Lutte contre le camp militaire du Larzac


Lutte contre le camp militaire du Larzac
Paysage agricole sur le Larzac

En octobre 1971, le gouvernement français, sous l’impulsion du ministre de la Défense, Michel Debré, décida de l'agrandissement du camp militaire du Larzac. Les paysans et leurs sympathisants s'opposèrent à ce projet d'extension, qui fut finalement annulé en 1981 par le nouveau président de la République, François Mitterrand, après dix ans de luttes non-violentes.

Sommaire

Chronologie historique du Larzac en luttes

CRS et manifestants
  • 28 octobre 1971 : Michel Debré, ministre de la Défense, prend la décision d'extension du camp militaire du Larzac créé en 1902. Cet agrandissement ferait passer la surface du camp de 3 000 à 17 000 hectares. Plus de cent fermes sont incluses partiellement ou en totalité dans le nouveau périmètre.
  • 6 novembre 1971 : manifestation de 66 000 personnes à Millau, à l'appel de la FDSEA (Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles).
  • 7 novembre 1971 : prise de position de l'évêque de Rodez contre l'extension du camp.
  • 19 mars 1972 : fondateur de la Communauté non-violente de l’Arche située dans l’Hérault à proximité du Larzac, Lanza del Vasto, âgé de 75 ans, débute un jeûne de 15 jours à la Cavalerie, sur le Larzac. À ce jeûne sont associés des paysans, des habitants de Millau et les évêques de Montpellier et de Rodez.
  • 28 mars 1972 : les paysans concernés par l’extension du camp décident à l’unanimité de refuser toute vente de terrain à l’armée quelles que soient les conditions d’achat, c’est le « Serment des 103 ».
CRS en action
  • 14 juillet 1972 : une manifestation à Rodez rassemble 20 000 personnes derrière 70 tracteurs.
  • 25 octobre 1972 : un troupeau de soixante brebis est conduit par des paysans du Larzac sur les pelouses du Champ-de-Mars à Paris.
  • 26 décembre 1972 : le préfet de l'Aveyron signe le décret déclarant d'utilité publique 13 500 hectares du causse du Larzac.
  • 7 janvier 1973 : montée de 26 tracteurs et de nombreux marcheurs jusqu'à Paris. Après 8 jours, cette première marche sera bloquée à Orléans par les CRS. Ce sont les paysans des environs d’Orléans qui vont prêter leurs tracteurs afin que la marche des 26 du Larzac puisse arriver à son terme.
  • 10 juin 1973 : pose de la première pierre de la bergerie de la Blaquière. 3 000 personnes participeront financièrement à cette reconstruction hors de toute autorisation officielle.
  • 25-26 août 1973 : rassemblement au Rajal del Guorp (cirque naturel dolomitique au nord-ouest de la Cavalerie) et marche sur le Larzac organisée par les paysans-travailleurs. 80 000 personnes venant de toutes les régions de France et d’Europe convergent pour la première fois vers le Larzac.
  • 4 octobre 1973 : ouverture d'une école sur le Larzac.
  • 16 février 1974 : inauguration de la bergerie de la Blaquière construite durant l’été précédent.
  • 17-18 août 1974 : c’est le second rassemblement au Rajal del Guorp : plus de 100 000 personnes se rendent sur le Causse pour une fête des moissons intitulée « Moisson Tiers-monde ». Lors de cette manifestation, François Mitterrand se fera même caillasser par des militants maoïstes qui contestaient sa présence.
  • 6 juin 1975 : parution du premier numéro du journal « Gardarem lo Larzac ». GLL comptera bientôt 4 000 abonnés.
  • 2 juillet 1976 : procès des « 22 » à Millau, condamnés à cinq ou six mois de prison pour avoir détruit des documents concernant l’enquête parcellaire avant expropriation. Cette action avait été menée l’année précédente dans 10 mairies.
  • 13-14 août 1977 : nouveau rassemblement d’environ 50 000 personnes au Rajal del Guorp. Défilé d’une centaine de tracteurs sur lesquels prennent place des appelés du contingent cagoulés et en uniforme (comités de soldats).
  • 21 octobre 1977 : nombreux procès à Millau contre les paysans du Larzac pour insoumission, renvoi de livrets militaires, entrave à la circulation, etc. Au cours du procès un troupeau de brebis envahit le tribunal.
  • Septembre à décembre 1978 : la préfecture signe les arrêtés d’expropriation des terrains de 14 communes. En riposte 150 tracteurs et 5 000 personnes vont labourer les terrains de l’armée.
  • 28 octobre 1978 : journée nationale d’action organisée par les Comités Larzac : défilés, meetings, grèves de la faim mobilisent des dizaines de milliers de sympathisants.
  • 2 décembre 1978 : 18 paysans ont marché 710 km en 25 étapes depuis le Larzac. Ils seront soutenus tout le long du trajet par des paysans de la FDSEA et des riverains qui les hébergent. À leur arrivée, 40 000 personnes défilent aux portes de Paris, le centre-ville étant bloqué par les CRS : ce sera la plus grande manifestation de l’année.
  • Février 1979 : organisation de référendums locaux dans les communes environnantes (Millau, Creissels, La Couvertoirade). De 88 à 95 % des électeurs votent NON à l’extension du camp.
  • Mai 1979 : assemblée plénière de tous les mouvements de soutien et d’action : Comités Larzac, GFA (Groupement Foncier Agricole créé en 1973), abonnés à GLL, Larzac-Université (créée en 1975), APAL (Association pour la promotion de l’agriculture sur le Larzac créée en 1975) etc.
  • Été 1979 : des centaines de travailleurs bénévoles passent une partie de leurs vacances sur le causse pour y remettre en état les infrastructures (téléphone, voies de communication, bâtiments).
  • Mai 1980 : annulation par la cour de cassation de 66 procédures d’expropriation. L’action de renvoi des papiers militaires commencée en 1972 continue et 1 030 livrets militaires sont déposés à Strasbourg à la présidence du Parlement européen ; 3 000 citoyens feront de même.
  • Octobre 1980 : ouverture d’une nouvelle enquête parcellaire.
  • 27 novembre 1980 : à Paris, 74 membres de plusieurs familles du Larzac montés pour une action sous la tour Eiffel, campent sur le Champ-de-Mars. Expulsés au bout de cinq jours, ils vont continuer leur séjour sur une péniche prêtée par la commune de Conflans-Sainte-Honorine jumelée avec Costeraste du Larzac. Cette campagne de jumelage a débuté en 1979 : ainsi 14 municipalités de l’hexagone sont jumelées avec des fermes du causse (Montpellier / Montredon, Grenoble / Cavaliès, ...).
  • Mars 1981 : édition de Dessine-moi le Larzac. 1971 – 1981, dix ans de luttes dix ans de dessins par le Comité Larzac de Paris.
  • 3 juin 1981 : François Mitterrand, élu président de la République le 10 mai, déclare en Conseil des ministres que le projet d'extension du camp militaire du Larzac est abandonné.
  • Septembre 1985 : Des paysans du Larzac offrent symboliquement des terres et une « caselle » à la communauté kanake représentée par Jean-Marie Tjibaou, leader du FLNKS.
  • 8, 9 et 10 août 2003 : Larzac 2003 (voir Larzac).

Voir aussi

Bibliographie

  • Pierre-Marie Terral, Larzac : de la lutte paysanne à l'altermondialisme, Privat, 2011.

Articles connexes

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Lutte contre le camp militaire du Larzac de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Larzac — Pour les articles homonymes, voir Larzac (homonymie). Larzac Subdivision administrative Midi Pyrénées Languedoc Roussillon Subdivision administrative Aveyron Gard Hérault …   Wikipédia en Français

  • Camp du Larzac — Le camp du Larzac est un camp militaire de l’armée de terre française. Il est situé sur la commune de La Cavalerie dans l Aveyron. D une superficie de 3 000 hectares sur les 100 000 ha du causse du Larzac, il sert de garnison… …   Wikipédia en Français

  • Larzac (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Toponymes Larzac, un plateau du Massif central. Larzac, commune de la Dordogne. L Hospitalet du Larzac, commune de l Aveyron. Communauté de communes… …   Wikipédia en Français

  • Larzac 2003 — est une manifestation qui s est déroulée du 8 au 10 août 2003, sur le causse du Larzac, près de Millau en France. Ce fut un très grand rassemblement des altermondialistes, qui aurait réuni au moins 200 000 personnes, plus de… …   Wikipédia en Français

  • Camp Humphreys — Carte simplifié de la ville de Pyongtaek. Le camp Humphreys se situe au sud de la commune. Le camp Humphreys est une vaste installation militaire de l armée de terre des États Unis situé sur la commune de Pyeongtaek en Corée du Sud aux… …   Wikipédia en Français

  • Causse du Larzac — Larzac Pour les articles homonymes, voir Larzac (homonymie). Larzac Région Midi Pyrénées Languedo …   Wikipédia en Français

  • Plateau du Larzac — Larzac Pour les articles homonymes, voir Larzac (homonymie). Larzac Région Midi Pyrénées Languedo …   Wikipédia en Français

  • Base Militaire De Pyongtaek — Carte simplifié de la ville de Pyongtaek Pyeongtaek est une ville Sud Coréenne de 380 000 habitants (recensement de 2005) située à une centaine de kilomètres au sud de Séoul, à proximité de la mer Jaune, sur la côte occidentale de la Corée, face… …   Wikipédia en Français

  • Base militaire de Pyongtaek — Carte simplifié de la ville de Pyongtaek Pyeongtaek est une ville Sud Coréenne de 380 000 habitants (recensement de 2005) située à une centaine de kilomètres au sud de Séoul, à proximité de la mer Jaune, sur la côte occidentale de la Corée, face… …   Wikipédia en Français

  • Base militaire de pyongtaek — Carte simplifié de la ville de Pyongtaek Pyeongtaek est une ville Sud Coréenne de 380 000 habitants (recensement de 2005) située à une centaine de kilomètres au sud de Séoul, à proximité de la mer Jaune, sur la côte occidentale de la Corée, face… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.