Contribution économique territoriale


Contribution économique territoriale

La contribution économique territoriale (CET) est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[1] qui a remplacé en France la taxe professionnelle à partir du 1er janvier 2010.

Sommaire

Modalités d’imposition

Calcul de l’imposition

La CET est la somme de deux éléments[2] qui ont chacun leurs propres modalités de calcul et d’imposition :

Dégrèvements

Le total de ces deux éléments est susceptible de faire l'objet de dégrèvements.

Plafonnement en fonction de la valeur ajoutée

La CET est plafonnée à 3% de la valeur ajoutée des entreprises[3]. Le cas échéant, les redevables doivent faire une demande de dégrèvement.

Toutefois ce plafonnement ne s'applique pas à la cotisation minimum de CFE[4] ni aux taxes pour frais de chambres de commerces ou de métiers[5].

Ecrêtement

Une demande de dégrèvement peut être déposée si la CET excède de plus de 10% le montant de taxe professionnelle qui aurait été dû la première année d’application de la CET (2010) [6]. Les années suivantes, le montant de ce dégrèvement est dégressif (100% en 2010, 75% en 2011, 50% en 2012 et 25% en 2013).

Ce mécanisme est moins favorable que celui qui avait été mise en place en 1976 lors du passage de la patente à la taxe professionnelle et qui n’était pas dégressif[7].

Affectation de la contribution

La répartition de chacun des composants de la CET entre les collectivités locales est effectuée de la façon suivantes[1] :

Les éventuels dégrèvements sont à la charge de l'État.

Historique

Projet initial

Après l'annonce de la suppression de la taxe professionnelle en février 2009[8], les modalités de cette réforme ont fait l'objet de nombreux débats[9]. Ainsi, les premières propositions du gouvernement ont été largement modifiées : la CET devait initialement être une cotisation assise sur la valeur des immobilisations foncières, s'imputant sur une cotisation minimum assise sur la valeur ajoutée. Cela aurait conduit, mécaniquement, à une imposition inférieure à celle prévue dans la loi[10].

Le projet de loi déposé à l'Assemblée[11] a ensuite fait l'objet de vives critiques[12]. Il a en conséquence été largement amendé par l'Assemblée nationale et le Sénat, notamment sous la pression des élus locaux craignant que leurs collectivités perdent des recettes fiscales[13].

La contribution économique territoriale (CET) devait être composée de :

  • une cotisation locale d’activité (CLA) assise sur les bases foncières et reversée aux communes et intercommunalités,
  • une cotisation complémentaire (CC) assise sur la valeur ajoutée et revenant aux départements et aux régions. Le barème de celle-ci devait être progressif, de 0 % à 1,5 %, selon le chiffre d'affaires de l’entreprise.

Le montant de la CET était plafonné à 3 % de la valeur ajoutée.

Les amendements déposés ont modifié les modalités de répartitions de ces ressources entre les collectivités et ont alourdi la charge pour les entreprises[14]. De plus, des mécanismes de compensation en faveurs des collectivités ont été prévus.

Par ailleurs, la mise en place de la CET s'est accompagnée de la création d'une autre taxe : l'imposition forfaitaire des entreprises de réseau (IFER) ciblant les entreprises des secteurs des télécoms, de l'énergie et du ferroviaire. En outre, le produit de certaines taxes a été transféré aux collectivités locales : par exemple la taxe sur les surfaces commerciales (TASCOM), due par les exploitants de surface commerciale de plus de 400m² et auparavant perçue au profit du régime social des indépendants (RSI).

Évolutions ultérieures

La loi de finances pour 2010[1] prévoyait (art.76) que le gouvernement transmette, avant le 1er juin 2010, un rapport sur les conséquences de la mise en place de la CET. Ce rapport devait notamment s'appuyer sur un rapport de l'inspection générale des finances et de l'inspection générale de l'administration[15]. Des ajustements au mode de fonctionnement de la CET devraient donc probablement être apportés dans le futur.

Notes et références

  1. a, b et c Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  2. article 1447-0 du Code général des impôts
  3. article 1647 B sexies du Code général des impôts
  4. cette cotisation minimum, d'un montant compris entre 200 et 2000 euros, est prévue à l'article 1647 D du code général des impôts
  5. ainsi, les auto-entrepreneurs doivent par exemple payer cette cotisation quel que soit le montant de leur chiffre d'affaires Question écrite no 78782 de M. Jean-Pierre Grand, réponse du Gouvernement publiée au Journal officiel du 2 novembre 2010.
  6. article 1647 C quinquies B du Code général des impôts
  7. article 1472 du Code général des impôts
  8. Annonce du projet de réforme de taxe professionnelle
  9. Cf. Notamment Claire Guélaud, « Les députés présentent leur scénario de réforme de la taxe professionnelle », dans Le Monde, 10 juin 2009  et Cécile Crouzel, « Taxe professionnelle : le gouvernement tranche », dans Le Figaro, 06 juillet 2009 
  10. puisque, dans la le mécanisme mis en place, les deux éléments s'additionnent
  11. Projet de loi de finances pour 2010
  12. Cf. Notamment « Raffarin critique vertement la réforme de la taxe professionnelle », dans Le Monde, 05 décembre 2009 (ISSN 1950-6244)  ou Christophe Bys, « La réforme de la taxe professionnelle et le bouclier fiscal critiqués par la majorité », dans L'Usine Nouvelle, 14 octobre 2009 [texte intégral (page consultée le 07/07/2010)] 
  13. Baptiste Legrand, « Taxe professionnelle : pourquoi les élus sont-ils aussi remontés ? », dans Le Nouvel Observateur, 20 novembre 2009 [texte intégral (page consultée le 07/07/2010)] 
  14. le seuil d'assujettissement à la CVAE est ainsi passé de 500 000 à 150 000 €.
  15. Rapport sur l'évaluation des effets de la réforme de la taxe professionnelle sur la fiscalité des collectivités locales et sur les entreprises

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Contribution économique territoriale de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Contribution des patentes — La patente (aussi appelée contribution des patentes) est un impôt direct. Cet impôt touche les personnes physiques ou morales qui exercent un commerce, une industrie ou une profession imposable. Selon les pays et les professions, le montant peut… …   Wikipédia en Français

  • Intelligence economique — Intelligence économique L’intelligence économique est l ensemble des activités coordonnées de collecte, de traitement et de diffusion de l information utile aux acteurs économiques auquel on peut ajouter les actions d influence; Elle se distingue …   Wikipédia en Français

  • Intelligence Économique — L’intelligence économique est l ensemble des activités coordonnées de collecte, de traitement et de diffusion de l information utile aux acteurs économiques auquel on peut ajouter les actions d influence; Elle se distingue de l’espionnage… …   Wikipédia en Français

  • Intelligence économique et stratégique — Intelligence économique L’intelligence économique est l ensemble des activités coordonnées de collecte, de traitement et de diffusion de l information utile aux acteurs économiques auquel on peut ajouter les actions d influence; Elle se distingue …   Wikipédia en Français

  • Intelligence économique — Diagramme sur le Système d Intelligence Compétitive et Technologique. L’intelligence économique est l ensemble des activités coordonnées de collecte, de traitement (d analyse) et de diffusion de l information utile aux décideurs économiques, en… …   Wikipédia en Français

  • Frontière territoriale — Frontière Pour les articles homonymes, voir Frontière (homonymie). Une frontière est une ligne imaginaire séparant deux territoires, en particulier deux États souverains. Le rôle que joue une frontière peut fortement varier suivant les régions et …   Wikipédia en Français

  • Histoire économique et démographique de la Charente-Maritime — Au cours de ces deux derniers siècles, la Charente Maritime a franchi en plusieurs étapes des seuils démographiques importants, dont celui symbolique du demi million d’habitants après 1975. Cependant, cette croissance démographique ne s’est pas… …   Wikipédia en Français

  • Groupement européen de coopération territoriale — Le groupement européen de coopération territoriale ou GECT est un instrument de coopération mis en place par le Parlement européen et le Conseil, en juillet 2006. Doté de la personnalité juridique, il a pour vocation de répondre aux difficultés… …   Wikipédia en Français

  • Secteur economique — Secteur économique Exemple de décomposition par secteurs économiques : carte de l’économie de l Allemagne par nombre d emplois par régions, et par répartitions des emplois selon les trois secteurs économiques. La couleur rouge indique le… …   Wikipédia en Français

  • Secteur économique — Exemple de décomposition par secteurs économiques : carte de l’économie de l Allemagne par nombre d emplois par régions, et par répartitions des emplois selon les trois secteurs économiques. La couleur rouge indique le taux d emploi. Le… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.