Berlue


Berlue

La berlue est un ancien terme médical utilisé dès le XIIe siècle pour définir un symptôme qui correspond à une sensation visuelle anormale avec la perception d'objets ou de lumière qu'on n'a pas réellement devant les yeux[1].

Sommaire

Étymologie

Deux versions sont proposées

  • Le Dictionnaire de l’Académie française présente ce terme comme une forme dérivée de lucere (luire), de l'italien barlume (avec le préfixe ber ou bar qui a un sens péjoratif) [2].
  • Le Dictionnaire étymologique de Bloch-Wartburg, la plus grande autorité reconnue dans le monde universitaire, donne une origine beaucoup plus compliquée : le mot serait issu du grec pompholix, « bulle d'eau » qui aurait donné en latin famfaluca, devenu *biluca par changement de préfixe dès le bas-latin, avec évolution en *belue, puis berlue[3].

Mot ancien

On parlait aussi jusqu'au XVIIe siècle de berluette, de brelue, d'ébrelue, de beurlu, de bluette[4]

De nos jours

Mot vieilli qu'on retrouve principalement dans l'expression française « avoir la berlue » qui signifie percevoir des choses imaginaires.

De nos jours, bien que le mot ait donné naissance au mot éberlué, il n'est plus utilisé ; médicalement, on parlera de myodésopsie, de phosphène ou de scotome.

Références

  1. Dictionnaire Littré (1880)
  2. Dictionnaire de l’Académie française, 8e édition (1932-1935)
  3. Dictionnaire étymologique de la langue française par Oscar Bloch et Walter von Wartburg, 5e édition revue, 1968, PUF, Paris, 1968, pp. 68 et 75
  4. Dictionnaire d'étymologie française

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Berlue de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • berlue — [ bɛrly ] n. f. • 1536; bellue XIIIe; de belluer « éblouir » ♦ Avoir la berlue : avoir des visions. Je n ai pas la berlue, c est bien lui. Fig. Se faire des illusions. ● berlue nom féminin (ancien français belluer, éblouir, ou latin populaire… …   Encyclopédie Universelle

  • berlue — BERLUE. s. f. Sorte d éblouissement passager. Il n est que du style familier, et ne se dit qu en cette phrase, Avoir la berlue. Il voit les objets autrement qu ils ne sont, il a la berlue. [b]f♛/b] On dit figurément et familièrement, Avoir la… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • berlue — BERLUE. s. f. Veuë trouble, ne se dit qu en cette phrase. Avoir la berluë. il voit les objets autrement qu ils ne sont, il a la berluë. Il se dit fig. Des yeux de l esprit. Vous ne voyez pas qu on vous joüe, vous avez la berluë. vous aviez la… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • berluë — Berluë, f. penac. Oculorum caligo …   Thresor de la langue françoyse

  • BERLUE — s. f. Sorte d éblouissement, qui est ordinairement passager. On ne l emploie guère que dans cette phrase familière, Avoir la berlue. Il voit les objets autrement qu ils ne sont, il a la berlue. Fig., Avoir la berlue, Juger mal de quelque chose, s …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • BERLUE — n. f. Sorte d’éblouissement, ordinairement passager, qui empêche de voir les choses telles qu’elles sont. On ne l’emploie guère que dans l’expression Avoir la berlue. Fig., Avoir la berlue, Juger mal de quelque chose, s’en faire une idée fausse.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • berlue — (bèr lue) s. f. Lésion de la vue, dans laquelle on perçoit des objets qui ne sont pas réellement devant les yeux, tels que des insectes, des mouches, des toiles d araignée, etc.    Fig. Avoir la berlue, mal voir ; se faire une fausse idée d une… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • berlue — n.f. Couverture. Taper la berlue, jouer aux dés (sur une couverture) (arg.). / Profession fictive qui sert d alibi ; couverture (arg.). [m1]□ n.f.pl. Se faire des berlues, se faire des illusions ; se berlurer …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • berlue — nf. barlu (Villards Thônes) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • La berlue — ou Le masculin singulier est une pièce de théâtre écrite par Jean Jacques Bricaire et Maurice Lasaygues, mise en scène par Michel Jeffrault. Elle fut créée au Petit Marigny le 8 novembre 1984. Argument Louis, la trentaine, n a pratiquement pas… …   Wikipédia en Français