plus grand à la pointe de la péninsule appelée La Baye. Il recommanda le Sieur de Portneuf pour son nouveau projet. Se rappelant des raisons de la construction du premier fort, il nota qu'il était maintenant encore plus valide. De plus, il suggère aux amérindiens de détruire le Fort Oswego. Il demanda au ministre la permission de nommé le fort à son honneur, le Fort Rouillé. Les travaux commencèrent à l'automne 1750 et continuèrent durant l'hiver[2]. Le fort fut terminé en avril 1751, lorsque Sieur de Portneuf retourna au Fort Frontenac, où il avait passé l'hiver. Il fut commandant du Fort Rouillé, pendant la saison commerciale de 1751, et retourna au Fort Frontenac à l'automne. Au début de 1752, il fut remplacé comme commandant du Fort Rouillé par Thomas Robutel de La Noue[3].

En 1756, il fut nommé commandant du Fort Presque Isle. L'année suivant, il fut promu capitaine. Il prit part aux engagements dans la vallée de l'Ohio durant la guerre de Sept Ans. Lorsque le Fort Niagara fut attaqué en 1759, il était occupé au Fort Presque Isle à rallier les amérindiens de la région de l'ouest. Après que le Fort Niagara se rendit, il envoya un émissaire rencontrer William Johnson, mit feu au Fort Presque Isle, et alla à Fort Pontchartrain, où il se rendit aux anglais. En octobre 1761, il prit le navire Auguste de Québec pour la France, en espérant y faire carrière. Un mois plus tard, il fut parmi les 113 passagers et membres d'équipage qui périrent lorsque leur bateau fit naufragé au large du Cap-Breton[4].

Références

  1. É.-J. Auclair, Les de Jordy de Cabanac, histoire d’une ancienne famille noble du Canada (Montréal, 1930), p.177.
  2. Désiré Girouard, “Le fort de Toronto,” BRH, V (1899), 137–40.
  3. Frégault, François Bigot, II, 22. P. J. Robinson, Toronto during the French régime. (Toronto, 1933)
  4. É.-Z. Massicotte, “Les Montréalais et les deux forts de Toronto,” BRH, XXXIX (1933), 259–66.

Liens externes

Biographie dans le Dictionnaire biographique du Canada en ligne


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pierre Robineau de Portneuf de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pierre Robineau de Bécancour —  Ne doit pas être confondu avec Pierre Robineau de Portneuf. Pierre Robineau de Bécancour, né Pierre Robineau en 1654 à Québec et meurt en 1729, écuyer, 2e baron de Portneuf, seigneur de Bécancour, officier dans les troupes de la Marine et… …   Wikipédia en Français

  • Robineau de Portneuf, Pierre —    Son of Réné Robineau, Baron de Becancour, a lieutenant in the regiment of Robineau de Menneval, 1690. Served in Acadia, 1691.    Index: Ch Director of Company of New France, 170 …   The makers of Canada

  • Portneuf (ville) — Pour les articles homonymes, voir Portneuf. Portneuf Église Notre Dame des Sept Douleurs Adminis …   Wikipédia en Français

  • Portail:Nouvelle-France — Culture • Géographie • Histoire • …   Wikipédia en Français

  • Magasin Royale — in Toronto Ontario, Canada Type trading station Built 1720 Construction materials wood structure …   Wikipedia

  • Bécancour — Pour municipalité régionale de comté, voir Bécancour (municipalité régionale de comté). Bécancour Village de Sainte Angèle de Laval …   Wikipédia en Français

  • Becancour — Bécancour  Pour municipalité régionale de comté, voir Bécancour (municipalité régionale de comté). Bécancour Village de Sainte Angèle de Laval …   Wikipédia en Français

  • Bécancour (Québec) — Bécancour Blick auf Bécancour …   Deutsch Wikipedia

  • Bataille de la Rivière Puante — La bataille de la rivière Puante se déroula au XVIe siècle dans la ville de Bécancour au Centre du Québec (Québec). Elle opposa les Algonquins et les Ononchataronons[1], une nation amérindienne connue aussi sous le nom d Iroquet, de la… …   Wikipédia en Français

  • Jacques Leneuf de La Poterie — Mandats Gouverneur intérimaire général de la Nouvelle France 6 mai 1665 – 12 septembre 1665 Monarque Louis XIV Prédéces …   Wikipédia en Français