uFund


uFund


Logo de uFund


Logo de UFund
Création 2004
Fondateurs Nadia Khamlichi

Adrian Politowski

Jeremy Burdek

Forme juridique SPRL
Siège social Drapeau de Belgique Bruxelles (Belgique)
Activité Financement dans l’industrie du cinéma
Société mère uMedia
Site web www.ufund.be

uFund (anciennement Motion Investment Group) est une société de financement audiovisuel qui a développé un produit financier basé sur la législation belge de crédit d'impôt pour le cinéma ou Tax Shelter[1]. Il s’agit actuellement du fonds d'investissement Tax Shelter le plus important en Belgique. Le but de la société est de lever des fonds auprès d'entreprises et de les investir dans des productions cinématographiques et télévisuelles. uFund a été fondée par Nadia Khamlichi, Adrian Politowski et Jeremy Burdek en 2004.


Après avoir levé 156 millions € [2] depuis octobre 2004 et avoir financé 120 films, uFund réalise actuellement sa huitième levée de fonds qui couvre l’année 2011.

Avec le succès de uFund, les fondateurs décident d’étendre leurs activités cinématographiques en 2010 en créant uMedia[3].

Sommaire

La société uFund

Stratégie d'investissement

uFund propose une stratégie d’investissement originale : créer un portefeuille de films de genres différents à haut potentiel de rendement. Cette diversification permet aux investisseurs de maximiser leur rendement optimum.

Le produit financier

uFund a structuré un produit financier qui bénéficie d'un blanc-seing fiscal, sous la forme d’un ruling fiscal du SPF Finances sur l'ensemble de sa structure et est assorti de garanties bancaires de grandes banques belges. De plus, le produit financier bénéficie d’un rendement minimum extrêmement intéressant.

Les deux sources du rendement minimum sont :

  • L’avantage fiscal octroyé par l’administration
  • Les garanties bancaires émises par de grandes banques belges

L’avantage fiscal est soumis à certaines conditions, principalement l’achèvement du film et le respect de la condition sur les dépenses belges. Ces conditions sont respectivement garanties et contrôlées par des assurances ou des institutions financières spécialisées (ou encore des systèmes équivalents), ainsi que par des processus stricts et des garanties internes.

La structure fiscale globale bénéficie d'un ruling fiscal octroyé par le Services des Décisions Anticipées. Ceci confère dès lors un avantage particulièrement appréciable pour l’investisseur : une totale sécurité juridique. Cette structure et chaque contrat individuel ont été développés en collaboration avec un expert du Tax Shelter, Maître Pierre-Philippe Hendrickx, associé au cabinet Field Fisher Waterhouse.

L’impact économique et culturel de l’activité de uFund

uFund contribue tant au développement économique que culturel de l’industrie du film belge :

  • Culturel : uFund a convaincu des films à portée internationale de collaborer avec la Belgique (Hors-la-loi : nommé aux Oscars 2011 pour le Meilleur Film Etranger et en Sélection Officielle au Festival de Cannes 2010) et a supporté le plus grand film belge d’animation jamais produit (Le Voyage extraordinaire de Samy). Depuis 2004, elle a investi plus de 41 millions d’euros dans des films de réalisateurs belges et 32,2 millions d’euros dans des films 100% belges[2].
  • Economique : uFund a levé et dépensé de 2004 à 2010 plus de 156 millions € dans l’industrie du film belge. On estime que le Tax Shelter représente 6000 emplois soutenus par an dont 2000 directement par uFund.

Plus d’informations sur le Tax Shelter

La loi du Tax Shelter est un incitant fiscal à l’initiative du gouvernement belge, dont le but est d’attirer des investissements privés dans l’industrie du cinéma belge. Tous les projets de films doivent être reconnus en tant qu’œuvre européenne par la Communauté flamande ou la Communauté française avant de pouvoir bénéficier du système du Tax Shelter.

Points principaux de la loi :

  • Un investissement Tax Shelter dans une production audiovisuelle s’adresse à toute société belge ou établissement stable belge d’une société étrangère, soumise à l’impôt des sociétés;
  • La société bénéficie d’un avantage fiscal égal à 150% du montant investi, avec un plafond de 50% de ses bénéfices réservés imposables (cf. article 194ter C.I.R.);
  • L’investissement maximum autorisé est de 500.000 € par an et par entité fiscale;
  • L’avantage fiscal peut être reporté sur plus d’un an si les bénéfices n’étaient pas suffisants l’année de l’investissement;
  • L’avantage fiscal est octroyé immédiatement, dès la signature du contrat.

Le Tax Shelter en chiffres

  • 700 millions[4] d’euros de dépenses belges structurantes ont été faites en Belgique depuis 2004 (estimation)
  • 10 000 emplois[2] soutenus depuis sa création (estimation)
  • Le nombre de longs-métrages 100% belges a triplé depuis 2004[5]
  • Le nombre de films belges a augmenté de 240% depuis 2004[5]
  • Le Tax Shelter représente 4 fois les subsides octroyés par l’Etat en 2010
  • Le Tax Shelter est même budgétairement positif pour l’Etat puisque, pour 1 euro dépensé, celui-ci récupère en moyenne entre 1,02 et 1,3 euro[6].

L’extension du Tax Shelter aux courts et moyens-métrages

Auparavant limité aux longs métrages, le Tax shelter s’est désormais étendu aux courts et moyens- métrages. En avril 2009, le sénateur Philippe Mahoux (PS) avait déposé une proposition de loi en vue d’étendre la mesure aux films de moins de 60 minutes. Il affirme que «le court-métrage est très souvent un passage obligé, un tremplin pour les jeunes cinéastes, l’occasion de faire leurs preuves, de montrer au public au secteur du cinéma et à leurs pairs leurs réalisations »[7]

Le 1er janvier 2010, la loi qui reprend les dispositions de la proposition de Philippe Mahoux entre en application. Désormais, peut bénéficier du Tax Shelter toute œuvre belge audiovisuelle, tel qu'un film de fiction, documentaire ou d'animation, destiné à une exploitation cinématographique, un téléfilm de fiction longue, une collection télévisuelle d'animation, des séries destinées aux enfants et aux jeunes (à savoir des séries de fiction à contenu éducatif, culturel et informatif pour un groupe cible d'enfants et de jeunes de 0 à 16 ans) et un programme télévisuel documentaire[8].

Quelques récompenses et nominations de films uFund

  • The Artist – Prix d’interprétation masculine pour Jean Dujardin au Festival de Cannes 2011[9]
  • Hors-la-Loi - Sélection officielle au Festival de Cannes 2010[9] et Nomination aux Oscars 2011[10] pour le Meilleur Film Etranger
  • The Last Circus - Lion d’argent et prix du meilleur scénario au Festival de Venise 2010[11]
  • Fly Me to the Moon - Sélection aux Oscars 2009 dans la catégorie « Meilleur film d’animation »[10] pour le Meilleur Film Etranger
  • The Vintner’s Luck - Sélection au Festival de Toronto en 2009[12]
  • Vinyan - Sélection officielle aux Festivals de Venise[11] et Toronto 2008[12]
  • Julia - Sélection officielle au Festival de Berlin 2008[13]
  • Khadak - Lion du Futur au Festival de Venise[11] en 2006, Swarovski Cultural Innovation Award au Festival de Toronto en 2006[12], nommé au prix du Jury au Festival de Sundance en 2007[14]

Filmographie

Références

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article uFund de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • uFund — Industry Finance in the film industry Founded 2004 …   Wikipedia

  • uMedia — Création 2010 Fondateurs Nadia Khamlichi, Adrian Politowski, Jeremy Burdek …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.