Comité consultatif constitutionnel


Comité consultatif constitutionnel

Le Comité consultatif constitutionnel a été un comité de 1958, formé principalement de membres de l'Assemblée nationale et du Conseil de la République, et également de membres nommés par le pouvoir exécutif, dont la mission était d'étudier l'avant-projet de ce qui deviendra la constitution du 4 octobre 1958 et d'en proposer des modifications. Son rôle, consultatif, était prévu par la loi constitutionnelle du 3 juin 1958 :

« Pour établir le projet, le Gouvernement recueille l'avis d'un comité consultatif ou siègent notamment des membres du Parlement désignés par les commissions compétentes de l'Assemblée nationale et du Conseil de la République. Le nombre des membres du comité consultatif désignés par chacune des commissions est au moins égal au tiers du nombre des membres de ces commissions ; le nombre total des membres du comité consultatif désignés par les commissions est égal aux deux tiers des membres du comité. »

— Extrait de l'article unique de la loi constitutionnelle du 3 juin 1958.

Au départ, le projet de loi constitutionnelle déposé, le 1er juin 1958, à l'Assemblée nationale ne mentionnait pas d'intervention du parlement :

« Ce projet, extrêmement bref, était ainsi conçu :

“Pour mettre en œuvre les principes énoncés dans l'exposé des motifs de la présente loi, l'article 90 de la Constitution est remplacé par les dispositions suivantes : Art. 90. La Constitution est révisée dans les formes suivantes : le gouvernement de la République établit en Conseil des ministres, après avis du Conseil d'État, un projet de loi constitutionnelle qui est soumis au referendum. La loi constitutionnelle portant révision de la Constitution est promulguée par le président de la République dans les huit jours de son adoption”[1]. »

Une opposition parlementaire s'étant manifestée durant l'étude de ces dispositions, dans la nuit du 1er au 2 juin, le gouvernement Charles de Gaulle envoya une lettre rectifiant le texte qu'il proposait, en prévoyant que la future constitution serait examinée par un « comité consultatif »[2]. Il s'agissait pour le général de Gaulle de redonner au parlement une place dans la rédaction de la constitution, tout en garantissant au gouvernement un certaine liberté de manœuvre[2].

Le Comité consultatif constitutionnel était convoqué par le le gouvernement uniquement. L'arrêté portant convocation du Comité fut pris le 26 juillet 1958[3], et celui ouvrit ses travaux le 29 juillet 1958. Il élit alors son président (Paul Reynaud), et ses vice-présidents. Le Comité se réunit au Palais-Royal, dans les locaux du Conseil économique[4].

Ses débats furent secrets jusqu'à la publication des Documents pour servir à l'histoire de l'élaboration de la constitution, en 1987 et 1988. En revanche, son avis sur le projet de constitution, ainsi que les modifications proposées, furent rendus publics le 20 août 1958[5].

Sommaire

Composition

Après le vote de la loi constitutionnelle du 3 juin 1958, un décret fut pris par le président du Conseil de Gaulle, organisant le futur comité consultatif.

Celui-ci devait ainsi être composé de trente-neuf membres — seize membres désignés par la commission du suffrage universel de l'Assemblée nationale, dix par la même commission du Conseil de la République. Les treize membres restants devaient être choisis parmi des personnalités compétentes, et nommées par décret[6].

La commission du suffrage universel de l'Assemblée nationale désigna, le 22 juillet 1958, les membres suivants[N 1] :

  • de Baillencourt (républicains-radicaux et radicaux-socialistes) ;
  • Barrachin (indépendants et paysans d'action sociale) ;
  • Bruyneel (indépendants et paysans d'action sociale) ;
  • Fourcade (indépendants et paysans d'action sociale) ;
  • Lisette (non inscrit) ;
  • Senghor (indépendants d'outre-mer) ;
  • Teitgen (MRP) ;
  • Coste-Floret (Paul) (MRP) ;
  • David (Jean-Paul) (rassemblement des gauches républicaines et du centre républicain) ;
  • Degoutte (républicains-radicaux et radicaux-socialistes) ;
  • Dejean (socialiste) ;
  • Triboulet (républicains-radicaux et radicaux-socialistes) ;
  • Tsiranana (socialiste) ;
  • Mignot (indépendants et paysans d'action sociale) ;
  • Alduy (socialiste) ;
  • Gayrard (union et fraternité française)[7].

Quelques jours plus tôt, le 17 juillet 1958, la commission du suffrage universel du Conseil de la République avait désigné ses dix membres :

  • de Montalembert (républicains-sociaux) ;
  • Valentin (François (administrativement rattaché au groupe des républicains indépendants) ;
  • Champeix (socialiste) ;
  • Gilbert-Jules (gauche démocratique) ;
  • Marcilhacy (apparenté, républicains indépendants) ;
  • Monichon (centre républicain d'action rurale et sociale) ;
  • Nayrou (socialiste) ;
  • Lamine-Gueye (parti du regroupement africain et des fédéralistes) ;
  • de Menditte (MRP) ;
  • Raybaud (gauche démocratique)[7].

Enfin, le 26 juillet 1958, date de la convocation du Comité, le gouvernement nomma, par décret :

  • Blocq-Mascart, conseiller d'État en service extraordinaire ;
  • Bour, conseiller de l'Union française ;
  • Hamza Boubaker, directeur de l'Institut musulman à la mosquée de Paris ;
  • Jacques Chardonnet, professeur à l'Institut d'études politiques de Paris ;
  • Chazelle, membre du Conseil supérieur de la magistrature ;
  • Frey, conseiller de l'Union française ;
  • Lauriol, docteur en droit ;
  • Malterre, président de la Confédération générale des cadres ;
  • Léon Noël, ambassadeur de France) ;
  • Roland Pré, directeur du Bureau minier de la France d'outre-mer ;
  • Paul Reynaud, ancien président du Conseil ;
  • Van Graefschepe, vice-président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles ;
  • Waline, professeur des facultés de droit[8].

Enfin, lors de sa séance inaugurale, le Comité élit Paul Reynaud pour être son président, et messieurs Dejean et de Montalembert comme vice-présidents[7].

Notes

Sources

  1. François Goguel, op. cit., p. 70.
  2. a et b François Goguel, op. cit., p. 72.
  3. Arrêté du 26 juillet 1958 portant convocation du Comité consultatif constitutionnel, in Journal officiel de la République française, 29 juillet 1958, [sur Légifrance].
  4. François Goguel, op. cit., p. 81.
  5. « Avis du Comité consultatif constitutionnel », in Journal officiel de la République française, 20 août 1958, pp. 7739 et suivantes, [sur Légifrance].
  6. Décret no 58-599 du 16 juillet 1958 concernant le Comité consultatif constitutionnel, in Journal officiel de la République française, 17 juillet 1958, [sur Légifrance].
  7. a, b et c Pour l'ensemble des noms, Documents historiques…, pp. 17-18.
  8. Pour l'ensemble des noms, Documents historiques…, p. 14.

Notes diverses

  1. Entre parenthèses, suit le groupe auquel le député en question appartient.

Voir aussi

Bibliographie

  • François Goguel, « L'élaboration des institutions de la République dans la constitution du 4 octobre 1958 », dans Revue française de science politique, vol. 9, no 1, 1959, p. 67-86 [texte intégral [PDF] (page consultée le 20 juin 2011)] [biblio 1].
  • Comité nationale chargé de la publication des travaux préparatoires des institutions de la Ve République, Documents pour servir à l'histoire de l'élaboration de la constitution du 4 octobre 1958, Paris, La Documentation française, 1987-1988  :
    • idem, Des origines de la loi constitutionnelle du 3 juin 1958 à l'avant-projet du 29 juillet 1958, vol. I (notice BNF no FRBNF366325310)  ;
    • idem, Le Comité consultatif constitutionnel, De l'avant-projet du 29 juillet 1958 au projet du 21 août 1958, vol. II (notice BNF no FRBNF36629714f)  ;
    • idem, Du Conseil d'État au référendum, 20 août-28 septembre 1958, vol. III (notice BNF no FRBNF36650200t) .
  • Didier Maus, Louis Favoreu et Jean-Luc Parodi (dir.), L'écriture de la constitution de 1958 : Actes du colloque du XXXe anniversaire, Aix-en-Provence, 8, 9, 10 septembre 1988, Paris, Economica, 1992, 852 p. (ISBN 2717823549) (notice BNF no FRBNF35538503w) .

Note concernant la bibliographie

  1. En raison d'une erreur de composition, il convient de lire le bas de la page 70 de la manière suivante :

    « Mais elle ne put aborder l'étude du projet de revision de l'article 90 qu'à la fin de l'après-midi du lundi 2 juin, l'examen du projet pour établir le projet de pleins pouvoirs s'étant prolongé pendant toute la nuit et une partie de la matinée.

    Entre temps, le gouvernement avait déposé une lettre rectificative à son projet de loi constitutionnelle. Les changements qu'elle apportait à sa rédaction primitive étaient au nombre de deux : d'une part les cinq principes inscrits dans l'exposé des motifs étaient introduits dans le texte même de l'article unique du projet de loi ; d'autre part il était ajouté à celui-ci que, le gouvernement recueillerait l'avis d'un Comité consultatif où siégeraient notamment des membres du Parlement désignés par les commissions compétentes des deux Chambres, en nombre au moins égal au tiers de l'effectif de chacun de ces commissions, le nombre des membres du Comité désignés par les deux commissions étant égal aux deux tiers de son effectif total. »


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Comité consultatif constitutionnel de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Comité consultatif pour la révision de la Constitution — Commission Vedel Le Comité consultatif pour la révision de la Constitution, dit commission ou Comité Vedel, était un comité de réflexion institué le 2 décembre 1992 sous la présidence du juriste français Georges Vedel et chargé de proposer des… …   Wikipédia en Français

  • Référendum constitutionnel européen — Traité de Rome de 2004 Traité de Rome de 2004 Titre Traité établissant une Constitution pour l Europe Pays  Europe (Union européenne) Type Convention internationale Territoire d’application …   Wikipédia en Français

  • Référendum sur le Traité constitutionnel européen en 2005 — Traité de Rome de 2004 Traité de Rome de 2004 Titre Traité établissant une Constitution pour l Europe Pays  Europe (Union européenne) Type Convention internationale Territoire d’application …   Wikipédia en Français

  • Traité Constitutionnel Européen — Traité de Rome de 2004 Traité de Rome de 2004 Titre Traité établissant une Constitution pour l Europe Pays  Europe (Union européenne) Type Convention internationale Territoire d’application …   Wikipédia en Français

  • Traité constitutionnel — Traité de Rome de 2004 Traité de Rome de 2004 Titre Traité établissant une Constitution pour l Europe Pays  Europe (Union européenne) Type Convention internationale Territoire d’application …   Wikipédia en Français

  • Traité constitutionnel européen — Traité de Rome de 2004 Traité de Rome de 2004 Titre Traité établissant une Constitution pour l Europe Pays  Europe (Union européenne) Type Convention internationale Territoire d’application …   Wikipédia en Français

  • Traité constitutionnel pour l'Europe — Traité de Rome de 2004 Traité de Rome de 2004 Titre Traité établissant une Constitution pour l Europe Pays  Europe (Union européenne) Type Convention internationale Territoire d’application …   Wikipédia en Français

  • Rassemblement constitutionnel démocratique — التجمع الدستوري الديمقراطي Données clés Président Zine el Abidine Ben Ali (1988 …   Wikipédia en Français

  • Rassemblement Constitutionnel Démocratique —   Président Zine el Abidine Ben Ali Fondation 27 février 1988 …   Wikipédia en Français

  • Rassemblement constitutionnel democratique — Rassemblement constitutionnel démocratique Rassemblement constitutionnel démocratique   Président Zine el Abidine Ben Ali Fondation 27 février 1988 …   Wikipédia en Français