HMS X1


HMS X1
HMS X1
Englantilainen sukellusvene X1.jpg
Le HMS X1 en 1927

Histoire
A servi dans Pavillon de la Royal Navy Royal Navy
Commandé 1921
Quille posée 2 novembre 1921
Lancement 16 juin 1923
Armé 23 septembre 1925
Mise en service décembre 1925
Statut fin de service en 1936
Caractéristiques techniques
Type Sous-marin expérimental
Longueur 110,79 m
Maître-bau 9,07 m
Tirant d'eau 4,6 m
Déplacement 2.780 t en surface
3.600 t en plongée
Propulsion 2 moteurs diesel (8 cylindres)
2 moteurs diesel MAN
2 moteurs électriques GEC
Puissance 3.000 CV
1.200CV
1.000 CV
Vitesse 19,5 nœuds (surface)
9 nœuds (plongée)
Profondeur 110 m (test)
Caractéristiques militaires
Armement 6 tubes lance-torpilles de 533 mm
2x2 canons de pont de 76 mm (en tourelle)
2 mitrailleuses de 7,7 mm
Rayon d'action 12.400 milles à 12 nœuds (surface)
18.700 milles à 8 nœuds (surface)
(452 tonnes de fioul)
Autres caractéristiques
Équipage 111 hommes
Chantier naval Chatham Dockyard

Le HMS X1 est un sous-marin expérimental qui a été conçu pour la Royal Navy pour faire des raids sur les navires de commerces ennemis. Au moment de son lancement il était le plus grand sous-marin du monde

Sommaire

Conception

L'idée d'un croiseur sous-marin a été proposé dès 1915 mais n'a été mis en pratique qu'en 1921. C'était une réplique du sous-marin allemand inachevé U-173, de classe U-cruisers de 2.000 tonnes.
Le traité naval de Washington de 1922 n'interdisait pas les sous-marins mais interdisait leur emploi contre les navires marchands. Le but non reconnu du X1 était celui-ci et son armement a été conçu pour s'engager contre des navires susceptibles d'être escortés par des destroyers ou des frégates.

Caractéristiques techniques

Le X1 posséde une épaisseur de coque de 25 mm et celle-ci est divisée en dix compartiments étanches. La coque contient aussi les réservoirs de ballasts et les réservoirs de combustible. Sa profondeur maximale de plongée avait été prévue à 150 m, mais réduite à 110 m une fois en service.

Son armement était prévu pour couler ses cibles en surface. Il était équipé de deux tourelles, en avant et arrière du kiosque contenant chacune deux canons de 130 mm, ayant une portée d'environ 15.000 m. Le télémètre était installé sur la passerelle.
Pour couler des navires de protection, il était équipé de 6 tubes lance-torpilles de 530 mm. Il provenait de l'annulation d'un sous-marin de classe L.

Sa propulsion est assurée par deux moteurs diesel principaux 8 cylindres développant 3.000 CV et de deux moteurs diesel auxiliaires de 1.200 CV provenant du sous-marin allemand U-126. En plongée, elle est assurée par deux moteurs électriques de 1.000 CV, alimentés par trois groupes de batteries d'un poids totzl de plus de 70 tonnes.

Service

Mis en service en décembre 1925, il part pour Gibraltar. Après des réparations sur moteur principal endommagé il reste en mer Méditerranée. Il connait de nouveau des ennuis mécaniques en 1928 et rejoint le port de Malte pour réparation.
Ne donnant pas de satisfaction suffisante au niveau de sa propulsion, les lieux de vie étant trop exigus pour un équipage conséquent, Il est mis en réserve après 1930, puis abandonné Pembroke au Pays de Galle le 12 décembre 1936.

Voir aussi

Lien interne

Lien externe




Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article HMS X1 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • HMS A5 — was an early Royal Navy submarine. She was a member of Group Two of the first British A class of submarines (a second, much different A class submarine appeared towards the end of the Second World War). Like all members of her class, she was… …   Wikipedia

  • HMS A7 — was an early Royal Navy submarine.She was a member of Group Two of the first British A class of submarines (a second, much different A class submarine appeared towards the end of the Second World War). Like all members of her class, she was built …   Wikipedia

  • HMS G9 — was a British G class submarine, one of eight Royal Navy submarines lost to friendly fire in World War I. The second of her class built by Vickers at Barrow in Furness, [ [http://www.submariners.co.uk/Boats/DB/index.php Barrow Submariners… …   Wikipedia

  • HMS K4 — was a British K class submarine built by Vickers in Barrow in Furness. She was laid down on 28 June 1915 and commissioned on 1 January 1917, one year before the end of World War I. Accident 17 November 1917 On 17 November 1917, K4 collided with… …   Wikipedia

  • HMS H4 — was a British H class submarine built by the Canadian Vickers Co, Montreal. She was laid down on 11 January 1915 and was commissioned on 5 June 1915.After her commissioning, HMS H4 and sister ships HMS H1, HMS H2 and HMS H3 crossed the Atlantic… …   Wikipedia

  • HMS A1 — was the Royal Navy s first British designed submarine, and their first to suffer fatal casualties.She was the lead ship of the first British A class of submarines (a second, much different A (for Amphion ) class submarine appeared towards the end …   Wikipedia

  • HMS A3 — was an early Royal Navy submarine.She was a member of the first British A class of submarines, although slightly bigger than the lead boat, HMS A1 . She was built at Vickers, Barrow in Furness and was commissioned on 13 July 1904. She was… …   Wikipedia

  • HMS E1 — (laid down as HMS D9 ) was a British E class submarine built by Chatham Dockyard and cost £101,700. E1 was laid down on 14 February 1911. She was launched on 9 November 1912 and was commissioned on 6 May 1913. During World War I she was part of… …   Wikipedia

  • HMS D3 — was a British D class submarine built by Vickers, Barrow. D3 was laid down on 15 March 1910 and was commissioned on 30 August 1911.During her career, D3 returned from the second Heligoland Bight patrol along with D2 , E5 and E7 . D3 met her fate… …   Wikipedia

  • HMS E6 — was a British E class submarine built by Vickers Barrow in Furness. She was laid down on 12 November 1911 and was commissioned on 17 October 1913. She cost £106,900. E6 had a short career in World War I. On 5 August 1914, she was towed by the… …   Wikipedia