Palais des Évêques


Palais des Évêques

Hébergeant les collections du musée départemental de l’Ariège, le Palais des Évêques (ou Palais épiscopal[1]) domine la cité de Saint-Lizier. Depuis les terrasses, on peut jouir d'un point de vue exceptionnel sur la chaîne des Pyrénées.

Sommaire

Historique

Sur ce site unique, les évêques ont bâti un palais somptueux et une cathédrale richement ornée, qu’ils n’ont cessé d’embellir du XIe au XVIIIe siècle. Avec la suppression de l’évêché du Couserans en 1801, le site perd sa fonction religieuse et devient tour à tour mairie, prison, dépôt de mendicité et asile d’aliénés. En 1969, le site, trop vétuste, perd sa fonction hospitalière.

En 1992, le Conseil général de l’Ariège installe les collections d’Arts et traditions populaires du Musée départemental dans l’ancien palais. Dans le même temps, avec la redécouverte des exceptionnelles peintures murales de l’ancienne cathédrale Notre-Dame de la Sède, les élus prennent conscience du caractère unique de cet ensemble.

En 2004, le Conseil général de l'Ariège décide de lancer, un grand projet de restructuration du Palais des Évêques, avec la création d’une résidence de tourisme dans les anciens bâtiments de l’hôpital psychiatrique, d’un restaurant dans les caves du Palais et d’un pôle culturel autour du musée et de la cathédrale récemment restaurée.

Dans cette nouvelle configuration, le musée départemental de l’Ariège redéploie ses collections sur une période allant de l’Antiquité à nos jours, en écho avec la cité licéroise et le Couserans.

Le Musée départemental de l'Ariège

La visite aborde quatre thèmes majeurs, répartis sur les quatre niveaux du musée :

Salle 1 : La présence romaine en Couserans L’intérêt d’érudits ariégeois pour la période antique nous livre aujourd’hui une collection émouvante d’objets de la vie quotidienne au temps des romains : amphores, lampes à huile, éléments d'élévation sculptés, monnaies... Cette collection est enrichie par la découverte fortuite, en 1994, du trésor de Saint-Girons. Ce trésor monétaire comptant près de 14 000 pièces de monnaie gallo-romaine est également présenté dans cette salle.

Salle 2 : De la cité gallo-romaine à l’évêché du Couserans A la fin de l’Antiquité, l’implantation du christianisme et le traumatisme lié aux grandes invasions modifient la société et laissent des traces durables dans l’architecture de la cité. Sarcophages de marbre, objets de la vie quotidienne à décor chrétien et sculptures sont exposés dans cette salle. Une belle collection de plaques-boucles de ceintures mérovingiennes provenant de la nécropole de Tabariane est aussi à admirer.

Salle 3 : Le Palais des Évêques, histoire et architecture Du XIe au XVIIIe siècle, les évêques expriment leur puissance à travers des projets architecturaux toujours plus somptueux. Les secrets du Palais et de sa cathédrale, à la richesse picturale exceptionnelle, vous sont dévoilés dans cette salle : l'histoire de la restauration de la cathédrale, des exemples d'iconographie comparée, permettent à chacun de mieux appréhender la qualité du site. Salle tactile : Venez voir avec vos mains certains objets du musée ! Pour petits et grands, cette salle obscure est une invitation à la découverte par le toucher. Des copies d'objets exposés au musée sont ainsi à reconnaître.

Salle 4 : Vivre dans une vallée pyrénéenne au début du XXe siècle Qui sont les habitants de la vallée de Bethmale ? Bergers, artisans, paysans… La riche collection de Jacques Bégouën trouve désormais sa place au dernier niveau du musée. Travail du textile, fabrication des produits laitiers, vie du berger et bien d'autres thèmes sont évoqués ici : une plongée au siècle dernier à travers des objets rustiques et fonctionnels attestant des savoir-faire des habitants de cette vallée longuement isolée. Salle sonore : Laissez-vous conter les légendes des Pyrénées !

La cathédrale Notre-Dame-de-la-Sède

C’est lors du démontage des boiseries pour restauration que l’on retrouve l'existence des peintures murales sous le décor du XIXe siècle. Des sondages montrèrent que les peintures s'étendaient bien au-delà des boiseries. Les campagnes de restauration successives ont permis de dégager un décor d’une qualité exceptionnelle sur l’ensemble de la voûte ainsi que sur une grande partie des murs de l’édifice. Les peintures les plus anciennes remonteraient au XIIe siècle. Cependant, l’ensemble le plus important fut réalisé sous l’épiscopat de Jean d’Aule (1475-1515).

Sur les voûtes sont visibles douze Sibylles. Les Sibylles sont, dans l’Antiquité, des femmes ayant don de prophétie. Elles ont été, par la suite, adoptées par les Pères de l’Église, qui ont vu dans leurs prophéties l’annonce de la venue du Christ. Les artistes leur ont associé, toujours sur les voûtes, les Pères des douze Tribus d’Israël. L’imposant arbre de Jessé - on désigne traditionnellement sous ce nom l’arbre généalogique du Christ, à partir de Jessé, père de David – a été peint sur le mur sud de la cathédrale. Sur le mur nord ont été figurés différents épisodes de la vie de saint Jacques le Majeur, notamment l’épisode du transport du corps du saint en barque jusqu’en Galice.

La cathédrale Notre-Dame de la Sède est classée Monument historique depuis 1994.

Les extérieurs du Palais

Dans les jardins du Palais se trouvent l’aire du cloître aujourd’hui disparu mais présentant un enfeu encore en place, l'ancienne salle capitulaire surmontée d'une salle d’exposition temporaire, et un belvédère offrant une vue imprenable sur les Pyrénées. Tout au long du parcours, une frise chronologique monumentale guide dans l’histoire de Saint-Lizier (en orange) en liaison avec les grandes dates qui ont construit l’Occident (en bleu).

Références

  1. Notice no PA00125555, sur la base Mérimée, ministère de la Culture

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Palais des Évêques de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Palais des évêques de Bourg-Saint-Andéol — Le Palais des Evêques est un fort médiéval français embelli aux XVe siècle et XVIIe siècle. Le Palais épiscopal de Bourg Saint Andéol constitue l’un des monuments les plus considérables mais aussi des plus complexes du Vivarais.… …   Wikipédia en Français

  • Palais des évêques de Comminges — Palais épiscopal d Alan Le palais épiscopal d Alan est l ancienne résidence d été des évêques de Comminges. Il est situé à Alan dans le département de la Haute Garonne (en Comminges dans la région Midi Pyrénées). La Vache d Alan est le nom qui… …   Wikipédia en Français

  • Palais des évêques du Comminges — Palais épiscopal d Alan Le palais épiscopal d Alan est l ancienne résidence d été des évêques de Comminges. Il est situé à Alan dans le département de la Haute Garonne (en Comminges dans la région Midi Pyrénées). La Vache d Alan est le nom qui… …   Wikipédia en Français

  • Palais des Princes-Évêques de Liège — Présentation Période ou style Gothique Renaissance Architecte Arnold van Mulken Date de construction …   Wikipédia en Français

  • Palais des Princes-Eveques de Liege — Palais des Princes Évêques de Liège 50° 38′ 46″ N 5° 34′ 24″ E / 50.646175, 5.573 …   Wikipédia en Français

  • Palais des Princes-Evêques de Liège — Palais des Princes Évêques de Liège 50° 38′ 46″ N 5° 34′ 24″ E / 50.646175, 5.573 …   Wikipédia en Français

  • Palais des princes-évêques de liège — 50° 38′ 46″ N 5° 34′ 24″ E / 50.646175, 5.573 …   Wikipédia en Français

  • Palais des Papes d'Avignon — Pour les articles homonymes, voir Palais des papes …   Wikipédia en Français

  • Palais des Rohan —  Pour le palais situé à Bordeaux, voir Palais Rohan. 48°34′52″N 7°45′8″E / …   Wikipédia en Français

  • Palais des Rohan de Strasbourg — Palais des Rohan  Pour le palais situé à Bordeaux, voir Palais Rohan. 48°34′52″N 7°45′8″E / …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.