Lob Nor


Lob Nor

40°05′N 90°05′E / 40.083, 90.083

Image satellite de l'ancienne mer de Lop Nor.

Le Lob Nor (Lac Lop en mongol), débouché du fleuve Tarim à l'est du désert du Taklamakan, est un immense marécage salé dont la superficie diminue au fil des siècles. Il est situé au sud de Tourfan et au nord de l'ancienne ville de Miran, dans la préfecture autonome mongole de Bayin'gholin de la région autonome chinoise du Xinjiang. Les anglophones l'appellent Lop Nur et l'on rencontre aussi le nom de Lop Nor en français.

Sommaire

Le plus vaste site d'essais nucléaires au monde

Image satellite de marais salants dans le Lob Nor.

Le Lob Nor est le site des essais nucléaires chinois : 45 explosions atomiques y ont été effectuées entre 1964 et 1996, dont 23 dans l'atmosphère, la dernière ayant eu lieu en 1980[1].

Le premier essai nucléaire de la République populaire de Chine et qui avait pour nom de code 596 a été lancé le 16 octobre 1964 sur le site.

Le choix de la zone d'essais a été établi en octobre 1959, sur les conseils d'experts russes. Le quartier général des opérations est basé dans la cité scientifique de Malan, également résidence du personnel scientifique et technique, qui a été construite à une centaine de kilomètres au nord de la zone d'essai, près du lac Bosten.

Au début des activités, les habitants des localités voisines n'étaient pas évacués et c'est seulement dans les années 1970 qu'ils ont commencé à être déplacés pour quelques jours au moment des essais avant d'être autorisés à revenir sur place. Une augmentation des cancers et des malformations à la naissance a été constatée parmi la population locale, le chiffre de 200 000 décès liés aux essais nucléaires ayant même été avancé par des opposants ouïghours[2].

La présence du centre a entraîné des manifestations de mécontentement des populations ouïghoures locales, notamment en mars 1993, où l'armée populaire de libération a tiré sur un millier de manifestants ouïghours qui s'étaient réunis devant le site, entraînant une violente émeute, des dégâts matériels importants à l'intérieur du site, ainsi que de nombreuses victimes[2].

On estimait dans les années 1990 à environ 85 000 le nombre de personnes qui vivaient encore à proximité immédiate des anciennes zones d'essais, soumises par là même à un niveau de pollution radioactive dangereusement élevé[2].

Le livre The Nuclear Express: A Political History of the Bomb and its Proliferation révèle que la Chine aurait secrètement permis l'accès au site d'essai atomique de Lop Nor au Pakistan, et même à la France[3].

Notes et références

  1. (en) China's Nuclear Testing, Nuclear Threat Initiative. Consulté le 9 septembre 2007
  2. a, b et c (en) The undeclared nuclear War in Eastern Turkestan, SOTA - Research Centre for Turkestan and Azerbaijan. Consulté le 9 septembre 2007
  3. (en) Hidden travels of the atomic bomb, New York Times, 9 décembre 2008

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Lob Nor de Wikipédia en français (auteurs)