Jean-Pierre Morat


Jean-Pierre Morat
Jean-Pierre Morat peint par Raynaud

Jean-Pierre Morat (né le 18 avril 1846 à Saint-Sorlin en Saône-et-Loire - juillet 1920) est un médecin français, physiologiste, professeur titulaire de la chaire de physiologie à la Faculté de Médecine de Lyon.

Sommaire

Biographie

Jean-Pierre Morat naît dans une famille de vigneron ; après des études au séminaire d’Autun, il pense pendant quelque temps à se tourner vers les lettres mais, finalement, il se décide pour la médecine et s’inscrit à l’École de médecine de Lyon.

Interne des hôpitaux entre 1868 et 1872, il s’oriente vers l’enseignement ; chef des travaux anatomiques (1873-1876), il doit aller à Paris pour soutenir sa thèse avec pour sujet Contributions à l’étude de la moelle osseuse : en effet, en 1873, la Faculté de médecine de Lyon n’existait pas encore, elle ne sera créée que l’année suivante.

Il se lie rapidement à Claude Bernard (ils étaient tous les deux bourguignons) dont il devient l’un des élèves, et resta dans son laboratoire à Paris pendant trois ans, avant d’être chargé de l’enseignement de la physiologie à la nouvelle Faculté de médecine de Lille. J-P. Morat fut l’un des disciples de la première génération (Claude Bernard avait alors 58 ans) : il évoquait fréquemment les années passées à son contact et, disait-il, son seul désir était de transmettre les idées et les principes directeurs du grand homme.

Il est nommé, en 1882, professeur de physiologie à la Faculté de médecine de Lyon, poste qu’il occupa jusqu’à sa retraite en 1916. Il consacre sa vie à enseigner sa spécialité et il ne quitte pour ainsi dire jamais son laboratoire. Il préparait ses cours avec beaucoup d’attention mais, à l’amphithéâtre, son élocution devenait difficile et il y avait un contraste saisissant entre la parole, d’un maniement pénible et la clarté de son esprit : ses cours étaient souvent désertés tant ses sujets étaient parfois hermétiques et il en fut souvent affecté.

Admis à la Société de biologie en 1883, il est élu, en 1904, correspondant de l’Académie de médecine puis en 1916, correspondant de l’Académie des sciences. Il s’intéresse aux œuvres lyonnaises et il est membre de l’Académie des sciences et belles lettres de Lyon où il prononça un éloge de son maître, Claude Bernard. Il est élevé au grade de chevalier de la Légion d’honneur en 1918.

Morat a pris sa retraite à Saint-Sorlin où il meurt en juillet 1920.

Œuvre

C’est dans le laboratoire de Claude Bernard qu’il rencontre Henry Toussaint avec qui il se lie d’amitié : avec ce jeune vétérinaire, il fait de nombreuses recherches sur Les variations de l’état électrique des muscles ; cette collaboration prend fin prématurément avec le décès, à 44 ans, de H. Toussaint.

C’est également grâce à Claude Bernard qu’il fait la connaissance d’Albert Dastre, agrégé des sciences physiques en 1867 et professeur de physiologie, avant de se voir confier la chaire de physiologie à la Sorbonne en 1886 ; ils publient ensemble de très nombreux travaux, en particulier sur le système nerveux sympathique dont ils démontrèrent le rôle dans la vasodilatation. Ils ont laissé leurs noms à la Loi de Dastre-Morat qui postule que « la vasoconstriction des vaisseaux capillaires de la surface du corps est généralement accompagnée de la vasodilatation des vaisseaux internes, en particulier des viscères et vice-versa ».

Il s’intéresse également à la chirurgie qui ne reposait, à l’époque, que sur des notions anatomiques grâce aux travaux de Xavier Bichat, Guillaume Dupuytren, Marie Philibert Constant Sappey et bien d’autres ; il fut l’un des premiers à parler de chirurgie physiologique dont René Leriche, qui suivit ses cours, fut le défenseur.

Il innove dans le domaine tout nouveau de l’anesthésie : il préconise l’injection préalable de morphine en démontrant son rôle analgésique et d’atropine qui empêcherait l’excitation cardiaque.

Si l’œuvre scientifique de Morat est importante, il eut peu d’élèves ; un seul Maurice Doyon (1869-1934) devint un physiologiste exclusif ; professeur agrégé, il collabora au Traité de physiologie en six volumes que Morat publia chez Masson, en 1904, avant de succéder à son maître à la chaire de physiologie.

Morat connait un oubli injustifié mais la physiologie, telle qu’elle est enseignée de nos jours, lui doit beaucoup.

Une rue de Lyon, dans le 8e arrondissement porte son nom[1].

Bibliographie

  • Eugène Briau, Les biographies médicales, Libr. Baillière et Fils, Paris, 1938
  • BIUM

Références

  1. Rue Professeur Morat sur ruesdelyon.wysiup.net

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean-Pierre Morat de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jean Chouan — was the nom de guerre of the Frenchman, Jean Cottereau, who was born at Saint Berthevin, near Laval, in the department of Mayenne on 30 October 1757[1] and died 18 July 1794 at Olivet, also in Mayenne. He was a counter revolutionary, an …   Wikipedia

  • Jean Angelo — (de son vrai nom Jean Jacques Barthélémy) est un acteur français né le 17 mai 1888 à Paris (6e) (France)[1], et mort le 26 novembre 1933 à Paris (France). Il fut un jeune premier athlétique et séducteur par excellence et un… …   Wikipédia en Français

  • Jean Nouvel — Présentation Naissance 12 août 1945 (1945 08 12) (66 ans) Fumel …   Wikipédia en Français

  • Jean Cottereau — Jean Chouan Pour les articles homonymes, voir Cottereau et Chouan (homonymie). Jean Cottereau Surnom Jean Ch …   Wikipédia en Français

  • Jean-Louis Allibert — Jean Louis Allibert, né le 14 décembre 1897 à Paris IIe et mort le 16 décembre 1979 à Meudon, est un acteur français. Filmographie Cinéma 1924 : Paris de René Hervil 1925 : Le Calvaire de Dona Pia de Henry Krauss… …   Wikipédia en Français

  • Jean Baptiste Christian Fusee-Aublet — Jean Baptiste Christian Fusée Aublet Portrait de Fusée Aublet, taille douce, 1775 Jean Baptiste Christian[1] Fusée Aublet[2] est un pharmacien, botaniste et …   Wikipédia en Français

  • Jean Baptiste Christophore Fusée Aublet — Jean Baptiste Christian Fusée Aublet Portrait de Fusée Aublet, taille douce, 1775 Jean Baptiste Christian[1] Fusée Aublet[2] est un pharmacien, botaniste et …   Wikipédia en Français

  • Jean baptiste christian fusée-aublet — Portrait de Fusée Aublet, taille douce, 1775 Jean Baptiste Christian[1] Fusée Aublet[2] est un pharmacien, botaniste et …   Wikipédia en Français

  • Jean De Luxembourg-Soissons — Pour les articles homonymes, voir Jean de Luxembourg. Jean de Luxembourg, mort le 22 juin 1476, fut comte de Marle et de Soissons de 1462 à 1476. Il était fils aîné de Louis de Luxembourg, comte de Saint Pol, de Ligny, de Guise, de Brienne, de… …   Wikipédia en Français

  • Jean de luxembourg-soissons — Pour les articles homonymes, voir Jean de Luxembourg. Jean de Luxembourg, mort le 22 juin 1476, fut comte de Marle et de Soissons de 1462 à 1476. Il était fils aîné de Louis de Luxembourg, comte de Saint Pol, de Ligny, de Guise, de Brienne, de… …   Wikipédia en Français