Cocarde d'or


Cocarde d'or
La cérémonie d'ouverture de la 75e Cocarde d'or, Arles, France.

La Cocarde d'or est une épreuve de course camarguaise qui a lieu chaque année, le premier lundi de juillet, à Arles, en France. C'est une course d'importance comptant pour le championnat des raseteurs, le Trophée des As.

Sommaire

Historique

La Cocarde d'or a été imaginée et créée par Nicolas Crouanson, en novembre 1927[1]. La première course s'est déroulée le 2 juillet 1928.
Nicolas Crouanson a également rédigé le règlement de la course, qui s'est affiné avec le temps et les exigences du monde de la bouvine, mais qui demeure dans son ensemble. Ce règlement a été une source d'inspiration pour les règlements des autres courses camarguaises[2]

Règlement de la course

Un taureau et un raseteur dans la 75e Cocarde d'or.
  • Article I : Les raseteurs qui participeront à cette course devront être obligatoirement dans la tenue suivante : chemise et pantalon blancs (ce qui n’était pas toujours le cas jusque-là).
  • Article II : Chaque taureau restera au maximum 15 minutes en piste

(au début 16 minutes, puis l’expression sortie comprise a disparu).

  • Article III : Il ne devra être attaqué qu’à la sonnerie de trompette, dans un temps laissé à l’appréciation du jury et qui ne devra pas excéder 2 minutes. Les attributs enlevés après la sonnerie de rentrée au toril ne seront pas payés et rentreront pas dans le compte des points.
  • Article IV : La Cocarde d’Or sera attribuée au raseteur totalisant le plus grand nombre de points. Elle comporte une prime en espèces de X francs et une cocarde en or, longtemps le Grand Prix d’Honneur du Comité des Fêtes.

Jusqu’en 1943, au lieu de la Cocarde en Or, était attribué un diplôme avec le titre de Premier Raseteur de France. Il y eut aussi la remise d’une Coupe (acquise après deux victoires consécutives), et maintenant d’un Objet d’Art.

Le raseteur classé deuxième se voit décerner le Prix Nicolas Crouanson. Depuis 1963, il y a un troisième (Prix Jean Héritier).

Enfin, depuis 1929, un Prix est attribué au premier raseteur arlésien classé, qui ne doit pas avoir obtenu l’un des deux, et maintenant des trois premiers Prix.

En 1938 et 1939, un Prix a été décerné au meilleur taureau de la course, idée qui n’a été reprise qu’en 1963, le baile-gardian de la manade étant récompensé pécuniairement.

  • Article V : Les points seront décomptés de la façon suivante :
    • Cocarde coupée : 1 point
    • Cocarde enlevée après coupe : 2 points ;
    • cocarde enlevée au premier coup de crochet : 2 points
    • Glands : 2 points
    • Ficelle, coupe du frontal : 1 point
    • Ficelle : 2 points
    • Élastique : 2 points.

Deux attributs enlevés en un seul raset compteront pour 3 points.

C’est ici, qu’il y a eu le plus de modifications :

  • Le garrot (3 points), disparut après 1934, le règlement de 1936 dit en effet : « Il n ’y aura pas de garrot, mais simple devise non primée, aux couleurs de la manade, à laquelle il est recommandé de s’abstenir de toucher ».
  • À la première épreuve, les taureaux portaient deux glands, mais ils n’en ont qu’un en 1929 - 1930 - 1931 -1932 et 1934, et définitivement deux à partir de 1936.
  • L’élastique n’est décompté que depuis 1948, et ce n’est que depuis 1953 que la coupe du frontal est mentionnée pour un point, et que deux attributs en un seul raset sont réévalués à 3 points au lieu de 2 jusqu’alors.

Cet article 5 se termine ainsi :

Le jury aura en outre, la faculté de tenir compte du travail de chaque raseteur à qui il pourra donner un nombre de points supplémentaires, allant de 1 à 3, de même qu’il lui est réservé la latitude de majorer les points alloués à l’enlèvement des attributs.

Il semble bien que la première partie de cet alinéa n’ait été appliquée qu’une fois en 1928. Par contre, il est arrivé bien des fois que les points soient doublés et parfois même triplés.

  • Article VI : Le concours prendra fin au septième taureau et le palmarès sera proclamé après le huitième, le dernier servant à départager éventuellement les ex-æquo. (Jusqu’en 1937, il a été proclamé après l’avant-dernier). Cet article n’a pas été appliqué en 1959, où il y eut deux vainqueurs ex-æquo qui se partagèrent les 2e Prix.

En 1934, le concours prit fin après le 6e. En revanche, en 1938, les 9 taureaux présents comptèrent, ainsi qu’en 1939 (8 fauves).

Cet article ne joua pas pour les années de l’occupation, où la Cocarde d’Or se disputait sur deux jours ni pour les sept années qui suivirent la Libération où il fallut attendre la rentrée au toril du dernier cocardier pour connaître le vainqueur.

Ce n’est qu’en 1952 que cette clause a été définitivement rétablie. Qu’il y ait six, huit ou plus généralement sept taureaux, le dernier est toujours hors-concours.

  • Article VII : Tout raseteur sera réprimandé pour avoir intentionnellement gêné un de ses collègues, pour manque de correction ou pour faits et gestes, soulevant la réprobation générale. La réprimande pourra entraîner une perte de points pour lui-même et son associé[3].
  • Article VIII : Les décisions de la Présidence sont sans appel et l’Amicale des Raseteurs sera officiellement représentée au sein du jury.
  • Article IX : Le Comité ne répond d’aucun accident et décline toute responsabilité.

Ce règlement était signé à la fois par le Président de la Commission Taurine et le Président du Comité des Fêtes.

Pendant très longtemps, la course de la Cocarde d’Or a été une organisation du Comité des Fêtes d’Arles, mais depuis 1981, il n’en est plus de même. L’article VII du règlement 1928 (inscription des seuls raseteurs invités) a été appliqué jusqu’en 1937. Chaque année, un extrait de ce règlement est publié dans le programme des fêtes d’Arles, notamment les articles II -III - IV et V (décompte des points).

Palmarès

De nombreux raseteurs se sont distingués, tel Christian Chomel, huit fois vainqueur de l'épreuve ou Lucien Volle, avec sept victoires[2].

  • 1928 : Paul Bonel, dit Granito
  • 1929 : Léopold Margaillan
  • 1930 : Julien Rey
  • 1931 : Julien Rey
  • 1932 : Auguste Berbedes
  • 1933 : Pas de course
  • 1934 : Patrice Denamo, dit Patris ou Merlusse
  • 1935 : Pas de course
  • 1936 : Jean Boncoeur
  • 1937 : Jean Boncoeur
  • 1938 : Antony Rossignol
  • 1939 : René Azaïs
  • 1940 : Pas de course
  • 1941 : Charles Fidani
  • 1942 : Charles Fidani
  • 1943 : Charles Fidani
  • 1944 : Pas de course
  • 1945 : Louis Arnaud
  • 1946 : Lucien Volle
  • 1947 : Lucien Volle
  • 1948 : Lucien Volle
  • 1949 : Lucien Volle
  • 1950 : André Douleau
  • 1951 : Lucien Volle
  • 1952 : Lucien Volle
  • 1953 : Charles Fidani
  • 1954 : Roger Douleau
  • 1955 : Lucien Volle
  • 1956 : André Douleau
  • 1957 : Manolo Falomir
  • 1958 : André Soler
  • 1959 : Roger Douleau et Manolo Falomir
  • 1960 : André Soler
  • 1961 : Roger César
  • 1962 : Francis San-Juan
  • 1963 : Roger Pascal
  • 1964 : André Soler
  • 1965 : Roger César
  • 1966 : Roger César
  • 1967 : Robert Marchand
  • 1968 : Jean-Claude Fabre
  • 1969 : Robert Marchand
  • 1970 : Daniel Pellegrin
  • 1971 : Roger César
  • 1972 : Xavier Ruas
  • 1973 : Robert Marchand
  • 1974 : Patrice Meneghini
  • 1975 : Patrick Castro
  • 1976 : Patrice Meneghini
  • 1977 : Gérard Barbeyrac
  • 1978 : Robert Marchand
  • 1979 : Frédéric Lopez
  • 1980 : Gérard Barbeyrac
  • 1981 : Christian Chomel
  • 1982 : Christian Chomel
  • 1983 : Jacky Simeon
  • 1984 : Christian Chomel
  • 1985 : Christian Chomel
  • 1986 : Christian Chomel
  • 1987 : Christian Chomel
  • 1988 : Christian Chomel
  • 1989 : Christian Chomel
  • 1990 : Thierry Ferrand
  • 1991 : Frédéric Durand
  • 1992 : Thierry Ferrand
  • 1993 : Thierry Ferrand
  • 1994 : Thierry Ferrand
  • 1995 : Laurent Baldet
  • 1996 : Ludovic Zerti
  • 1997 : Stéphane Rouveyrolles
  • 1998 : Mouloud Bensalah
  • 1999 : Mouloud Bensalah
  • 2000 : Thierry Félix
  • 2001 : Fabien Gramatico
  • 2002 : Sabri Allouani
  • 2003 : Hadrien Poujoul
  • 2004 : Hadrien Poujoul
  • 2005 : Sabri Allouani
  • 2006 : Sabri Allouani
  • 2007 : Sabri Allouani
  • 2008 : Michael Matray
  • 2009 : Sabri Allouani
  • 2010 : Benjamin Villard
  • 2011 : Julien Rey

Meilleurs taureaux

À l'issue de chaque course, la Présidence désigne le meilleur taureau de la journée, selon des critères précis. Le prestige est grand pour le taureau mais également pour son manadier.

Date

Dates de la Cocarde d'or
2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
03/07 02/07 07/07 06/07 05/07 04/07 02/07 01/07 07/07 06/07 04/07


Notes et références

  1. André Chamand, Cocarde d'or. 75 années, Sommières (30), Editions Gilles Arnaud, 2007, (ISBN 9782354660024), p.194.
  2. a et b André Chamand, op. cit.
  3. André Chamand précise :A notre connaissance, il n’a jamais été appliqué et pourtant les occasions n’ont pas manqué. op. cit., p.12

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Cocarde d'or de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • cocarde — [ kɔkard ] n. f. • 1530; a. fr. coquart, coquard « sot, vaniteux », de coq 1 ♦ Insigne (souvent rond) que l on portait sur la coiffure. 2 ♦ Insigne aux couleurs nationales. Cocarde tricolore. Voiture officielle à cocarde. 3 ♦ Ornement en ruban,… …   Encyclopédie Universelle

  • Cocarde d'Or — La cérémonie d ouverture de la 75 ème Cocarde d Or, Arles, France. La Cocarde d Or est une épreuve de course camarguaise qui a lieu chaque année, le premier lundi de juillet, à Arles, en France. C est une course d importance comptant pour le… …   Wikipédia en Français

  • cocarde — COCARDE. s. f. Noeud de rubans qui se met au retroussis du chapeau, et que les soldats portent ordinairement. On reconnut à leurs cocardes qu ils étoient de l armée de France. [b]f♛/b] On dit figurément Prendre la cocarde, pour dire, Entrer au… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Cocarde — (fr., spr. Kokard), Bandschleife od. Lederstreifen, od. auch ein anderes, gewöhnlich kreisrundes, rosettenförmiges u. farbiges Abzeichen auf dem Hute getragen, um eine Partei, noch mehr aber ein ganzes Volk (National C n) zu bezeichnen, wo dann… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Cocarde — Cocarde, farbige Bandschleife in Form einer Rosette auf dem Hute, zuerst Parteizeichen, später nationales Abzeichen …   Herders Conversations-Lexikon

  • Cocarde — Pour les articles homonymes, voir Cocarde (homonymie). Un bonnet phrygien arborant une cocarde tricolore Une cocarde est un insigne de couleur (en tissu ou peint) représentant un pays, une armée ou un groupe organisé …   Wikipédia en Français

  • COCARDE — s. f. Signe qui diffère de couleur pour chaque nation, et que les militaires portent à leur coiffure : il consiste en un morceau d étoffe taillé en rond et plissé, ou en une plaque de métal peinte, ou bien en un simple noeud de ruban. On reconnut …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • cocarde — (ko kar d ) s. f. 1°   Insigne différent de couleur et de position, se portant au chapeau, et distinguant entre elles les nations européennes ou issues de l Europe.    Spécialement, insigne des troupes des différentes nations. Combattre sous une… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • COCARDE — n. f. Insigne en étoffe ou en métal qui était porté principalement à la coiffure et surtout par les soldats. On reconnut à leurs cocardes qu’ils étaient Français. Cocarde tricolore. Cocarde noire. La cocarde espagnole est rouge. Il se dit encore… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • cocarde —    Blanche ou rouge... affaire d’opinion. C’est le foutre qu’on lance, ou le sang que l’on fait répandre, au con d’une pucelle.         Heureux qui mettra la cocarde    Au bonnet de Mimi Pinson.    ALFRED DE MUSSET …   Dictionnaire Érotique moderne