Pemberley

Pemberley
Chatsworth, peint par William Marlow, tel qu'a pu le voir Jane Austen, lorsqu'elle imaginait Pemberley.

Pemberley est le nom du domaine et de la résidence de Mr Darcy, le personnage masculin principal d'Orgueil et Préjugés, le roman le plus connu et le plus célèbre de la femme de lettres britannique Jane Austen, paru en 1813. Ce domaine imaginaire est décrit de façon relativement précise et placé dans le Derbyshire, à cinq miles de la petite ville tout aussi fictive de Lambton.

On considère habituellement que Jane Austen s'est inspirée de Chatsworth, le grand domaine des Cavendish, situé près de Bakewell dans le parc national de Peak District et propriété, au moment de la publication du roman, du 6 e duc de Devonshire, William Cavendish[1]. Cependant, la manière dont est présenté Pemberley et la place particulière qu'il tient dans le roman, font de cette luxueuse propriété en harmonie avec son cadre naturel, un espace symbolique : c'est un lieu de vie idéal qui reflète parfaitement la personnalité profonde de son propriétaire ainsi que ses qualités morales[2].

Sommaire

Première approche

Le pont sur la Derwent, devant le château de Chatsworth.

Le lecteur d'Orgueil et Préjugés sait, dès l'arrivée de Mr Darcy au bal de Meryton, au troisième chapitre, qu'il a une grande propriété dans le Derbyshire[3], mais le nom de cette propriété est cité pour la première fois devant Elizabeth Bennet pendant son bref séjour à Netherfield[4], et dans des termes tels qu'elle en interrompt sa lecture : Pemberley est présenté par Miss Bingley comme un endroit « délicieux », à la beauté inimitable. Plus tard c'est un sujet de conversations intarissables entre George Wickham, qui y a vécu, et Mrs Gardiner, qui a passé sa jeunesse non loin[5], et pour lui, ensuite, l'occasion d'une pointe de regret et de nostalgie lorsqu'il apprend qu'Elizabeth y est allée :« Je vous envie presque ce plaisir »[6].

Le critique littéraire et spécialiste de l'œuvre de Jane Austen Donald Greene[7], ayant visité en 1979 Chatsworth House et son parc, affirme que la description de Pemberley correspond parfaitement à Chatsworth : quand on arrive par Beeley Lodge à l'est, la route monte jusqu'au point de vue, avant de redescendre, côté sud-ouest vers le pont sur la Derwent, construit par James Paine en 1762[8] ; à l'intérieur, les pièces du rez-de-chaussée, le vaste palier et la galerie de peinture (l'actuelle bibliothèque) du premier sont faciles à identifier sur le plan. Et, à cinq miles en direction de Chesterfield, se trouve la petite ville d'Old Brampton, parfaite pour figurer Lambton[7].

Godmersham Park, que Jane Austen connaissait bien, en 1779.

Jane Austen a vu Chatsworth en 1811, lorsqu'elle révisait le manuscrit de Pride and Prejudice, mais elle brouille soigneusement les pistes : elle le cite parmi les « célèbres beautés » que les Gardiner comptent visiter[9] ; le parc de Pemberley, avec ses dix miles de circonférence est plus vaste que celui de Chatsworth[N 1] et elle ne parle ni de statues ni de cascades, insistant au contraire sur le naturel et la simplicité. L'élégante décoration intérieure de Pemberley n'évoque en rien non plus l'éblouissante collection d'œuvres d'art dont le 5e duc de Devonshire a rempli son château[10]. Et Mavis Batey, dans Jane Austen and the English Landscape[11] suggère que, si Pemberley s'inspire de Chatsworth, c'est seulement parce que Jane Austen a choisi d'installer son héros dans le Derbyshire : Fitzwilliam Darcy, même s'il a quasiment l'âge de William Cavendish et, comme lui, une sœur appelée Georgiana, n'est pas duc de Devonshire, et ses 10 000 £ annuelles ne suffiraient pas à entretenir un domaine comme Chatsworth[N 2]. Elle est aussi persuadée que Jane Austen avait clairement en tête le plan de Pemberley House, dont la description reste toutefois assez vague[12]. Le domaine pourrait aussi s'inspirer en partie de Godmersham Park la propriété de son frère Edward qu'elle connaissait bien :

« C'était une vaste et belle construction en pierre, campée sur une petite éminence, adossée à une crête de hautes collines boisées ; devant, un cours d'eau naturellement assez important avait été notablement élargi, mais sans que cela ait l'air artificiel (Volume III, premier chapitre)[12],[N 3]. »

Les toponymes fictifs liés à Pemberley ont plusieurs origines. D. Greene, a suggéré que le nom de « Lambton » est inspiré de celui du village de Brampton[7]. Le nom de « Pemberley » vient peut-être de «  Pemberton », un lieu cité dans The Sylph (1779), roman épistolaire attribué à la duchesse de Devonshire, Georgiana Cavendish, mais aussi de « Beverley », qui est le patronyme de Cecilia, l'héroïne éponyme du roman de Fanny Burney dont la phrase finale a donné son titre à « Pride and Prejudice » [13].

Les lieux

Pemberley Woods

Broadlands dans le Hampshire, remodelé par Lancelot Capability Brown en 1767, se dévoile entre les arbres.

Bien que Jane Austen en fasse peu en général, le parc de Pemberley bénéficie de deux descriptions, toutes les deux dans le premier chapitre du tome III et intégrées au récit. La visite de Pemberley a été préparée dans la dernière page du tome II (chapitre 19). Elle n'était pas prévue au départ, mais est proposée par Mrs Gardiner la veille de l'étape qui doit mener leur petit groupe à Lambton : un léger crochet, d'un mile ou deux, lui permettra d'en revoir les « délicieux paysages ». Elizabeth, prise à l'improviste, en est très perturbée (distressed), et ne se laisse aller à « l'envie de voir personnellement la demeure », qu'une fois assurée, par une discrète enquête à l'auberge, de l'absence du propriétaire. Le volume II de l'édition originale se clôt alors sur un paragraphe formé d'une seule phrase isolée, un vers blanc aux sonorités poétiques : un décasyllabe ou plutôt un pentamètre iambique[14] :

« To Pemberley, therefore, they were to go ». (Vers Pemberley, alors, ils s'en allèrent.)

Le jardin paysager de Stourhead, qui doit, comme le parc de Pemberley, se visiter selon un itinéraire précis.

La première description ouvre le premier chapitre du volume III de l'édition originale. C'est la vue générale, ou plutôt la succession des points de vue qui s'offrent aux visiteurs empruntant la route conduisant au domaine[N 4]. Après la traversée d'une belle forêt, une montée d'un demi-mile conduit sur une hauteur d'où se révèle brusquement le château, dans la plus pure tradition de l'esthétique pittoresque définie par Gilpin : une grande et belle demeure en pierre, dans son écrin de collines boisées, sur l'autre rive d'une rivière subtilement élargie[15]. La route dévale ensuite la colline en serpentant, et franchit la rivière pour mener au château. Bien que la description soit prise en charge par la voix narratrice, le paysage est vu, et admiré, par tous, mais surtout par une Elizabeth particulièrement troublée, qui est ravie de ce qu'elle découvre, et prend conscience « qu'être maîtresse de Pemberley, ce n'est pas rien ! »

La deuxième description prend place après la visite des appartements. Assez détaillée, elle concerne une promenade commençant le long de la rivière, avec un jardinier comme guide[16], et selon un circuit permettant d'apprécier la beauté du parc et la variété de ses paysages[N 5]. Pemberley correspond ainsi parfaitement à la tradition esthétique préconisée par Lancelot Capability Brown, qui privilégie l'aspect naturel[17]. La narratrice emploie un vocabulaire laudatif : la promenade est superbe (beautiful), chaque pas rapproche d'une perspective de plus en plus sublime (nobler), de bosquets de plus en plus beaux (finer). Mais Elizabeth est absorbée dans les réflexions suscitées par la rencontre imprévue qu'elle vient de faire de Darcy : elle qui, d'habitude, apprécie tant la nature, regarde sans voir et doit se forcer pour paraître attentive. La promenade se poursuit en remontant sur les pentes boisées pour admirer la vue des bâtiments et de la rivière à travers les trouées entre les arbres, puis en redescendant pour traverser la rivière sur un pont tout simple, à un endroit pittoresque où son lit se resserre, et finalement rejoindre la pelouse devant le château par un chemin plus direct sur l'autre rive[16].

Pemberley House

Mr Gardiner se demande quelle est la date de construction de Pemberley (Hugh Thomson, 1894).

La visite de la demeure commence, après le hall d'entrée, par le dining parlour, la salle à manger, « grande et bien proportionnée ». L'ameublement intérieur n'est pas vraiment décrit, il « correspond à la fortune du propriétaire ». Certes, les pièces sont imposantes et richement meublées, mais une réflexion d'Elizabeth Bennet signale qu'« il n'y avait là rien de voyant ou d'inutilement somptueux, moins de splendeur mais plus de réelle élégance qu'à Rosings ». Pour elle, la vue qui se dévoile à chaque fenêtre est plus importante : le paysage est subtilement différent mais toujours beau[18].

À l'étage, un vaste palier permet d'accéder à un joli petit boudoir, fraîchement aménagé pour Georgiana Darcy, deux où trois chambres ouvertes à la visite, et la grande galerie de peintures, contenant des tableaux de valeur et de nombreux portraits de famille[N 6], mais Elizabeth ne s'arrête que devant le seul portrait qu'elle peut reconnaître, très ressemblant précise la narratrice, et le contemple pendant plusieurs minutes[19]. Lorsqu'elle viendra, avec sa tante, deux jours après, rendre à Miss Darcy sa politesse, toutes deux seront introduites dans un salon situé au nord, aux portes-fenêtres donnant sur les collines boisées à l'arrière du château, et largement ouvertes sur une pelouse ornée de beaux chênes et de marronniers[20].

On sait, par la discussion à Netherfield entre Miss Bingley et Mr Darcy[4], que Pemberley a aussi une fort belle bibliothèque, « œuvre de maintes générations », précise Darcy qui continue à l'enrichir, considérant que c'est un devoir, à l'époque troublée où ils vivent (in such days as these), de préserver ce patrimoine.

L'âge du bâtiment n'est pas précisé. Le lecteur, comme Mr Gardiner[21], ne peut que se livrer à des conjectures : l'existence de la galerie de peinture du premier étage pourrait en faire remonter la construction à l'époque élisabétaine ou jacobéenne, mais le soin apporté aux perspectives visibles de chaque fenêtre comme l'existence du salon ouvrant directement sur les pelouses[20] sont caractéristiques du goût de la fin du XVIIIe siècle pour le contact avec la nature[22] et souligne le soin qu'a mis le propriétaire à aménager sa demeure.

Gestion du domaine

Partie de pêche, un matin d'été, à Pemberley (Hugh Thomson, 1894).

Jane Austen introduit le lecteur dans la partie noble du domaine, celle qui est ouverte au public[N 7], et dans la partie des appartements accessible aux visiteurs que la femme de charge est tenue d'accueillir et de guider. Ceux qui exploitent ou entretiennent le domaine restent dans l'ombre. On voit seulement le jardinier chargé de faire visiter le parc. Cependant Darcy justifie son arrivée anticipée par des questions à régler avec son régisseur[23] avant la venue de ses nombreux amis et de sa sœur ; Mrs Reynolds, l'intendante, précise d'ailleurs aux Gardiner que le maître passe la moitié de l'année sur le domaine et qu'elle « pourrait courir le monde sans en trouver un qui le vaille », le considérant comme « le meilleur des propriétaires et le meilleur des maîtres », apprécié de tous ses serviteurs et de tous ses fermiers, ce qui fait dire à Mrs Gardiner : « J'imagine que c'est un maître généreux, et ça, aux yeux d'un domestique, implique toutes les qualités » (« He is a liberal master, I suppose, and that in the eye of a servant comprehends every virtue »)[24].

On sait aussi qu'une paroisse au moins en dépend, Kympton[25], dont le précédent propriétaire de Pemberley souhaitait faire profiter George Wickham, en remerciement des services rendus par Mr Wickham père, longtemps régisseur du domaine. Et puisque Darcy fréquente Bingley, d'une famille du Nord, probablement de Leeds et liée au commerce de la laine[26], on peut supposer que ses fermiers élèvent des moutons. Il est aussi possible que, vu sa situation géographique, le domaine possède des exploitations minières dans le Peak District[27], où se trouvaient des carrières de calcaire, de marbre, d'albâtre, et des mines de plomb, de fer et de charbon.

Les fruits qu'on apporte aux dames en visite, les « belles pyramides de raisins, pêches et brugnons », viennent des vergers, et des serres[28] qui permettaient aux riches familles d'avoir sur leur table des fruits frais en toute saison[N 8]. Et il est probable que, si la pêche est un divertissement sportif pour les invités, elle est aussi une ressource du domaine.

Importance et rôle symbolique

Situé loin, à la fois géographiquement et moralement, des valeurs vaines ou superficielles que représentent les autres demeures habitées (Longbourn/Meryton) ou visitées (Rosings Park) par l'héroïne du roman, Pemberley est présenté par Jane Austen comme le symbole et le domaine de valeurs « vraies »[29].

Valeurs du domaine

Valeurs matérielles et sociales

Au plan strictement matériel, Pemberley est un riche domaine, qui rapporte annuellement 10 000 £ net à son propriétaire[N 9]. Certes, ce n'est pas le plus riche des nombreux domaines qui émaillent les romans de Jane Austen ; c'est Sotherton, la propriété à l'allure de prison de Mr Ruthforth, dans Mansfield Park, qui a ce privilège de rapporter annuellement 12 000 £. Il fait cependant de Mr Darcy un puissant landlord et un des célibataires les plus fortunés de Grande-Bretagne. Cependant, contrairement à Maria Bertram, qui accepte d'épouser Mr Rushworth, le terne propriétaire de Sotherton, intéressée par l'assise sociale que lui donneront cette antique propriété et ses amples revenus, Elizabeth Bennet a fièrement refusé le riche mais arrogant Mr Darcy.

Les louanges dithyrambiques de Mrs Reynolds, qui font sourire les Gardiner, soulignent une valeur de Pemberley, la qualité des relations existant entre le propriétaire et ses serviteurs. Les domestiques et les métayers, ce nombreux personnel nécessaire à l'entretien et l'exploitation du domaine, « parlent de lui en bien » : pour David Monaghan, dans Jane Austen, Structure and Social Vision, les réactions et les remarques de la respectable vieille dame montrent que Darcy n'attend pas d'eux une obéissance aveugle et mécanique, mais qu'il les considère comme des personnes rationnelles et dignes de respect, qui peuvent être incluses dans la communauté dont il est le responsable, parce qu'elles en reconnaissent les valeurs[30].

Valeurs morales

Darcy se fait présenter aux Gardiner par Elizabeth, tandis qu'ils visitent son domaine (C. E. Brock, 1895).

Pénétrer dans cet espace privé qu'est Pemberley, où elle ne s'aventure que parce qu'elle croit, à tort, le propriétaire absent[31], permet à Elizabeth de pénétrer en quelque sorte la personnalité de Darcy et prendre conscience de ses réelles qualités[32], que ses préjugés à elle, et son comportement à lui, avaient masquées. À l'époque, en effet, un domaine est perçu comme représentant son propriétaire, selon la tradition héritée du dix-huitième siècle, c'est-à-dire la création de paysages à connotation morale, où s'équilibrent la nature et l'art, la beauté et l'utilité[33]. Darcy, qui avait commencé à se justifier dans sa lettre explicative, est parfaitement « dépeint » à travers Pemberley[32], où sa présence et sa personnalité apparaissent partout « en creux » [31], et rendu digne d'intérêt à cause de l'aspect de son domaine, et parce que l'accord entre le domaine et son propriétaire est ici parfait : Pemberley est l'exact reflet non seulement de ses goûts, mais aussi de son caractère. Et comme le parc dont les beautés ne se dévoilent qu'au fur et à mesure de la promenade[16], il ne se dévoile que peu à peu[17].

Elizabeth en prend définitivement conscience en contemplant longuement et « sérieusement » le portrait « extraordinairement ressemblant » de Darcy, qu'il faut aller chercher au premier étage, dans la grande galerie de peintures. Or ce portrait, peint plusieurs années auparavant, du vivant de son père, précise l'obligeante cicerone, est souriant[N 10], « de ce sourire qu'[Elizabeth] se souvenait lui avoir vu quelquefois quand il la regardait ». Katrin Burlin suggère que Jane Austen, comme les grands portraitistes du XVIIIe, a réussi, dans ce tableau, à capturer la psychologie profonde de son sujet, qui se dévoile dans ce sourire[34]. Et la contemplation du portrait, s'ajoutant aux éloges de « l'intelligente domestique » Mrs Reynolds, pousse Elizabeth à revenir sur ses jugements concernant l'« original ». Devant « la toile où il était représenté et fixait ses yeux sur elle », elle pouvait maintenant penser à la chaleur de ses sentiments, et oublier la manière déplaisante dont ils avaient été exprimés[21]. Elle se prépare ainsi à le rencontrer dans le parc, après avoir emprunté le petit pont qui, franchissant la rivière, ramène les visiteurs vers le château[16], symbole du pont qu'ils sont en train de construire sur le gouffre de leurs préjugés[35].

Une société idéale

Dans le dernier chapitre d'Orgueil et Préjugés, Pemberley House est présenté comme le foyer (le home)[36] où Elizabeth va trouver le « confort, l'élégance et l'intimité de la vie familiale », le lieu utopique où il est possible de vivre loin des mesquineries, de la bassesse, de la vanité du monde. Là, l'espace naturel, social et domestique est « en ordre »[37], contrairement à Longbourn, la maison natale d'Elizabeth, où les parents ont failli, à Meryton, où la société est superficielle et versatile, voire à Rosings Park, siège d'une aristocratie conservatrice méprisante et orgueilleuse. Pemberley est donc un monde idéal et patriarcal, un de ces « petits groupes » (little platoon), selon l'expression d'Edmund Burke[38], où sont respectées les valeurs qu'il considère comme essentielles, et qui correspondent aussi à l'idéal de Jane Austen[39].

Pemberley devient ainsi à la fin du roman, le nouveau centre où, « image fidèle de la félicité conjugale » Darcy et Elizabeth accueillent ceux qui sont jugés dignes de faire partie de leur famille, reconstituant autour d'eux une famille de cœur[40] : Georgiana Darcy s'y épanouit aux côtés d'Elizabeth, Catherine Bennet s'y cultive, Jane et Charles Bingley, une fois installés « à moins de trente miles » de Pemberley, y sont souvent fraternellement invités[41], Mr Bennet adore s'y rendre à l'occasion, les Gardiner y sont toujours reçus comme des parents très aimés, et même Lady Catherine de Bourg acceptera d'y revenir. Ainsi, les trois classes sociales du monde de Jane Austen, l'aristocratie, la landed gentry et le commerce peuvent se réconcilier et vivre en harmonie à Pemberley[42].

Cependant, comme tout paradis, il a ses exclus et ses bannis : Mrs Bennet et Mary n'y sont pas explicitement invitées et si Lydia peut parfois y séjourner, Wickham, parce qu'il a refusé de respecter ses règles, en a été chassé, et parce qu'il ne s'est pas amendé, a définitivement perdu le droit d'y revenir[43].

Mais Jane Austen sait qu'elle vit une période de transition et que l'idéal aristocratique et conservateur défendu par Edmund Burke, cet idéal personnifié par Darcy et institutionnalisé par Pemberley, est en déclin. Si Darcy, le landlord rationnel, bienveillant et chevaleresque a encore le pouvoir de garantir l'ordre moral (en obligeant Wickham et Lydia à respecter les règles sociales pour la sauvegarde du groupe entier), il doit s'allier aux Gardiner pour le faire. Il a aussi besoin d'« acquérir un peu de gaieté » (liveliness)[44] pour rester un modèle, gaieté qui sera apportée par Elizabeth, qui n'a pas le même statut social que lui, comme le fait aigrement remarquer Lady Catherine ; et d'autres classes sociales, issues de l'industrie (textile) et du commerce et représentées par les Bingley et les Gardiner, sont en train d'émerger[45]. Dans deux des romans suivants, Jane Austen montre que les domaines et leurs valeurs traditionnelles sont en danger : la famille Bertram de Mansfield Park ne doit sa survie morale qu'à Fanny Price, la petite cousine pauvre, et Sir Walter Elliot est obligé de louer Kellynch Hall sa propriété ancestrale[45] à un roturier plus apte que lui à l'entretenir, l'amiral Croft.

Pemberley sur les écrans

Divers lieux ont été choisis pour représenter Pemberley, mais seulement à partir du moment où on cessa de tourner les adaptations exclusivement en studios. Ainsi, Pemberley n'apparaît pas dans le film de Robert Z. Leonard sorti en 1940, ni dans les premières versions télévisées.

Dans la première version en couleurs présentée par la BBC en 1967 à l'occasion du 150e anniversaire de la mort de Jane Austen, c'est Dirham Park (en), dans le Gloucestershire qui est Pemberley. Dans la mini-série en 5 épisodes de 1980 pour la BBC, le tournage en extérieurs reste encore très limité. On voit cependant l'arrivée inattendue de Darcy à Pemberley (Renishaw Hall), alors qu'Elizabeth déambule dans les jardins, puis la rencontre avec les Gardiner au bord de la rivière, correspondant assez fidèlement à la description du roman. Toutefois les intérieurs sont tournés en studio.

C'est dans la version de 1995 que les décors naturels sont privilégiés, dans la tradition en train de s'établir à partie des années 1990 du heritage film. Cette télésuite, tournée en Super 16, fait la part belle aux extérieurs, décors naturels et constructions appartenant au patrimoine historique britannique. Le parc de Pemberley est celui de Lyme Park[46]. La caméra balaie lentement le paysage quand la calèche des Gardiner se dirige vers le domaine, et la découverte du château est autant une surprise que dans le roman[47]. Le lien profond de Darcy avec son domaine est dramatisé par la succession des séquences le concernant : l'arrivée à cheval, le plongeon dans l'étang, le retour vers le château et la descente à travers la prairie le long du lac, avant la rencontre avec Elizabeth ; mais le circuit pittoresque le long de la rivière est supprimé : c'est près de la calèche des Gardiner que Darcy rejoint Elizabeth, et c'est lui qui prolonge volontairement la promenade, dans une scène symbolique qui préfigure le dénouement de l'histoire, Elizabeth, maîtresse du domaine et les Gardiner accueillis en parents[47]. Sudbury Hall, qui figure l'intérieur de Pemberley, présente des pièces tout aussi belles et imposantes (lofty and handsome) que celles qu'évoque Jane Austen[48].

Pour le film de 2005, c'est Chatsworth House qui figure Pemberley, mais le film prend beaucoup de libertés par rapport au roman et gomme tout l'aspect symbolique de la visite de Pemberley[49]. Les somptueuses pièces du château sont privilégiées par rapport au parc : Elizabeth, qui a quitté les Gardiner et la femme de charge, erre à l'intérieur, de pièce en pièce, découvre et observe Darcy et Georgiana, avant de s'enfuir. Il la rejoint sur la terrasse où ils se parlent, avant qu'elle reparte, toujours seule, vers Lambton.

Lost in Austen est une parodie d'Orgueil et Préjugés, remplie de clins d'œils aux autres œuvres visuelles dont des séquences sont pastichées, et qui satirise notre société actuelle. Harewood House, une imposante demeure du milieu du XVIIIe siècle située dans le West Yorkshire, est le domaine d'un Darcy particulièrement attaché au début aux devoirs de sa caste, et qui invite finalement Amanda Price à partager sa vie à Pemberley[50].

Dans la culture populaire

Le site lancé en juillet 1996[51] par deux admiratrices de Jane Austen et de la version 1995 de Pride and Prejudice est rapidement devenu The Republic of Pemberley.

La maison d'édition où travaille Bridget Jones, dans le film de 2001 Le Journal de Bridget Jones s'appelle « Pemberley Press ».

Parmi les nombreuses suites inspirées par Orgueil et Préjugés, un certain nombre tournent autour de Pemberley : la plus ancienne est un roman paru en 1923, Darkness at Pemberley par Terence Hanbury White, suivi en 1945 de Pemberley Shades de Dorothy Alice Bonavia-Hunt, et, en 1949, de la pièce en un acte The Wedding at Pemberley de Anne Russell.

Plus récemment : Pemberley: Or Pride and Prejudice Continued d'Emma Tennant (1993) ; Pemberley Place de Anne Hampson (1997) ; The Pemberley Chronicles (1997), Women of Pemberley (1998) et The Legacy of Pemberley (2010) de Rebecca Ann Collins ; Darcy's Pemberley de Morgan Frances (2004) ; Pemberley Manor de Kathryn L. Nelson (2006) ; la série des Letters from Pemberley de Jane Dawkins (2007) ; Searching for Pemberley (2009) de Mary L. Simonsen ; The Pemberley Variations d'Abigail Reynolds, une suite de six romans, publiés entre 2001 et 2010, racontant ce qui aurait pu se passer si, à tel ou tel moment clé de l'intrigue, un personnage avait agit autrement[52].

Notes et références

Notes

  1. « The park is said to be nine miles in circumference » (on dit que le parc fait 9 miles de circonférence) écrit le révérend R. Ward, dans A Guide, to the Peak of Derbyshire en 1827. Cité par Derbyshires Corresponding, p. 156
  2. Le revenu annuel du duc de Devonshire était alors de 100 000 £, et le coût actuel de l'entretien de Chatsworth tourne aux alentours de 4 millions de livres (Voir Chatsworth sur en.wiki).
  3. Citation originale : « It was a large, handsome, stone building, standing well on rising ground, and backed by a ridge of high, woody hills; and in front, a stream of some natural importance was swelled into greater, but without any artificial appearance . »
  4. Kelly M. McDonald compare le voyage d'Elizabeth dans le Derbyshire avec celui des Austen-Leigh en 1833, et rappelle que les visiteurs de Chatsworth House laissaient leur voiture à l'auberge d'Edinsor et continuaient à pied ; Elizabeth, arrivant en voiture à Pemberley, est accueillie en invitée et non touriste. Derbyshires Corresponding
  5. Lydia Martin 2007, p. 148 rapproche cela du tour dit picturesque de Gilpin, mais adapté à un jardin paysager. C'est le cas du domaine de Stourhead, dont les jardins doivent être visités selon un itinéraire précis.
  6. Miss Bingley a fait allusion au portrait d'un juge, grand-oncle de Darcy : voir Jane Austen 1853 (première édition en 1813), p. 45.
  7. Une note de Vivien Jones 2003, p. 430 rappelle que les grandes demeures (stately homes) étaient ouvertes aux visiteurs au XVIIIe siècle, et qu'il existait même des guides illustrés.
  8. Jane Austen critique ce luxe quand il est vaniteux et ostentatoire, comme chez John Dashwood, qui a fait abattre de vieux chênes pour construire à grands frais une serre à Norland et chez le général Tilney qui cultive des fruits exotiques dans ses serres chauffées.
  9. Ce qui correspond à, au moins, 15 000 £ brut, car les taxes sont considérables : taxes foncières, taxes sur les fenêtres, les chevaux de selle, les véhicules, la soie, les serviteurs (ces hommes dont on prive l'armée ou la marine...), les chiens, les produits « de luxe » courants (café, sucre, sel, chandelle, savon, etc.) voir : The Value of a Good Income sur JASNA
  10. En général les personnages sur les portraits sont peu souriants au XVIIIe siècle, ce qui accentue la valeur du sourire de Darcy. Voir Pemberley sur JASA, 2000.

Références

  1. The selected essays of Donald Greene, The Original of Pemberley, Bucknell University Press, 2004
  2. Lydia Martin 2007, p. 151
  3. Jane Austen 1853 (première édition en 1813), p. 7
  4. a et b Jane Austen 1853 (première édition en 1813), p. 32
  5. Jane Austen 1853 (première édition en 1813), p. 126
  6. Jane Austen 1853 (première édition en 1813), p. 285
  7. a, b et c Pemberley Revisited
  8. Carte en bas de page de CHATSWORTH sur Discover Derbyshire
  9. Jane Austen 1853 (première édition en 1813), p. 209
  10. Vivien Jones 2003, p. 431, note 3.
  11. Mavis Batey, Jane Austen and the English Landscape, 1996  p. 68-74.
  12. a et b Pemberley sur JASA
  13. The Two Georgianas sur JASNA, 1989
  14. Jane Austen 1853 (première édition en 1813), p. 211
  15. Jane Austen 1853 (première édition en 1813), p. 211-212
  16. a, b, c et d Jane Austen 1853 (première édition en 1813), p. 219-220
  17. a et b Lydia Martin 2007, p. 148-152
  18. Jane Austen 1853 (première édition en 1813), p. 212
  19. Jane Austen 1853 (première édition en 1813), p. 216
  20. a et b Jane Austen 1853 (première édition en 1813), p. 231
  21. a et b Jane Austen 1853 (première édition en 1813), p. 217
  22. Janet Todd, Jane Austen in context, Cambridge University Press, 2005 , p. 227
  23. Jane Austen 1853 (première édition en 1813), p. 222
  24. Jane Austen 1853 (première édition en 1813), p. 224
  25. Jane Austen 1853 (première édition en 1813), p. 286
  26. Deirdre Le Faye, Jane Austen: The World of Her Novels, 2003  p. 186
  27. Isabelle Ballester 2009, p. 95
  28. Vivien Jones 2003, p. 431 (note 1 du ch. 3 du tome III).
  29. Nicholas Marsh, Jane Austen : The Novels, 1998 (ISBN 0312213719) [lire en ligne]  p. 165 The Theme of change.
  30. Michael Kramp 2007, p. 174, Note 14 du chapitre 4.
  31. a et b Austen (trad. Laurent Bury), Orgueil et préjugés, GF Flammarion, 2010 (ISBN 9782081229518)  p. 20
  32. a et b Vivien Jones 2003, p. 381 (Appendice de Tony Tanner).
  33. Vivien Jones 2003, p. 430 (note 2 du ch. 1, volume III).
  34. Dans Pictures of Perfection at Pemberley: Art in Pride and Prejudice dans Jane Austen New Perspectives, éditions J Todd, Holmes & Meier, New York, 1983, cité dans Pemberley sur JASA
  35. Pemberley, a symbol sur Spark Notes
  36. Jane Austen's Idea of a Home (2005)
  37. Vivien Jones 2003, p. 385 (Appendice de Tony Tanner).
  38. Vivien Jones 2003, p. xxx.
  39. Mary Poovey, The proper lady and the woman writer, 1985 [lire en ligne]  p. 202.
  40. Reconfiguring the Family in Persuasion, note 2
  41. Sisterhood and Friendship
  42. Alistair M. Duckworth : The improvement of the estate: a study of Jane Austen's novels (1994) p.335-336 (ISBN 9780801849725)
  43. The Two Gentlemen of Derbyshire:Nature vs Culture
  44. Michael Kramp 2007, p. 73
  45. a et b Michael Kramp 2007, p. 12-13
  46. Lyme Park as Pemberley sur Period Dramas.com
  47. a et b Lydia Martin 2007, p. 152-153
  48. Jane Austen 1853 (première édition en 1813), p. 213
  49. Inside Out/Outside In: Pride & Prejudice on Film 2005 sur JASNA
  50. "Completely without Sense":Lost in Austen sur JASNA
  51. Historique de The Republic of Pemberley
  52. Voir : en:List of literary adaptations of Pride and Prejudice

Annexes

Bibliographie

Articles connexes

Bon article
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 23 novembre 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l’ayant promu.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pemberley de Wikipédia en français (auteurs)

См. также в других словарях:

  • Pemberley — Pride and Prejudice= Pemberley is the country estate owned by Fitzwilliam Darcy, the male protagonist in Jane Austen s novel Pride and Prejudice . It is located in Derbyshire and believed by some to be based on Chatsworth House, near Chesterfield …   Wikipedia

  • Pemberley Cottage — (Дейлсфорд,Австралия) Категория отеля: Адрес: 3002 Ballan Daylesford Road, 3460 Д …   Каталог отелей

  • Republic of Pemberley — The Republic of Pemberley is an online community dedicated to the appreciation of the work of the English author Jane Austen. The site was established shortly after the release of the 1995 BBC adaptation of Austen s novel, Pride and Prejudice , [ …   Wikipedia

  • Orgueil et Préjugés — Orgueil et préjugés[N 1] …   Wikipédia en Français

  • Orgueil et Préjugés (télésuite, 1995) — Pour les articles homonymes, voir Orgueil et Préjugés (homonymie). Orgueil et Préjugés Luckin …   Wikipédia en Français

  • Fitzwilliam Darcy — Pour les articles homonymes, voir Darcy. Fitzwilliam Darcy Personnage de fiction apparaissant dans Orgu …   Wikipédia en Français

  • Mariage dans les romans de Jane Austen — Trois mariages concluent Emma : Jane Fairfax et Frank Churchill, Emma Woodhouse et Mr Knightley, Harriet Smith et Robert Martin (Chris Hammond, 1898). Le thème du mariage, thème central d Orgueil et Préjugés, est un thème majeur dans tous… …   Wikipédia en Français

  • Famille Bennet — Pour les articles homonymes, voir Bennet. Famille Bennet Organisme de fiction apparaissant dans Orgueil …   Wikipédia en Français

  • Elizabeth Bennet — Pour les articles homonymes, voir Bennet. Elizabeth Bennet Personnage de fiction apparaissant dans Orgu …   Wikipédia en Français

  • George Wickham — Pour les articles homonymes, voir Wickham. George Wickham Personnage de fiction apparaissant dans Orgu …   Wikipédia en Français


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»