Pierre Lepautre (1659-1744)


Pierre Lepautre (1659-1744)
Portrait du sculpteur par Nicolas de Largillière en 1689.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierre Lepautre.

Pierre Lepautre (Paris, 4 mars 1659 – Paris, 22 janvier 1744), est un sculpteur français, membre d'une importante famille d'artistes des XVIIe et XVIIIe siècles.

Sommaire

Biographie

Pierre Lepautre est le fils d'Antoine Lepautre (ou Le Pautre), un architecte en vue du XVIIe siècle, protégé du cardinal Mazarin, célèbre pour le remarquable Hôtel de Beauvais à Paris. Sur les traces de son père, Pierre s'oriente vers les études artistiques. Élève à l'Académie royale de peinture et de sculpture, il choisit la sculpture et obtient en 1683 un premier Prix de Rome pour le groupe qu'il présente : Invention des forges pour toutes sortes d'instruments, par Tubal-Caïn[1], ce qui lui permet d'être, jusqu'en 1701, pensionnaire de l'Académie de France à Rome.

Durant cette période, il envoie en France plusieurs de ses travaux romains, notamment Le Faune au chevreau qui'il réalise en 1685, un marbre copié sur une œuvre antique qui venait juste d'être découverte. De retour à Paris, il est occupé de 1705 à 1710 à la décoration sculptée de la chapelle du château de Versailles, sous la direction de Jules Hardouin-Mansart.

Faune au chevreau (1685), musée du Louvre.

Pierre Lepautre fut en son temps un sculpteur renommé, certaines de ses œuvres, des grands marbres comme Arria et Pætus, commencé à Rome et fini à Paris, suscitèrent l'admiration par leur virtuosité. Cependant, Lepautre préféra rester fidèle à l'ancienne Académie de Saint-Luc où il occupa un poste de directeur à vie, plutôt que d'accepter les honneurs de l'Académie royale de peinture et de sculpture plus récemment créée.

Principales œuvres

  • Énée et Anchise, marbre (1697), grand groupe en marbre (hauteur 2,65 m), d'après une cire de François Girardon, musée du Louvre[2].
  • Faune au chevreau, marbre (1685), copié sur un antique découvert en 1675[3], la statue décore le parc du château de Marly jusqu'en 1797, puis la façade du palais des Tuileries. Elle entre au Louvre en 1872, restaurée en 2006, elle est désormais exposée dans la cour Marly du musée du Louvre.
  • Arria et Pætus, groupe en marbre (1685 à 1695), commencé par Jean-Baptiste Théodon, musée du Louvre[4].
  • Atalante, marbre, cour Marly du musée du Louvre
  • Atalante poursuivie par Hipomène, marbre (1704), Domaine national de Marly-le-Roi.

Bibliographie

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

  1. Tubal-Caïn (ou Touval-Caïn, Tubalcaïn), est un personnage de la mythologie juive, créateur de la métallurgie.
  2. Notice sur le site Europeana
  3. La statue est achetée par la reine Christine de Suède et est actuellement conservée au Musée du Prado à Madrid.
  4. Notice détaillée sur le site du musée du Louvre

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pierre Lepautre (1659-1744) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pierre Lepautre — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. La famille des Lepautre fournit un grand nombre d artistes au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, notamment : Pierre Lepautre (1652 1716), graveur… …   Wikipédia en Français

  • LEPAUTRE (LES) — LEPAUTRE LES Famille d’artistes français. Formé dans l’atelier d’Adam Philippon, «menuisier et ingénieur du roi», qui avait été envoyé à Rome pour étudier sur place les monuments antiques, Jean Lepautre (1618 1682) suivit sans doute son maître en …   Encyclopédie Universelle

  • Jean-Baptiste Théodon — est un sculpteur français né en 1645 à Vendrest (Seine et Marne) et décédé à Paris en 1713. Sommaire 1 Biographie 2 Œuvres 3 Lieux d expositions …   Wikipédia en Français

  • ROCOCO — Les termes qui désignent les styles sont très souvent, dans leur acception primitive, des mots péjoratifs: gothique, maniérisme, baroque, pompier ont été ou sont encore employés avec une valeur polémique. Ils permettent de qualifier, ou plutôt de …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.