Henri Claudon


Henri Claudon
Henri Claudon
Gal Claudon2.jpg

Naissance 21 aout 1864
Ambert, France
Décès 14 mars 1935 (à 71 ans)
Paris, France
Origine Drapeau de France France
Allégeance Flag of France.svg Armée française
Arme Infanterie
Grade Général de brigade
Années de service 1883 - 1924
Commandement 162e Régiment d’Infanterie
Distinctions Legion Honneur Commandeur ribbon.svgCommandeur de la Légion d'honneur
Ruban de la Croix de guerre 1914-1918.pngCroix de Guerre 1914-1918

Henri Claudon (21 aout 1864 à Ambert - 14 mars 1935 à Paris) était un militaire français.

Sommaire

Jeunesse

Joseph Pierre Henri Claudon est né le 21 aout 1864 à Ambert (Puy-de-Dôme). Son père Pierre-Ernest Claudon est alors sous-préfet à Ambert, sa mère est Marie Carlotta Vogel von Schreiber (fille de Gustav Ludwig Vogel von Schreiber, Chambellan de S. A. le Prince de Schwarzburg-Sondershausen et petite fille du général Desvaux de Saint Maurice, commandant de l’Artillerie de la Garde Impériale et mort à Waterloo). Marié le 20 avril 1896 à Paris, à Lucile Marie Madeleine Blanchart, elle même issue d’une famille de haut-fonctionnaires français, née le 3 janvier 1875 à Paris, fille de Gaston Jules Victor Auguste Blanchart, ministre plénipotentiaire et de Marie Victorine Labrouste, dont 3 enfants (Jean, Charles et Germaine).

Renseignements militaires

Engagé volontaire pour 5 ans le 26 octobre 1883 il intègre l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, il en sort 99e sur 441 élèves, puis suit les cours de l’école de tir du camp de Chalons en 1886-87 et sort 4e sur 42 officiers. Enfin après l’Ecole Supérieure de Guerre entre 1892 et 1894 il sort breveté d’Etat Major mention « bien » pour gagner l’Etat Major du 6e Corps d’Armée en 1895. Affecté à l’Etat Major du Gouvernement militaire de Paris de 1904 à 1906. Il rejoint le 118e puis le 51e Régiments d’Infanterie comme Chef de Bataillon le 27 septembre 1906 jusqu’en 1909. Il passera les années suivantes jusqu’à la Grande Guerre comme Lieutenant Colonel au 147e Régiment d’Infanterie.

Première Guerre mondiale

Quand éclate la Première Guerre mondiale il est Lieutenant-colonel au 347e Régiment d’Infanterie, le 2 septembre il est affecté au commandement provisoire de la 104e Brigade et presque immédiatement au 162e Régiment d’Infanterie le 14 octobre 1914. Nommé au grade de colonel par décret du 3 septembre 1915, il commande la 138e Brigade d’Infanterie. Cité au Journal Officiel le 21 octobre puis le 14 novembre 1915 pour sa « conduite particulièrement distinguée » à la tête de son unité aux combats des 25, 26 septembre et 6 octobre 1915. Cité à l’ordre de la Division le 22 mai 1915 pour ses « brillantes qualités militaires payant de sa personne et donnant à tous le meilleur exemple ».

Le 15 avril 1917, une mission française, avec a sa tête le général Joffre et René Viviani Garde des Sceaux et Vice Président du Conseil, quittent la France pour Washington pour déterminer les grandes lignes directrices de la coopération américaine avec les armées alliées. La crise des effectifs est si importante sur le front occidental qu’il faut engager des troupes fraîches.

Le -récemment nommé- général Claudon est alors désigné chef de la mission militaire française auprès des États-Unis, il est basé à Washington entre juin 1917 et décembre 1918.

Dès le début de sa mission, le général Claudon s’efforcera de relayer les besoins de la France auprès de leurs alliés américains, efforts qui aboutiront à l’envoi presque simultané de l'AEF (American Expeditionary Force), sous commandement du général John Pershing qui débarque à Boulogne–sur-Mer le 13 juin 1917. Il est accompagné par le jeune lieutenant George Patton. Ils sont accueillis par le colonel Jacques Aldebert de Cambrun, descendant direct de La Fayette.

Après-guerre : Commandant l'Artillerie du corps d'occupation du Maroc (1919-1920 ?)

Occupation de la Ruhr

Chef des services économiques et administratifs de la Ruhr

Commandant de l’infanterie de la 21e Division.

Mis en disponibilité par arrêté ministériel du 24 juin 1924. Il est nommé au grade de Commandeur de la Légion d’Honneur par décret du 11 juillet 1924. S’étant retiré de la vie militaire il demandera à être reçu à son nouveau grade non pas devant le front des troupes comme il était d’usage mais dans l’intimité de ses proches.

Mort le 14 mars 1935 à Paris (7ème).

Décorations

Legion Honneur Commandeur ribbon.svg Ruban de la Croix de guerre 1914-1918.png

Décorations françaises

Sources

Notes et références



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Henri Claudon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires: