Congrès de Marseille de la Confédération générale du travail de 1908


Congrès de Marseille de la Confédération générale du travail de 1908

Le Congrès de Marseille de la Confédération générale du travail se tient du 5 au 12 octobre 1908, en l'absence des principaux dirigeants syndicaux (Émile Pouget, le secrétaire général Victor Griffuelhes, le secrétaire de la Fédération des Bourses du Travail Georges Yvetot, Bousquet, etc.: 31 au total), qui ont été arrêtés, sur ordre du président du Conseil Clemenceau, suite à la grève de Draveil-Villeneuve-Saint-Georges[1]. Une motion vigoureusement antimilitariste est votée lors du Congrès.

Le congrès

Au sein de la centrale syndicale, les réformistes profitent de la détention des syndicalistes révolutionnaires pour prendre l'ascendant. Le Comité confédéral est attaqué pour ses décisions lors de la grève de Draveil-Villeneuve-Saint-Georges, sans donc pouvoir se défendre[1]. Appuyé par Merrheim et Luquet, Albert Bourderon, de la Fédération des Bourses du travail, tente cependant de le justifier:

« Je crois que, dans les reproches qu'on a pu faire au Comité confédéral, on a fait une fausse interprétation du rôle que le Bureau et que le Comité lui-même ont pu jouer...
Nous n'avons ni les uns ni les autres préparé le mouvement. Puisqu'on nous fait un reproche d'avoir exagéré l'action ouvrière au delà des forces que nos organismes possèdent, je dis que ces moyens d'action n'ont jamais été préparés, ils sont nés de la spontanéité même de mouvements ouvriers que le Comité confédéral n'a jamais décrétés...
Le Comité n'a pas plus organisé le mouvement de Draveil, de Villeneuve ou de Narbonne qu'autrefois les organisations ouvrières n'avaient organisé le mouvement de Fourmies. Est-ce qu'il n'y a pas eu là l'effet des circonstances, des contingences, d'une surexcitation dont peuvent être l'objet tous les hommes et les meilleurs militants, qui se trouvent quelquefois débordés par les événements ?...
Il ne faut pas qu'on puisse insinuer que le Comité central a préparé les événements qui se sont précipités. Il n'a fait que les enregistrer[1]. »

Par ailleurs, le Congrès formule une motion antimilitariste :

« Considérant que l'armée tend de plus en plus à remplacer (...) le travailleur en grève, quand elle n'a pas pour rôle de le fusiller.
(...) Le congrès de la CGT (...) préconise l'instruction des jeunes pour que, du jour où ils auront revêtu la livrée militaire, ils soient bien convaincus qu'ils n'en restent pas moins membres de la famille ouvrière et que, dans les conflits entre le capital et le travail, ils ont pour devoir de ne pas faire usage de leurs armes contre leurs frères les travailleurs.
(...)Considérant que les frontières géographiques sont modifiables au gré des possédants, que les travailleurs ne reconnaissent que les frontières économiques séparant les deux classes d'ennemis, la classe ouvrière et la classe capitaliste, le congrès rappelle que la formule de l'Internationale est: "Les travailleurs n'ont point de patrie", qu'en conséquence toute guerre n'est qu'un attentat contre la classe ouvrière (...) en cas de guerre entre puissances, les travailleurs répondent à la déclaration de guerre par une déclaration de grève générale révolutionnaire[2]. »

Démission de Griffuelhes en février 1909

Selon Édouard Dolléans (1939), « la démission de Victor Griffuelhes, le 2 février 1909, marque le brusque arrêt des temps héroïques du syndicalisme révolutionnaire. Cette démission révèle la crise que traverse le syndicalisme français[3]. »

Dix jours plus tard, la Chambre des députés vote à la quasi-unanimité l'« amnistie pleine et entière pour faits de grèves et faits connexes relatifs à la grève de Vigneux et aux événements de Draveil-Vigneux et Villeneuve-Saint-Georges du 2 mai 1908 au 15 janvier 1909 ».

Références

  1. a, b et c Édouard Dolléans, Histoire du mouvement ouvrier (1871-1936), éd. or. 1939, tome II, p.103 ([lire en ligne])
  2. Cité par Jean Touchard, La gauche en France depuis 1900, éd. du Seuil, 1977, p. 84 (chapitre "Une conscience de gauche?")
  3. Édouard Dolléans, 1939, op. cit., p.107

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Congrès de Marseille de la Confédération générale du travail de 1908 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bureau confédéral de la Confédération générale du travail — Le bureau confédéral de la CGT est l organisme national qui gère et organise l action de la Confédération générale du travail française entre ses congrès. Avec le secrétaire général de la Confédération, qui en est membre d office, il assure la… …   Wikipédia en Français

  • Bureau Confédéral De La Confédération Générale Du Travail — Le bureau confédéral de la CGT est l organisme national qui gère et organise l action de la Confédération générale du travail française entre ses Congrès. Sommaire 1 Mode de désignation 1.1 Comment et par qui 1.2 Historique …   Wikipédia en Français

  • Bureau confederal de la Confederation generale du travail — Bureau confédéral de la Confédération générale du travail Le bureau confédéral de la CGT est l organisme national qui gère et organise l action de la Confédération générale du travail française entre ses Congrès. Sommaire 1 Mode de désignation… …   Wikipédia en Français

  • Bureau confédéral de la confédération générale du travail — Le bureau confédéral de la CGT est l organisme national qui gère et organise l action de la Confédération générale du travail française entre ses Congrès. Sommaire 1 Mode de désignation 1.1 Comment et par qui 1.2 Historique …   Wikipédia en Français

  • Congrès anarchiste international d'Amsterdam — Le Congrès anarchiste international d’Amsterdam s’est tenu du 24 août au 31 août 1907 à Amsterdam (Pays Bas). Ce congrès rassemblait des délégués de 14 pays différents parmi lesquels figuraient les grandes figue du mouvement libertaire de… …   Wikipédia en Français

  • Grève de Draveil-Villeneuve-Saint-Georges — Une journée sanglante, titre Le Matin du 31 juillet 1908: « On emporte une femme, inondée de sang, qui a reçu un coup de sabre à la figure ». La grève de Draveil et de Villeneuve Saint Georges (département de la …   Wikipédia en Français

  • Association internationale antimilitariste — L’Association internationale antimilitariste (AIA) est une organisation « antimilitariste révolutionnaire » fondée en 1904 suite au congrès antimilitariste d Amsterdam convoqué à l initiative de l anarchiste Ferdinand Domela Nieuwenhuis …   Wikipédia en Français

  • Bureau confédéral de la CGT — Bureau confédéral de la Confédération générale du travail Le bureau confédéral de la CGT est l organisme national qui gère et organise l action de la Confédération générale du travail française entre ses Congrès. Sommaire 1 Mode de désignation… …   Wikipédia en Français

  • Bureau confédéral de la Cgt — Bureau confédéral de la Confédération générale du travail Le bureau confédéral de la CGT est l organisme national qui gère et organise l action de la Confédération générale du travail française entre ses Congrès. Sommaire 1 Mode de désignation… …   Wikipédia en Français

  • Chronologie de l'anarchisme — « Au Pilori, les Masques ! », illustration parue dans Le Père Peinard. Cette chronologie de l anarchisme est basée sur les évènements ayant marqués ou influencés le développement de l anarchisme en tant que courant de philosophie… …   Wikipédia en Français